HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Dim 23 Juil 2006 - 10:37

PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC

Le mausolee du saint Yaacob Nahamias (Moul ELMA) a
Sidi Rahal, a Marrakesh.



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Tombe du tsaddik Abba Elbaz,   Dim 23 Juil 2006 - 10:40

Tombe du tsaddik Abba Elbaz,
grand Rabbin de Sefrou



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Michelle Anidjar
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 2519
Age : 61
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Mer 18 Oct 2006 - 0:52

voici une carte avec le nom des saint au Maroc et le lieu de Pelerinage



Revenir en haut Aller en bas
http://cuisinemichelle.exprimetoi.net/index.forum
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Jeu 19 Oct 2006 - 0:21

The tomb of another Jewish saint, Rabbi
Daould Ben Baroukh, is found in Souk Tlat de
Mnahba on the road to the mountain pass Tizi n Test



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
wilis



Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Dim 7 Jan 2007 - 22:46

pourquoi la ville de Tétouan n'est pas mentionnèe avec la possiblité de recueillement sur la tombe du Grand Mekoubale Rebbi Ytshak Bengualid ?!!!....
Revenir en haut Aller en bas
el forastero



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Ven 2 Nov 2007 - 2:27

Le mal est réparé :

Photo de la tombe de Rebbi Yitshak Benoualid au cimetière de tetouan :


Photo portrait du saint vénéré :
Revenir en haut Aller en bas
estherbens
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 371
Age : 74
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Pelerinage sur les Tsaddikim au Maroc   Ven 2 Nov 2007 - 12:43

Michelle ma belle tu as oublie le Tsaddik

YehoudaH Jabali d'Eksar ,pour les hiloulot

Les gens venaient de presque toutes les

villes de notre inoubliable Maroc.

Mon frere LEON YEHOUDAH ZAL etait nomme

sur le nom du TSADDIK

DES GRANDS BISOUS A TOUTE VOTRE CHERE FAMILLE

ESTHER

CHABAT CHALOM coeur
Revenir en haut Aller en bas
Armand Bendavid
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Dim 13 Jan 2008 - 13:19

VALLEE DE L'OURIKA, LE GRAND TSADIK SALOMON BEL-HENCH

















Revenir en haut Aller en bas
miel
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 251
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 28 Jan 2008 - 16:55

Localisation des sépultures des Sages du Maroc
(Zékhouto tkoun m'ana, que son mérite soit avec nous!).
Quelques femmes juives vénérées au Maroc :
Beni Mellal (Lalla Kherwia), Casablanca (Lalla Mima), Fez (Lalla Cohen et Lalla Sol ha tsaddiqa), Rabat (Lalla Luna bat Khalifa), Tabia (Lalla Saâda),

Agadir

(Au Sud de Agadir, à Oufrane dans l'Anti-Atlas, les tombes juives de 2000 ans, celles des 50 Nesrafimes ou martyrs juifs.
A l'Est de Agadir, à Akka des ombes juives marquées par des tas de pierres comme matsévotes).

Ribbi Khalifa Malka

Alcazarquivir

Rebbi Youdah Jabbali
Asjen Ribbi

Âmram ben Djouane ou Diwwane

Azemour

Ribbi Avraham Ben Natane
Ribbi Avraham Moul-Niss
Ribbi 'Hayim Assouline
Ribbi Yossi HaGualili
Beni Lellal Ribbi Chlomo Amar

Casablanca

Ribbi Avraham Amselem
Ribbi Avraham Ifra'h
Ribbi Chélomo Alloul
Ribbi David Danino
Ribbi David 'Hadida
Ribbi Eliyahou
Ribbi Messod Ohana
Ribbi Yits'haq Ben Chétrite
Ribbi Yits'haq 'Haziza
Ribbi Yits'haq Qoriat

Debdou

Ribbi Chélomo Cohen Gadol
Ribbi Daoud Cohen
Ribbi Moché Ben Sultan
Ribbi Moché Mimoune
Ribbi Mordékhaï Ben Moche Cohen
Ribbi Yits'haq El Qanesi
Ribbi Yaâqov Cohen
Ribbi Yitshak Ben Moché Cohen
Ribbi Yossef Ben Bibi
Ribbi Yossef Bensimon
Ribbi Yossef Tourdjmane

Demnal

Ribbi David Drai
Les 7 fils de Ribbi Lehbo

Draa

Ribbi Avraham Tordjman
Ribbi David Draa HaLévi
Ribbi David Na'hmias
Ribbi David Perez
Ribbi Meïr Benlolo
Ribbi Yaïche Bitton

El Jadida (Mazagan)

Ribbi Yahia Lakhdar
Ribbi Yahia Assouline
Ribbi Y'hia dont la maison existe encore derriere les remparts de la Cite Portugaise (le Mellah).

Essaouira

Ribbi Avraham Knafo
Ribbi Yosseff Knafo

Fez

Lala Soulika
Ribbi Aharone Monsonego
Ribbi Chaoul Serero
Ribbi Chélomo Ibn Danan
Ribbi David Haqadmone
Ribbi Matatiyahou Séréro
Ribbi Ménaché Ibn Dayan
Ribbi Raphaël Aharone Monsonego
Ribbi Raphaël Aven Tsour
Ribbi Vidal Sarfati
Ribbi Yaâqov Qaddoche
Ribbi Yéonatane Serero
Ribbi Yéhouda Ben Attar
Ribbi Yists'haq Elfassy
Ribbi Yossef BENAIM auteur de Malkhé Rabanan et de 48 autres ouvrages qui sont en cours d'édition
Ribbi Ichaya Bakish, dayan au Beth Din, vers 1600, auteur du Livre des Fragments.
Lala Soulika
Figuid (berceau de la famille Zenou) Ribbi Avraham Ben Salem

Marrakech:
(Près de Marrakech),
Aghbalou,

la tombe de Salomane Ben Elhans.

à Demnate

tombe de David Draa Halevy.
la tombe de David Lachkar (oui Moulay Ighi).

- à Sidi Rahal,

tombe de Jacob Ashkenazi, dit Moul Lma.
Ribbi Avraham Abikhzer
Ribbi Avraham Abitbol
Ribbi Avraham Azoulay
Ribbi Azar HaLévi
Ribbi Baroukh Arama
Ribbi Baroukh Bemmafda
Ribbi Chélomo Taméchoute
Ribbi David Ben Safét
Ribbi David Chélouche (13 Kislev)
Ribbi David Sabbah
Ribbi Eliyahou Yissane
Ribbi 'Habib El Mizra'hi
Ribbi 'Hanania HaCohen
Ribbi 'Hayim Pinto
Ribbi Massoud Bar Mimouna
Ribbi Massoud Ben-Moha
Ribbi Massoud Bitton
Ribbi Massoud Na'hmias
Ribbi Meïr Bat Chéchat
Ribbi Mordékhaï Ben Attar
Ribbi Moché HaCohen
Ribbi Moché ben Safét
Ribbi Moché 'Haliwa
Ribbi Nissim Ben Nissim
Ribbi Peta'hiya Berdugo
Ribbi Pin'has Ben Yaïr
Ribbi Pin'has HaCohen (14 Tévéte)
Ribbi Raphaël Ben Attar
Ribbi Chalom Kinizou
Ribbi Chaoul Na'hmias
Ribbi Chélomo Ban Attar
Ribbi Chélomo BenHens
Ribbi Chélomo Cohen
Ribbi Chélomo Tamsot
Ribbi Chélomo Sémana
Ribbi Yaâqov Abikhzer
Ribbi Yaâqov Lévi
Ribbi Yaâqov 'Hazan
Ribbi Yéhouda Tsarfati
Ribbi Yits'haq Ban Safét
Ribbi Yitsd'haq Délouya
Ribbi Yisrael Abikhzer
Ribbi Yisrael Ben Mo'ha
Ribbi Yossef Pinto
Lalla Ribqa Dé Béné Moché

Meknes

Ribbi Baroukh Tolédano
Ribbi David (Daoud) Boussidan
Ribbi 'Hayim Messas
Ribbi Ma'hlouf Chétrit
Ribbi Raphaël Elkouby
Ribbi Raphaël Berdugo
Ribbi Yaâqov Berdugo

Mi Ighi Zarkten

Ribbi David Lascar (Moulay Ighi)

Mogador (Essaouira)

Ribbi Avraham Ben Attar
Ribbi Avraham Bensoussan
Ribbi Avraham Knafo
Ribbi Avraham Qiria
Ribbi Avraham Sabbah
Ribbi Avraham Souissa
Ribbi David Attar
Ribbi David Elqayim
Ribbi David Yiflah
Ribbi 'Hayim Pinto
Ribbi Massoud Ben Tamechoute
Ribbi Réouven ben Réouven
Ribbi Yaâqov Ben Yita'h
Ribbi Yona Navone
Ribbi Yossef Knafo
Ribbi Yossef Malka

Ouezzane

Ribbi Aman Bendiouan

Ouarzazate (au Nord)

Ribbi David Moché Oumouchi

Rabat

Ribbi Avraham Berdougo
Ribbi Chalom Zagoui
Ribbi Chélomo Ben Weiche
Ribbi Chémouel Abou'hatséra
Ribbi David Bensimon
Ribbi David OuMoché
Ribbi Eliêzer Davila
Ribbi Eliyahou Mercado Malka
Ribbi Moché Ben Oualid
Ribbi Raphaël Attiya
Ribbi Raphaël Benkaoua
Ribbi Yécoutiel Berdougo
Ribbi Yossef Elmaleh

Rissani

Ribbi Avraham Abou'hatséra
Ribbi David Abou'hatséra
Ribbi Massoud Abou'hatséra
Ribbi Moché Tourdjemane

Safi
Les sept fils de Ribbi Benzmero
Ribbi Aaron Cohen dont la tombe se trouve entre Safi et Eljaddida

Salé
Ribbi Avraham Réva'h
Ribbi Amram Ben Safét
Ribbi Chalom Azoulay
Ribbi Ephraïm Maïmarane
Ribbi Moché Amsellem
Ribbi Moché Mamouna
Ribbi Mordekhaï Cohen
Ribbi Raphael Ankaoua
Ribbi Yi'hiya Rouimi

Séfrou
Ribbi Moché Elbaz
Ribbi Eliahou Araoche
Ribbi David Arazil

Tanger
Ribbi Avraham Tolédano
Ribbi 'Habib Tolédano
Ribbi Mordékhaï Bengio
Ribbi Yéhouda Azancote
Ribbi Yéhouda Jabaly
Ribbi Yits'haq Nahon

Taroudant

Ribbi Baroukh HaCohen
Ribbi Chalom Zafrani
Ribi David ben Baroukh
Ribbi Moché Elbaz
Ribbi Pin'has HaCohen
Ribbi Yamine HaCohen

Tétouan

(cimetière à Monte Dersa) Ribbi Amram Ben Diwan
Ribbi Avraham Bibas
Ribbi Vidal Tsarfati
Ribbi Yéhouda Halfon
Ribbi Yits'haq Bengualid
Ribbi Yits'haq Ben Walid
Ribbi Yits'haq Nahon


Tinérir (Gorge de Todhra)
très anciennes tombes
Revenir en haut Aller en bas
miel
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 251
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 28 Jan 2008 - 17:19

Les secteurs ruraux entourant Marrakech ont la concentration la plus importante des saints juifs du Maroc. Demnate, au nord-est de Marrakech, est l'une des quelques villes rurales avec un mellah bien développé, et d'un cimetière avec le saint David Draa Halevy. A Sidi Rahal le mausolée de Jacob Mahmias, appelé Moul Lma. Au sud de Marrakech, dans la ville antique d'Aghbalou dans la vallée d'Ourika, le tombeau de Ribbi Chélomo BenHens
Au point le plus élevé sur la route à Ouarzazate, un saint juif, David Lachkar (ou Moulay Ighi), est enterré dans la forteresse de la famille de Berber la plus puissante du vingtième siècle, le Glaoui.
Revenir en haut Aller en bas
miel
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 251
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 28 Jan 2008 - 17:25

Le mellah de Marrakech date du 1550, comme on peut lire sur la porte du cimetière juif. À la différence de la vieille ville ou medina musulmane, le mellah a beaucoup de bâtiments de trois histoires avec des rues étroites, reflétant les conditions serrés des nombreux juifs qui ont vécu là jusqu'à ce que les Synagogues des années 60 aient été par le passé sur chaque rue, mais seulement quelques sont restees . Au milieu du mellah il y un bâtiment qui etait encore récemment une synagogue et une maison pour les personnes âgées.
Une autre synagogue est pres du marché des bijoutiers, où plusieurs orfèvres juifs produisent toujours des pendants avec la khamsa( la main de Fatima, )qui est le symbole de la bonne chance pour les juifs et pour les musulmans.
Au cimetière de Marrakech est enterre le saint juif Hanania Cohen.
Revenir en haut Aller en bas
miel
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 251
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 28 Jan 2008 - 17:34

Dans les années 50, l'activité économique juive est sortie hors du mellah vers la place de EL Fnaa de Jemaa.

Meknes, la ville de Moulay Ishmael, est l'une des seules villes au Maroc où le mellah ne touche pas le palais royal. C'est également la seule ville où les juifs ont décidé de créer un nouveau mellah après que le protectorat français . La ville d'Européene loge plusieurs synagogues aussi bien qu'un centre social. Le nouveau mellah est toujours la maison pour certains des 100 juifs(peut-etre plus?) de Meknes, et on peut visiter la belle synagogue, le EL Krief, tout près du nouveau cimetière. De l'autre côté du nouveau mellah etpres du vieux mellah il y a le vieux cimetière juif.
Plusieurs saints se trouvent dans les deux cimetières, y compris
Haim Messas, David Boussidan, et Raphael Berdugo.
Dans la ville royale de Meknes, on trouve le tombeau de Moulay Ishmael.
Revenir en haut Aller en bas
miel
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 251
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 28 Jan 2008 - 17:40

Au nord de Meknes on trouve la ville de Volubilis, une ville romaine bien-préservée, où les archéologues ont trouvé les premières traces juive au Maroc. La ville voisine de Moulay Idriss contient un mausolée commémorant le fondateur du premier état musulman au Maroc, Idriss I, qui a opprimé les juifs, forçant bon nombre d'entre eux à se convertir. Plus au nord c'est Ouezzane, une ville de fraternité musulmane importante qui a encouragé les commerçants et les agronomes juifs à vivre ensemble. À l'est d'Ouezzane ce trouve le village d'Azjen, où se trouve le tombeau du tsadik juif le plus important, Amram Ben Diwane. Les pélerinages a Lag B'Omer attirent des centaines de juifs a l'intérieur et em dehors du Maroc.
Revenir en haut Aller en bas
miel
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 251
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 28 Jan 2008 - 17:52

Juste en dehors des murs de la ville de Rabat se trouve une autre ville murée, le Chellah, où des juifs sont censés avoir vécu pendant la période des phéniciens.
Le musée archéologique de Rabat possede, de la ville romaine de Volubilis une lampe juive trouvée à l'emplacement.
La mosquée non finie de la tour Hassan
la mosquée de Koutoubia de Marrakech
et de la cathédrale de Giralda en Séville, Espagne, qui ont été établies par la dynastie des almohades, les persécuteurs des personnes juifs du douzièmes siècle . Le mausolée du Roi Mohamed V, est devenu un emplacement de pélerinage pour les juifs, marocains du monde entier qui ne peuvent pas oublier les efforts la protection du roi contre les politiques anti-sémitiques du gouvernement français de Vichy. Le mellah voisin a une belle synagogue , alors que la synagogue principale se trouve a quelques metres avant dans la nouvelle ville.
La Kasbah Oudaias était la maison des pirates de vente, une partie d'eux étaient des Marrannes portugais. Le musée d'Oudaias d'habillement marocain traditionnel, y compris un costume juif de mariage. Le cimetière juif de Rabat a des pierres tombales avec des inscriptions en l'hébreu, en Français et en Espagnol. Les saints importants sont Eliezer de Avila et Chalom Zaoui.
quelques kilomètres au nord de Rabat, un nouveau musée juif s'est ouvert, près de la plage des nations .
Revenir en haut Aller en bas
miel
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 251
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 28 Jan 2008 - 17:59

la ville-jumelle de Rabat, Sale a eu son propre mellah. C'était un centre important de culture intellectuelle juive. La porte principale du mellah et la belle Medersa ont été construites par les Merenides, qui ont maltraites les juifs.
Le rabbin le plus célèbre est, Raphael Encawoua. Son tombeau est le centre d'une hiloula importante chaque annee.
Revenir en haut Aller en bas
miel
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 251
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 28 Jan 2008 - 18:19

EL Jadida (Mazagan) au sud de Casablanca, la citadelle portugaise du 18ème siècle qui a servit plus tard de quartier juif. Il est possible devoir les bastions, où l'ont peu admirer l'etoile de David sur une synagogue abandonnée, qui a été convertie par la suite a une maison portugaise. À côté de la ville Portugaise se trouve grand cimetière juif. Les pierres tombales appartiennent a des traducteurs et a des employés juifs qui ont travailles avec des consuls étrangers au 19ème siècle .
Le saint Yahia Assouline est enterré dans ce cimetière.
Revenir en haut Aller en bas
miel
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 251
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 28 Jan 2008 - 18:26

Essaouira (Mogador) le mellah d'Essaouira (plus de 10 % de la ville), les juifs etaient presque un 40 % de la population vers la fin de 1880.
Le juif tient un rôle au point que certains juifs riches n'ont même pas vécu au mellah. Les plaques commémoratives indiquent les bâtiments dans lesquels des synagogues ont été situées.
Les anciens habitants d'Essaouira, la plupart d'entre elles juives, ont formé un comité pour remettre en état la ville.
Un membre important du comité est conseiller économique du roi André Azoulay. Le cimetière juif, juste en dehors de la ville.
La grande hiloula de Rebbi Haim Pinto Agadol se celebre en septembre.
Revenir en haut Aller en bas
Gisele Barokh
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Tombe de Rabbi Eliaou   Dim 3 Fév 2008 - 3:13

Tombe de Rabbi Eliaou dans le nouveau cimetiere de casablanca
Revenir en haut Aller en bas
Gisele Barokh
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Rabbi Abraam mol nes   Dim 3 Fév 2008 - 3:22

Rabbi Abraam mol nes a Azemour

Revenir en haut Aller en bas
Gisele Barokh
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Rabbi Abraam moul nes   Dim 3 Fév 2008 - 3:29







Dernière édition par le Dim 3 Fév 2008 - 21:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gisele Barokh
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Rabbi Abraham moul niss   Dim 3 Fév 2008 - 3:34



Dernière édition par le Dim 3 Fév 2008 - 21:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gisele Barokh
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Rabbi Abraham moul niss   Dim 3 Fév 2008 - 3:38







Dernière édition par le Dim 3 Fév 2008 - 21:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gisele Barokh
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Rabbi Abraham moul niss   Dim 3 Fév 2008 - 3:44

Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Ven 27 Mar 2009 - 6:59



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Larache
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 305
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 20 Avr 2009 - 5:32

C’est un petit chemin au milieu des oliviers qui mène vers le village de Draâ. Il est difficile d’accès et est constitué en grande partie d’une piste non goudronnée. Depuis le mercredi 23 mai, des barrages de gendarmes sont installés sur la route qui mène vers ce chemin. La raison : des pèlerins juifs venus de plusieurs villes du Maroc et même d’Israël et de France se sont donnés rendez-vous dans ce petit patelin se trouvant à 15 kilomètre de la ville de Demnate (à 90 kilomètres de Marrakech).


La communauté juive se rend depuis des années à ce lieu pour organiser une Hilloula, appellation donnée aux moussems juifs qui sont comme les moussems musulmans, des cérémonies organisés à la mémoire d’un saint.

La dernière Hilloula en date concerne le saint David Draâ. Elle a eu lieu du 23 au 27 mai dans le village de Draâ. Pourquoi ce village ? « C’est là où se trouve la tombe du saint qui est décédé il y a 700 ans », répond le Hazzan (Rabbin) Isaac Ammar.

Au Maroc, une dizaine de saints sont vénérés par la communauté juive au Maroc. Or, selon le représentant de la communauté juive à Marrakech-Essaouira, Jacky Kadoch, il en existe environ 300 à travers le Royaume.

Les Hilloula, nous explique-t-il, ont été instaurées dans les rites hébreux pour « la commémoration de "Lag Ba Omer", jour du décès du grand rabbin et saint Chimon Bar Yohaï. Puis, cette date est devenue une occasion d’honorer la mémoire de tous les saints juifs dans le monde. Faisant de même ici au Maroc, nous organisons une série de Hilloula chaque année en différents endroits et en différentes dates », précise le président de la communauté juive à Marrakech-Essaouira.

Draâ sous haute surveillance

L’accès au village de Draâ est très surveillé durant les jours de la Hilloula. Dès qu’il a stationné, le chauffeur de la voiture qui nous a mené au lieu du moussem juif a été aussitôt interpellé par un gendarme. Ce dernier a ensuite demandé aux passagers (le journaliste du Reporter et deux docteurs chercheurs) leur carte d’identité et les raisons de leur arrivée au village. C’est le représentant de la communauté juive qui lui a signalé qu’il s’agissait de visiteurs qu’il attendait.

En plus des gendarmes et d’autres éléments des forces axillaires, le khalifa du village était également sur les lieux prenant note de tout... A l’entrée du village se trouve une vielle école talmudique en délabrement.

A l’intérieur du village, plus aucun juif n’est parmi les habitants. Ce sont des villageois musulmans berbères qui gardent la synagogue et le mausolée du saint David Draâ, connu aussi sous le nom de « Moul Nakhla Khadra » (l’homme au palmier vert). Le saint doit ce surnom à un petit palmier qui pousse au dessus de son tombeau. Hassan, le principal gardien du mausolée et son frère ont hérité leur fonction de leur père.

La synagogue et le mausolée ont été réhabilités il y a quelques mois. Les signes des travaux, encore apparents, le prouvent. Des pèlerins ont séjourné au village Draâ durant toute la période du moussem, du 24 au 27 mai. D’autres sont venus après, certains sont partis avant... L’essentiel pour eux est de visiter le mausolée au moins une fois par an. « Par exemple, Serge Berdugo, président de la communauté juive au Maroc, même s’il n’est pas venu durant ce moussem, il a déjà visité le saint il y a quelques mois ... », souligne un des pèlerins.

Un camping ouvert aux pèlerins

C’est dans une sorte de camping que les pèlerins viennent, en famille, assister au moussem. Certains ont même installé des tentes où passer la nuit. Les visiteurs se débrouillent pour préparer leur repas. Les villageois leur vendent du pain, des œufs... Des tables sont placées à l’extérieur pour ceux qui veulent les utiliser pour manger ou pour siroter une boisson en plein aire. De nuit, le comité d’organisation a prévu l’éclairage des lieux. Les pèlerins se disent heureux que le raccordement au réseau de l’eau potable soit fait. « Cela nous évite de devoir acheminer l’eau dans des citernes comme auparavant », souligne l’un d’eux.

Certains pèlerins s’allongent à même le sol. Ce qui n’empêche pas l’un d’eux à penser, à haute voix, à rendre le camping plus confortable et moderne comme c’est le cas dans d’autres marabouts où la communauté juive a installé des bungalows pour les fidèles. « Les locataires de ces bungalows payent simplement une contribution symbolique qui sert à l’entretien », a précisé le Hazzan (rabbin) Isaac Ammar venu de Casablanca. Ce dernier résidait, dans le passé, dans la région de Demnate.

Le rituel

Les pratiques exercées par les pèlerins juifs durant les jours que dure le moussem sont similaires à ce qui se passe lors des autres Hilloula., nous précise Hassan Majdi, un jeune chercheur qui étudie depuis longtemps le « culte des saints juifs ».

Avant de prendre le départ pour le pèlerinage, le fidèle prend soin de se purifier. Il procède aux ablutions rituelles, se coupe les ongles et parfois même il s’impose le jeûne. « La femme qui est en période menstruelle est considérée comme impure. Elle ne peut pas être présente sur le territoire saint et doit quitter immédiatement les lieux, sous peine de provoquer la tempête ou l’orage.

Le port de maquillage dans des lieux saints est déconseillé. En plus de ces désagréments climatiques qui expriment la colère du saint, la femme impure qui vient en pèlerinage se met en danger de mort, et ce, pendant les huit jours qui suivent Hilloula. Elle peut causer aussi la mort de son mari ou de ses enfants.

De même, toute femme présente à Hilloula est tenue de s’habiller chastement : une robe tombant aux pieds, des manches longues et un foulard couvrant les cheveux... », précise Hassan Majdi.

Une fois arrivés au sanctuaire, les pèlerins procèdent d’abord à des aménagements d’ordre logistique. Puis, ils se dirigent vers le tombeau pour un premier recueillement devant le saint. Près de la tombe, un groupe de lecteurs -des professionnels en la matière- récite des psaumes.

Le rituel de l’allumage des cierges près de la tombe n’est omis par aucun des visiteurs pendant le pèlerinage. Tout près du saint, certains apportent aussi du couscous ou d’autres plats. Cette nourriture, appelée par la communauté juive « maârouf », est consommée sur place par des pèlerins et des indigents du village. L’abattage rituel est l’une des plus importantes cérémonies qui sont religieusement respectées lors du pèlerinage. De la volaille, des moutons, des chèvres parfois des vaches ou des bœufs sont abattus. C’est le rabbin qui procède à l’abattage. Dès que la bête égorgée est proclamée « kesherah » (conforme aux rites), les fidèles se mettent à chanter et poussent des cris de joie...

D’autres pratiques sont également fréquentes aux alentours de la sépulture du saint. Par exemple, les visiteurs prient, chantent, dansent,... « C’est le célèbre chanteur Pinhass qui a animé, avec son groupe de musiciens, l’une des soirées qu’on a organisé dans le mausolée. Il l’a fait à titre gracieux comme il le fait assez souvent », a déclaré Jacky Kadoch.

Le comité d’organisation, parfois les pèlerins eux-mêmes, louent les services des villageois (des musulmans) pour toute la période du moussem pour approvisionner les pèlerins en animaux destinés à l’abattage, en bois de combustion et autres aliments et articles nécessaires pour les festivités...

Lors de leurs veillées religieuses, les visiteurs (hommes et femmes) déposent de l’eau ou de l’huile sur la tombe du saint. Ces matières devront servir par la suite, le plus souvent durant toute l’année, de remèdes. Des bijoux ou des pièces de monnaie sont également déposées à côté de l’eau et de l’huile. La joaillerie est destinée à être portée ultérieurement comme des médaillons porte-bonheur...

Vente aux enchères

L’un des moments forts de la Hilloula est la vente aux enchères des bougies et des verres d’alcool « au nom du saint ». L’adjudicataire de chaque cierge reçoit généralement à titre gracieux un verre d’alcool. « Les fidèles s’entassent dans le sanctuaire et leur enthousiasme s’intensifie au fur et à mesure de la montée des offres. La vente du premier cierge suscite toujours de nombreuses surenchères car, dit-on, il a la vertu d’attirer plus particulièrement l’attention du saint... », nous précise Hassan Majdi.

Après la vente d’une première quantité de bougies, la communauté procède aux enchères d’autres séries de cierges au nom d’autres saints. Les revenus sont affectés à la caisse du sanctuaire. Les bougies qui honorent les autres saints sont achetées par les fidèles qui vouent un attachement à ces saints. Le public accompagne les enchères par des cris de joie, des chants, des danses et des prières. Un gigantesque brasier de cire brûle prés de la tombe du saint et les fidèles en extase l’alimentent sans cesse en y jetant des paquets entiers de bougie. Dans les différents rituels, la communauté juive tient à faire participer les plus jeunes. C’est de la sorte que les Hilloulas se perpétuent de génération en génération.

Des saints communs entre musulmans et juifs

L’étude des cultes des saints montre l’existence d’une vénération, manifeste ou parfois cachée, des saints juifs par des Musulmans. Les juifs aussi, de leur côté vénèrent des saints musulmans. Par leurs traditions, ils essayent de rattacher ces saints au judaïsme. « Ces tentatives de "judaïsation" nous montrent que les juifs sont loin de reconnaître ouvertement qu’ils vénèrent un saint qui n’est pas des leurs. Ce qui n’est pas le cas pour les musulmans », explique le chercheur Hassan Majdi.

En ce qui concerne les Marocains musulmans, ils invoquent les saints juifs et implorent leur secours, surtout dans le domaine de la guérison. Ils visitent alors des lieux saints juifs, seuls ou accompagnés d’amis juifs. Dans certains cas, ils adressent leurs invocations par l’intermédiaire de leurs voisins juifs.

Hassan Majdi recense environ 90 saints juifs vénérés par des musulmans. Il dresse également une deuxième liste de 36 saints revendiqués à la fois par les musulmans et par les juifs.

Hassan Majdi, chercheur : « Les cultes des saints juifs ressemblent aux cultes des musulmans »

« Le culte des saints et les pèlerinages des juifs au Maroc » est le sujet de recherche du jeune chercheur Hassan Majdi pour l’obtention de son doctorat. Menant des recherches sur le sujet pendant des mois, il commence à connaître par cœur les pratiques de la communauté juive, ses cultes, ses rites... A travers cet entretien, Hassan Majdi explique le phénomène des saints juifs au Maroc.

Pouvez-vous nous donner une idée sur le phénomène des Hilloulah au Maroc ?

Le culte des saints chez les Juifs du Maroc, comme chez les Musulmans du Maroc naît d’une idée toute simple : le croyant se considère comme étant très loin de l’essence suprême de Dieu qui lui est inaccessible. Cette distance spirituelle et physique à la fois, détermine aux yeux du croyant l’attitude de Dieu envers lui. La quantité des mortels qui ont recours à l’aide divine est innombrable, mais l’homme en détresse n’est pas toujours sûr que Dieu se souvienne de lui pour l’exaucer. Il a donc recours à l’intercession d’une personnalité célèbre dont les vertus exceptionnelles la rapprochent de Dieu et dont les qualités humaines sont communes aux mortels.

De nos jours encore, les juifs du Maroc croient obstinément au pouvoir d’intercession de nombreux rabbins, -appelés Rabbi- remarqués pour leur pouvoir, leur vie exemplaire et leur bienveillance à l’égard d’autrui. Ils visitent tout au long de l’année les sanctuaires de grandes célébrités hagiographique, tel Amran Ben Diwan, Moulay Ighli, David Draâ, Umosheh, R.david ben Barukh.... Mais c’est surtout pour la commémoration de la hilloulah qu’une multitude de pèlerins afflue aux sanctuaires... C’est un événement religieux et social qui occupe une place de choix dans le cycle annuel de la vie juive marocaine.

Le séjour dans les sanctuaires pendant les festivités annuelles (Hilloulot) dure généralement sept jours.

Y aurait-il des similitudes entre le culte des saints musulmans et celui des saints juifs ?

Les cultes des saints juifs présentent une évidente analogie avec les cultes maraboutiques des musulmans. Les cultes des saints juifs s’étaient développés du XVII au XIXème siècle, avec un léger décalage par rapport aux marabouts (XVI siècle). Les communautés juive et musulmane présentent en général des traits communs mais aussi des particularités spécifiques, surtout en ce qui concerne la personnalité du saint. La quantité des marabouts chez les Musulmans surpasse considérablement celle des saints juifs et en diffère par la complexité de leurs types...

La coexistence harmonieuse et millénaire des Juifs et des Musulmans du Maroc et leur recours indépendant au même phénomène culturel, ont donné naissance à des usages communs, sans que chacun des deux groupes ait pour cela renoncé à son droit de cultiver séparément des voies personnelles et fonctionnelles dans la création de ses saints.

Les caractéristiques spécifiquement juives que comporte le culte des saints juifs au Maroc sont les références à la cabbale, la non transmission de la baraka aux descendants du saint et l’absence de toute dimension politique.

Au cours de vos recherches, quelles sont, selon vous, les découvertes qui sont les plus surprenantes ?

Ce qui m’a beaucoup frappé c’est l’existence de nos jours encore d’une vénération des saints juifs par les Musulmans. Des saints qui sont encore invoqués et dont le secours est toujours implorés, surtout dans le domaine de la guérison...

Les Juifs aussi, de leur côté, vouent de l’admiration à quelques saints musulmans. Ils visitent les sanctuaires musulmans ouvertement, quand cela leur est permis, et en cachette dans le cas contraire...

Pourquoi avez-vous décidé de consacrer vos recherches au culte des saints juifs au Maroc ?

J’ai d’abord choisi la dimension judéo-marocaine comme une base de recherche car les juifs marocains font partie de notre mémoire. Ils sont une composante de notre identité culturelle. Il est indispensable de réhabiliter et de reconnaître leur patrimoine culturel comme acteur indépassable de la diversité humaine et culturelle du Maroc...

Quant au culte des saints chez les Juifs du Maroc, en bref, c’est un phénomène important, passionnant, complexe... C’est un univers qu’on doit explorer, c’est une mémoire millénaire vécue sur le sol marocain qu’on doit reconstituer...

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors de vos recherches ?

La recherche scientifique au Maroc, surtout les sujets qui renvoient à la mémoire collective ne bénéficient pas de financement. Les chercheurs non affiliés à des laboratoires à l’étranger ou travaillant déjà dans une université consacrent le plus clair de leur temps à tenter de trouver les moyens pour réaliser leurs recherches. Ce qui se répercute sur la qualité des résultats de leurs travaux.

Mon cas personnel ne fait pas exception. Je suis tellement occupé par mes obligations professionnelles pour subvenir aux besoins de ma famille que j’arrive difficilement à honorer mes engagements envers mes professeurs encadrant.

Le Reporter - Brahim Mokhliss

http://www.bladi.net/13169-traditions-juives-maroc-hilloulas.html
Revenir en haut Aller en bas
Larache
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 305
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 20 Avr 2009 - 5:36

Leçon de tolérance!!!

Des saints communs entre musulmans et juifs

L’étude des cultes des saints montre l’existence d’une vénération, manifeste ou parfois cachée, des saints juifs par des Musulmans. Les juifs aussi, de leur côté vénèrent des saints musulmans. Par leurs traditions, ils essayent de rattacher ces saints au judaïsme. « Ces tentatives de "judaïsation" nous montrent que les juifs sont loin de reconnaître ouvertement qu’ils vénèrent un saint qui n’est pas des leurs. Ce qui n’est pas le cas pour les musulmans », explique le chercheur Hassan Majdi.
En ce qui concerne les Marocains musulmans, ils invoquent les saints juifs et implorent leur secours, surtout dans le domaine de la guérison. Ils visitent alors des lieux saints juifs, seuls ou accompagnés d’amis juifs. Dans certains cas, ils adressent leurs invocations par l’intermédiaire de leurs voisins juifs.
Hassan Majdi recense environ 90 saints juifs vénérés par des musulmans. Il dresse également une deuxième liste de 36 saints revendiqués à la fois par les musulmans et par les juifs.
Hassan Majdi, chercheur : « Les cultes des saints juifs ressemblent aux cultes des musulmans »


« Le culte des saints et les pèlerinages des juifs au Maroc » est le sujet de recherche du jeune chercheur Hassan Majdi pour l’obtention de son doctorat. Menant des recherches sur le sujet pendant des mois, il commence à connaître par cœur les pratiques de la communauté juive, ses cultes, ses rites... A travers cet entretien, Hassan Majdi explique le phénomène des saints juifs au Maroc.

Pouvez-vous nous donner une idée sur le phénomène des Hilloulah au Maroc ?
Le culte des saints chez les Juifs du Maroc, comme chez les Musulmans du Maroc naît d’une idée toute simple : le croyant se considère comme étant très loin de l’essence suprême de Dieu qui lui est inaccessible. Cette distance spirituelle et physique à la fois, détermine aux yeux du croyant l’attitude de Dieu envers lui. La quantité des mortels qui ont recours à l’aide divine est innombrable, mais l’homme en détresse n’est pas toujours sûr que Dieu se souvienne de lui pour l’exaucer. Il a donc recours à l’intercession d’une personnalité célèbre dont les vertus exceptionnelles la rapprochent de Dieu et dont les qualités humaines sont communes aux mortels.
De nos jours encore, les juifs du Maroc croient obstinément au pouvoir d’intercession de nombreux rabbins, -appelés Rabbi- remarqués pour leur pouvoir, leur vie exemplaire et leur bienveillance à l’égard d’autrui. Ils visitent tout au long de l’année les sanctuaires de grandes célébrités hagiographique, tel Amran Ben Diwan, Moulay Ighli, David Draâ, Umosheh, R.david ben Barukh.... Mais c’est surtout pour la commémoration de la hilloulah qu’une multitude de pèlerins afflue aux sanctuaires... C’est un événement religieux et social qui occupe une place de choix dans le cycle annuel de la vie juive marocaine.
Le séjour dans les sanctuaires pendant les festivités annuelles (Hilloulot) dure généralement sept jours.
Y aurait-il des similitudes entre le culte des saints musulmans et celui des saints juifs ?
Les cultes des saints juifs présentent une évidente analogie avec les cultes maraboutiques des musulmans. Les cultes des saints juifs s’étaient développés du XVII au XIXème siècle, avec un léger décalage par rapport aux marabouts (XVI siècle). Les communautés juive et musulmane présentent en général des traits communs mais aussi des particularités spécifiques, surtout en ce qui concerne la personnalité du saint. La quantité des marabouts chez les Musulmans surpasse considérablement celle des saints juifs et en diffère par la complexité de leurs types...
La coexistence harmonieuse et millénaire des Juifs et des Musulmans du Maroc et leur recours indépendant au même phénomène culturel, ont donné naissance à des usages communs, sans que chacun des deux groupes ait pour cela renoncé à son droit de cultiver séparément des voies personnelles et fonctionnelles dans la création de ses saints.
Les caractéristiques spécifiquement juives que comporte le culte des saints juifs au Maroc sont les références à la cabbale, la non transmission de la baraka aux descendants du saint et l’absence de toute dimension politique.
Au cours de vos recherches, quelles sont, selon vous, les découvertes qui sont les plus surprenantes ?
Ce qui m’a beaucoup frappé c’est l’existence de nos jours encore d’une vénération des saints juifs par les Musulmans. Des saints qui sont encore invoqués et dont le secours est toujours implorés, surtout dans le domaine de la guérison...
Les Juifs aussi, de leur côté, vouent de l’admiration à quelques saints musulmans. Ils visitent les sanctuaires musulmans ouvertement, quand cela leur est permis, et en cachette dans le cas contraire...
Pourquoi avez-vous décidé de consacrer vos recherches au culte des saints juifs au Maroc ?
J’ai d’abord choisi la dimension judéo-marocaine comme une base de recherche car les juifs marocains font partie de notre mémoire. Ils sont une composante de notre identité culturelle. Il est indispensable de réhabiliter et de reconnaître leur patrimoine culturel comme acteur indépassable de la diversité humaine et culturelle du Maroc...
Quant au culte des saints chez les Juifs du Maroc, en bref, c’est un phénomène important, passionnant, complexe... C’est un univers qu’on doit explorer, c’est une mémoire millénaire vécue sur le sol marocain qu’on doit reconstituer...
Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors de vos recherches ?
La recherche scientifique au Maroc, surtout les sujets qui renvoient à la mémoire collective ne bénéficient pas de financement. Les chercheurs non affiliés à des laboratoires à l’étranger ou travaillant déjà dans une université consacrent le plus clair de leur temps à tenter de trouver les moyens pour réaliser leurs recherches. Ce qui se répercute sur la qualité des résultats de leurs travaux.
Mon cas personnel ne fait pas exception. Je suis tellement occupé par mes obligations professionnelles pour subvenir aux besoins de ma famille que j’arrive difficilement à honorer mes engagements envers mes professeurs encadrant.

http://www.skyscrapercity.com/archive/index.php/t-483409.html
Revenir en haut Aller en bas
Larache
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 305
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 20 Avr 2009 - 6:02

Le pèlerinage des saints connaît toujours la même ferveur auprès d’une communauté qui n’hésite pas à effectuer des milliers de kilomètres pour rendre visite à Lalla Soulika, Sol Hachouel la «sainte» juive de Tanger, Rabbi Amram Ben Diwan d’Ouezzane, Rabbi Hanania Cohen, «le lion de Marrakech»,Rabbi Haïm Pinto à Essaouira.


Ouezzane, près de deux cents kilomètres de la capitale, chaque année arrive une communauté juive venue de tous les coins du monde. C’est là où est enterrée une des grandes figures juive.
Le rabbin Amram Ben Diwan, qui mourut en 1781 et fut enterré à quelques kilomètres de Ouezzane, à Asjen, est l’un des saints les plus populaires chez les juifs marocains.
Les juifs du nord du Maroc jurent toujours sur Rabbi Amran (por Rebbi Amran) et ils appellent leurs fils Amran (sur le tsadik).
Le pèlerinage aux saints connaît toujours la même ferveur auprès d’une communauté qui n’hésite pas à traverser tous les océans pour se recueillir sur la tombe de Lalla Soulika a fes, de rebbi Ishak Benwalid a Alcazarquivir, de Hanania Cohen, “le lion de Marrakech” de Haïm Pinto à Essaouira, Rabbi Abraham Moulenes a Azemour. Il sont plus de six cents saints, dont vingt-cinq femmes, dans toutes les contrées du Maroc avec une forte concentration dans le sud du pays à être l’objet d’une vénération qui n’a rien perdu de sa ferveur.
Revenir en haut Aller en bas
Youba
Invité



MessageSujet: Moulay ighi à tissakht ighi   Sam 2 Jan 2010 - 15:33

je suis de thissakht commun Zarqden elhouze Marrakech ou setrovele rabbin Moulay Ighi je cherche à avoir des données historique sur Mouly Ighi. seulement parceque j'habite prés de ce rabbin et j'ai beaucoup de sevenirs depuis mon enfance avec My Ighi
Revenir en haut Aller en bas
Youba
Invité



MessageSujet: Moulay Ighi   Sam 2 Jan 2010 - 15:39

otissekhet@hotmail.com
c'est mon e-mail
Revenir en haut Aller en bas
Esther B
Invité



MessageSujet: RABBI MOSE BENCHLOUCH LARACHE   Lun 1 Nov 2010 - 22:18

Shalom,

Add in your list to:
RABBI MOSE BENCHLOUCH (LARACHE)


All the best!

estherbenchluch@hotmail.com
Revenir en haut Aller en bas
Michelle Anidjar
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 2519
Age : 61
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Ven 5 Nov 2010 - 6:28

Oufrane renferme l'une des plus anciennes traces de présence juive au Maroc: c'est la tombe du Rabbin Youssef ben Mimoun qui serait mort en l'an 5 av.J.C. Elle se trouve au cimetière juif connu sous le nom de "Lmiâra" (nom donné par les juifs marocains à leurs cimetières). "Rabbin youssef ben Mimoun" fut l'un des plus vénérés saints juifs dont la réputation attire chaque anneé des touristes juifs venant des quatres coins du monde. Dans les années 60 les derniers juifs ont quitté Ifrane en direction d'Israël, les vieux du village se souviennent encore des adieux pénibles car -loin de toutes considération religieuse ou autre- ces juifs berbères faisaient tout simplement partie de l'histoire et la culture d'Ifrane d'Anti-atlas, ils avaient vécu avec eux dans la paix le respect et la fraternité...
Revenir en haut Aller en bas
http://cuisinemichelle.exprimetoi.net/index.forum
Michelle Anidjar
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 2519
Age : 61
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Ven 5 Nov 2010 - 6:38

les pelerins (hommes et femmes) déposent de l’eau ou de l’huile sur la tombe du saint. Ces matières devront servir par la suite, le plus souvent durant toute l’année, de remèdes. Des bijoux ou des pièces de monnaie sont également déposées à côté de l’eau et de l’huile. La joaillerie est destinée à être portée ultérieurement comme des médaillons porte-bonheur
Revenir en haut Aller en bas
http://cuisinemichelle.exprimetoi.net/index.forum
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 8 Nov 2010 - 13:14

Rabbi David Halévi Draa

Dans le village de Draa, non loin de Dimneth, se trouve la tombe de Rabbi David Halévi Draa, qui fut l’un des plus vénérés saints chez les juifs du Maroc. La tombe de Rabbi David est recouverte par d’immenses branches de palmier et pour cette raison, ce Tsaddik fut surnommé populairement : “Moul Nah’la Lkh’adra”, qui signifie : “Le Saint du palmier vert”.

Les juifs venaient nombreux le pèleriner, tout au long de l’année, les miracles qui s’y passaient surprenaient tout le monde.

Un juif était aveugle et infirme; il alla pèleriner Rabbi David Halevi Draa le jour de sa hiloula. Au bout d’un moment, il réalisa soudain qu’il voyait, et ses membres infirmes se mirent à bouger. L’assistance sidérée par ce miracle merveilleux qui venait de se produire se mit à chanter et à danser avec frénésie.

Depuis ce jour, cet homme n’a plus quitté l’endroit. Il construisit sa maison près de la tombe du Tsaddik, se maria et lorsque naquit son fils aîné, il le nomma David, du nom du Tsaddik.

On pouvait être témoin chaque jour de nouveaux miracles près du tombeau de Rabbi David Halévi. Une fois, une enfant tomba gravement malade. De jour en jour, la maladie s’aggravait et les médecins désespéraient de la sauver. Son père fit alors le voeu, que si sa fille guérissait, il voyagerait avec toute la famille sur la tombe de Rabbi David Halévi, pour égorger un mouton et distribuer sa viande aux pauvres. L’enfant guérit et el père voyagea avec toute sa famille sur la tombe de Rabbi David afin d’accomplir son voeu.

En cours de route, son deuxième fils, un nourrisson tomba malade. Sa femme le supplia de retourner chez eux et de repousser à plus tard le pèlerinage. Le mari s’obstina et affirma qu’il fallait qu’il réalise son voeu coûte que coûte. Lorsqu’ils arrivèrent à Draa, le bébé était au plus mal. Le père se prosterna sur la tombe du Tsaddik et pria pour que son fils guérit aussi.

Le nourrisson commença à bouger les pieds et les mains, puis éclata en sanglots. Depuis longtemps il gisait inconscient, sans même pleurer. La mère heureuse n’en croyait pas ses yeux. Elle donna à manger au bébé et toute trace de maladie disparut.

Jusqu’à nos jours, les juifs du Maroc prononcent le nom du Tsaddik Rabbi David Halevi avec amour et vénération, et se racontent de génération en génération les miracles qu’il accomplit de son vivant et après sa mort.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 8 Nov 2010 - 16:51

Rabbi Yéhouda Ben Attar (1656-1733)

Un des grands Rabbanim du Maroc, né à Fez en Elloul 5415. Il devint Av Beth Din dans sa ville. Il prit d’importantes décisions visant à renforcer la vie spirituelle de sa communauté. Durant de nombreuse générations, les juifs de Fez restèrent attachés à son enseignement. On raconte à ...son sujet de forts nombreux récits miraculeux.

Il quitta ce monde en l’an 5493 (1733) à l’âge de 77 ans.

Le Hida raconte : Un jour le Gaon Rabbi Yéhouda Ben Attar fut mis en prison, le temps que la communauté juive paie de quoi le faire libérer. C’était une pratique courante dans les communautés orientales en ces temps là. Seulement cette fois-ci la somme fixée par la gouverneur était trop élevée et très au-dessus des moyens financiers de la communauté juive. Rabbi Yéhouda Ben Attar resta donc en prison. Peu après, le cruel gouverneur décida de faire jeter le Rabbi dans la fosse aux lions. Quelle ne fut la stupeur des gardes lorsqu’ils virent Rabbi Yéhouda Ben Attar s’asseoir tranquillement au sol et poursuivre son étude avec les lions respectueusement accroupis autour de lui. Dès qu’il fut tenu au courant, le gouverneur fit libérer le Rabbi et lui voua un grand respect tout au long de sa vie.

On raconte également à propos de Rabbi Yéhouda Ben Attar l’histoire suivante : A Tunis, un juif et un musulman avaient décidé d’exploiter ensemble une entreprise commerciale. Leurs affaires réussirent au-delà de leurs espérances et le juif gagna beaucoup d’argent. Le musulman, lui, ne comprenait pas grand chose aux affaires ni aux comptes que lui établissait son collègue juif. Le musulman avait entièrement confiance dans le juif et il comptait sur lui pour tous les détails de leur association. A priori il n’avait pas lieu de se plaindre de la confiance qu’il mettait dans le juif, puisqu’il voyait de ses propres yeux à quel point l’affaire prospérait. Au fil des ans le non juif ne réclama jamais sa participation aux bénéfices, si bien que la dette du juif allait sans cesse en augmentant. Un jour malgré tout, l’associé voulut récupérer sa part et il en informa son collègue le commerçant juif. Celui-ci malheureusement, sachant que le musulman n’aurait aucune preuve de leur association, eut l’audace de nier tout en bloc y compris même qu’ils aient été associés. Le non juif en fut terriblement affecté. Son associé Juif avait trahi sa confiance et lui, ne savait plus comment récupérer son argent.

Finalement il pressa le juif de jurer que ses paroles étaient conformes à la vérité et que vraiment il ne lui devait rien. Il ne lui demanda pas de prêter un simple serment, il lui demanda de jurer au nom de son Rav Rabbi Yéhouda Ben Attar. Sachant où il était la vérité, le juif refusa de toutes ses forces de prêter serment. Le non juif comprit alors que ce refus représentait sa chance. Il comprit à quel point le nom du Gaon Rabbi Yéhouda Ben Attar était important aux yeux de son associé juif.

Dés lors, il ne cessa d’insister et ne laissa plus le juif en paix jusqu’à ce qu’il ait obtenu qu’il prête serment : Le juif finit par jurer sur la vie du Gaon Rabbi Yéhouda Ben Attar, qu’il ne lui devait rien et ne lui avait jamais dû le moindre sou. Après avoir ainsi prêté serment le juif rentra chez lui heureux. Il s’était ainsi débarrassé de la pression que le non juif faisait peser sur lui. Il était heureux car il avait maintenant pris possession sans le moindre effort de toute la richesse qui appartenait à son associé. Il était si heureux qu’il décida d’offrir une Séouda un dîner à sa famille et à tous ses amis. Au cours du dîner le juif se rendit au cellier pour prendre du vin en l’honneur de ses invités. Malheureusement pour lui, en quittant le cellier avec les bouteilles qu’il était venu chercher il oublia les bougies qu’il avait apportées. Quelques minutes plus tard le feu prit dans le cellier et toute la maison, ainsi que toute ses richesses et malheureusement ses propres enfants partirent en flammes. Lorsque le non juif apprit la nouvelle, il en fut si ému qu’il quitta sa ville de Tunis et se rendit jusqu’à Fez au Maroc, à la maison du Gaon Rabbi Yéhouda Ben Attar avec des présents. Il pénétra dans la maison, il embrassa les mains du Tsadik et lui raconta ce qui s’était passé. Il insista auprès de lui pour qu’il accepte les dons qu’il avait apportés. Bien entendu Rabbi Yéhouda Ben Attar refusa cet argent. Le musulman s’en alla distribuer toute cette somme importante à la Tsedaka et aux écoles où l’on étudiait la Thora. Ce musulman ne cessa toute sa vie de raconter publiquement son histoire et ainsi le nom de D. d’Israël se trouva sanctifié.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
marrakech la rouge
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 114
Age : 67
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 22 Nov 2010 - 23:16

Revenir en haut Aller en bas
marrakech la rouge
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 114
Age : 67
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   Lun 22 Nov 2010 - 23:17

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC   

Revenir en haut Aller en bas
 
PELERINAGE SUR LA TOMBE DES TSADDIKIM AU MAROC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Comment désamorcer la bombe sociale au Maroc ?
» Bricks au thon (Maroc)
» Couscous (Maroc)
» La tombe de Zénobe Gramme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: GENEALOGIE, A LA RECHERCHE DE NOS ORIGINES :: VIE JUIVE AU MAROC-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit