HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Mer 13 Déc 2006 - 11:47

Rappel du premier message :

CETTE MAGNIFIQUE COLLECTION APPARTIENT A NOTRE AMI
JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF
IL A VOULU LA PARTAGER AVEC NOUS AUJOURD'HUI
CHER AMI TA COLLECTION EST SUBLIME,
CHAQUE IMAGE EST UN TABLEAU
REGARDEZ LES PHOTOS CHERS AMIS,
C'ETAIT LE CASABLANCA QU'ONT CONNU NOS PARENTS, GRAND-PARENTS, ARRIERES GRAND-PARENTS...............
MORIDO AMIGO MERCI ENCORE POUR CES PHOTOS
BISOUS ET BONNES FETES
DE LA PART DE SOLY LA CASAOUIA




Dernière édition par le Mer 13 Déc 2006 - 11:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr

AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 41234
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:23

Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 41234
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:24

Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 41234
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:24

Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 41234
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:25

Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 41234
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:25

Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 41234
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:26

Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 41234
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:27

Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 41234
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:27

Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 41234
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:28

Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:29



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:29



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:30



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:30



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:31



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:32



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:33



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:33



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:34



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:35



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:37



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:38



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Ven 15 Déc 2006 - 14:53

Mon tres tres cher Morido, merci pour ce tresor que tu as bien voulu partager avec nous les cartes postales sont tres tres belles, gracias querido amigo, muchas gracias


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Michelle Anidjar
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 2519
Age : 61
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Sam 16 Déc 2006 - 22:38

Morido, hola amigo querido soy la hermana pequena de Soly me llamo Mercedes-Michelle tus postales son maravillosas, gracias por permitirnos a ver tu coleccion, un abraso a tu mujer y a ti
Revenir en haut Aller en bas
http://cuisinemichelle.exprimetoi.net/index.forum
bebert
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 385
Age : 65
Date d'inscription : 30/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Sam 16 Déc 2006 - 23:44

QUEL TRESOR!!!!!!!!!!!!
UN TRES TRES GRAND MERCI.

bebert
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:17



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:19



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:20



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:24



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:25



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:26



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:27



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:28



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:29



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:30



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:30



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:31



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:32



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:41



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:42



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:43



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:44

Les Meubles PRIMARIOS, angle Bd. Mers Sultan et rue Condorcet ou Rue Kleber.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:44



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:46



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:47



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:47



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:48



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:50





Dernière édition par le Dim 17 Déc 2006 - 0:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:50



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Dim 17 Déc 2006 - 0:57



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Michelle Anidjar
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 2519
Age : 61
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Lun 18 Déc 2006 - 20:29

cher monsieur Morido mais ca c'est un vrai tresor, ou avez-vous toutes ces cartes postales c'est un vrai musee,un siecle de photo de Casa, je crois amigo que tu es le seul au monde a avoir une telle collection si riche ca fait des centaines et des centaines de cartes,quel regal, merci mille fois d'avoir voulu partager cette beaute unique et rare avec nous aujourd'hui.


bisous a toi et a ton epouse
Michelle
Revenir en haut Aller en bas
http://cuisinemichelle.exprimetoi.net/index.forum
morido



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Mohamed V   Dim 28 Jan 2007 - 23:40

UN PAYS EPARGNE PAR L'OCCUPATION ALLEMANDE

Durant la Seconde Guerre mondiale, le Maroc est une véritable terre d'asile pour les réfugiés de toutes origines, fuyant une Europe soumise au joug du nazisme et du fascisme. Il devient un lieu d'étapes pour ceux qui veulent s'enfuir en Amérique, dans les pays neutres ou continuer la lutte en gagnant l'Angleterre.

Pour toutes ces personnes, la vie au Maroc paraît plus douce qu'en Europe occupée. Malgré la pénurie et le rationnement, on y mange mieux qu'en France, qui doit faire face à un véritable pillage organisé par l'Allemagne. De plus, il n'y a pas de couvre-feu ni de terreur policière imposés par les Nazis. La présence allemande au Maroc, outre deux consulats à Tanger et Ceuta, se limite à des commissions militaires germano-italiennes, chargées de vérifier le respect des clauses de l'armistice de juin 1940.

Cette tâche est d'abord assurée par la seule commission italienne d'armistice, assistée par l'inspection du contrôle allemand pour l'Afrique (KIA), jusqu'au printemps 1941. Époque à partir de laquelle l'Allemagne décide d'imposer son contrôle militaire exclusif sur le Maroc. Le général Schulteiss est le chef de cette inspection du contrôle allemand, qui se divise en deux commissions : l'une pour la marine et l'aviation, installée à Casablanca, l'autre pour l'armée de terre, siégeant à Fédala (Mohammedia).

A Casablanca, ces soldats allemands, assez discrets, vivent dans le quartier d'Anfa. S'ajoutent aussi quelques éléments de la Gestapo (police politique allemande) et des membres des services secrets nazis. Durant les premières années de la guerre, Casablanca se transforme, d'ailleurs, en véritable nid d'espions des pays belligérants !

LES MESURES ANTISEMITES

Bien qu'épargné par l'occupation allemande, le Maroc doit s'aligner sur la politique autoritaire et antisémite du régime de Vichy, de juillet 1940 à novembre 1942.

Le Protectorat met ainsi en place les statuts discriminatoires établis par l'Etat français, en 1940 et 1941, qui excluent les juifs de l'enseignement, de la fonction publique et les écartent de secteurs majeurs de la vie économique. A Casablanca, par exemple, 26 avocats juifs sur 30 sont radiés du barreau et 13 médecins sur 16 sont rayés de l'ordre. Parallèlement, 10 000 juifs algériens, vivant au Maroc, sont privés de leur nationalité française et relégués au statut d' « indigène ».

En août 1941, les israélites nouvellement installés dans les « quartiers européens » des villes marocaines depuis 1939, sont contraints, en théorie, de quitter les lieux . A Casablanca, une décision du pacha, en 1937, leur ayant interdit la nouvelle médina, ils n'ont d'autre choix que de s'entasser dans le mellah (quartier juif de l'ancienne médina) ou de quitter la ville.

Ces mesures discriminatoires frappent aussi les enfants israélites. Abraham Serfaty, alors sur les bancs du Lycée Lyautey de Casablanca, racontera plus tard : « s'il n'y eut pas d'arrestations, nous eûmes cependant droit aux interdits et exclusions. Ainsi ma soeur dut-elle quitter le Lycée, le numerus clausus qui la frappait m'ayant en revanche épargné. » Le soir, certains professeurs bravent ces mesures iniques et assurent des cours clandestins à ces jeunes victimes de l'antisémitisme ! Il faudra attendre 1943 pour que tous les élèves juifs retrouvent les bancs de leur classe et leurs camarades.

Enfin, quelques centaines de juifs français et étrangers, d'Europe centrale essentiellement, sont internés dans des « camps de séjour surveillé », véritables camps de travail, répartis sur le territoire marocain, comme à El Jadida, Ain Leuh, Beni Mellal, Bou Arfa, Tadla, Mrirt, Tazmamart, Agdz, et Ghbila. Ils y côtoient d'autres détenus français et marocains, des socialistes, des communistes et des francs-maçons.

Néanmoins, ces internements ne concernent pas les juifs marocains et ne présentent pas de caractères systématique et massif pour les autres. Aucun juif dans le royaume chérifien n'est déporté dans les camps de concentration et de déportation nazis en Europe, échappant ainsi au plus terrible génocide de l'Histoire, surnommé la Shoah, qui entraîne la mort de plus de 5 millions de juifs. Si les israélites du Maroc ont ainsi pu éviter le sort dramatique de leurs coreligionnaires d'Europe, ils le doivent en grande partie à la protection du sultan Sidi Mohammed ben Youssef et aux aménagements de la politique antisémite, qu'ont dû lui concéder les autorités du Protectorat, fidèles à Vichy. Vichy, dont l'autorité s'efface progressivement au Maroc après le débarquement des Américains, en novembre 1942, et avec elle toutes les mesures discriminatoires à l'encontre des juifs.

Près de 250 000 juifs marocains ont donc globalement traversé les années 1940-1942 « à l'abri de toute persécution, la majorité d'entre eux ignorant l'existence de camps de travail forcé qui étaient mis en place au Maroc par le Régime de Vichy. (...) Les juifs marocains avaient subi un certain nombre de mesures comme l'inventaire des biens, mais ils n'ont jamais été inquiétés grâce à la protection salvatrice de feu SM Mohammed V, alors que des juifs français et étrangers avaient été incarcérés en secret par les autorités du Protectorat. » (Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc, lors du 60e anniversaire de la Shoah, le 30 janvier 2005).



Date de création : 14/10/2004 @ 17:03
Dernière modification : 27/06/2005 @ 17:24
Catégorie : 3-Débarquement américain et vie quotidienne
(1939-1945)
Revenir en haut Aller en bas
morido



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: régne de Mohamed v 1927-1961   Dim 28 Jan 2007 - 23:44

L'INTERNEMENT D'ESPAGNOLS ET D'ITALIENS

Une autre catégorie de population subit, sous Vichy, des mesures discriminatoires : les centaines de républicains espagnols réfugiés au Maroc depuis 1939, après la victoire de Franco et du fascisme en Espagne, au terme d'une terrible guerre civile. Beaucoup de ces réfugiés sont installés à Casablanca (ils représentent par exemple 15 % de la population du quartier du Mâarif). Cette communauté, dont les idéaux politiques de gauche ou d'extrême gauche sont exécrés par Vichy, est placée sous la surveillance des autorités du Protectorat. Des Espagnols sont même arrêtés et internés dans des camps, comme ceux d'Azemmour ou de Oued-Zem.

Les francs-maçons et les quelques résistants gaullistes, engagés de la première heure, sont également traqués par les autorités françaises, avec parfois le concours de la Gestapo et des services secrets allemands.

Après le débarquement américain au Maroc, en novembre 1942, le Protectorat, qui est passé dans le camp des Alliés, libère les républicains espagnols, les francs-maçons et les résistants français.

C'est au tour de la population italienne d'être suspectée... L'Italie fasciste de Mussolini étant l'alliée de l'Allemagne nazie. A Casablanca, par exemple, des Italiens sont enfermés dans un camp situé dans le Maarif : baraquements en bois avec fils de barbelés, pour ces hommes qui se font parfois traiter de fascistes... Par leurs propres voisins !

CASABLANCA BOMBARDEE

A l'aube du 8 novembre 1942, la population casablancaise est réveillée par le mugissement des sirènes de la ville, suivi d'une violente canonnade. La guerre, dans sa réalité la plus brutale et sa dimension la plus cruelle, arrive alors aux portes de Casablanca. L'US Navy bombarde, en effet, la marine française, en mouillage dans le port, qui a reçu l'ordre, du gouvernement de Vichy, de résister au débarquement américain au Maroc. Le pilonnage est intense, parfois des bombes ratent leur objectif et explosent dans les quartiers autour du port (dont l'ancienne médina) et même au-delà, faisant les premières victimes civiles de l'opération Torch.

Jacqueline Remer-Bardon, alors âgée de 13 ans, racontera : « La sirène retentit. Que se passe-t-il en ce dimanche 8 novembre ? Nous nous apprêtions, maman et moi, à aller à la messe au Mâarif (...) quand mon oncle arrive essoufflé : « Restez ici. La sirène sonne. Ne bougez pas ». Mon père prend son vélo et rejoint le centre de sécurité auquel il était affecté en cas de problème. Maman et moi, curieuses malgré tout, restons sur le trottoir et discutons avec les voisins. Tout à coup, un objet énorme passe au dessus de nous en sifflant. « C'est un obus ! » s'exclame un des voisins. En un instant, nous rentrons dans nos villas respectives et nous n'en bougeons plus. D'autres bruits étranges nous parviennent. Le soir même, à la radio, nous apprenons que les écoles et lycées seraient fermés le lendemain (...) »

Pendant les trois jours, que durent la bataille de Casablanca, les civils, angoissés par la tournure des évènements, se terrent en effet dans leurs foyers. La ville perd alors sa légendaire agitation et son atmosphère fiévreuse. Casablanca évite cependant le pire, puisque le bombardement massif de la ville, prévu le 11 novembre par les Américains, est finalement annulé, après l'annonce du cessez-le-feu ordonné par le Résident général. La population casablancaise compte néanmoins des dizaines de morts et de blessés.

Quelques semaines plus tard, dans la nuit du 30 au 31 décembre 1942, un autre bombardement frappe la ville. Il s'agit cette fois d'un raid aérien allemand, mené par dix huit avions en provenance de Toulouse, qui a pour objectif les infrastructures du port, où s'accumulent le carburant et le matériel américain.

Gênés par les défenses anti-aériennes américaines, les appareils lancent en fait leurs bombes à l'aveuglette, touchant des quartiers d'habitation. Ainsi quatre bombes tombent sur la nouvelle médina, faisant 110 victimes. Ce raid aérien sur Casablanca est le seul que les Allemands mèneront durant la guerre. Il est vrai que celui-ci leur coûte cher pour de piètres résultats, puisque au cours du retour ils perdent les 2/3 de leurs bombardiers, en grande partie à cause d'un manque de carburant !

L'AMERICANISATION DE CASABLANCA

Après le débarquement américain, la population observe, impressionnée, le déploiement de force de l'armée des Etats-Unis, dans les différents ports du Royaume, et au regard duquel la puissance française fait bien pâle figure ! Un jeune soldat français, Raymond Lescastreyres, écrit à cette époque : « Nous sommes en admiration devant leur équipement (...) ce qui nous étonne le plus c'est la sophistication du matériel dont ils sont dotés. En comparaison, le nôtre se trouve à des années-lumières en retrait. »

Pendant de longs mois, Casablanca offre alors un visage étonnant : des dizaines de milliers de tonnes de matériel sont stockées temporairement dans la ville, avant leur transfert pour le front de Tunisie (de novembre 1942 à mai 1943) puis vers des camps militaires, où sont équipées de nouvelles unités françaises, en application des accords d'Anfa. Casablanca se transforme ainsi en véritable entrepôt militaire à ciel ouvert : sur ses quais, aux abords de son port et même sur sa vaste place Administrative (actuelle place Mohammed V), qui accueille une chaîne de montage de véhicules de guerre !

Les rues des villes côtières grouillent d'uniformes américains. Dans les cafés, dans les cinémas, dans chaque lieu public, impossible de ne pas remarquer ces GI's hauts en couleur. Et dont certains s'amusent, parfois, à descendre les rues de Casablanca... A cheval et au galop ! Nombreux sont les habitants, jeunes ou adultes, qui découvrent ou redécouvrent le chewing-gum, les barres de chocolat, le coca-cola, les cigarettes américaines. Des petites boutiques se spécialisent dans les produits issus des stocks de l'armée américaine. Abraham Serfaty précisera : « la présence américaine au Maroc m'apportait aussi l'accès à la littérature immense de ce pays. Dans les kiosques, je trouvais à des prix dérisoires les livres de poche vendus par les soldats américains et je découvris ainsi Hemingway, Steinbeck et tant d'autres ».

Parallèlement, de nouveaux idéaux culturels se diffusent, sous la forme d'une américanisation, qui se reflète dans les modes de vie et dans l'architecture de l'habitation bourgeoise. C'est aussi l'époque où Hollywood s'intéresse à Casablanca et réalise un film du même nom, avec Humphrey Bogart et Ingrid Bergman !

Cette influence américaine au Maroc inspire alors le chansonnier Lhoussine Slaoui, qui compose un air populaire « Les beaux gars aux yeux bleus », dont les paroles sont très significatives : « Oh ! Oh ! Comme les temps ont changé ! Les Américains sont arrivés, les gens ont pris de l'assurance et les femmes leurs aises (... ) Même les vieilles ont mis des voilettes et mâchent du chewing-gum. Les épouses ont pris prétexte pour quitter leur domicile. Les beaux gars aux yeux bleus sont arrivés avec beaucoup de cadeaux (...) Ils distribuent des bonbons, des cigares et même des dollars (...) Même les petites filles ont appris l'américain. Tu n'entends plus que OK, OK, Come On, Bye Bye ! »

LA QUESTION DE l'INDEPENDANCE DU MAROC

Le nouveau contexte mondial issu de la guerre favorise la revendication de l'indépendance au sein de la société marocaine et particulièrement des milieux nationalistes, jusque-là modérés en ne réclamant que des réformes au sein du Protectorat depuis le milieu des années 1930.

En effet, la défaite de la France en 1940 et les divisions entre Français après cet événement ont ébranlé le mythe de l’invulnérabilité de la puissance occupante. Le débarquement américain au Maroc a rendu plus sensible encore l’affaiblissement de la France. A cela, s'ajoutent les échos publics de l'entrevue d'Anfa, début 1943, entre le sultan Sidi Mohammed ben Youssef et le président américain Roosevelt, ainsi que les fuites de ces entretiens, qui donnent à penser que bien des choses vont devenir possibles, qui ne l’étaient pas auparavant…

En s'appuyant, entre autres, sur l'attitude loyale du sultan et les sacrifices consentis par son peuple pour soutenir la France dans la guerre, les partis nationalistes marocains finissent par rejeter le principe des réformes dans le cadre du Protectorat et revendiquent l’indépendance du Maroc. Le Manifeste du Parti nationaliste de l’Istiqlal, rendu public le 11 janvier 1944, affirme ainsi le principe de la reconnaissance de l’indépendance comme préalable à toute entente avec la France.

Son succès est tel qu’il inquiète l’administration du Protectorat. Celle-ci n'est pas encore prête à entendre ces revendications et répond maladroitement par la répression : manifestations dispersées par la force, arrestations et condamnations des signataires. La rue gronde d'un bruit sourd qui ne cessera dès lors de s'amplifier... Encouragé en cela, par des facteurs extérieurs, au sortir de la guerre, tels que la Charte des Nations Unies, qui proclame le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la fondation de la Ligue arabe en Egypte, qui encourage le mouvement d’émancipation des peuples arabes. Dès lors, la question de l'indépendance du Maroc va imprégner progressivement le quotidien de tous les habitants du pays...


LA FIN DE LA GUERRE

Dans l'immédiat, la victoire alliée, le 8 mai 1945, est vécue comme un soulagement par toute la population au Maroc : même si les restrictions alimentaires perdurent, l'angoisse du deuil, dans des milliers de familles marocaines et françaises, disparaît enfin.

Dans les jours et les semaines qui suivent, Français et Marocains réservent un accueil triomphal aux combattants de l'armée d'Afrique, parents, enfants ou amis, frères d'armes marocains et français, qui se sont battus, côte à côte, pour la libération de l'Europe. Instants fugaces d'une communion sincère entre deux populations, qui sont restées globalement unies dans l'épreuve, au-delà des tensions persistantes.

Le 15 mai 1945, lors d'une réception donnée par le sultan Sidi Mohammed ben Youssef, le Résident général, Puaux, rend un hommage mérité « au peuple marocain qui, animé de ses qualités d'endurance et de discipline, a su répondre à l'appel se son souverain (...) pour aider les Alliés de ses ressources et de la valeur de ses enfants. » La Seconde Guerre mondiale a bien donné lieu à un élan du peuple marocain dans un appui prononcé à la cause de la France et des Alliés, et dont le quotidien en a été fortement marqué. Elan plein d'espoir en retour...
M. TOURON (professeur d'Histoire-Géographie). Version en arabe : M. BOURAS (professeur d'Histoire-Géographie).
http://www.lylytech.net/~marocomb/articles.php?lng=fr&pg=86
Revenir en haut Aller en bas
morido



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Le Règne de Mohamed V 1927-1961+   Dim 28 Jan 2007 - 23:52

LE RÈGNE DE MOHAMMED V (1927-1961)
Son règne démarre après la guerre du RIF 1921-1926
Les rifains souffrirent alors d’attaques aux bombes de Napalm, et la mort atroce d'innocents, hommes femmes et enfants.
Mohammed V (Sidi Mohamed Ben Youssef) ne fit rien pour demander aux Français la grâce ou le retour de l'exil d'Abel Krim el Jatami (le bien aimé), qui surement aurait terminé ses jours comme Boujamara, nous venons de le voir, entre les mains de son oncle le Sultan Moulay Haffid en 1909.
Il soutient le futur Marechal Mohamed Mézzian, les protestations ne sont pas, comme certains le présentent contre la personnalité contradictoire du Marechal Mizzian; mais contre l’appui officiel du gouvernement marocain actuel.
Sa trajectoire, que certains veulent transformer en symbole des relations Hispano-marocaines et la doter d’un certain nationalisme, alors que son Histoire n’est ni noble ni nationaliste et d’autres, comme lui, ont été jetés à la poubelle de l’Histoire où se trouve réellement sa place.
"En 1921 le futur Maréchal Mohamed Mézzian, lutte à Annual aux cotés des troupes Espagnoles contre les combattants Rifains commandés par Abdelkrim El Jattabi, où il sera blessé, des années après, il s’incorpore aux F.A.R. du Maroc indépendant, à la demande de MOHAMED V qui le nomme Maréchal (le seul à ce jour).
Mezziane participe activement à la répression que subissent les Rifains en 1959 aux côtés de Hassan II qu’il accompagne en hélicoptère depuis Tétouan ou Alhoucemas pour suivre de prés les opérations.
Mizzian fut le recruteur en 1936 des troupes mercenaires Marocaines qui luttèrent aux cotés de Franco, la solde de ces mercenaires était de cinq pesetas Isabelinas en métal d’argent par jour, le papier monnaies étant refusé, plus droit de pillage que les rebelles Franquistes concédaient aux marocains sur le territoire Espagnol, dernièrement nous avons vu aux actualités de l’époque ce Mezzian , féroce sanguinaire dans la première bataille de Madrid en 1937, et pratiquement toutes les batailles de cette guerre d’Espagne exécutant des grandes œuvres pour le compte de Franco, sa main sadique et justicière, gagnant de toutes les médailles et honneurs militaires pour les crimes et horreurs commis (Souvenirs de l’Histoire)".
-En juin 1940 (fort heureusement j'avais quitté Tanger pour Casablanca un an avant), après la défaite française, les troupes nationalistes espagnoles de Franco occupent Tanger et permettent, en mars 1941, l'installation du consulat allemand à la mendoubia, résidence du germanophile Mendoub Tazi (représentant du Sultan Mohammed V), où flotte le drapeau nazi.
En mars 1944, l'Espagne fait partir le consulat allemand de la mendoubia, avant de retirer, le 9 octobre 1945, ses troupes de Tanger, qui retrouvera son statut international.
-En 1946 Mohammed V, qui est un bon ami du Grand Mufti Husseini de Jérusalem, un Nazi criminel de guerre, lui apporte son secours .
"Après la défaite de l'Allemagne 1945, Husseini est recherché pour les crimes de guerre commis en Bosnie par la division Handzar. Il parvient à fuir l'Allemagne et à gagner la France, où il est brièvement incarcéré. Mais la France a tôt fait de le relâcher, et c'est son ami Hassan Al Banna qui va lui venir en aide, et le faire échapper à la potence, de Nuremberg en lui permettant de trouver refuge en Égypte en 1946, et d'échapper ainsi aux poursuites pour crimes de guerre par les Américains.
Hadj Amin El Husseini symbolise à lui seul, la carte musulmane jouée pendant la seconde guerre mondiale par Adolf Hitler et Heinrich Himmler. Le Grand Mufti de Jérusalem réussit à séduire le maître de l’Ordre noir SS par son allure "aryenne". Les yeux très bleus et la barbe rousse, il joue au Viking pour séduire les obsédés du racisme nordique. Ce curieux personnage joue à la fois au mystique et au guerrier.

Né en 1897, il effectue des études à l’université coranique Al-Azhar du Caire. Au cours de la première guerre mondiale, il endosse l’uniforme de l’armée turque pour aller se battre du côté allemand.
Une fraternité d’armes qu’il ne reniera jamais".
Mohammed V lui se porte garant auprès des Américains pour le sortir de la liste des criminels de guerre au procès de Nuremberg 1946.
L'aide apportée au Mufti par les Frères musulmans se traduit notamment par une campagne dans la presse égyptienne et par des appels incessants au gouvernement pour qu'il donne asile à Husseini. Depuis la fin de la guerre, Al Banna entretient des contacts suivis à ce sujet avec la Ligue arabe. Curieusement, cet épisode --- qui en dit long sur les affinités du Guide des Frères musulmans avec le nazisme --- est rapporté par Tariq Ramadan lui-même, qui se vante que son grand-père ait (préparé et organisé l'exil politique de Husseini en Égypte en 1946).

Bien que nommé plus tard par le général de Gaule compagnon de la libération, Mohamed V, on ne sait pour quel fait de guerre?, il ne prit jamais le commandement d’une armée Marocaine pour libérer la France, et son cousin et représentant le Kalifa de Tétouan également prête appuis aux Fascistes de Franco et aux SS allemands, il permit aussi la surveillance de la commission d’armistice Allemande en 1940/1942 pour que les Français ne fassent pas le service militaire en armes au Maroc, à partir de 1943 il se range auprès des alliés pour avoir la promesse des Américains d’une indépendance prochaine sitôt la guerre finie à la conférence d’Anfa 1943.

Mohamed V à son retour d’exil, que les Français, Marechal Juin et General Guillaume lui ont imposé, construit la propagande de son Marghzem et invente, pour s'allier les nationalistes et se traduire en héros « la révolution du Peuple et du Roi » de la nation Marocaine et gouverne son peuple en monarque absolu, sacralisé par la religion musulmane Amin el Mouedine. (Commandeur des croyants)
La position de Mohamed V est en quelque sorte compréhensible, la grande majorité des pays arabes est germanophile, pour la simple raison de lutter contre le sionisme en faveur de la Palestine Arabe, aujourd'hui encore
Pour en savoir plus:


Morido
web page sur le GRAND MUFTI DE JERUSALEM clic ici avec votre souris.
http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/seconde/mufti/Dossiers.htm
Revenir en haut Aller en bas
morido



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Bou JAMARA sa FIN tragique et cruéle 1909   Lun 29 Jan 2007 - 0:02

A l’automne 1902, un homme dénomme; Jilali ben Driss Zerhouni el Youssoufi, originaire du village Ouled Youssef dans le Zerhoun, connu sous le nom de Bou Hmara ou Boujamara, joue de sa ressemblance avec le frère du Sultan Abdelaziz et se fait proclamer Sultan, sous le nom de Moulay Mhammed par les tribus de Ghiata. Le nombre de ses partisans grossit rapidement.
L’armée sultanienne, désorganisée et mal payée, se débande au premier choc. Bou Hmara s’empare de Taza, ou il installe son embryon de gouvernement, soulevant tout le Maroc oriental et proclame la guerre sainte contre le Sultan.
Dans la kasbah de Selouane, ou il s'établit, Bou Hmara organisa son Makhzen en le dotant d'une organisation et d'un protocole dignes d'une cour sultanienne. Il engage même des pourparlers avec des hommes d'affaires espagnols de Mellila et français d'Oran pour l'attribution de concessions.
Sept années plus tard, Au début du mois d’aout 1909, plusieurs tribus qui jusqu'à présent, lui étaient demeurées fideles, firent défection. Ils n’acceptaient pas que Bou Hmara concède les mines de plomb et de fer de la région de Selouane aux compagnies minières espagnoles. Les rifains inquiets, l’abandonnèrent et le chassèrent pour avoir vendu; la terre marocaine; aux étrangers. Il rejoignit Taza avec le reste de ses fidèles ou il poussa ses attaques contre les tribus makhzen jusqu’aux abords de Fés.
La population tribale limitrophe de la capitale fuyait en grand nombre en direction de la grande ville. Le mécontentement et la peur s´emparèrent des fassis. Pour remédier à cette dramatique situation, Moulay Hafid leva une mehalla importante incluant même son armée régulière constituée de soldats noirs.
En dépit de leur faible effectif, les rebelles opposèrent une forte résistance durant plusieurs jours. Bou Hmara parvint à s´échapper pour se réfugier dans la montagne de Béni Zeroual et précisément la zaouia des Derkaouas.
Deux cents prisonniers capturés par les troupes chérifiennes et quarante têtes coupées furent envoyées comme trophées au Sultan.
Quant au Rogui, encerclé et presque isolé, il fut capturé; le 22 aout en compagnie de ses co-équipiers Ben jillali, Si Allal Zemrani, Agua et Najem, de ses femmes et enfants et de ses esclaves noirs.
L’instructeur français Ben Sédira qui fut à l´origine de la défaite de Bou Hmara et de son arrestation, envoya un messager à Fès pour informer le commandant Mangin et le Sultan de la situation.
Entre temps, la famille et les esclaves du Rogui avaient disparu, enlevés par les troupes makhzéniennes.
Enchainé aux pieds, enfermé; dans une étroite cage, juchée sur un dromadaire, escorté par quelques cavaliers, Bou Hmara prit le chemin de Fès.
Une foule immense, toute en liesse, l’accueillit à l’entrée de la ville. Il fut conduit aussitôt devant le Sultan assis sous la voute d’entrée du palais, entouré de son Makhzen. La population fassie, invitée à se rendre dans la grande cour du Méchouard pour contempler le prétendant vaincu, s’amassa en grand nombre. Des cavaliers entreprenaient des jeux de fantasia et la musique se faisait partout entendre.
Moulay Hafid fit placer la cage devant lui et interrogea son prisonnier. Celui-ci, bien qu’accroupi, enchainé et tassé dans sa cage, lui répondit la tête haute, d’un ton méprisant et avec un imperturbable sang-froid.
On fit exposer tous les jours le prétendant dans sa cage placée sur un gros cube en maçonnerie à Bab Bou Jat. De même des réjouissances macabres furent organisées et toute la collection des têtes coupées de partisans fut accrochée au fronton de Bab Mahrouk en pleine atmosphère de fête.
Quant aux prisonniers, on leur appliquait le châtiment ordonné par le Sultan, à savoir l’amputation alternée d’une main et d’un pied.
Ces traitements inhumains avaient lieu chaque jour devant la porte de Bab Mahrouk en présence d’une foule de plus en plus nombreuse: Les bouchers opéraient, tranchant d’un coup de leurs couteaux aiguisés ici une main droite et un pied gauche, et là une main gauche et un pied droit. Le sang coulait à la grande joie de la foule. Les malheureux s’affaissaient et pour arrêter l’hémorragie on les portait prés d’un caveau où chauffait de la poix bouillante et on y trempait leurs moignons sanglants, au milieu de leurs hurlements de douleur. Beaucoup mourrait de leurs souffrances et de la perte de leur sang.
Après quelques jours de manège, les consuls des puissances étrangères présents en ce moment à ; Fès, se réunirent et décidèrent d’inviter le Sultan, au nom de l’humanité et de la civilisation à cesser ces exécutions barbares.
Le corps consulaire de Fès sollicita même une audience pour la remise de la note de protestations, elle lui fut accordée pour le 11 septembre.
La fête sanglante de Bab Mahrouk continua néanmoins à battre son plein.
Craignant une demande de grâce de la part des représentants étrangers, Moulay Hafid décida de se débarrasser de Bou Hmara. Le 9 septembre, il le fit sortir de sa cage, le fit conduire dans la ménagerie et le fit introduire dans la cage d’un lion. Le fauve le blessa à l’épaule et s’éloigna. Le Sultan qui assistait seul à la scène en compagnie de son chambellan, ordonna alors à l’un de ses esclaves de l’achever. On fit sortir le Rogui et l’esclave tira à bout portant un coup de revolver qui lui fracassa la tête. On fit placer le cadavre dans un coin de la cour, on l’arrosa de pétrole et on le brula.
Ce fut la fin tragique de celui qui défia, sept années durant, deux Sultans du pays.
Voici la situation du Maroc à la veille du Protectorat...

l'Hidalgo du Maarif
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Lun 29 Jan 2007 - 7:17

Querido amigo Morido, quel plaisir de te lire, merci mille fois pour tout ce que tu fais pour montrer au generations de Marocains ce que le Maroc etait.
bisous Soly


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
morido



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Suraqui   Dim 11 Fév 2007 - 20:41

Soly, j´ai mis sur ton livre d´or une photo des fréres Souraqui que mon épouse recherche, pourais tu m, aider, merci
Salutations
Morido
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Mar 13 Fév 2007 - 8:03

Mon cher Morido je vais ouvrir une rubrique et on va chercher les amis a notre chere Helene ton epouse, y que D.ios nos allude, amen
bisous Soly


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   Mar 13 Fév 2007 - 8:08

Aujourd'hui mardi 13 février, notre site Maroc-Amitié célèbre les 7 mois d'existence, c'est le moment de vous remercier un par un, de votre amitié, de votre aide, merci mille fois merci, vous m'avez fait confiance et avez agrandi mon cercle d'amis marocains dans le monde.
Encore merci pour animer de votre sympathie et de votre humour marocain,les rubriques de discutions, chez Bebert, chez Kaki, chez Émeraude, et chez Malika, je veux que vous sachiez que sur MAROC-AMITIÉ, je ne suis pas le chef, je suis votre amie, votre soeur.
Sachez que vous êtes mes amis, et si nous sommes aujourd'hui réuni ce n'est pas pour faire concurrence aux autres sites marocains mais pour garder intact nos coutumes, notre art, notre amitié, pour pouvoir raconter a nos enfants et petits enfants sur le Maroc, notre Maroc le pays qui nous a vu naître, mon amour pour le Maroc date de plusieurs dizaines d'années.
Il y a des années que j'écris et je réunis photos, documents, histoires, je participe et j'aide (volontairement) aux grandes réunions annuelles qui commémorent les noyés du bateau "Egoz", "le tremblement de terre d'Agadir", "les enfants d'Oslo" et journées marocaines d'études a l'Université Bar-Ilan a Tel-Aviv, et Ben-gourion a Béer-Sheva.(qui durent 10 h et parfois 2 jours).
J'organise des réunions pour recevoir nos présidents de communautés marocaines dans le monde, et nos amis marocains dans le monde, tout ça pour nous rapprocher des racines de nos racines marocaines.
Mazal-tov MAROC-AMITIÉ, je veux remercier mes amis et frères Émeraude, Charly et Bebert pour leur aide, un immense merci a toi et a ta chere epouse mon frere Morido pour avoir mis a ma disposition ta celebre collection de plus de 1000 photos anciennes de Casa, et du Maroc, merci d'avoir enrichi le site Maroc-Amitie des histoire sur le Maroc, merci a toi David Bouhadana et a toi Ofek pour les 1001 photos de Mogador, et merci a David-Younes pour l'envoie des belles chansonset a toi mon frere Dris-Kenza pour m'avoir retrouve mon ami d'enfance Mustapha, merci a notre maestro Kaki pour les photos de notre Tahiti, la plage et piscine de notre enfance et pour l'histoire et photos de notre petit ange Vigon, et pour nous avoir amener ces amis celebres sur le site et a vous mes chers amis chacun par son nom pour votre amitié et soutien, je souhaite une longue vie a notre amitié, avec beaucoup de joie bonheur et paix, amen
votre Solita


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
morido



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: La RESISTANCE des JUIFS en ALGERIE un cadeau du ciel   Lun 19 Fév 2007 - 22:57

Le putsch des résistants français(deux tiers Juifs en Algerie), source du succès militaire allié à Alger
Le putsch du 8 novembre 1942 a été l'un des plus importants faits d'armes de la résistance française, par ses circonstances et surtout par ses effets. Il a en effet permis le succès de l'Opération Torch, c’est-à-dire du débarquement allié en Afrique du Nord, débarquement dont la réussite, avec les victoires alliées d'El-Alamein et de Stalingrad, ont constitué le tournant de la guerre:
Après une longue préparation (voir la préparation de l'Opération Torch), et en exécution d'accords passés secrètement à Cherchell le 23 octobre 1942 entre la résistance algéroise et le commandement allié, 400 résistants français mal armés, dont les 2/3 étaient des juifs, ont neutralisé, à eux seuls, le 8 novembre 1942, les batteries cotières de Sidi-Ferruch et le XIXe corps d'armée d'Alger pendant une quinzaine d'heures.

Ils avaient pour cela occupé, pendant la nuit, la plupart des points stratégiques. Simultanément, l'un de leurs groupes, composé d'élèves du Lycée de Ben-Aknoun commandés par l'aspirant de réserve Pauphilet, avait réussi à arrêter le général Juin commandant en chef en Afrique, ainsi que l'amiral Darlan, inopinément présent à Alger cette nuit là.
Ainsi, est-ce grâce à ces 400 patriotes français, que la garnison vichyste n'a pas réussi à se mobiliser, ni même à reconquerir la dernière et principale position des résistants (le Commissariat Central), et que les forces alliées ont pu débarquer sans rencontrer de résistance, encercler Alger et en obtenir la reddition le jour même. (voir l'article intitulé réussite de l'opération Torch).
En revanche, à Oran et au Maroc, où la résistance avait échoué, les forces de Vichy ont livré un combat sanglant aux Anglo-américains, et les ont tenus en échec pendant 3 jours. Ils n'ont finalement cessé le feu que le 10 novembre, sur l'ordre de leurs supérieurs Darlan et Juin, prisonniers des alliés, qui, après avoir d'abord refusé de donner cet ordre pendant plusieurs jours, ont finalement cédé aux menaces du général américain Clark.

Si donc la résistance avait manqué son putsch à Alger, le 8 novembre 1942, le débarquement allié aurait eu toute chance d'échouer, car les Allemands, au lieu de n'intervenir qu'en Tunisie, auraient alors pu accourir directement au Maroc en soutien de l'armée de Vichy, et occuper toute l'Afrique du Nord. Quant à l'armée d'Afrique elle serait bien rentrée en guerre, mais dans le camp de l'Axe.

Rarement un acte de résistance aura donc eu un tel impact.

L’extension du succès militaire allié d’Alger à Oran et au Maroc
C’est d’Alger que les dirigeants militaires de l’Afrique du nord, Juin et Darlan, entre les mains des Alliés, furent contraints, non sans peine, après 3 jours de négociations et de menaces, d'ordonner le cessez le feu à Oran et au Maroc, et la résistance aux Allemands à l’armée de Tunisie.

En effet, à l'heure où les généraux de Vichy tiraient sur les alliés, à Oran et au Maroc, ils livraient la Tunisie aux Allemands sans un seul coup de revolver. Force est donc de constater que la combinaison de ces deux attitudes opposées semble traduire de la part de ces généraux (mais non de la part de leurs subordonnés qui n'ont fait qu'obéir aux ordres), davantage un comportement collaborationniste que le strict respect des conventions d'armistice.
Le coup d’État des résistants d'Alger fût baptisé quelques mois plus tard « putsch » par ses auteurs, lorsqu’ils s’avisèrent qu’il avait été exécuté un 8 novembre, c'est-à-dire le même jour que le putsch manqué d’Hitler à Munich, en 1924.

Quoiqu’il en soit c’est grâce à ce « putsch du 8 novembre 1942 » que furent d’abord obtenues les deux conséquences militaires essentielles recherchées par l'Opération Torch :
- Le succès du débarquement allié et
- Le retournement de l'armée d'Afrique, qui, après 3 jours de combat sanglant contre les Alliés, termina finalement la guerre à leur côté, dans le camp des vainqueurs.
study lol!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF   

Revenir en haut Aller en bas
 
COLLECTION DE JOSE MARIA MORIDO L’HIDALGO DU MAARIF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» poèmes
» CHAUMET - collection frissons - photos
» Ma collection de vernis OPI...
» Well-Defined Studio Sculp Collection
» Ràl Nivea collection Chantal Thomass

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: MAROC :: VOYAGE A TRAVERS LES RUES DE CASABLANCA-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com