HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Paul BOWLES 1910-1999 TANGER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41210
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Paul BOWLES 1910-1999 TANGER   Lun 15 Jan 2007 - 16:17

Paul BOWLES 1910-1999

Paul Bowles est mort le 18 Novembre 1999, à Tanger. C'était une des plus grandes figures de la ville, un des derniers témoins de l'époque internationale qu'il a incarné à sa manière, distante et lucide.
Il est né en 1910 à New York. Après des études à l'Université de Virginie, il se rendit à Paris en 1929. Gertrude Stein lui conseilla d'aller à Tanger. Il a décrit son état d'esprit de l'époque dans son autobiographie (Mémoires d'un nomade) :

"Comme tout romantique, j'étais plus ou moins certain qu'un jour, je trouverais un endroit magique qui, en me dévoilant ses secrets, me donnerait la sagesse et l'extase, voire la mort."


Il arriva à Tanger en 1931, par bus et non pas par la mer ! Voici comment il perçut la ville à son arrivée:

"Si je dis que Tanger me frappa comme étant une ville de rêve, il faut prendre l'expression dans son sens littéral. Sa topographie était riche de scènes typiquement oniriques : des rues couvertes semblables à des couloirs avec, de chaque côté, des portes ouvrant sur des pièces, des terrasses cachées dominant la mer, des rues qui n'étaient que des escaliers, des impasses sombres, des petites places aménagées dans des endroits pentus, si bien qu'on aurait dit les décors d'un ballet dessinés au mépris des lois de la perspective, avec des ruelles partant dans toutes les directions. On y trouvait aussi des tunnels, des remparts, des ruines, des donjons et des falaises, autant de lieux classiques de l'univers onirique."


On comprend mieux pourquoi les anglo-saxons apellent Tanger "The Dream City". Bowles retourna à Tanger l'année suivante mais, repartit aux Etats-Unis ensuite. Il se maria avec Jane Auer en 1937. Son retour définitif à Tanger eut lieu en 1947 à la suite d'un rêve :

"Par une belle fin d'après-midi, je me promenais lentement dans un réseau complexe de galeries. Allongé dans mon lit, je passais en revue ce que j'avais vu en rêve, désolé d'avoir quitté cet endroit merveilleux en m'éveillant quand soudain, je compris avec stupeur que cette ville magique existait vraiment. C'était Tanger."


Après des débuts réussis comme compositeur, Bowles se tourna vers l'écriture laissant une oeuvre originale, empreinte d'une vision noire de l'humanité associée à un style froid et détaché. Aujourd'hui, certaines de ses oeuvres figurent au programme du Concours du Professorat d'Anglais (CAPES et Agrégation), en France. L'oeuvre littéraire de Bowles s'inspire souvent du même thème : des Occidentaux essayant de fuir l'ennui de leur vies en se réfugiant dans un Orient (ou un Sud) qui ne les satisfait pas et qu'ils trouvent même effrayant.
Bien qu'ayant "parrainé" les auteurs de la "Beat Generation", Bowles n'en fit jamais partie.

En plus de son oeuvre littéraire et musicale, Paul Bowles nous laisse un travail de pionnier sur la musique traditionnelle marocaine qu'il alla enregistrer avec son magnétophone en 1959, bien avant la mode de la "World Music". Ces enregistrements, conservés par la Bibliothèque du Congrès américain devraient être réédités.

Au cinéma, en plus de sa participation au film "Senso" de Lucchino Visconti, il fait une apparition dans le rôle du narrateur dans l'adaptation de "Un thé au Sahara" de Bernardo Bertolucci.
Sur la fin de sa vie, Bowles devint un sujet "touristique", lui qui se définissait comme un voyageur et non comme un touriste. Dans son autobiographie, il disait :

"Aujourd'hui encore (ndw 1972), (...) l'image de Tanger reste à peu près inchangée. Les gens y viennent toujours en rêvant de se plonger dans l'atmosphère faite d'excès et de prodigalité qui régnait ici dans les années quarante; parfois, ils prétendent même que le rêve est devenu réalité."


Roberta Bosca lui a demandé en 1994 de décrire le Tanger qu'il aime :

"... Regarder Tanger de loin est une bonne façon de l'embellir et effacer ses défauts. Il y a des années, dès qu'on débarquait à Tanger, on se sentait littéralement hypnotisé par l'intense luminosité. Une lumière toujours en mouvement, chaude et douce quand soufflent les vents du désert, dure et mélancolique quand elle est soumise à l'influence de l'océan. L'hypnose disparue, chacun était rapidement pris par l'ivresse de la liberté. Une liberté qui se transformait en prison pour ceux qui ne savaient pas résister à l'appel du Kif, le haschich de l'Atlas.
Lorsque je suis arrivé à Tanger, il y a soixante ans, on se déplaçait à dos d'âne; deux fois par semaine, les chameaux amenaient le ravitaillement de bois et de charbon pour la médina. A l'arrivée des chameaux, le jeudi et le dimanche, on faisait la fête. La joie et l'insouciance naissaient spontanément sur la place du Grand Souk. Un lieu qui par ses couleurs, ses musiciens et ses saltimbanques, ressemblait à la place Djema El Fna de Marrakech.
(...) Désormais, il y a des années que je ne vais plus à la médina et je n'y ai jamais vécu, trop de monde et de saleté. Je retourne par contre au café Hafa. C'est sur sa terrasse que je continue à rêver. Le temps a tout transformé sauf cet endroit. Secret et silencieux, le café Hafa est resté comme autrefois, magique. Génération après génération, c'est là que se retrouvent les joueurs d'échec, les poètes, les écrivains, les artistes. Et, installés sur les vieilles nattes de paille, ils s'abandonnent encore aux douces illusions du Kif." (in "La ville des mille et une lumières". (in: Ailleurs, avril 1994 ; n°1 ; pages 96 à 117).

Paul Bowles a su découvrir Tanger, explorer ses richesses et l'aimer intimement. Aujourd'hui, ils nous a quittés. Son nom restera associé à Tanger.

Oussama Zekri


Bibliographie
The Sheltering Sky, 1949 (F : Un thé au Sahara, 1952, 1987)
The Delicate Prey, 1950 (GB : A Little Stone)
Let It Come Down, 1952 (F: Après toi, le déluge, 1988)
The Spider's House, 1955 (F: La maison de l'araignée, 1995)
Their heads Are Green And Their Hands Are Blue, 1963 (F: Leurs mains sont bleues, 1995)


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41210
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Paul BOWLES 1910-1999 TANGER   Lun 15 Jan 2007 - 16:20

Paul Bowles (30 décembre 1910-18 novembre 1999) était un compositeur, écrivain, et voyageur américain, qui passa la majeure partie de sa vie au Maroc

De son nom complet Paul Frederic Bowles, il naquit le 30 décembre 1910 à Jamaica (quartier du Queens, dans la ville de New York). Sa mère lui fit lecture d'œuvres d'Edgar Allan Poe alors qu'il était encore enfant. Par la suite, il étudia à l'université de Virginie.

En 1929, il abandonna ses études pour faire son premier voyage à Paris. En 1931, lors d'un autre séjour en France, il s'agrégea au cercle littéraire et artistique de Gertrude Stein et, sur son conseil, se rendit pour la première fois à Tanger en compagnie de son ami et professeur de musique le compositeur Aaron Copland. Il retourna en Afrique du Nord dès l'année suivante, voyageant dans d'autres régions du Maroc, du Sahara et de l'Algérie.

En 1938, il épousa Jane Auer, écrivain et dramaturge. Tout au long des années 1940, ils figurèrent parmi les personnalités littéraires marquantes de New York, Bowles travaillant par exemple comme critique musical au New York Herald Tribune sous la direction de Virgil Thomson.

En 1947, Bowles partit s'établir définitivement à Tanger, où Jane Auer vint le rejoindre en 1949. Le couple devint rapidement incontournable dans le milieu des Européens et Américains établis à Tanger. Dès la fin des années 1940, ils y reçurent la visite de figures littéraires éminentes, parmi lesquelles Truman Capote, Tennessee Williams et Gore Vidal. Ils furent suivis, au cours des années 1950, par les auteurs de la beat generation, Allen Ginsberg et William S. Burroughs.

À partir de son installation au Maroc, Bowles se consacra à l'écriture de romans, de nouvelles et de récits de voyages, écrivant également la musique pour neuf pièces représentées à l'École américaine de Tanger (American School of Tangier).

Au début des années 1952, Bowles fit l'acquisition de Taprobane, petite île située sur la côte de l'actuel Sri Lanka, où il écrivit une grande partie de son roman The Spider's House, revenant à Tanger lors des mois les plus chauds.

Après la mort de Jane Auer en 1973 à Malaga (Espagne), Bowles continua de vivre à Tanger, écrivant et recevant ses visiteurs dans son modeste appartement. En 1995, Bowles retourna brièvement à New York pour un festival consacré à ses œuvres musicales, se tenant au Lincoln Center. À cette occasion, il participa également à un festival de sa musique au centre de Lincoln et à un colloque et à une entrevue tenue à la New School for Social Research (« nouvelle école pour la recherche sociale »).

Paul Bowles mourut d'un arrêt cardiaque à l'hôpital italien de Tanger le 18 novembre 1999, à l'âge de 88 ans. Le lendemain, le New York Times publia un nécrologie occupant une page entière. Bien qu'ayant résidé au Maroc pendant 52 ans, Bowles fut inhumé à Lakemont (New York), à proximité de ses parents et grands-parents.

Il traduisit des recueils de contes de la tradition orale marocaine collectés par Mohammed Mrabet, Driss Ben Hamed Charhadi (Larbi Layachi), Abdeslam Boulaich and Ahmed Yacoubi. Il fut également traducteur de l'auteur marocain Mohamed Choukri.

En 1959, au cours d'un périple à travers le Maroc, Bowles consacra cinq semaines à des enregistrements sur la langue andalouse ainsi qu'à la musique tribale traditionnelle des Berbères. Deux enregistrements ont été commercialisés et tous sont archivés à la Library of Congress (« Bibliothèque du Congrès ») à Washington, DC.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41210
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Paul BOWLES 1910-1999 TANGER   Lun 15 Jan 2007 - 16:21





Dernière édition par le Lun 15 Jan 2007 - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41210
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Paul BOWLES 1910-1999 TANGER   Lun 15 Jan 2007 - 16:23



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41210
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Paul BOWLES 1910-1999 TANGER   Lun 15 Jan 2007 - 16:24


VERS LA FIN DE SA VIE


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41210
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Paul BOWLES 1910-1999 TANGER   Lun 15 Jan 2007 - 16:26



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41210
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Paul BOWLES 1910-1999 TANGER   Lun 15 Jan 2007 - 16:27




Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41210
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Paul BOWLES 1910-1999 TANGER   Lun 15 Jan 2007 - 16:30



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul BOWLES 1910-1999 TANGER   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul BOWLES 1910-1999 TANGER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Communique 01/2009 "Syndicat d’Amendis-Tanger"
» Paul Watson pirate des mers pour combattre les bateaux tueurs de baleines...
» JEAN PAUL II
» Bloody Sunday de Paul Greengrass (2002)
» Coulez l' Alabama! Paul Ingouf-Knocker.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: TRAGEDIES ET HISTOIRES MAROCAINES :: HISTOIRES VRAIES VECUES AU MAROC-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit