HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA   Jeu 11 Jan 2007 - 19:54

Ecole Moise Nahon


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
SHANGHAI
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA   Sam 26 Jan 2008 - 19:49

ecole Moise nahon Garcons



de 1949 a 1952 j'etais a l'ecole Moise Nahon je me rappelle d'un

proff:Mr Ellak en 3eme ,le directeur s'appellait Mr Levy

et je crois que le proff d'Hebreu s'appellait Mr Suissa

il y avait aussi Mme Elbaz ,une que je n'oublierais jamais c'est

Mme Cabessa qui habitait a l'ecole,elle et son mari s'occupaient

de l'entretient de l'ecole et des eleves c.a.d. le matin c'est eux

qui nous distribuaient le petit dejeuner et le repas de midi ,elle

aimait les enfants comme s'ils etaient les siens.

les annees suivantes j'etais a Lesseps ensuite au Cours Complementaire

Charly Anidjar (Shanghai)
Revenir en haut Aller en bas
SHANGHAI
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA   Sam 26 Jan 2008 - 19:52



ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA

A l'ecole Moise Nahon des annees 49/52 il n'y avait point de maitres d'arabe on n'enseignait pas l'Arabe a l'ecole primaire. Les premiers cours d'Arabe Classique et dialectal etaient au Cours Complementaire et peut etre dans les Lycees.
Personnellement j'ai enseigne l'arabe classique au COURS D'EDUCATION DE BASE a Casablanca dans les annees 61/62 cette ecole se trouvait face a l'Ose,hopital pour enfants juifs.
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA   Dim 12 Avr 2009 - 15:09

Moïse Nahon (1870-1928). Né à Tanger, il y fréquenta l'école primaire de l'AIU. Il est élève à l'Ecole Israélite Orientale de Paris. Instituteur au Maroc. Son idéal agricole.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA   Dim 12 Avr 2009 - 15:12

En octobre 1938, Alégrina Benchimol est nommée directrice de l’école Moïse Nahon à Casablanca.

Née à Tétouan le 5 mars 1885, Alégrina Benchimol est la plus jeune de trois sœurs. Ensemble, elles ont fondé et dirigé des écoles de l’Alliance israélite universelle dans dix villes en Afrique du Nord et dans l’Empire ottoman [Claire Benchimol, épouse Lévy (Tétouan, 1870 – Tripoli, mai 1905), fut enseignante et directrice à Tétouan et Tripoli, et Hassiba Benchimol, épouse Bensimhon (Tanger, 1er janvier 1876 – ?) enseigna à Fès, Tunis, Tanger, et dirigea des écoles à Fès, Larache, Uskub, Monastir, Casablanca où elle termine sa carrière le 1er janvier 1924. Une autre sœur est morte très jeune du typhus à Fez en 1900 (NdT)]. Leur mère, Madame Benchimol, inébranlablement attachée [en français dans le texte] à la mission éducative de l’Alliance, avait travaillé avec le rabbin Samuel Nahon pour créer la toute première école de l’Alliance à Tétouan en 1862. Les deux frères d’Alégrina furent aussi enseignants à l’Alliance.En 1899, Alégrina se rend à Fez pour aider sa sœur Hassiba à y établir l’école des filles de l’Alliance. L’année suivante, elle est acceptée par l’Alliance pour venir étudier à Paris, où elle suit les cours de l’école privée d’Auteuil dirigée par Madame Isaac. Le 10 octobre 1904, son diplôme d’enseignante en poche, elle part occuper son premier poste en tant qu’assistante de sa sœur Claire dont le mari, Maïr Lévy, dirige l’école de garçons de Tripoli. Dans l’année qui suit, Claire Benchimol Lévy meurt en couches, à l’âge de 35 ans. Alégrina, alors âgée de 20 ans, se retrouve à diriger l’école de filles, tout en aidant son beau-frère à s’occuper de ses nièces et de son neveu. En 1909, Alégrina décide d’épouser Maïr. « J’ai bien réfléchi et ai fini par comprendre que c’était un devoir sacré pour moi que d’accepter en souvenir de ma pauvre sœur adorée qui m’avait tant aimée. »
Sous la direction énergique et intelligente d’Alégrina, l’école de l’Alliance à Tripoli prospère. En 1911, elle accueille trois cents élèves, des galas de charité pour réunir des dons pour la communauté y sont organisés, et les ateliers de lingerie et de couture y connaissent un grand succès. Lorsqu’elle doit esquisser son approche pédagogique à l’intention de l’Alliance, Alégrina écrit : « J’ai horreur des leçons où la mémoire remplace l’intelligence et fait de l’enfant une petite machine à paroles incolores et monotones. J’aime mieux la leçon comprise qu’apprise. » En se dévouant à faire échapper ses jeunes filles à une pauvreté endémique tout autant qu’à l’emprise des pères pour qui elles ne sont qu’un « fardeau dont [ils veulent] se défaire à tout prix », Alégrina réussit à donner à ses élèves les moyens de mener une existence indépendante.
À l’automne 1910, une épidémie de choléra se déclare à Tripoli, d’une gravité telle que le consul des États-Unis organise l’envoi d’argent américain au bénéfice des veuves et des orphelins de plus en plus nombreux. Quelques mois plus tard, l’Italie occupe la ville. Alégrina, Maïr et les enfants, en compagnie d’autres membres de la communauté juive tripolitaine, s’enfuient vers Malte, où ils sont tous placés en quarantaine. Avant que la famille ait pu retourner dans sa maison à Tripoli, elle apprend qu’on lui y avait tout volé. « Il faut avoir vécu les angoissantes journées que j’ai passées », écrit Alégrina, « pour comprendre le prix inestimable du travail. »
Tripoli occupée soulève des problèmes, mais offre aussi de nouvelles opportunités. Dans ses communications à Paris, Alégrina analyse finement les deux aspects de la situation. Décrivant l’antisémitisme qui a surgi après la conquête italienne, elle suggère que cela peut paradoxalement s’avérer utile. Devant l’échec de leurs tentatives d’assimilation, les notables de la communauté juive pourraient se tourner vers leurs coreligionnaires moins fortunés pour établir de nouveaux liens solides, sérieux et emprunts de sacré. « Nous prévoyons déjà le jour où la solidarité juive tripolitaine formera un faisceau important auquel on ne pourra impunément s’attaquer. »
Incapable d’avoir elle-même des enfants, Alégrina sert avec succès de mère aux quatre enfants de sa sœur, qui partent tous pour Paris et s’engagent dans une carrière à l’Alliance. Sa mère, souffrante, était restée à Tripoli après le décès de Claire. Pour lui permettre de retrouver son pays, Alégrina demande l’attribution de postes au Maroc pour elle et son mari ; à l’été 1920, tous trois quittent Tripoli pour Mogador (Essaouira).
La situation à Mogador diffère de manière spectaculaire de celle de Tripoli. La présence des Français, avec leurs écoles, leurs inspecteurs, et leur bureaucratie dont les enseignants de l’Alliance font également partie, tout cela nécessite une approche politiquement très fine, une capacité à naviguer entre des intérêts divergents et, peut-être plus que tout, un talent pour négocier pour son propre compte. Alégrina se montre clairement à la hauteur de la tâche. Bien que fondée depuis 1908, l’école de filles manquait d’un local convenable. Les élèves, au grand dam d’Alégrina, y réussissaient moins bien que les garçons et étaient moins avancées dans leurs études. S’attaquant aux deux problèmes, Alégrina trouve un meilleur local pour l’école et réussit à convaincre Paris d’envoyer sa « fille » Messody pour lui servir d’assistante. Deux ans plus tard, l’école a 193 élèves, et le contrôleur civil peut observer de lui-même des fillettes dont les connaissances en sciences, en mathématiques, en histoire et en géographie sont « brillantes ». La création d’un programme de gymnastique est également à l’étude, pour permettre aux jeunes filles de Mogador de « se comparer aux fillettes sportives de tous les pays ».
Outre ses propres problèmes médicaux, Alégrina a subi la mort de sa mère bien-aimée et de son frère. Elle doit de plus faire face à la pression financière engendrée par le remboursement à l’Alliance des études de Moïse et de Tamo, qui ont tous les deux quitté l’Alliance avant d’avoir fini d’honorer leur engagement décennal [Les élèves sélectionnés pour suivre les quatre ans de scolarité gratuite à l’École normale israélite orientale d’Auteuil devaient s’engager à enseigner pour l’Alliance pour une durée de dix ans. À défaut, ils devaient rembourser les frais de leur scolarité parisienne. (NdT)].
Malgré tout ces soucis, Alégrina réussit à créer une école dont les élèves passent les examens français avec plus de succès que leurs congénères des écoles européennes. Mais durant ces premières années, l’antisémitisme est récurrent et des tensions existent entre les israélites et les membres du Protectorat. La colonie française, écrit Alégrina en 1923, « ne veut à aucun prix que les jeunes générations juives, émancipées, intelligentes et dégourdies, détiennent à Mogador ce qui fait le charme de la culture française. Qu’il est difficile mon Dieu de bien faire sans susciter des jalousies. Nous voulons la concorde et l’union, mais on nous suppose des sentiments uniquement, jalousement dévoués aux israélites. » Consciente que la situation n’est que le reflet de ce qui existe en d’autres lieux, Alégrina croit que la seule réponse est de réussir à devenir « réellement supérieur ».
À la différence de nombre d’enseignants de l’Alliance dont les relations avec Jacques Bigart deviennent souvent orageuses, Alégrina bénéficie d’une manière continue du respect et de l’admiration du secrétaire général de l’Alliance. Lors de son seul voyage au Maroc, en 1926, Bigart rapporte combien l’école de filles de Mogador l’a impressionné, tant par son local que par la qualité de l’instruction. « Madame Lévy », conclut-il, « est une excellente directrice. » Sans doute grâce aux louanges de Bigart, Alégrina reçoit les palmes académiques en 1930 et le Prix Narcisse Leven en 1934. Peu après, elle se trouve amenée à retracer avec émotion la vie de Jacques Bigart lors d’une cérémonie commémorant sa mort.
Le décès de Bigart retarde la nomination d’Alégrina au poste qu’elle désire tant. En octobre 1938, elle est finalement nommée directrice de l’école Moïse Nahon à Casablanca. Dans son dernier rapport depuis Mogador, partiellement publié dans Paix et droit, la publication de l’Alliance, elle décrit les changements qui sont intervenus pendant ces dix-huit années, entre 1920 et 1938. Parmi ces évolutions, les plus notables sont la création d’un imposant bâtiment scolaire, le nombre d’élèves porté à 400, et l’amélioration des relations avec les nombreuses communautés locales.
Alégrina reste directrice à Casablanca pendant seulement un an. En dépit de son ardent désir de continuer à enseigner, nulle exception ne pouvait être faite concernant l’âge légal de la retraite. Sa présence à l’école continue cependant à être ressentie durant les années de guerre grâce à sa « fille » Messody qui la remplace comme directrice, assistée de sa sœur Rosita Lévy Bensimon. Les sources actuellement à notre disposition ne nous permettent pas de préciser la date et le lieu du décès d’Alégrina Lévy.

Traduction de l’anglais par Jean-Claude Kuperminc
http://www.cairn.info/revue-archives-juives-2001-1-page-129.htm


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA   Mer 27 Oct 2010 - 8:57

Hi Soly

ici Maguy Gabbay (Zrihen),j'ai ete tres heureuse d'avoir decouvert ton site web. je ne cesse de le lire.
j'ai fait le meme parcours dans mes jeunes annees en passant par l'ecole Moise Nahon.
ensuite le cours complementaire a la rue d' indochine dans les annees 59-60-61 avec les memes profeseurs, Mr. Gomel, Bennaroya, Altun, Mme. Amram, le prof. d'arab - Mr. Cohen etc.
mes amis : Camille Amar - villa frank a la rue verlet anuse, Mercedes chocron, Vicky Ben Dayan, Joe Amsellem, Samy Atchuel, Andre Danino...
la merveilleuse vie qu'on a eu a Casablanca. Les surprises partys, la piscine municipale, les plages : le Tahiti, Manesman, le Miami, Fedala, ou on passait le weekend.
1961 - j'ai quitte le Maroc pour la France ensuite l'Israel.
j'habite a Herzliya, j'ai fait 2 voyages au Maroc, 1 avec Micheline Waknine dont sa maman Marie est la belle soeur de ma soeur Rachelle. on a fait un superbe diner chez Henry Assouline, son oncle a Marrakech.
j'ai connu ton cousin Charles (Shanghai)et son epouse Fiby.
j'ai des photos du Maroc, que j'enverrais plus tard.
je te quitte en esperant te lire.

a bientot

Maguy


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA   Lun 1 Nov 2010 - 6:28

pour toi Fanny, la tombe del'institutrice aimee par tous ses eleves Regine Pardo a Casablanca.




Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
fanny
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 238
Age : 68
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: Re: ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA   Lun 1 Nov 2010 - 12:59

MERCI soly ce triste mais je ne me rapelle pas delle

jai quitte lecole a lage de 11 ans..





Revenir en haut Aller en bas
habibi25
Invité



MessageSujet: ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA ANNEE 66-67   Jeu 11 Nov 2010 - 22:44

salamalikoum
Mon nom : DANINO chantal qui à fréquenté cette école en 1966/1967
a bientot 555 :habibi PRINCESS:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA   

Revenir en haut Aller en bas
 
ECOLE MOISE NAHON CASABLANCA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DC DE SI MERABTI M'HAMED DIRECTEUR DE L'ECOLE PRIMAIRE CITE NASR
» Ecole de TENNIS pour nos enfants
» Ecole Steiner: gros dilemne
» abonnement Ecole des Loisirs
» (75) Catalogue de la bibliothèque de l'Ecole Polytechnique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: MAROC :: ECOLES, COLLEGES ET LYCEES AU MAROC-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit