HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LES PELERINAGES U MAROC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40905
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: LES PELERINAGES U MAROC   Mer 28 Mar 2007 - 18:12

Nous les juifs du maroc ,avons herite de nos parents cet amour pour les pelerinages, et appeler, Rabbi Meir et Rabbi Shimon-bar-
Yohay ,chaque fois que nous sommes en danger ou qu'on veut bennir quelqu'un

Rabbi Meir:

Rabbi AKIBA avait 24000 élèves, les uns plus érudits en Thora que les autres. Ces étudiants périrent au cours des 33 premiers jours du Omer, parce qu’ils ne se témoignaient pas de respect mutuel.

Rabbi AKIBA restaura l’Etude avec 5 nouveaux Talmidé-Hakhamim :
Rabbi CHIMON BAR YOHAÏ ; Rabbi MEÏR BAAL A NES; Rabbi YOSSI ; Rabbi NEHEMIA et Rabbi YEHOUDA. Ces rabbins restaurèrent la Thora entière.
Rabbi meir baal a nes,etait le petit fils de NERON le romain,qui devint juif.

La GUEMARA nous raconte : l’empereur romain avait dépêché Néron pour détruire JERUSALEM. Lorsqu’il arriva à proximité de la ville, il voulut interroger le sort pour savoir si cela lui serait possible. Que fit-il ? Il lança une flèche du côté de l’est, elle tomba sur Jerusalem ; de même pour les 4 points cardinaux : toutes tombèrent sur Jerusalem. Il comprit ainsi qu’il réussirait dans son entreprise.

" Le Saint béni Soit-Il désire détruire son sanctuaire, mais Il me punira ensuite pour cela... "

Il prit la fuite et se convertit au Judaïsme ; Rabbi Meïr fut l’un de ses petits fils.

Nos sages disent que le nom de Rabbi Meïr était en fait " Rabbi NEHOURAÏ " et qu’on l’appelait Rabbi Meïr parce qu’il éclairait les sages dans le domaine de la HALAKHA.
Pourquoi la Halakha n’a pas été fixée selon son opinion ? c’est qu’il avait la possibilité de dire d’une chose présumée impure qu’elle était pure et de le prouver.

RAVINA disait de lui : " Lorsqu’on voit Rabbi MEÏR au Beth - Hamidrach, on a l’impression qu’il déracine des montagnes et les broie... "

Rabbi AKIBA lui donna la " SMIKHA , mais il ne la reconnut pas, parce que Rabbi MEÏR était encore un jeune homme à l’époque.

Rabbi MEÏR est nommément cité dans trois cent trente cinq halakhot (règles et lois) de la Michna. La tradition précise que si dans la Michna on trouve simplement le terme MATNITIM ,c’est de Rabbi MEÏR dont il s’agit. Il n’accepta jamais de tirer un profit quelconque de la Thora et ses revenus lui venaient de ses travaux de scribe. Ses élèves lui demandèrent une fois : Rabbi, et tes enfants qui subviendra à leurs besoins ? " S’ils deviennent des justes, les besoins seront satisfaits Rabbi MEÏR, Rabbi YEHOUDA et Rabbi YOSSI voyageaient ensemble. Rabbi MEÏR avait égard au nom des personnes qu’il rencontrait.
Le nom avait-il une signification heureuse, c’est que celui qui le portait avait de bonnes qualités ;
La vieille de Chabbat, nos trois voyageurs pour ne pas violer la loi du shabat kodesh, s’arrêtèrent dans un village où il y avait un hôtelier répondant au nom de Kidor.

Le nom ne plut pas à Rabbi MEÏR " KIDOR TAHAPOUHOT HAMA " Rabbi YEHOUDA et Rabbi YOSSI traitèrent leur camarade de visionnaire, et n’hésitèrent pas à confier leur bourse à leur hôte. Rabbi MEÏR, fidèle à ses pressentiments cacha sa bourse dans le caveau funéraire de la famille de son hôte. Il était certain qu’elle serait là en sûreté. Pendant la nuit kidor eut un songe ; il vit son père qui lui conseillait de prendre la bourse qui était dans son caveau. Le lendemain jour de Shabbat, kidor raconta son rêve à Rabbi MEÏR ; ce dernier lui dit : " comment peux-tu accorder de l’importance aux rêves " Rabbi MEÏR, peu confiant, garda les abords du caveau pendant le Shabbat. A la tombée de la nuit, il reprit sa bourse, et il fit bien ; car, lorsque le dimanche matin les trois confiants rabbins demandèrent leur argent à l’hotelier, celui-çi déclara catégoriquement n’avoir rien reçu. Mais Rabbi MEÏR ne perdit pas son sang froid. Il remarqua que kidor venait de manger des lentilles et qu’il en était resté une sur ses lèvres. Il se mit en route avec ses compagnons pendant que kidor donnait l’argent à sa femme ; argent dont il venait de dépouiller les voyageurs. Après un quart d’heure de marche, Rabbi MEÏR retourna seul à la maison de kidor et raconta à la femme de l’aubergiste que ce dernier l’envoyait pour qu’elle lui remette l’argent que lui avait confié son mari, ce dernier devant investir cet argent dans une affaire ; comme preuve de la véracité de sa mission, il ajouta : " vous avez mangé des lentilles aujourd’hui "

La femme ne douta plus et remit l’argent à Rabbi MEÏR, qui alla sans plus tarder rejoindre ses amis. Lorsque kidor revint le soir chez lui, sa femme s’empressa de lui raconter qu’elle avait remis l’argent au messager qu’il avait envoyé. Décrire la fureur de kidor est impossible. Il comprit que c’était un des hôtes de la veille qui avait repris son argent volé et il se vengea en tuant sa femme.



Rabbi MEÏR était ROCH YECHIVA à cette époque car il était le plus important des élèves de Rabbi AKIBA et cela lui conférait le premier rang. Il alla ensuite s’installer à TIBERIADE où il fonda un BETH-HAMIDRACH. L’un de ses plus grands disciples fut Rabbi YEHOUDA HANASSI, qui disait : " Si je suis plus brillant que mes collègues, c’est parce que j’ai vu le dos de Rabbi MEÏR

On rapporte qu’il donnait pour toute chose impure 48 raisons d’impureté ; et pour toute chose pure, 48 preuves de sa pureté.

Rabbi MEÏR a eu deux fils qui moururent de son vivant.

Rabbi MEÏR fut témoin de l’assassinat et du martyre des justes de son temps. Il vit comment les romains lacérèrent le corps de son saint maître Rabbi AKIBA, avec des peignes de fer ; comment YEHOUDA BEN BABA fut tué, comment Rabbi HANANYA BEN TARDION qui rassemblait les foules et leur enseignait la Thora, fut condamné par les romains à être brûlé vif. Brouria, fille aînée de Rabbi HANANYA BEN TARDION devint la femme de Rabbi MEÏR.

Une soeur de Brouria fut enlevée par les romains et envoyée à Rome, cela pour punir la ténacité de Rabbi HANANYA et de le déshonorer dans la personne de ses enfants.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
 
LES PELERINAGES U MAROC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Comment désamorcer la bombe sociale au Maroc ?
» Bricks au thon (Maroc)
» Couscous (Maroc)
» Deux évadés d’une prison italienne arrêtés au Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: GENEALOGIE, A LA RECHERCHE DE NOS ORIGINES :: VIE JUIVE AU MAROC-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit