HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CONTES EN JUDEO-ARABE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ksar de Ouarzazate



Nombre de messages : 53
Age : 74
Date d'inscription : 07/05/2012

MessageSujet: CONTES EN JUDEO-ARABE   Mer 14 Nov 2012 - 7:46

Hanania elgerab erbah elgrolo
Dawid Bnseussan


Hanania kane gerrab. Kel nhar kane ymsi wizi bein lbir odiar olhnaouat del Mellah. Kane mhyab bzeuz elgarbat elkbar dyalo, odenya kelha kano t'azbo fsha dyalo. Kane kiysouwers si swalda bdak elma dikane yfereq melhit bzaf dediar ma 'andheums elma del robinet. Makan's yirbah ktir obzaf deneubat qelbo makans yikheleh yqbed lfleuss meldraws oma ya'amel fiheum khir.

Wahd enhar, berhtlo familia francess dikant sakna felksba. Qalolo itla' elstah y'amar elberma elkbira dikeunt 'al lfourneau del'od dibas kano yighiw lma. Ohaqdak kano malin dedar ykdro ykhslo felbanio delma skheun..

Dak enhar, molat dar makens 'andha serf otalbt mwahd dif di kane 'andheum bas yikhelsoh. Dak dif kallo : « Semhli ya mol ma, behq ana yabs ma'andi fleus. Haq had elbillet dloteria orbi yzibelk swirti !»
Dazo zma'tayne oHanania msa ira 'and Madam Fouissa di taht elmagana ira as kane bdaq elbillet diloteria.
- Ya sahbi qaltlo. Hada lgrolo. Matqder tkheless fih ghir fDar Bida.
Hanania 'amro makherz melblad omsa ytsawar m'a tazer Bensmihen.
- Ana hdaz nsafer lDar Bida mdaba yomayne. Ana nmsi m'aq ollah yrbehq bhad elfleuss.
Ba'd yomayne, Hanania msa lCTM bzeuz elgrabat dialo.
- Tein bein li yqdo had elgerbat bas en'amorhom belfleuss dinqbed qal ltajer Bensmihen dibqa dahs fih.
- Yallah, yallah ! Fleusk ykeune modoh felbanca. Matkhafs akhai. Ma'andek ma ta'mel belgrabat, terhom flaconsigne.

Hananya zber rasso fdar bida, mktabo m'amar fhal di 'amro ma ra felmnam. Ersa m'a rasso bass yimsi yifiyess rasso fhal di 'amro ma ra : msa elcilima.

Msa lcilima Vox ora wahd elfilm delkowboy otferraz felweld, elbent, dak mikhi dihouwa sibani bla snane mziht elweld contra delbandit. 'azbo elhal bzaf hta bqa tira lfilm tlata delmerrat.

Felkar di fein kane raza' elmogador, Hanania bda ykhemem iqder ikeune isri lcilima. Nass kano mozodine ykhelso mleh bas iraw lfilm ofdik leuzba, houwa nit inzeh 'ino. Belhaq 'awd ytkhemem haza khir menho. Fhal dikallo Tajer Bensmihen bas ya'mel fayda kbira befleuss dyalo. Qal f'aqlo ysri lkamera oya'mel houwa brasso elfilmat delkowboy.

Lplassa dTer'a tslah mlih elmdarbat delkwabsiya. Ostihane del Mellah yslaho mlih eldoq emkqahliya dikayniysso mleh. El bent mDerb Zwiwnat qiydarbo 'aliha zeuz del mhayl belhaq kelb dialha ma'ti gher elweld dihouwa dak Zagury lkwayri dimakens fhalo bass y loh elkora brasso. Elweld imsi yzor fslat Rbi Hayim Pinto kbel maykherz elmdarba. Orsa b'aqlo ba'daq skeun hema dok elmhyal : melziha ohda shab Izagi dikaybi' elmahia, omeziha lokhra shab Znafkh dimol m'assra dsrab. Oulad Abesidan cycliste yla'bo mlih lkoboy olbgrat di Oulad Zenzol diqiyferq elhlib fsbah ol'idane derwa difsbanat ybino mlih felfilm delkoboy. 'Aqiba diqay feraq limonada felkerossa dialo yslah yl'ab mikhi mlih.

Khemem 'ala mdarbat okhrine delqta'a delbhar fskala. O'amel bein 'ino Hayim La Force qayloh elbarod bido b'ad meldafa'. 'Abato tkhmimto b'id bzaf onsa rasso hta dihdaz chofeur delkar iherqo tlata deneubat bas yfiyqo wiyqollo bass oslo lswira. Msa ldaro fderb Merdokh ora lfamilia dyalo kelha tiytsenawh berza. Zhra mrato qaltlo:
- Tlaqit m'a tajer Bohbot ossabelna dar mzyana felksba. Aji traha !
Hanania dakhtlo rasso mendira diq dar lkbira houwa dikane mwalf bdwira zghira odiyqa. Gels m'a mrato ozeuz dibnato bass itsawro.
- Sheuf qaltlo mrato. Nterho hina lglaciere bidamnat yzina lfrigidaire. Fhad erkna na'mlo ferrane del gaz belheq nkheliw mzmor delfakher bas nswiw serdil. Commandt 'al kakht elmzouwek mlanglitira m'a tswira dseltana Victoria. Otsawt m'a Baba Zouwaq bas ylowen elhyot oderz. Commandt 'ala sendoka delhouayz ddheb bel'od delharar bass nzem'o sora delbnat. Tlaqit m'a lkhiyata Mzal Bensabat bass tksina kamline. Rbi Dawid Elkaym yssewbelna commedor (salle à manger) ozibt fatima tkhdemna fdar. O'andna daba tenefore (telephone) onumero dyalo sta okhemsine.
Elbnat makanoss mwafqine binatheum. Ohda hebt t'alem tsog tomobil, olokhra katkol bassmakins hsen melsafra felkodshi di Okha, hsen menkol tomobilat kamline del'olam.
Hanania msa lserzem tssem lawir. Mdira lrobinet delma, bardlo qelbo obda yhed rasso sayd. Bane lo bass dak mskin diMikhi behdo fsems delkhla taimeut bel'ats otyor elwa'rine taydoro 'alih… Dihta daba 'amro makane hasto betelephone. Baraka fih yhel serzem wiyssiyeh bass elhdra dyalo tsma'. Makano may'arf ghir sbagha bzir elbyed odaba Baba Zouwak mayssi yssouwar bdelzane olkrafs felhyot. Olazmo ira kel loqt dik tswira di Victoria tiyterlo n'ass otkherwdlo lmnam. Dak zmo' delfamilia qdam elfakher makant 'alih elhiba di matosselha l'amida qdam lfourno del gaz. Houwa dikay'arf elma delbir fskhniya dsifa daba ytwelph belma mberda btelz. Bnato dimakane 'andhom ghir sensla delplastic kayeneumo daba bdyamant. Kano ki 'arfo ghir el'ab 'ala loha m'a rb'a derwayd dikayzerroh bkerwida otaya'mel lharaz. Hema dimsafra dialheum kant 'al lhmar bas yzoro fAit Bayod. Hema dikano tayla'bo ydouwro rwida delbiclyta kiytf'euha bla'ssa, daba kayraw rashom felkodsi, obtomobila belchauffeur.
Hanania rza' lmellah 'amer btkhmamat. Hess belghzra mghayra diohdine oma rza' lo kelbo hta dkhel elmellah 'amar benass orza' lo khatro mdira lgrabi dyalo. Hadi kant denya omafiha, difein kber. Omakders ytferak melhess denass dikayberhlo witelbo lma. Rsa bas ya'ti 'asra felmya melrbeh dyalo bas yshel 'ala lfamilia ozirane dyalo, olmsakine, ol'aniyim odraws delmellah.
Dazo l'amat. Hanania rza' biya' ossray. Mrato Zhra obnato mkiyssine belhiba, daro kan't mzouwka om'azba, ofost salon kano mtrohine zeuz delgrabat delma.
Revenir en haut Aller en bas
Ksar de Ouarzazate



Nombre de messages : 53
Age : 74
Date d'inscription : 07/05/2012

MessageSujet: Re: CONTES EN JUDEO-ARABE   Mer 14 Nov 2012 - 7:47

CONTE EN JUDÉO-MOGADORIEN
Dawid Bnseussan


Ya'kob Isso kam fsbah, tsera fsok ora bas sahbo Braham sra wahd elbibi my t'adass ! Bda yikhemem 'ala ma ya'mel bihq 'inih fdaq el bibi. Fshor, lbess ksoua densara1, m'a lgrabata o sapo, oumsa ldar sahbo. Qbelto Mzal belpenefore, msaha titkens l'karpet2. " 'Aslama Baroukh ba !" kaltlo. "Ya'kob ! Aji tra diffane di gens biens3". Dkhleuh lsalon, ouhoua teytelded bdaq zaphanya4, wisouf elmesmeum5 m'amrine belouard, scouturio6 delebene7 oumnoradak tgels 'al elCosy8.
Ya'kob ouMzal zaou 'ando:
. Ya hti si atai Ya'kob dyalna?
Bda yaakob ykhemem bzerba. Ila y koul qtira, haddi ta'dba kbira. Ila yqoul lgiyma, hta hiya ta'diba. Ila qal shouiya osnitaqa fhal ila kal iyeh. Ila qal 'abba, hta 'abba fiha lkhdma, mizmor ledawid/ledawid mizmor9. Houwa yqueul:
- Aaah…
- Zib lo tipette10 d'ataï ya Mzal otabla delma'zine olptifour11.
Mzal msit terd elma felkafitira12, msat el ouarda di ropa13 olbest peneforedriss14, oYa'kob oBraham tey dwiw : 'ala nass, 'ala hadoq likhbiw dik elfurniture15 lingliziya dimakains zbitervane16 fdenya fspinsa17 'alas maysheha moderne18 ! Sbah leynkoun lyoum lsavoir faire19 oswab20 de nass tiymsi fziara hta felfamiliat21 elmzianine. Ou houma teydwiw widwiw m'ouahd "givmi22 ataï nakhobas" o "sif qtira dimahya" oshor taytdor m'a attaï oskor. Daba ya'kob khemmem za zman dl'attaque ouqal.
- 'Andkoum hna had er reha mtkhma del pabos23. gan'idine24 mamas25 ! Tkeune mbarka ya Mzal! Ntina kordon bleu26. Mzal bdat itahq.
- Ouqouli ya Mzal. T'imt souiya del pabos m'a terfas ? Makayns zbitervane!
Bdat Mzal tkello kif tayt tbekh, ou Ya'kob qal elbraham :
- Belkhemsa 'alek wa'lah esset hayl27 dyalk. Yahlom meloutas28 mamas. Braham msa yzib gueraf29 delmahya. Sa'a qalolo:
- B'issq tftar m'ana !
Bda Isso ykhemmem mass iykoul. Mahebs basykhemo bas houwa ras Ganga30 mayfhems aïmta yqoul goodbye31 fhal dit mekhassé tefah omgaleh tfahayim32. Souf elmagana dialo mnora la'qad delmanos33 elm'azbine, daq elhya biydo difeha diq elgourmett34 dedheb oudiq elkhtma elhassanya35 oqal:
- Aaahh !
Makemmels dik el Aaahh oMzal ghelt elfatima dizat m'a lchaïna36 osalat owahd elpayla37 m'azaba bhadak elbibi la'ziz hta t'amert elmida sebah lael38. Tgelso 'al elkersa delmida39 ; Braham msa tzib litro40 mnora litro di nouah41 osacatrapo42 teit theyed tapa43 mnora tapa. Houa teyakel witelded ousma' fatima tkhdem belmhraz hadeq hetib hetib hadek44 'ala les amandes, ta'amel dak elptifour m'a lma dzhar dihoua tiyheb.
Mzal ta'mel elvaetvient45 oBraham jab litro akhor. «Nibermane46 ! Jib dik eldamizana47 nofors48 !» qal Ya'kob Isso. «Njibelk bagno49 Khir !» theq Braham. Ohema ya'mlo tost50 mnora tost lizkhout sadiqim la'zaz :
'Aouda51 elaboth52, Mossé weAharone, Dawid Oslomo, Rbi 'Amrâme Ben Diwane, Rbi Slomo Ben Elhens fAït Tagnat; Rbi Dawid Laskar oRbi Hninia Cohen fMerrakch; Rbi Yaakov Abihsira difMasser; Rbi Yahia Elkhdar fBen Ahmed ; Rbi Eldra Halewy fDemnate ; Rbi Dawid oMoushy fOuarzazate ; 'aouda Rbi Dawid Benbarokh Cohen Azog di Taroudant ; 'aouda lkhemsine sadiqim di Oufrane ; daba hema fhal lgozalim miben 'afaim ytenou kol53; 'aouda Rbi Shlomo Cohen Sebane di fOujda ; Rbi Yishaq El Qansi fDebdou ; 'aouda Rbi Ephraïm Encaoua di Tlemcen oRbi Rphael Encaoua di Salé ; 'aouda Rbi Eli'ezer Davila feRbat ; Rbi Dawid Ben Yamine di Beni Mellal ; 'aouda lsadiqim di Moualine El Kaf fSefrou ; Rbi Rifayl Mossé Elbaz fSefrou; 'aouda Rbi Hayim Messas et Rbi Dawid Boussidan di Mknès ; daba ygheniw fhal lkasrola mtqeuba54 del gozalim fel'arafel55 maysibouss elkez dilaheum ; 'awda Rbi Hayim Cohen oRbi Yihouda Iben 'Attar di Fas ; Lalla Soulika di Fas ; Rbi Merdkhai Bengio fTanza ; Mlizman may'arfous Ya'koub ou Braham Haman di Merdkhai; 'aouda Rbi Yitshaq Benwalid fTétouan ; Rbi Yehouda Zbaly fKsar El Kebir ; Rbi Lyaho fDarbida; Rbi Yahya Assouline di Mzgane ; Rbi Hayim Moul Lniss fAzemmour ; Rbi Braham Awriwel fSttat ; 'aouda Rbi Nsim Ben Nsim fAït Bayod o'aouda Rbi Haym Pinto tkeun zkhouto m'ana.
Hema daba yhbo ya'mlo tost b'anari56 meRbi Hayim Pinto hta laboth wiafilou limahoth, «'alass la ?» . Omnoradak bdaw y'amlo lmaneuvre di 'anari 'anawo57 fhal dak elgresseur delcamio58 del botat 'alass hbo ya'mlo tost dikel sdiq fmo'ado. Bzkhot hada ohada ohema yt'amro bel gerga' witger'o, otmar hta maqdreus ykbdo bsansinaw59, olhlawat ol mahya ditsamah lebab enos60, hta maqdreus iyaklo znin ohda.
- Ha b'isk yaMzal darline61, Baraka mat'addeb ! qalo Ya'kob oBraham ohemma yhzo 'inihoum elsma wibarko "yehayenou wizakenou62" 'ala m'issa mtoqa kadbass63.

Tb64 Dawid Bnseussan

1. Costume des Nazaréens i.e des chrétiens, désignant l'habit européen.
2. Tapis (ang)
3. Gens biens (fr) i.e. de gens honorables
4. Miroir (?)
5. Cloche en verre renversée contenant le plus souvent des fleurs artificielles
6. Commode (?)
7. en bois d'ébène (fr)
8. sofa (ang)
9. Bonnet blanc, blanc bonnet (héb : Cantique de David ou À David le Cantique)
10. Théière (ang : Tea pot)
11. Petits fours (fr)
12. Garde-robe (esp : guarda ropa)
13. Cafetière (fr)
14. Chasuble (ang : penafore -dress)
15. Meubles (ang : furniture)
16. Mieux que (ang : is better than)
17. Dépense (ang : dispenser)
18. Moderne (fr)
19. Savoir-faire (fr)
20. Bonnes manières (esp : suabe)
21. Famille (esp : familia)
22. Donne-moi (ang : give me)
23. Dinde (esp : pavos)
24. Paradis (héb : gâne 'édéne)
25. Vraiment (héb : mamash)
26. Cordon bleu (fr)
27. Femme de valeur (héb : éshéth hayil, Proverbes 31-10)
28. Diamant taillé à la perfection (héb : Yahalom méloutash)
29. Carafe (fr)
30. Tambour (du nom des danseurs noirs Ganga de la région de Mogador)
31. Au-revoir (ang)
32. Cacher pour mieux mettre en valeur (héb)
33. Boutons de manchette (esp)
34. Gourmette (fr)
35. Art de bijouterie Hassani typique de Mogador
36. Porcelaine (ang : China)
37. Cuvette (esp : paella est un plat espagnol)
38. Dieu soit loué (héb : Shévah laél)
39. Table (esp : mesa)
40. Litre (fr)
41. Noé (vin mogadorien célèbre)
42. Tire-bouchon (esp : saca tapo)
43. Bouchon (esp : tapo)
44. Moudre fin (héb, de la liturgie de la prière de Mineha)
45. Va-et vient (fr)
46. Peu importe (ang : Never mind)
47. Demie-jeanne
48. Envers et contre tout (ang : No Force)
49. Baignoire (esp : baño)
50. Toast (ang : toast)
51. Voilà ou encore (chleuh)
52. Patriarches (héb : avoth)
53. D'entre la feuillée ils élèvent leur ramage (héb: Psaumes 104-12)
54. Casserole trouée (idiome fr)
55. Oisillons dans la brume (héb : Gozalim be'arafel)
56. En marche arrière (fr : arrière)
57. Marche arrière marche avant (fr : en arrière en avant)
58. Camion (fr)
59. Branchages (héb : Cantiques des Cantiques 7-9)
60. Réjouit le coeur de l'homme (héb : Psaumes 104-15)
61. Chérie (ang : Darling)
62. Que le Tout-puissant nous garde en vie (héb : yéhayénou viyezakénou)
63. Miel (héb: devash)
64. Toubib (abréviation)
Revenir en haut Aller en bas
Ksar de Ouarzazate



Nombre de messages : 53
Age : 74
Date d'inscription : 07/05/2012

MessageSujet: Re: CONTES EN JUDEO-ARABE   Mer 14 Nov 2012 - 7:48

Oserais-je provoquer pour son axant un Meknassi ?
Cela déclencherait la riposte difficilement contenue des Fassis.
Les Tétouanais rééraient à la canonnière
Et les Settatis répliqueraient mousquets en bandouillère.
Les Tangerois cocoricoteraient toutes flammes déployées
Pour faire avaler leur sabre aux cosaires safiots dévoyés.
Larrache et Ceuta dépoussièreraient leurs palimpestes
Et de Sefrou et de Debdou les tablions ne seraient pas en reste.
Les Rbatis rappliqueraient avec leur baton de chef d'orchestre
Mais sans émouvoir des Casablancais la petite dextre.
Les hordes marakchies déferleraient en fantasias
Et d'Erfoud à Risani ce serait des herqas la fiesta.
De Ouarzazate à Zagora les tambourins résonneraient
Et de Taroudant à Agadir les pies péroreraient.
Les discoureurs de Mogador quaquareraient sans cesse
Et les conteurs de Mazagan feraient résonner leur grosse caisse.
Les cigognes d'Oujda aiguiseraient leur verve
Et d'Azrou à Imitanout les hirondelles gazouilleraient leus rêves
Le bon peuple en perdrait sa chéchia
Et les khemsas en prendraient pour leur baraka.
Quant à moi, rabattu sur ma plume de pataouète,
Je deviendrai des écrivaillons la noire bête !

David Bensoussan
Revenir en haut Aller en bas
Ksar de Ouarzazate



Nombre de messages : 53
Age : 74
Date d'inscription : 07/05/2012

MessageSujet: Re: CONTES EN JUDEO-ARABE   Mer 14 Nov 2012 - 7:50

Je me suis bien souvent demande, sans jamais trouver de reponse, si cette langue chantante, houleuse et rigolotte, nommee a tord "Judeo-arabe" (et pourquoi pas Cananeo-tamazighto-vandalo-latino-anglo-franco-hebraico-maghrebine - car elle contient un peu de tout cela...) avait des regles gramaticales savantes et officielles qui permetraient de juger l'habilete linguistique ou redactrice d'une personne parlant cette langue depuis sa naissance. Ou bien serai-ce une langue ejectee spontanement et qui puise son vocabulaire d'un heritage seculaire, transmis maladroitement de famille en famille et de region en region.

Je sais que ma question est curieusement posee et pourrait paraitre saugrenue, voire sarcastique, mais je suis serieux et vraiment etonne de ce dialecte qui parait avoir pris naissance nulle part et qui possede pourtant la capacite de raconter l'histoire extraordinaire de tout un peuple aggripe a ses racines religieuses et historiques.

Il y a, a mon avis, au moins trois personnes sur ce site qui seraient susceptibles de nous eclairer la dessus et je leur demande donc, dans la mesure de leurs moyens de nous donner leurs avis:
Mon cher ami Charly Anidjar (ancien instituteur d'arabe)
Elie Pilo, dont j'admire l'erudition en cette matiere et enfin,
David Bensoussan qui, en sa qualite d'ecrivain fameusement apprecie, et a en juger par l'anecdote savamment racontee et qui ouvre ce sujet, a surement son mot a dire - qui ne sera peut etre pas le dernier.


quelle richesse..! Bravo.

Revenir en haut Aller en bas
Ksar de Ouarzazate



Nombre de messages : 53
Age : 74
Date d'inscription : 07/05/2012

MessageSujet: Re: CONTES EN JUDEO-ARABE   Mer 14 Nov 2012 - 7:51

EN JUDEO ARABE ET EN FRANCAIS
POUR LES MOGADORIENS ET LES JUIFS DU MAROC

Elkswa zdida di Isso
Tb. Dawid Bnseussan


Wahd elnhar, mrat Isso hbto bass isri kswa zdida el'id dizaye. Isso dzbad, ofbalo bass imsi elSok zdid ysri jelabiya ofSmata bas isri serbil.

Ftrik, tselam 'ala shabo del Mellah ora bass wahdine menheum labsine kswa romiya m'a kmiza mhleula, serwal khel osbat. Kal f'aklo : «'Alass hta ana mane keuns nelbess fhalheum ? ». Kdam odaz elhaneuth delbisclyta di Baba l'Algérien okra bisclyta bass ira kif 'amel elbass denass felblad.

Dar 'al limyne fel Plassa delmarché 'amra benasss ofein maline elhwane kane yberho 'ala sel'a dyalheum. Daj Souk elheuth di riha dyalo mtleuka, ba'ad oossol fSok zdid. Tema kano shabo mzmeu'ine fbab el haneut, taï hdro 'ala lma'ala diataï bena'na', sgoula delwiza otyab di aflayo. Rza' bass ykemel triko tol elHdada odar 'al limine elDerb el'Attara. Houwa rghzod felkswa densara odaz lozh elhaneut di Bolhens, oqef swiyess lozh l'affiche d'cilima kbel yidkhel fDerb la'leuz.

Mnora madaz spitar, ossel elhaneut di Salom Ifergane elkheyat. Seb tema wahd errazol kaï ytfda 'ala khyalo leuzh elmraya, labess redingot khla, fido melbass el gantess bedine okabd berdo berass denkra, kane ti rwam sombrero mdouwar - sapo mneuna - ohouwa waqef belhiba olfantaziya elmedhqa lassiliya dswiriyine.

Mdira dak linglizi, hbi ykherz fhalo melhaneut. Behq sahbo Salom ma khelahs yidzbad. Mhit salom 'arf tkhmima disahbo, qal : « Bessimane tob omzaltob ! Tiq biya, 'amork matendem, na'melk kswa dseltane elkbar ! ».

Isso tghewa osalom bda yqbed l'a'bar : el'ank, elhzem, tissa'... « Wah wah kif had elmoda wa'ra !» kal Isso f'aklo. Salom kal l'Isso bass yirza' mnora zem'a bass iqiyess elkswa.

Isso khba elhkaya 'ala mrato oma'awdelhass walo. Ozem'a dazt 'ala Isso belhem elkbir orza. Felkher, ossel enhar dikayetsena. Salom kane mozeud oferh bih oqblo belbrakha di barokh haba.

Isso bda belbass diqemza bida ot'azeb 'ala la'qayd elqlal difiha, massi fhal walf tilbess elkftane taï oussolo hta l'ank, 'amar belqayd elmdiyek. Mnora dak, ossel neuba dserwal.
- Hadi hseuma kal Isso okeyn'at belbragitta

- La ! hadi pratik ! kallo Salom
Isso hez rasso, qaytir fsma mdiqiyess elvesta. Ma'akels rasso. Kane ma'zer.
- B'issk hdenn rask. Ila tbka mkemess, hta sikswa matzi 'alik !
Zat neuba dsombrero dibogar.
- Ass na'mel bhad sapo, kal Isso. Sessia tqdini !
- La la, kal Salom, hdaz sapo basyselmo 'ala nass. Ossralo kif isselmo bsapo bswab.
Isso tsena zem'a okhra belhem ktir orza. Kelbo mherrek, Isso izeb elkswa.
- Daba loqt bass enkhmemo flesaccessoires kal Salom.
- Ass hadi ? Baqi massalina ? sqsa Isso
- Enbdawe blesbaleines
- Nsri lbaline ? 'Alass za loqt delmassyah difass naklo se'ouda deliviatane ?
- La ! qallo Salom, odkhel lbaline felkoyyar del kemza. Daba nzido nkhmemo bla'aqad del manos.
- Wass ana mhbouss ? Wass melfelta 'amelt ?
- Nahat rouwah akhaï ! 'Amri marit wahed dimfqa' mel l'élégance !
- Isso kherz sbat dimsa sra 'and Sem'one Azinkot felHdada. OSalom za m'a elgrabatta.
- Bar minane ! hti t'alkni ?
- Hatati 'awiti passa'ti ! ass 'amelt ellah la'ziz bass ykeune 'andi kliene wa'er fhalk ! Ntina dandy dla City qal lo Salom b'ein diqat tenza fih. B'isk, doz 'and Sema'ya elbarberos fel rass derb bass yigerdelk dik elhya wiya'melk la coupe fhal elweld dcilima.

Melbass omhdek fhad eraht, Isso maz'ams itkheul fdar. Tla' Derb La'leuz, dar 'al lissar fDerb du Consulat di Franssa hta ossel Derb Coutolle. Menhnak msa lPlassa di Chayla dihiya Sanezilizi dSwira. Houwa taï lali wiyssouf hnak, tetpassiar enass labsine kswa romiya, olmrawat dilabsine krinoline, siihoud labsine ellbass dlingliz, la'sker elfranssess m'a elkswa tatsta', ossi nass m'a lsapo dikanotyé. Msa orza' halokh wassoub orza' mDerb elKsba bass ydeuz 'ala elMdina omtemma idkhel elMellah.

Si nass safo bih : Si nass keyraho wit'azbo fih, ossinass keyraho widhso fih. Daz felmdina ou hess belghzra di taïghzro fih enass okhella menora Hayim Zgor oNsim Elkelaï femhom mter'a mqtar didhsa didahso fih. Daz elferrane di'Abibo oossel fTer'a. Kane tikhemmem f'aklo kif yiqbleuh nass di kaï 'arfoh. Tkhel fThtsaba mdelma, omaz'ams itkhel elMellah di 'amar belnass. dar lissar omsa 'and sahbo Yossif Lugassy souwaye.
- Aye aye aye ! qal Yossif. wass hdaz nserbiwe dak elfromaz elkhanz delfrancess ? Hti sopa mtbokha bsrab ? Wass mazi tbqa sahbna ? Hak had sandwich delkfta mdkhna obsahtek !
Isso thzem odkhal felMellah.
- Makane fhems kal lo Ishaq Swissa dikaye ba' elmahya. Mayssi Pourim elyeum bass khfti rask. Hiya ghdertini osriti mahya sihdakhor!
- La, la, matbdelts akhaï !
Isso kemel triko oberhlo Nsim Sandillon.
- Daba tbda t'iss belbagetta d'af otkeune snob omaterdass belkhebz dyali ?
Nass daro bih, wiqzmo widelko 'ala ktfo. Felkher, Isso dkhel felDerb Hastibi fein sakn otla' eldaro dinit dar Mossé Tapa.
- 'Aqdo roh ! 'Aqdo roh ! Razli hbel ! bdat siyah Izza.
- Yallah Izza ! Riyyeh khaterk ozib si mahya na'mlo tsin-tsin bass enbarko had sa'a.
Izza ma sabt raha obqat dor mnorah fhal sikelb taïkeune izri 'ala dnabo.
- Gels ellard, ya Izza. Kbel manserb, enhbek thel had elpakit.
- Mhmeuma, Izza helt elpakit orat mesmom denwar mkhbod 'ala sapo delmobar khdar.
- As had zardine hada ?
Isso kbed elsapo disra 'and Madam Zagury felPlassa di Chayla, olbso elmrato.
- Wass tarek la'qel ? Hsebti rassi fhal sanya bastheret fiha ?

Zirane sem'o dak elghwat otel'o eldar. Zbro Isso tisstah wiydor 'ala mrato fhal dok lolad delryeuss diydowro 'ala totem, oya'mel sklaybatt om'aybatt fhal la'bid di Lewi erbata'ss. Zirane 'azbelheum elhal hta gelso hta hema yistho witelko zgharit odar qelha tla't elsma beferha

LE COSTUME NEUF D’ISSO
(Traduction de Elkswa zdida di Isso)
David Bensoussan – Les Éditions Du Lys


Un jour, la femme d’Isso voulut qu’il aille s’acheter un nouveau costume à l’occasion de
la fête qui s’en venait.
Isso sortit avec l’idée de se rendre au Souk El Jdid pour acquérir une djelabah et à la
Smata pour des babouches. En chemin, il salua ses amis du Mellah et nota que certains
d’entre-eux portaient le costume à l’européenne avec une chemise ouverte, un pantalon
noir et des chaussures. Il pensa : « Pourquoi ne ferais-je pas comme eux » ? Il passa
devant le magasin de bicyclettes de Baba l’Algérien, loua une bécane afin de se balader
et voir comment les gens de la ville étaient vêtus. Il vira à droite à la place du marché
plein de monde où les vendeurs vantaient leurs marchandises à la criée. Il passa devant
le souk des poissons à l’odeur si prenante et arriva à Souk El Jdid. Ses compères étaient
assemblés au seuil des magasins vantant tour à tour les qualités du thé à la menthe, les
vertus de la « Louiza » et la douceur de la « flayo ». Il continua son chemin sur la rue de
la Hdada et tourna à droite à Derb Attara. Il se mit en tête de se payer un costume
européen. Il passa devant le magasin de Beulhens, s’arrêta un moment devant l’affiche
du cinéma avant de rentrer dans la rue La’leuz. Après l’hôpital, il entra au magasin du
tailleur Chalom Ifergan. Il y trouva une personne qui s’extasiait devant un miroir,
revêtu d’une redingote noire, portant des gants blancs et tenant une canne à la poignée
argentée. Il ajustait son chapeau rond (chapeau melon), se pavanant avec la majesté et la
fantaisie de la vraie noblesse « souirie ». Lorsqu’il vit cet anglais, Isso voulut quitter le
magasin, mais Chalom ne le laissa pas se retirer car il lisait dans les pensées de son ami.
-« Besimantov ou Mazaltov ! Crois-moi, je vais te faire un costume royal ».
Isso hésita et Chalom commença à lui prendre les mesures : le cou, la taille, la
largeur,….
-Ah que cette mode est compliquée, se dit Isso.
Chalom demanda à Isso de revenir dans une semaine afin d’essayer le costume. Isso
cacha à sa femme son projet et ne lui en fit pas part. La semaine se passa, alors qu’Isso
vivait avec une certaine anxiété. Le jour tant attendu arriva enfin. Chalom était prêt et
l’accueillit avec joie et des voeux de Baroukh haba. Isso commença par enfiler la chemise
blanche et s’émerveilla devant le peu de boutons qu’elle avait, contrairement à son
Caftan qui lui était plein de boutons juxtaposés serré jusqu’au cou. Ensuite, ce fût le
tour du froc.
-C’est embarrassant, dit Isso en regardant la braguette.
-Non! Cela est pratique, lui rétorqua Chalom.
Isso se sentit au septième ciel lorsqu’il essaya la veste. Il ne se reconnaissait pas, il en
était quelque peu dérouté.
-S’il te plaît, tiens-toi droit! Si tu restes ainsi contracté, aucun costume ne t’ira!
Puis ce fut le tour du chapeau Bogart.
-Que vais-je faire avec le chapeau dit Isso, ma chechia me suffit!
-Non, non, dit Chalom il faut un chapeau pour saluer les gens.Il lui montra comment
les gens saluaient poliment du couvre-chef. Isso attendit une autre semaine avec grande
impatience, le coeur serré, pour l’essayage final du costume.
-Maintenant c’est le temps de penser aux accessoires dit Chalom.
-Quoi donc, nous n’avons pas encore fini ? dit Isso
-On commence par les baleines, tout nouveau tout beau !
-Achetez des baleines, est-ce que le temps du Messie est arrivé afin que nous mangions
le repas du Liviatane ?
-Non lui dit Chalom tout en lui insérant les baleines dans le col de la chemise.
Maintenant, il est temps de passer aux boutons de manchettes.
-Est-ce que je suis aux arrêts, de quoi suis-je accusé?
-Du calme mon frère, je n’ai jamais vu quelqu’un qui n’est pas enchanté par l’élégance.
Isso sortit les souliers qu’il avait achetés chez Simon Azincot à la Hdada. Chalom s’en
vint avec la cravate.
-D. préserve, veux-tu me pendre ?
-Mea culpa, mea culpa, mea culpa ! Qu’ai-je fait au Tout-Puissant bien aimé pour mériter
un client aussi difficile que toi! Tu es tel un Dandy de La City, lui assura Chalom avec
un regard admirateur. S’il te plait, passe chez le barbier Chema’ya au coin de la rue afin
qu’il te rase cette barbiche et qu’il te fasse la coupe comme le héros du cinéma.
Ainsi accoutré, Isso ne trouva pas le courage d’aller à la maison. Il remonta la rue
La’leuz, tourna à gauche à la rue du Consulat de France et arriva à la rue Coutolle. De
là, il se rendit à la place de Cheyla qui est les Champs Élysée de Mogador. Il s’y
promena, appréciant les gens vêtus à l’européenne, les femmes en crinoline, des Juifs
vêtus à l’anglaise, des soldats français à l’uniforme rutilant ainsi que des personnes avec
un canotier.
Il fit les cent pas. De la Kasbah à la Médina, avant de rentrer au Mellah. Certains le
reluquaient avec admiration, d’autres avec consternation. Il traversa la Medina et
ressentit l’envie dans le regard de certaines personnes. Il laissa derrière lui Haïm le
Rouquin qui vendait les marinades ainsi que le rôtisseur de pépites bouche bée. Il passa
le four d’Abibo et arriva à la Ter’a. Il se demandait comment l’accueilleraient les gens
qui le connaissaient. Il traversa la Thtsaba obscure et n’eut pas le front d’entrer au
Mellah. Il tourna à gauche et se rendit chez son ami Yossef Lugassy, le rôtisseur.
-Ay, Ay ! dit Yossef. Devrait-on te servir le fromage puant des Français ? Veux-tu de la
soupe au vin ? Vas-tu rester notre ami ? Prends ce sandwich de kefta fumée. À ta bonne
santé !
Isso prit son courage à deux pinces et pénétra au Mellah.
-Je ne comprends pas, dit Isaac Suissa le vendeur d’eau de vie. Ce n’est pas Pourim
aujourd’hui pour que tu te travestisses! Tu m’as été déloyal et tu as acheté de l’eau de
vie chez quelqu’un d’autre!
-Non, non, je n’ai pas changé!
Isso continua son chemin et se fît interpeller par Nessim Sandillon.
-Maintenant tu vas commencer à vivre de baguettes maigrichonnes. Tu vas devenir
snob et dédaigner mon pain ?
Les gens l’entouraient en rigolant et lui donnant des accolades. Enfin, Isso arriva à la
rue Hastibi où il habitait et monta chez lui.
-Sauve qui peut, mon mari est devenu fou, cria sa femme Izzza.
-Alors Izza, calme-toi, j’ai amené un peu d’eau de vie pour que l’on fasse chin-chin pour
fêter cette occasion.
Izza ne tenait plus en place et tournaillait autour de lui tel un chien tentant d’attraper sa
queue.
-Assieds-toi parterre, dit Isso avant de boire. Je veux que tu ouvres ce paquet.
Stupéfaite, Izza ouvrit le paquet et vit tout un rosier épinglé sur un chapeau de feutre
vert.
-Qu’est-ce que cette plantation ?
Isso prit le chapeau acheté chez Madame Zagury et en coiffa sa femme.
-As-tu perdu la raison? Prends-tu ma tête pour une serre afin que tu y jardines ?
Les voisins entendirent ses cris et montèrent à la maison. Ils trouvèrent Isso dansant et
tournant autour de sa femme tel les Indiens tournant autour d’un totem, tout en faisant
des courbettes et des pirouettes comme à la cour de Louis XIV. Ce spectacle enchanta
les voisins qui se mirent aussi à danser et à lancer des Youyous et la maison déborda de
joie.

Revenir en haut Aller en bas
Ksar de Ouarzazate



Nombre de messages : 53
Age : 74
Date d'inscription : 07/05/2012

MessageSujet: Re: CONTES EN JUDEO-ARABE   Mer 14 Nov 2012 - 7:54


Lzenbi lma'qeul

David Bensoussan

Wahd elzenbi1 kane itemsa bel'aqliya kbira. Mendikane izbor elgerga', kane ihers ikhbi si euhdine flard kbel mandiydoko. Hfira hina ohfira hina. Haqdaq 'amro mayt'adeb bzo' fekher dstwa.
Fqreb dpissah, sker fel'aqkliya dialo obda kay ihek wiygerred bas izbor elkhzen dialo. 'Aya mayftess, ma'aqels elmoda' elhkikin fein khba lmakla dialo, hta dilard rza't mkerbla fhal si moda' delgerra.
Meldi mabqass itkel 'ala tfkira dialo, elzenbi ersa bas mendaba elqdem, ya'ked elgerga' fdenba dialo, hakdak may ikhserhoms. Hadsi kane itkel 'aleh swiyess belhak nofors2.
Mdikane istara, tlakaw bih znabin lokhrin disksaw fein hiya mrato. 'Ala kibal kane ibane fhal 'ad zouwez. ''Besimane tob!'' kane isma' mekel ziha onass izgherto 'alih. Olhelka3 'azbha elhal bdaw kiysiybo 'aleh bellot, gerga', leuz orhot okhrene deldayde olfakia4.
Bhad eraht5 sahbna zenbi ma bqas irfed hta hem. Rza' ikbed rinta6. Okane ya'zbo elhal ya'mel elferha onzaha7 ftrik dyalo.


1. zenbi : écureuil (néologisme tentatif).
2. nofors : sans trop d’effort (de l’anglais no force)
3. helqa : la troupe
4. fakia : fruits secs
5. bhad eraht : de cette façon
6. rinta : la rente
7. nzaha : bonheur


Traduction :
L'écureuil prévoyant


Un écureuil agissait avec grande sagesse: Quand il trouvait des noix, il prenait soin d'en enterrer quelques unes avant même d'en goûter. Un ptit trou par ci, un ptit trou par là. Ainsi, il n'aurait pas à souffrir de la famine à la fin de l'hibernation.

Le printemps venu, il bénit sa prévoyance et se mit à gratter le gazon pour en déterrer son trésor. Il eut beau chercher, il ne se souvenait plus des endroits précis dans lesquels il avait emmagasiné sa pitance. Bientôt, le gazon eut l'air d'un champ de bataille, la terre retournée le rendant méconnaissable.

Ne pouvant se fier à sa mémoire, l'écureuil décida que dorénavant, il attacherait à sa queue les noix qu'il entendait préserver. Cela le ralentissait quelque peu, mais le jeu en valait la chandelle.

Alors qu'il se promenait, il se fit aborder par d'autres écureuils qui lui demandaient où se trouvait sa compagne. C'est qu'il avait l'air d'un nouveau marié! AMazaltov !@ entendait-il fuser de toute part. Et la foule amusée de lui jeter glands, noix, noisettes et autres victuailles de choix.

C'est ainsi que notre écureuil n'eut plus à s'en faire. Il était rentier. Et il n'était pas fâché de semer un peu de joie et de bonheur à son passage.
Revenir en haut Aller en bas
Ksar de Ouarzazate



Nombre de messages : 53
Age : 74
Date d'inscription : 07/05/2012

MessageSujet: Re: CONTES EN JUDEO-ARABE   Mer 14 Nov 2012 - 7:56

L’Homme, la Vipère et le Hérisson
Conté par Abdesslam Ou Lahcen n'Id Bram en juillet 1949.
Alphonse Leguil, Contes berbères de l’Atlas de Marrakech, Ed L’Harmattan, 2000.



L’Homme, la Vipère et le Hérisson

C’est l’histoire d’un homme qui était en déplacement. Arrivé au bord d’un ruisseau, voilà qu’il trouva une vipère. Eh l’homme, lui dit-elle, je vous en conjure, faites moi passer. C’est ça, ma bonne dame, fit le voyageur, je m’en vais vous faire passer et alors ne voudrez plus descendre. Pour sûr, protesta-t-elle, je vous en vous en ferai promesse solennelle. C’est entendu, dit-il, où vais-je vous mettre ? Jetez moi simplement sur votre épaule. Il la prit donc sur son épaule. Et quand il l’eut fait passer, elle ne voulut plus descendre.

Elle lui signifiait qu’elle le citait en justice : Nous allons soumettre notre litige au chameau que voilà, lui dit-elle. Le chameau, lui, était vieux ; il ne se levait plus. Sil me condamne à descendre, ajouta-t-elle, je descendrai ; s’il vous condamne à me porter, vous ne porterez.

Quand ils furent près du chameau, elle dit à celui-ci : Pour ce qui est de ce fils d’Adam, partout où il me trouve, il me tue. Et vous, maintenant, comment allez-vous trancher entre nous ? Faites- lui un nœud coulant, dit le chameau. Tant que j’étais en bonne santé et que je transportais de lourdes charges, je vivais dans l’intimité de l’homme. Maintenant que j’ai perdu la santé, eh bien vous voyez dans quel état il m’a abandonné.

Ils partirent et se rendirent auprès d’un cheval. Voilà, lui dit la vipère, je vous ai amené cet individu, pour que vous nous fassiez justice. Il n’y a pas d’autre justice pour lui, dit le cheval, que celle-là même que vous lui avez faite là. Au temps où j’étais en bonne santé, il m’avait confectionné une selle et une rêne brodée, et il me faisait ferrer en temps utile ; et j’avais droit à toute sorte de fourrages et à tout ce qui me faisait besoin. Je le sauvais du milieu de l’ennemi et le ramenais dans le camp ami. Maintenant que j’ai perdu la santé, eh bien vous voyez dans quel état l’homme m’a abandonné. Serrez lui le nœud coulant à lui en faire jaillir les yeux des orbites.

En voilà deux, dit la vipère à l’homme, à qui nous avons soumis notre différend. Chez qui voulez-vous encore aller ? Je ne vous en demande plus qu’un seul, dit-il. C’est entendu, accorda-t-elle, mais à quelque personne que nous nous adressions, vous trouverez dans son arbitrage les conséquences de votre comportement.

Ils se rendirent chez le hérisson. Pour l’amour de Dieu, chef, dit l’homme, il faut que vous me rendiez justice avec cette créature. Elle m’a demandé de lui faire passer le ruisseau. Je l’ai fait. Elle ne veut plus descendre. Vos lois ne sont pas les miennes, dit le hérisson. Et pourquoi n’avez-vous pas les mêmes lois que nous ? demanda la vipère. Parce que, dit-il. Non, non, insista la vipère, prenez la décision qui vous semblera bonne, et faites nous la nous savoir. C’est que, dit le hérisson, les gens du ciel, ceux de la terre n’ont pas à les juger. C’est donc à moi que vous faites allusion ? demanda la vipère. Parfaitement, dit le hérisson, si en effet vous voulez obtenir justice, il vous faut descendre à terre afin que je prononce ma sentence. Et après, vous ferez comme il vous semblera bon. Elle descendit donc.

Et maintenant, lança le hérisson à l’homme, voilà le vivant par terre et vous, vous avez la mort dans la main. Qu’est-ce que vous attendez d’autre ? L’homme aussitôt frappa la vipère et la tua.

Quand il l’eut tuée, il se pencha sur le hérisson et lui dit : Je m’en vais t’emporter pour te donner à des gamins. Est-ce vraiment indispensable que j’aille avec toi ? demanda le hérisson. Absolument, dit l’homme. Au nom du ciel, supplia le hérisson, c’est que j’ai des enfants, et tu connais bien les droits qu’ils ont sur nous. En quelque état que je les laisse, c’est ainsi qu’ils resteront. Il faut que tu m’accompagnes pour passer les voir. D’accord, fit l’homme et il partit avec lui.

Ils arrivèrent à l’entrée d’un terrier dans lequel il y avait une vipère. Je t’en prie, dit le hérisson, il faut que tu m’aides. C’est que mes enfants sont assez désobéissants. Il suffit que je leur dise : "Allez", pour qu’ils me fassent des difficultés pour sortir. Toi, barre-leur la route, et le premier qui sort tu l’attraperas.

Le hérisson entra dans le terrier. Quand il arriva auprès de la vipère, il mit la tête contre les pieds, se roula en boule et piqua la vipère.

L’homme, de son côté, se coucha complètement sur le ventre et se mit à observer attentivement la venue des petits du hérisson.

Quant à la vipère, dès qu’elle sortit elle tomba sur l’homme qui était là à guetter. Et vlan, elle le mordit. Le hérisson, qui la suivait, eut la surprise de constater qu’elle en avait déjà terminé avec lui. Et voilà, s’écria-t-il , comment on joue un bon tour à quelqu’un !
Revenir en haut Aller en bas
Ksar de Ouarzazate



Nombre de messages : 53
Age : 74
Date d'inscription : 07/05/2012

MessageSujet: Re: CONTES EN JUDEO-ARABE   Mer 14 Nov 2012 - 7:57

Les mensonges du ciel


Ils étaient deux; Deux menteurs, qui voulaient gagner leur vie en coups de mensonges.
Ils décidèrent, un jour, de se rendre dans un village.
Le premier dit alors au second : "Ecoute-moi, je vais mentir, toi d'arranger les choses, de façon à ce que nos mensonges ne se fassent pas trop remarquer".
Ils entrèrent donc, dans le village et, pendant qu'ils dînaient avec d'autres villageois, le premier faisant semblant de tendre l'oreille, dit à l'assistance : "Ecoutez ! J'entends un chien aboyer dans le ciel !". Les villageois étonnés, lui firent remarquer que les chiens ne pouvaient pas voler, qu'ils n'avaient pas d'ailes et, qu'ils ne pouvaient pas aboyer dans les airs.
Le deuxième menteur, qui voulait adoucir les choses, rétorqua : "C'est vrai, je l'entends. C'est un chien qui a été enlevé par un vautour".
Les villageois, jugeant l'histoire plausible, affirmèrent même : "Il y a tant de rapaces qui passent par ici".
Et l'histoire fut crue par tout le monde.
En quittant le village, le deuxième menteur, dit à son ami : "Il était convenu que je t'arrange et, que je te justifie les mensonges de la terre, mais on a jamais parlé des mensonges du ciel".

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CONTES EN JUDEO-ARABE   

Revenir en haut Aller en bas
 
CONTES EN JUDEO-ARABE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Institut du Monde Arabe
» COMMANDER LA BD des CONTES NORMANDS
» Contes normands en BD
» Octave Maillot "Contes Normands".
» Les contes d'un moine normand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: YAHASRA :: HISTOIRES ET PROVERBES, EN FRANCAIS, JUDEO-ARABE ET ARABE DIALECTAL-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit