HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE

Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Dim 21 Jan 2007 - 18:28

LA HILOULA DE SIDNA BABA SALE LE 4 CHVAT[/center]

A Netivot, on se prépare à célébrer la Hilloula de Rabbi Israël Abouhatsira, le Baba Salé, décédé le 4 Chvat. De grandes forces de police se sont déployées pour accompagner les fidèles désirant se rendre sur son tombeau.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Soly Anidjar le Sam 30 Aoû 2008 - 21:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Dim 21 Jan 2007 - 19:24

Rabbi Israël Abouhassira naquit le jour de Rosh Hachana 5650. Son père était le Tsaddik Rabbi Massoud, Rabbin du village de Rissani, aux environs de Tafilalet.

Depuis son jeune âge, Rabbi Israël avait coutume de se lever aux aurores, et après s'être trempé au Mikvé de purification, il se dépêchait d'aller à la synagogue pour l'office du matin, au Nets Hahama (Lever du soleil).

Il priait avec une grande ferveur, et une grande concentration. Après la prière, il étudiait avec une extraordinaire persévérance.

Le douze Iyar 5668, Rabbi Massoud (son père) quitta ce monde. Lors de son décès, Rabbi Israël était alors âgé de dix-huit ans. Cependant, il était déjà un Gaon, dont la crainte dépassait la sagesse. Les juifs de Tafilalet le supplièrent d'accepter, malgré son jeune âge, le poste de Rabbin, et d'être le dirigeant spirituel de la Yéchiva. Rabbi Israël, très modeste essaya d'esquiver les charges qu'ils voulaient lui imposer. Mais les juifs de Tafilalet savaient qu'il leur serait difficile de trouver un autre saint homme tel que lui. Ils insistèrent tant qu'il accepta de remplir les fonctions à la place de son père.

Ainsi, outre le poste de Roch Yéchiva, Rabbi Israël reçut la direction de la Rabbanout. Les juifs de Tafilalet observaient scrupuleusement ses instructions, et ses paroles étaient pour eux, le Saint des Saints, les paroles de l'oracle.

En l'an 5681, à l'âge de trente et un ans, Rabbi Israël vint visiter la Terre Sainte. Tous les Guéonim et les rabbins du pays allèrent à sa rencontre avec crainte et respect, et l'accueillirent avec de grands honneurs. Son nom était célébre et connu : Le saint homme, qui accomplissait des miracles et dont les bénédictions étaient toujours exhaussées. Tous les habitants de Jérusalem affluèrent à son domicile afin de recevoir sa bénédiction.

Rabbi Israël voyagea à Safed, afin de se recueillir sur les tombes des Tzadikim, et prier pour la précipitation de la délivrance finale. Le coeur tremblant, il s'approcha de la tombe du Saint Ari, et une heure durant, il se prosterna sur celle-ci en pleurant. Puis, après s'être trempé dans les eaux froides de la source du Ari, il demanda à visiter la synagogue où ce dernier avait l'habitude de prier.

A sa grande surprise, l'accès lui fut refusé. Le juif gardien de la synagogue, et qui en possédait les clefs lui répondit que cela faisait déjà plusieurs années qu'elle était verrouillée, et que personne n'osait y pénétrer.

«Ceux qui ont osé le faire, n'en sont pas sortis vivants.» Ajouta -t-il pour conclure.

Rabbi Israël le rassura, et lui demanda de bien vouloir lui remettre quand même les clefs.

Tremblants de peur, le gardien lui remit les clefs, tout en essayant de le persuader qu'il valait mieux renoncer à ce projet.

Une foule nombreuse se groupa autour de la synagogue du Ari, désirant assister à l'événement. Tendus et craintifs, ils suivaient des yeux la scène. Rabbi Israël prit les clefs et les enfonça dans la serrure de la porte de la synagogue.

La porte, qui était restée fermée de nombreuses années, s'ouvrit avec un grincement strident. La crainte des assistants augmenta. Rabbi Israël se tourna vers son serviteur et lui dit : «Attrape mon manteau et suis-moi; tant que tu le saisiras, il ne t'arrivera aucun mal...»

Le Tsaddik pénétra à l'intérieur avec une grande émotion, suivit de son serviteur qui n'osait lâcher les pans de son manteau. Rabbi Israël se dirigea vers l'Arche sainte, tira le voile bigarré, et ouvrit les portes de l'Arche. Il sortit le Séfer Torah qui s'y trouvait, le déposa sur la table, et commença à lire. Le coeur du serviteur s'arrêta de battre quelques instants, ne sachant s'il rêvait ou s'il était éveillé. La synagogue se remplit alors d'une grande lumière éclatante et pure. Rabbi Israël se tourna vers son serviteur et lui dit :

«Maintenant, tu peux lâcher mon manteau, il ne t'arrivera rien.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Dim 21 Jan 2007 - 19:25

A partir d'aujourd'hui, tout le monde pourra entrer dans cette synagogue sans aucune crainte.»

Tous les juifs qui attendaient dehors furent transportés de joie, lorsqu'il virent le Tsaddik ressortir vivant de la synagogue. Ils avaient été témoins de la grande sainteté de Rabbi Israël. L'un après l'autre, s'approchèrent du Tsaddik pour embrasser les pans de son manteau et recevoir sa bénédiction.

Rabbi Israël eut beaucoup de difficultés à quitter la Terre Sainte, pour laquelle il gardait une grande nostalgie. Et malgré son désir ardent d'y rester, il décida de retourner à Tafilalet, au Maroc, pour diriger sa Communauté, restée tel un troupeau sans berger.

La Maison de Rabbi Israël était devenue un pôle d'attraction pour les juifs de Tafilalet. Jour et nuit, on venait frapper à sa porte; les pauvres pour demander de l'aide, les malades pour recevoir sa bénédiction pour guérir et celui qui était en conflit avec son prochain, venait se faire juger par le Tsaddik.

Une fois, pendant la nuit du Chabbat, Rabbi Israël étudiait des secrets de la Torah, sondant les mystères du monde. Il était tellement absorbé par son étude, qu'il ne remarqua pas que l'une des bougies du Chabbat était tombée sur le tapis qui prenait feu. Un membre de la famille, s'aperçut du début de l'incendie, il courut aussitôt Vers Rabbi Israël pour l'avertir du danger. Toute la maison pouvait prendre feu...

Rabbi Israël prit son bâton, et s'approcha du feu qui se propageait. Il fit un signe dans l'air avec le bâton et dit :

«Maître du monde ! que le feu s'arrête là !...»

Lorsque les flammes atteignirent l'endroit désigné par le Tsaddik, Subitement, le feu s'éteignit tout seul.

En l'an 5724, Rabbi Israël décida de réaliser son projet le plus cher : s'installer en Terre Sainte. La plupart des juifs du Maroc avaient alors quitté la pauvre Gola, et étaient montés en Terre d'Israël. Ce grand capitaine, ce berger fidèle, ne fut pas le premier à partir. Il n'accepta de quitter le Maroc que lorsque la majorité des juifs furent déjà installés en Israël pour chérir son sol.

La nouvelle de l'arrivée de Rabbénou en Terre Sainte, se répandit rapidement, et des centaines de gens vinrent l'accueillir au port et parmi eux, des grands Rabbins et des personnalités importantes.

Rabbénou apporta avec lui, du Maroc, tous les livres et manuscrits, en sa possession; il n'était prêt à renoncer à aucun d'entre eux. Pendant trois jours, ses proches travaillèrent à emballer ses livres, qui remplirent plus de trente grandes caisses, et furent transportés difficilement dans un camion jusqu'au port. Cette immense bibliothèque comportait toutes sortes de livres : commentaires simples et secrets, de livres anciens et nouveaux. Il y avait aussi des livres de grandes valeurs, et des manuscrits de grands Rabbins et de Rabbins de la famille. Les manuscrits de Rabbi Israël, à eux seuls, comportaient plus de mille pages de commentaires sur la Thora.

Rabbi Israël, un génie dans la Thora dévoilée et secrète, était d'une grande modestie. Malgré sa grande érudition, il ne se considérait jamais comme assez méritant de tous les honneurs qu'on lui faisait. Il parlait des grands Maîtres de la génération, avec une entière soumission, tel un nain devant des géants.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Dim 21 Jan 2007 - 19:26

Chaque fois qu'un Talmid-Hakham venait lui rendre visite, il se levait en son honneur, et avait l'habitude de s'excuser : «Pardonne-moi, si je t'ai pas reçu avec tout le respect que je te dois».

Un jour, son gendre le trouva assis par terre en train de se lamenter : «les gens pensent que j'ai quelque chose, ou une qualité spéciale, mais je me connais bien, je n'ai rien de tout cela. Je crains, que l'on me donne dans ce monde-ci tout mon salaire du monde futur, c'est pour cela que je me lamente».

Toute la vie de Rabbénou fut imprégnée de cette terrible douleur et de cette souffrance profonde qui suivirent la destruction du Saint Temple, et sur l'exil de la Chékhina. Toujours, il ramenait, en tête de chapitre : «Et la Chékhina, que dit-elle, ils m'ont déshonorée...».

Au coeur de la nuit, lorsque toute la création était enveloppée d'un silence profond, Rabbénou, assis sur le plancher, se lamentait du plus profond de son être, sur l'exil de la Chékhina, sur le peuple juif bafoué et opprimé.

Le dimanche vingt Téveth 5744, Rabbénou tomba malade de sa dernière maladie. Il agonisa durant deux semaines. Toutes les maison d'Israël imploraient, Celui qui réside dans les cieux pour sa guérison complète. Mais les portes de Cieux restèrent fermées, et le dimanche quatre Chevat 5744, Rabbénou fut rappelé devant le Tribunal Céleste....

La terrible nouvelle de la disparition du Tsaddik se répandit très vite. Toutes les communautés d'Israël furent affligés et en deuil. Des milliers de juifs pleurèrent amèrement la perte de ce grand pilier, qui n'était plus... A partir de jour, il ne sera plus possible d'accéder au Saint, a cet extraordinaire Tsaddik dont la majesté et la splendeur ont rayonné sur le monde entier


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Dim 21 Jan 2007 - 20:03

LE FILS DE BABA SALE BABA BAROUKH A BENNI MA FILLE SYLVIE POUR SON MARIAGE, IL Y A 10 ANS
SUR LA PHOTO A GAUCHE C'EST MON PETIT PAPA CHERI ET LE GRAND RABBIN.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Dim 21 Jan 2007 - 20:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
ofek2
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 347
Age : 75
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: LA HILOULA DE SIDNA BABA SALE LE 4 CHVAT   Lun 22 Jan 2007 - 20:53



VOICI DES PHOTOS PRISE AUJOURD'HUI


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[/size]
Revenir en haut Aller en bas
ofek2
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 347
Age : 75
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: LA HILOULA DE SIDNA BABA SALE LE 4 CHVAT   Lun 22 Jan 2007 - 21:04



VOICI UNE DEUXIEME

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
ofek2
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 347
Age : 75
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: la hiloula de sidna baba sale le 4 chvat   Lun 22 Jan 2007 - 21:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Michelle Anidjar
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 2519
Age : 61
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Lun 22 Jan 2007 - 21:53



Ofek 5 alik
bravo

zkhouto tkoun mhana
hna ou Israel houana
odou la adonai ki tov
ki le olam hasdo

you you you you
aoua ja
aoua ja
aoua ja
BABA SALE
aoua ja
y daouina
Revenir en haut Aller en bas
http://cuisinemichelle.exprimetoi.net/index.forum
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Lun 22 Jan 2007 - 22:03

zkhouto tkoun mhana
hna ou Israel houana
odou la adonai ki tov
ki le olam hasdo

you you you you
aoua ja
aoua ja
aoua ja
BABA SALE
aoua ja
y daouina
aoua ja
aoua ja
aoua ja
BABA SALE
aoua ja
y daouina


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
sonia binisti

avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Lun 22 Jan 2007 - 23:27

Merci Soly, te quedes alegre y el Dio te hade !!!
Je suis à Marseille et grâce à toi me voici en Terre Sainte et plus
particulièrement à Netivot.
ça c'est un miracle !!!
Grosses Bises
Sonia
Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 982
Age : 62
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Mar 23 Jan 2007 - 7:40

zkhouto tkoun mhana
hna ou Israel houana
odou la adonai ki tov
ki le olam hasdo

you you you you
aoua ja
aoua ja
aoua ja
BABA SALE
aoua ja
y daouina
aoua ja
aoua ja
aoua ja
BABA SALE
aoua ja
y daouina


Baba Sale sois toujours avec nous, amen.
Revenir en haut Aller en bas
ofek2
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 347
Age : 75
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: la hiloula de sidna baba sale le 4 chvat   Mar 23 Jan 2007 - 9:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Lun 24 Déc 2007 - 16:04

LA HILOULA DE SIDNA BABA SALE LE 4 CHVAT


A Netivot, on se prépare à célébrer la Hilloula de Rabbi Israël Abouhatsira, le Baba Salé, décédé le 4 Chvat. De grandes forces de police se sont déployées pour accompagner les fidèles désirant se rendre sur son tombeau,

Hiloula le 4 Chevate , (10 janvier 2008) jeudi soir, allumez une bougie, et priez par son mérite, les personnes qui voudront se joindre a nous a la Seoudate Mitsva a 18 h a Ashdod chez mon amie la Rabbanite Marcelle Ovadia, et voyager a Netivot a 22h avec un autobus (voyage organisé 50 sh.), m'écrive
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
ou me télephone
052-4451038
Soly Anidjar

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Rabbi Israël Abouhassira naquit le jour de Rosh Hachana 5650. Son père était le Tsaddik Rabbi Massoud, Rabbin du village de Rissani, aux environs de Tafilalet.

Depuis son jeune âge, Rabbi Israël avait coutume de se lever aux aurores, et après s'être trempé au Mikvé de purification, il se dépêchait d'aller à la synagogue pour l'office du matin, au Nets Hahama (Lever du soleil).

Il priait avec une grande ferveur, et une grande concentration. Après la prière, il étudiait avec une extraordinaire persévérance.

Le douze Iyar 5668, Rabbi Massoud (son père) quitta ce monde. Lors de son décès, Rabbi Israël était alors âgé de dix-huit ans. Cependant, il était déjà un Gaon, dont la crainte dépassait la sagesse. Les juifs de Tafilalet le supplièrent d'accepter, malgré son jeune âge, le poste de Rabbin, et d'être le dirigeant spirituel de la Yéchiva. Rabbi Israël, très modeste essaya d'esquiver les charges qu'ils voulaient lui imposer. Mais les juifs de Tafilalet savaient qu'il leur serait difficile de trouver un autre saint homme tel que lui. Ils insistèrent tant qu'il accepta de remplir les fonctions à la place de son père.

Ainsi, outre le poste de Roch Yéchiva, Rabbi Israël reçut la direction de la Rabbanout. Les juifs de Tafilalet observaient scrupuleusement ses instructions, et ses paroles étaient pour eux, le Saint des Saints, les paroles de l'oracle.

En l'an 5681, à l'âge de trente et un ans, Rabbi Israël vint visiter la Terre Sainte. Tous les Guéonim et les rabbins du pays allèrent à sa rencontre avec crainte et respect, et l'accueillirent avec de grands honneurs. Son nom était célébre et connu : Le saint homme, qui accomplissait des miracles et dont les bénédictions étaient toujours exhaussées. Tous les habitants de Jérusalem affluèrent à son domicile afin de recevoir sa bénédiction.

Rabbi Israël voyagea à Safed, afin de se recueillir sur les tombes des Tzadikim, et prier pour la précipitation de la délivrance finale. Le coeur tremblant, il s'approcha de la tombe du Saint Ari, et une heure durant, il se prosterna sur celle-ci en pleurant. Puis, après s'être trempé dans les eaux froides de la source du Ari, il demanda à visiter la synagogue où ce dernier avait l'habitude de prier.

A sa grande surprise, l'accès lui fut refusé. Le juif gardien de la synagogue, et qui en possédait les clefs lui répondit que cela faisait déjà plusieurs années qu'elle était verrouillée, et que personne n'osait y pénétrer.

«Ceux qui ont osé le faire, n'en sont pas sortis vivants.» Ajouta -t-il pour conclure.

Rabbi Israël le rassura, et lui demanda de bien vouloir lui remettre quand même les clefs.

Tremblants de peur, le gardien lui remit les clefs, tout en essayant de le persuader qu'il valait mieux renoncer à ce projet.

Une foule nombreuse se groupa autour de la synagogue du Ari, désirant assister à l'événement. Tendus et craintifs, ils suivaient des yeux la scène. Rabbi Israël prit les clefs et les enfonça dans la serrure de la porte de la synagogue.

La porte, qui était restée fermée de nombreuses années, s'ouvrit avec un grincement strident. La crainte des assistants augmenta. Rabbi Israël se tourna vers son serviteur et lui dit : «Attrape mon manteau et suis-moi; tant que tu le saisiras, il ne t'arrivera aucun mal...»

Le Tsaddik pénétra à l'intérieur avec une grande émotion, suivit de son serviteur qui n'osait lâcher les pans de son manteau. Rabbi Israël se dirigea vers l'Arche sainte, tira le voile bigarré, et ouvrit les portes de l'Arche. Il sortit le Séfer Torah qui s'y trouvait, le déposa sur la table, et commença à lire. Le coeur du serviteur s'arrêta de battre quelques instants, ne sachant s'il rêvait ou s'il était éveillé. La synagogue se remplit alors d'une grande lumière éclatante et pure. Rabbi Israël se tourna vers son serviteur et lui dit :

«Maintenant, tu peux lâcher mon manteau, il ne t'arrivera rien.
A partir d'aujourd'hui, tout le monde pourra entrer dans cette synagogue sans aucune crainte.»

Tous les juifs qui attendaient dehors furent transportés de joie, lorsqu'il virent le Tsaddik ressortir vivant de la synagogue. Ils avaient été témoins de la grande sainteté de Rabbi Israël. L'un après l'autre, s'approchèrent du Tsaddik pour embrasser les pans de son manteau et recevoir sa bénédiction.

Rabbi Israël eut beaucoup de difficultés à quitter la Terre Sainte, pour laquelle il gardait une grande nostalgie. Et malgré son désir ardent d'y rester, il décida de retourner à Tafilalet, au Maroc, pour diriger sa Communauté, restée tel un troupeau sans berger.

La Maison de Rabbi Israël était devenue un pôle d'attraction pour les juifs de Tafilalet. Jour et nuit, on venait frapper à sa porte; les pauvres pour demander de l'aide, les malades pour recevoir sa bénédiction pour guérir et celui qui était en conflit avec son prochain, venait se faire juger par le Tsaddik.

Une fois, pendant la nuit du Chabbat, Rabbi Israël étudiait des secrets de la Torah, sondant les mystères du monde. Il était tellement absorbé par son étude, qu'il ne remarqua pas que l'une des bougies du Chabbat était tombée sur le tapis qui prenait feu. Un membre de la famille, s'aperçut du début de l'incendie, il courut aussitôt Vers Rabbi Israël pour l'avertir du danger. Toute la maison pouvait prendre feu...

Rabbi Israël prit son bâton, et s'approcha du feu qui se propageait. Il fit un signe dans l'air avec le bâton et dit :

«Maître du monde ! que le feu s'arrête là !...»

Lorsque les flammes atteignirent l'endroit désigné par le Tsaddik, Subitement, le feu s'éteignit tout seul.

En l'an 5724, Rabbi Israël décida de réaliser son projet le plus cher : s'installer en Terre Sainte. La plupart des juifs du Maroc avaient alors quitté la pauvre Gola, et étaient montés en Terre d'Israël. Ce grand capitaine, ce berger fidèle, ne fut pas le premier à partir. Il n'accepta de quitter le Maroc que lorsque la majorité des juifs furent déjà installés en Israël pour chérir son sol.

La nouvelle de l'arrivée de Rabbénou en Terre Sainte, se répandit rapidement, et des centaines de gens vinrent l'accueillir au port et parmi eux, des grands Rabbins et des personnalités importantes.

Rabbénou apporta avec lui, du Maroc, tous les livres et manuscrits, en sa possession; il n'était prêt à renoncer à aucun d'entre eux. Pendant trois jours, ses proches travaillèrent à emballer ses livres, qui remplirent plus de trente grandes caisses, et furent transportés difficilement dans un camion jusqu'au port. Cette immense bibliothèque comportait toutes sortes de livres : commentaires simples et secrets, de livres anciens et nouveaux. Il y avait aussi des livres de grandes valeurs, et des manuscrits de grands Rabbins et de Rabbins de la famille. Les manuscrits de Rabbi Israël, à eux seuls, comportaient plus de mille pages de commentaires sur la Thora.

Rabbi Israël, un génie dans la Thora dévoilée et secrète, était d'une grande modestie. Malgré sa grande érudition, il ne se considérait jamais comme assez méritant de tous les honneurs qu'on lui faisait. Il parlait des grands Maîtres de la génération, avec une entière soumission, tel un nain devant des géants.
Chaque fois qu'un Talmid-Hakham venait lui rendre visite, il se levait en son honneur, et avait l'habitude de s'excuser : «Pardonne-moi, si je t'ai pas reçu avec tout le respect que je te dois».

Un jour, son gendre le trouva assis par terre en train de se lamenter : «les gens pensent que j'ai quelque chose, ou une qualité spéciale, mais je me connais bien, je n'ai rien de tout cela. Je crains, que l'on me donne dans ce monde-ci tout mon salaire du monde futur, c'est pour cela que je me lamente».

Toute la vie de Rabbénou fut imprégnée de cette terrible douleur et de cette souffrance profonde qui suivirent la destruction du Saint Temple, et sur l'exil de la Chékhina. Toujours, il ramenait, en tête de chapitre : «Et la Chékhina, que dit-elle, ils m'ont déshonorée...».

Au coeur de la nuit, lorsque toute la création était enveloppée d'un silence profond, Rabbénou, assis sur le plancher, se lamentait du plus profond de son être, sur l'exil de la Chékhina, sur le peuple juif bafoué et opprimé.

Le dimanche vingt Téveth 5744, Rabbénou tomba malade de sa dernière maladie. Il agonisa durant deux semaines. Toutes les maison d'Israël imploraient, Celui qui réside dans les cieux pour sa guérison complète. Mais les portes de Cieux restèrent fermées, et le dimanche quatre Chevat 5744, Rabbénou fut rappelé devant le Tribunal Céleste....

La terrible nouvelle de la disparition du Tsaddik se répandit très vite. Toutes les communautés d'Israël furent affligés et en deuil. Des milliers de juifs pleurèrent amèrement la perte de ce grand pilier, qui n'était plus... A partir de jour, il ne sera plus possible d'accéder au Saint, a cet extraordinaire Tsaddik dont la majesté et la splendeur ont rayonné sur le monde entier.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Josiane
Invité



MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Mar 8 Jan 2008 - 18:15

Bonjour,
en surfant sur internet j'ai vu votre site très intéressant sur BABA SALE je ne suis pas de confession juive, mais je m'intéresse beaucoup au judaïsme j'ai vécu avec un israélien pendant 6 ans et j'ai un enfant un garçon qui a 17 ans.
Il y a dix ans je suis allée en Israël avec mon fils et deux amies pour découvrir ce pays et j'ai été émerveillée je m'en souviens comme si c'était hier, je voulais retrouver la famille du père de mon fils, et je l'ai fait, j'ai visiter un kibboutz des synagogues et retrouver une amie juive marocaine à HAIFA qui était en vacances chez sa famille elle me parlait très très souvent de BABA SALE et j'avoue que j'écoutais l'histoire sans trop comprendre tout de cet homme saint.
Aujourd'hui les années ont passée et dernièrement j'ai fait un rêve et j'ai vu dans mon rêve cet homme tout habillé de blanc avec un livre à la main, j'en ai parlé à deux amies de religion juive qui étaient stupéfaites mais ne savaient pas quoi me dire, deux jours après dans la rue j'habite à PARIS, je butte sur quelque chose sur le trottoir il pleuvait beaucoup, un petit livre de psaumes était par terre tout mouillé je l'ai ramassé il avait la couverture avec le visage de BABA SALE, et le lendemain je trouve devant moi par terre près d'un arbre une KIPA blanche avec des bords dorés, je ne sais pas ce que cela veut dire mais je crois en Dieu fortement, et j'aimerais savoir s'il existe des livres et des prières de cet homme car je voudrais connaître son histoire et sa vie oh combien longue et passionnante.
J'ai vu que vous aviez beaucoup d'informations sur ce saint homme qui pourrait m'aider dans mes démarches.
Je vous en remercie par avance.
JOSIANE
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Jeu 10 Jan 2008 - 11:23

Merci Soly,
Je veux bien que tu fasses une prière pour mon fils BENJAMIN et moi JOSIANE j'ai été ce matin dans une synagogue avec une amie il y avait une fête et j'ai prié aussi !!! je crois fort que la religion juive est importante pour moi et aussi pour mon fils.
Merci de ta gentillesse et j'espère continuer à correspondre avec toi !! j'ai fait une rêve très beau et j'espère qu'il m'apportera ce que je cherche.
MERCI BEAUCOUP SOLY.

JOSIANE


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
tagditee
Invité



MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Jeu 10 Jan 2008 - 11:32

mille merci ma solly de nous transporter sur la terre sainte et en plus a netivot, c est trop beau pour etre vrai
beyahad koulam itkem pour ce jour saint
prie pour moi ma chere solly
alah ina fa3 koum bi zikhouto
tagdite
MERCI
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Jeu 10 Jan 2008 - 12:23

Né en 5650 (1890), le jour de Roch-Hachana, dans le Tafilalet (Sud marocain), d’une lignée prestigieuse remontant à Rabbi Yaacov Abouhassira זצ"ל, cet homme exceptionnel vivait, depuis sa tendre enfance, détaché des choses de ce monde. Etudiant tout autant le « Niglé » (Talmud et décisionnaires) que la Kabbalah, chaque jour pendant 18 heures, il acquiert très vite une envergure inimaginable dans la connaissance de la Torah.

Devenu orphelin très tôt, il va occuper à un âge précoce le poste de Roch-Yéchivah pour toute la région du Tafilalet.
En 5681 (1921 - il est alors âgé de 31 ans) il fait un séjour d’un an en Terre Sainte, où il étudie avec les sages de Jérusalem dans la Yéchivah « Porat-Yossef ». Il fait l’émerveillement de tous par son érudition et son humilité vraie. De retour au Maroc, il se voit confier la responsabilité d’un grand nombre de communautés. Il fait ensuite, à partir de 5711 (1951), plusieurs séjours en Eretz-Israël et en France, entrecoupés de retour au Maroc, puis il décide en 5724 (1964) de s’établir définitivement sur la Terre Sainte. Il s’installe à Yavneh, et à Achlékon, et en 5730 (1970), il fixe son lieu de résidence à Nétivoth, dans le Néguev, d’où il quittera ce monde le 4 Chevat 5744 (1984).

Sa foi en la venue imminente du Machia’h, et son impatience à l’attendre, étaient célèbres. A tous ceux qui assiégeaient sa demeure pour recevoir ses bénédictions, il communiquait cette foi et cette flamme.


Ce que le monde connaît moins est son lien particulier avec l’enseignement du Baal Chem Tov et de ses saints disciples, particulièrement avec l’« Admour Hazaken », auteur du Tanya et fondateur de ‘Habad.

Au cours de ses fréquents séjours en France (entre 5714 et 5724) il préférait se réfugier au calme, derrière les murs de la Yéchivah « Tom’hei Tmimim Loubavitch » de Brunoy, où il pouvait se consacrer, particulièrement pendant les mois d’Elloul et de Tichri, à l’étude de la Torah et au service de la Téfilah. L’un de ses ouvrages de prédilection était le « Likoutei-Torah » du Baal-Hatanya.

Le Rav Yehochoua Hadad שליט"א de Milan, se souvient qu’il eut le privilège, en Elloul 5716, d’avoir été choisi pour être le « ‘Havrouta » (le compagnon d’études) du « Baba Salé », à l’étude du « Likoutei Torah ». Il raconte que, devant les stupéfiantes révélations de cet ouvrage, le Tsadik éclatait parfois d’un rire joyeux, dénotant une délectation profonde, incompréhensible pour un être ordinaire, et qu’il s’écriait : « Zalman ! Où as-tu pris cela ? »

Le Rav Ma’khlouf Aminadav Krispin שליט"א, marié à la petite-fille du Tsadik, raconte que celui-ci, habitant alors Yavneh, mit à la porte de sa maison un Rav important qui dirigeait un « Collel » dans la même ville, parce que ce dernier avait fait une remarque désobligeante à l’égard du Baal Chem Tov. Il était alors entré dans une grande colère, lui lançant : « Qui êtes-vous pour entrer dans un tel sujet et arbitrer entre des Grands ? Je sais, moi, qui est le Baal-Chem-Tov. Maintenant, sortez d’ici, je ne veux plus vous voir à côté de moi ! ». Puis il avait appelé le Rav Krispin, initiateur de la visite, l’avait sermonné pour avoir introduit dans sa demeure un homme qui parlait contre le Baal Chem Tov, et avait ajouté : « Tu vas voir, si ce Collel reste à Yavneh, je ne suis plus Baba Salé ». Bien entendu, le Tsadik ne parla à personne de cet incident, mais le lendemain, le maire de Yavneh convoqua le Roch-Collel et l’informa que le Ministère de l’Intérieur avait coupé les subventions aux étudiants de son Collel. Ce même jour, le Collel cessa toute activité, comme l’avait prédit le Tsadik.



La relation avec le Rabbi



Les liens du « Baba Salé » avec le Rabbi étaient extraordinaires. Dans une lettre (reproduite dans « Igueroth-Kodech », lettre 1370 du 26 Teveth 5712 ( 1 - 2 )), le Rabbi le complimente et le bénit pour sa décision de monter en Terre Sainte, dictée par la Providence Divine et destinée à fortifier l’esprit de nos frères, les influençant à renforcer la Torah et les Mitzvoth, particulièrement à veiller à ce que leurs enfants ne tombent pas dans les pièges de l’éducation relâchée, mais à ce qu’ils reçoivent, sans exception, celle de la Torah et des Mitzvoth, de la crainte de D-ieu et de la Tradition des saints ancêtres...

Dans une autre lettre ( 1 - 2 - 3 - 4 ), le Rabbi l’encourage, à cause de la situation spirituelle médiocre en Eretz-Israël, à ne pas rechercher la retraite au calme que le Tsadik envisageait, ni même à quitter la Terre Sainte pour trouver refuge aux Etats-Unis, mais, « ayant le mérite, de par le Ciel, d’être un dirigeant du peuple d’Israël, auquel des milliers d’hommes obéissent, parce que vous possédez des forces puissantes, il est donc souhaitable que vous demeuriez à proximité des lieux où habitent nos frères séfaradim (Chlita) assoiffés de la Torah de D-ieu... Je vous conseille donc de rester en Eretz-Israël. »

Cette lettre l’encourageant à fixer sa résidence en Eretz-Israël, faisait suite à plusieurs autres missives où le Rabbi l’exhortait à monter en Terre Sainte. Particulièrement après que le « Baba Salé » ait consulté l’avis du Rabbi sur le fait qu’il voulait se retirer au calme pour s’y consacrer à l’étude de la Torah et au Service divin, envisageant même de se fixer aux Etats-Unis.

Le Rav Bentsion Grossman שליט"א rapporte ce qu’il entendit des proches du Tsadik : « le fait que Baba Salé ait voulu habiter aux Etats-Unis en 5712 (1952) est assez surprenant, car ce pays ne regorgeait pas d’institutions « orthodoxes » à cette époque, et encore moins de communautés séfarades organisées, aussi qu’y recherchait-il ? ».

Les mêmes personnes répondent, pour l’avoir entendu du Tsadik, qu’il voulait rejoindre le Rabbi, pour œuvrer avec lui dans l’instauration de la Guéoula, et c’est à cet effet qu’il demandait son avis. Le Rabbi lui répondit, en une missive pleine de références kabbalistiques, qu’il lui conseillait de se fixer en Eretz-Israël... afin d’employer les trésors d’aptitudes que lui avaient légués ses saints ancêtres, et de livrer combat au mauvais penchant et aux forces du mal, en tête des troupes qui obéissent à sa volonté, pour diffuser le Divin tout autour d’eux ».

Dans la lettre 2083 (du 13 Nissan 5713) le Rabbi se réjouit de ce que le Tsadik ait bien accueilli sa précédente missive où il lui conseillait « d’employer ses forces au service du public et de ne pas choisir l’isolement ».

C’est à partir de cette époque que Rabbi Israël soutint toutes les initiatives et campagnes du Rabbi. Lorsqu’il revint au Maroc, en 5714, et qu’il vit tout ce qu’avaient réalisé les émissaires du Rabbi dans toutes les villes et régions du pays, il remercia le Rabbi par lettre d’une manière particulièrement chaleureuse. De retour en Terre Sainte en 5724, il continua à soutenir le Rabbi et ses émissaires, manifesta publiquement sa coopération à la « campagne des Téfiline » lancée par le Rabbi, en s’associant à la lettre collective de soutien, que contresignèrent tant d’autres autorités, comme Rabbi Ezra Attia זצ"ל et Rabbi Rafaël-Barou’kh Toledano זצ"ל.

Il soutint également de manière publique la campagne pour l’allumage des bougies de Chabbath par les fillettes.

Lorsqu’on vint lui raconter qu’un Rav assez connu s’opposait à cette mesure, il répondit à ses informateurs d’un air étonné : « Comment comparer une mouche aux ailes coupées à l’aigle planant dans les cieux ? »

Il lutta de toutes ses forces contre le décret inique de « Mihou Yehoudi », l’amendement à la Loi du retour qui reconnaît comme juive toute personne qui s’est convertie sans mentionner la nécessité d’une conversion conforme à la Hala’kha, la loi pratique du Judaïsme. Cet amendement est malheureusement toujours en vigueur du fait des pressions exercées par les réformés américains sur les gouvernements successifs d’Israël, avec chantage aux aides du Congrès américain à la clé. Il envoya lettres et télégrammes à tous ceux qui luttaient pour l’abrogation de cette loi, exprimant son espoir qu’en fin de compte, c’est la Hala’kha qui serait seule reconnue en la matière.



Tout lui revient



Rapportées par son gendre, le Rav Yachar Edrehi שליט"א, plusieurs anectodes montrent, s’il en était besoin, l’admiration inconditionnelle du Tsadik envers le Rabbi.

Pendant le deuil qu’il observait après le départ de son fils le Tsadik Rabbi Méir זצ"ל, il reçut une lettre de consolation du Rabbi. Lorsqu’on lui communiqua la lettre, il se mit debout, et s’écria, le visage baigné de larmes : « Qui suis-je et que suis-je, pour que le Rabbi de Loubavitch pense à moi et m’envoie une lettre de condoléances ? »

Une autre fois, un Rav qui lui rendait visite, le questionna sur le fait que les ‘hassidim disaient que le Rabbi est le roi Machia’h. Le « Baba-Salé » lui répondit avec un sourire et une expression d’admiration : « Echtahil Kolchi ! » (en arabe : « Tout lui revient, il mérite tout »).

Le Rav Yossef Deutch זצ"ל ; Roch-Yéchivah à Yérouchalaïm racontait volontiers : « Un jour où je participais à un repas chez le Tsadik, j’eus l’occasion de répéter des paroles de Torah prononcées par le Rabbi. Lorsqu’il m’entendit citer le nom du Rabbi, il leva la main et dit : « Vé-Lo Yikhath ‘Amim ». Ces mots sont extraits du verset 10 (chapitre 49) de Beréchith, faisant référence au roi Machia’h : « .... A lui les nations obéiront ».

silhouette blanche de pureté et lumière


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Jeu 10 Jan 2008 - 13:07

Chers amis
Ce soir si D. veut c'est la Hiloula du grand Tsadik aimé de tous Baba Salé.
Un repas (sehoudat Mitsva) sera servi lors de cette soirée chez mon amie, la rabbanite Marcelle Ovadia (née a Casablanca), a son domicile a Ashdod, entre 19h à 21h 30.

Ensuite vers 22h 30, un autobus sortira d'Ashdod, de chez la rabbanite Marcelle Ovadia vers Nétivot, à Nétivot aura lieu bli neder, une cérémonie officielle en l'honneur de la Hilloula de Baba Salé.

allumez une bougie, et priez par son mérite.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Ven 11 Jan 2008 - 14:43

Chers amis voici quelques photos, du repas (sehoudat Mitsva, au nom de Baba Sale) servi hier soir chez mon amie, la rabbanite Marcelle Ovadia a son domicile au City d' Ashdod, 50 personnes, toutes d'origine marocaine.
Bla bas alikoum c'etait formidable.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Ven 11 Jan 2008 - 14:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
au milieu mon amie Simone Sebbag et Rachel sa maman a droite mes voisines au quartier Lafonciere.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

de gauche a droite Marcelle Ovadia debout, assises:Mercedes Amsellem femme a mon cousin, Jannette Guenoun mon amie elle habitait 62 boulevard Moulay Youssef, sther Zohar-Monsonego, du quartier Lafonciere.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Ven 11 Jan 2008 - 14:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Ven 11 Jan 2008 - 15:09

a 22h 30 on est toutes montees dans le bus vers Netivot.
On est arrivee a 23h 30, a Netivot se trouvaient 200 000 personnes venues du monde entier.
des milliers de policiers mettaient de l'ordre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Sam 12 Jan 2008 - 21:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Simi
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 631
Age : 73
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: la hiloula de sidna BaBa Sale.   Dim 13 Jan 2008 - 13:50

Dori Dori Ahouaja el Rebi Amram Dori Dori Ahouaja el Rebi Meir.youyou youyou youyou youyou youyou youyou youyou youyou youyou youyou youyou youyou youyou youyou youyou youyou
Dori Dori Ahouaja el Dahouina Dori Dori Ahouaja Rebi Yaacob Aboujasera.
Dori Dori Ahouaja Rebi Israel Aboujasera Sidna BaBa SALE.
Que todos los Sadiquime nos escapen de todo lo malo y que nos mande la paz en nuestros pais y que pongan la beraja a todos hijos de Israel Amen.
Y tu mi querida Soly Dios y los Sadiquimes te de Salud y vida larga y muchas energias por todo lo que haces Amen .
Simi.MERCI 555
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Dim 31 Aoû 2008 - 17:37

Je viens d'arriver d'un pelerinage a Netivot sur la tombe de Sidna Baba Sale, que tout ce qui a ete demande arrive amen, bon mois de Elloul qui commence ce soir a tous les juifs.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ma maman avec ma cousine Juliette Gabbay-Kadosh de Paris.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Dim 31 Aoû 2008 - 17:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

a tous les amis du quartier nous voici quelques amis et voisins du quartier La fonciere aujourd'hui nous nous sommes reunis a l'occasion d'un pelerinage que j'ai organise.

de gauche a droite:
Jacob Bendavid 47 rue Pierre Parent(Paris)
Esther Zohar-Monsonego rue Dupleix face a la rue de Tours
Simone Sabbag rue Dupleix face a la rue de Tours sur l'epicier qui faisait coin.
Jacqueline Pariente Bentolila (Marseille)
Juliette Gabbay-Kadosh (Paris) elle a etudie a l'ecole La fonciere quelques annees cote fille elle connait tres bien madame Boumendil la maman a notre David Boumendil le beau-gosse du quartier.
la blonde c'est ma maman 47 rue Pierre Parent.
assise parterre c'est moi 47 rue Pierre Parent.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
jocya de
Invité



MessageSujet: baba salé   Mer 28 Jan 2009 - 23:01

votre récit est admirable j'en ai eu la chair de poule je ne connais pas encore Israel, mais vous m'avez donné envie de m'y rendre au plus vite d'autant plus que mes parents sont au moment ou je vous écris à Netivot pour le pélérinage de BABA SALE qu'ils prient pour tous les juifs du monde entier et pour la paix AMEN[b]
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41249
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   Jeu 29 Jan 2009 - 5:00

amen, Jocya merci de m'avoir ecrit, Baba Salé est un saint qui a fait beaucoups de miracles.

bonne journee
Soly


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE   

Revenir en haut Aller en bas
 
SUR LA TOMBE DE SIDNA BABA SALE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La tombe de Zénobe Gramme
» elle tombe sur la tête!
» All Cosmetics Whole Sale / I need Somebody's Help
» ma paie tombe le 25 et vous???
» Mini-baba au rhum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: GENEALOGIE, A LA RECHERCHE DE NOS ORIGINES :: SUR LES TOMBEAUX DES SAINTS JUIFS EN ISRAEL-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit