HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LA HILOULA D'UN SAINT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cerise de SEFROU



Nombre de messages : 37
Age : 62
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: LA HILOULA D'UN SAINT   Jeu 6 Sep 2012 - 5:40

Le judaïsme marocain est certainement l'un des plus vivaces de la terre. Depuis plus de 15 ans, les Juifs marocains du monde entier marquent de manière plus forte chaque année leur attachement pour leur pays et y viennent en masse pour effectuer des pèlerinages aux sanctuaires et aux saints enterrés au Maroc.
Il est d'ailleurs remarquable que certains saints soient vénérés également par les Musulmans et par leurs concitoyens juifs.
C'est le cas par exemple de Rabbi Yahia Lakhdar à Ben Ahmed.


Il est tant de villes marocaines qui résonnent encore des chants et des prières juifs, c'est un cachet spécifique multimillénaire de la coexistence fraternelle des fidèles des deux religions monothéistes ancrées dans la spiritualité du pays.
Essaouira, Marrakech, Fès, Tétouan et d'autres villes encore portent le témoignage du passé commun et marquent d'un sceau indélébile chaque ruelle, chaque courette où des marmots juifs et musulmans ont joué aux billes ensemble, et à d'autres jeux maintenant disparus par la faute des jouets en plastique.

Dévotion
Mais revenons à Ben Ahmed. Dimanche 25 mai, le sanctuaire de Rabbi Yahia Lakhdar a vu une cérémonie pleine d'émotion et de dévotion.
Les Juifs marocains restés au pays ou résidents à l'étranger et leurs concitoyens musulmans se sont réunis devant le sanctuaire à l'occasion de la célébration de la Hilloula.
Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil des Communautés israélites du Maroc, Boris Tolédano, président du Comité de la Communauté israélite de Casablanca et Si Moujahid, secrétaire général de la Province de Settat, ainsi que de nombreuses personnalités civiles et militaires, ont accueilli de nombreux hôtes venant de l'étranger. Parmi eux, Liliane Shalom, vice-présidente du Rassemblement du Judaïsme marocain, Eldred Tabachnik, président de la Communauté juive de Grande-Bretagne et président du Congrès juif européen, Jo Wagerman, vice-présidente de la Communauté juive de Grande-Bretagne, Gréville Janner, membre du Parlement britannique et président de la Fédération des Communautés juives du Commonwealth, Sydney Assor et Jacques Onona, présidents de l'Association britannique des Juifs originaires du Maroc.

Émouvant
Avant l'ouverture officielle du sanctuaire et l'allumage des bougies, Serge Berdugo a prononcé une allocution émouvante qui a rappelé à maintes reprises l'enracinement des Juifs dans leur pays et la nostalgie qui ne quitte jamais les Juifs marocains quand ils sont loin de leur pays.
&laqno;Le pèlerinage de la Hilloula est une des traditions les plus chères à notre Communauté. Il symbolise une des manifestations religieuses les plus originales du Judaïsme marocain, avec le culte des saints qui trouve son origine séculaire dans l'influence arabo-musulmane».
C'est ainsi que Serge Berdugo a expliqué une des spécificités du Judaïsme marocain avant de témoigner de l'attachement des Juifs marocains ou d'origine marocaine à l'intégrité territoriale du Maroc.

Fraternité
Ce sentiment est d'autant plus fort que, comme l'a rappelé Serge Berdugo, cette fête &laqno;est également la conséquence d'une cohabitation multiséculaire qui, à travers les aléas de l'histoire, s'est renforcée dans le respect mutuel et la tolérance».
Serge Berdugo est aussi revenu sur la position du Judaïsme marocain sur la paix au Moyen-Orient: &laqno;La paix, c'est certes la sécurité, mais c'est aussi la justice, la générosité et c'est surtout le respect de l'autre si l'on veut atteindre l'objectif pacifique majeur auquel aspire l'écrasante majorité des Israéliens, des Juifs, des Palestiniens, des Musulmans, des Arabes et l'ensemble du monde civilisé».
À la fin de son allocution, Serge Berdugo a demandé à l'assistance de prier pour que le Saint Vénéré Rabbi Yahia Lakhdar fasse que nos espoirs communs pour une paix réelle s'accomplissent et que notre lutte pour l'unité du Royaume s'achève par la victoire et la gloire du peuple marocain et pour que &laqno;les prières dites par le Grand Rabbin s'élèvent jusqu'au Très-Haut pour le repos de l'âme du regretté feu Sa Majesté Mohammed V et pour appeler la bénédiction divine sur la personne de Sa Majesté Hassan II, que Dieu le glorifie, sur Son Altesse Royale le Prince Héritier Sidi Mohammed, sur Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid, sur la Famille Royale et sur l'ensemble du peuple marocain».
La dimension de la culture juive dans la civilisation marocaine a donc été fortement marquée par cette cérémonie où Juifs et Musulmans ont communié côte à côte pour la paix et les valeurs de tolérance et de fraternité vécues au quotidien par tous les Marocains.
Revenir en haut Aller en bas
cerise de SEFROU



Nombre de messages : 37
Age : 62
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: LA HILOULA D'UN SAINT   Jeu 6 Sep 2012 - 5:41

La hilloula, pélérinage juif au Maroc

La Hiloula, pèlerinage de la fraternité

Les Marocains de confession juive se réunissent chaque année au Maroc pour célébrer la «hiloula». Ce nom évoque le pèlerinage juif qui se déroule le 33ème jour après la «Pessah», la Paque juive. Deux moussems sont principalement concernés par l’événement: celui de Sidi Yahya Lakhdar à Ben Ahmed, province de Settat et un deuxième plus célèbre, à Ouazzane.

A cette époque de l’année, les juifs marocains du monde entier rejoignent en masse le Maroc pour effectuer des pèlerinages. Ces pèlerinages sont réalisés pour rendre hommage aux saints enterrés au Maroc. C’est bien le cas, par exemple, de Rabbi Yahia Lakhdar à Ben Ahmed. Le sanctuaire de Rabbi Yahia Lakhdar abrite chaque mois de mai une cérémonie pleine d’émotions et de dévotion. Les juifs marocains restés au pays ou résidents à l’étranger et leurs concitoyens musulmans se réunissent devant le sanctuaire à l’occasion de la célébration de la «Hilloula». Le pèlerinage de la «Hilloula» est une des traditions les plus chères à la communauté juive. Il symbolise une des manifestations religieuses les plus originales du judaïsme marocain, avec le culte des saints qui trouve son origine séculaire dans l'influence arabo-musulmane.

Depuis plus de 15 ans, les Juifs marocains du monde entier marquent de manière plus forte chaque année leur attachement pour leur pays et y viennent en masse pour effectuer des pèlerinages aux sanctuaires et aux saints enterrés au Maroc. Cet évènement est marqué par des chants et des prières juives pour 7 jours de recueillement et de dévotion. C'est un cachet spécifique multiculturel de la coexistence fraternelle des fidèles des deux religions monothéistes ancrées dans la spiritualité du pays. La "Hiloula" constitue donc l'un des cultes et des traditions israélites au cours desquels les membres de cette communauté résidant au Maroc ou à l'étranger visitent les différents mausolées juifs où ils organisent notamment des prières et allument des cierges. Une occasion pour se recueillir aux côtés de leurs concitoyens musulmans.

En parallèle à Sidi Yahya, les juifs marocains célèbrent simultanément cette occasion dans une autre région du Maroc, Ouazzane. En effet, c’est dans cette ville qu’est enterrée une des grandes figures de la mystique juive, le rabbin Amram Ben Diwan, mort en 1781 et enterré à quelques kilomètres de Ouezane, à Asjen. Il s’agit de l’un des saints les plus populaires chez les juifs marocains. Ce moussem de Ouazzane et par là même, le plus important et le plus célèbre des pèlerinages juifs qui ont lieu au Maroc. Ces festivités de Ouazzane ont débuté samedi dernier au mausolée "Amrane Ben Diwane".
A cette occasion, des prières ont été élevées pour accorder santé et bonheur à SM le Roi Mohammed VI Amir Al Mouminine et à l'illustre famille royale, en présence de rabbins marocains et étrangers. Ces deniers ont exprimé "les liens profonds qui les unissent au Maroc". Dans une déclaration à la TVM, M. Guessous Gabriel, rabbin de Casablanca, a souligné "la nécessité de consolider les liens de fraternité entre les juifs et les musulmans à travers le monde entier". Dans une atmosphère méditative, ces pèlerinages sont une occasion pour les juifs marocains de se réunir tous ensemble pour se recueillir et pour célébrer sept jours de spiritualité et de méditation. Une manière de rendre hommage à leurs saints qui reposent sur les terres marocaines.
Revenir en haut Aller en bas
 
LA HILOULA D'UN SAINT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» IUT Saint-Cloud DUT Année Spéciale - admissions 2009
» Saint Maurice d'Etelan FENESTRE
» Saint-Jean-de-la-Neuville
» Pétition - Non à la Saint Cochon
» Le Havre - Rue Bernardin de Saint-Pierre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: GENEALOGIE, A LA RECHERCHE DE NOS ORIGINES :: VIE JUIVE AU MAROC-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Air du temps et Société | Peuples et communautés