HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 HISTOIRE DU CINEMA MUET

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 21:54

Le cinéma muet est un cinéma sans paroles, dont la bande son est inexistante (on parle aussi de film silencieux) ou bien constituée de musique enregistrée sur la pellicule ou jouée en direct.

Des premiers films de Le Prince (1888) et des frères Lumière (1895) au Chanteur de jazz (Jazz Singer), en 1927, le cinéma fut majoritairement muet.

Lors de dialogues, les textes des acteurs étaient écrits sur des « cartons », qui apparaissaient la plupart du temps sur toute l'image, pendant ou après les avoir vu parler.

Cependant, très tôt, des essais de sonorisation furent tentés. D'abord par l'enregistrement du son sur un support séparé, rouleaux de cire, disque, ou seconde pellicule impressionnée par un procédé photoélectrique. Mais chaque fois, la difficulté majeure était la synchronisation avec l'image et l'amplification encore balbutiante. Le procédé qui mit fin à ces tâtonnements fut l'enregistrement optique du son directement sur le film lui-même.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 21:56

Vers le milieu du XIXe siècle, certains chercheurs s'intéressent à la décomposition du mouvement. Ils s'inspireront de jouets qui donnent, par la succession de dessins immobiles, une illusion de mouvement.

Dès 1863, les progrès de la photographie permettent de faire des instantanés. Après les travaux de l'Américain Eadweard Muybridge sur la décomposition du mouvement, le Français Étienne-Jules Marey met au point en 1888 le chrono photographe, ancêtre de la caméra, qui capte plusieurs images par seconde.

En 1888, Thomas Edison invente le kinétoscope, armoire dans laquelle un spectateur peut suivre le spectacle enregistré, et en 1895, les frères Lumière réalisent le premier appareil de projection capable d'assurer de manière satisfaisante la prise de vue comme la projection, le cinématographe, qui fera d'eux, après Edison, les pères du cinéma.



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 21:57

Le 28 décembre 1895, à Paris, dans le sous-sol du Salon indien, est effectuée la première projection publique du cinématographe. Le public assiste à la projection de dix films très courts (17 mètres de longueur), dont La Sortie de l'usine Lumière à Lyon (l'un des premiers films au monde), et Le Jardinier (plus tard renommé L'Arroseur arrosé).

Pendant une dizaine d'années, les vues Lumières sont couronnées de succès et imitées partout dans le monde. En France, en Amérique, en Angleterre, en Allemagne, en Italie et ailleurs, bricoleurs et esprits fantasques se mettent à tourner des milliers de courts-métrages, les projetant avec les moyens du bord dans les cafés ou les baraques foraines. Parmi eux se détache Alice Guy et Ferdinand Zecca, réalisateurs d'une longue liste de courts-métrages.

Edison filme des numéros de cirque pour son kinétoscope, mais ses mises en scène ne seront pas remarquées. Georges Méliès sera le premier à intégrer avec succès la scénographie du music-hall et du théâtre de variétés à la technique cinématographique. Son Voyage dans la Lune (1902) connaîtra un succès mondial.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 21:58

De 1905 à 1910, le cinéma cesse d'être un artisanat improvisé et devient une industrie. En France, les frères Pathé et Léon Gaumont produisent en série de petits films comiques, avec des acteurs comme Rigadin, Boireau et le déjà prometteur Léonce Perret et lancent des sociétés filiales de distribution et de production à l'étranger (notamment en Russie où Gaumont ouvre une filiale en 1904 pour concurrencer Pathé déjà présent).

Le premier grand acteur comique, Max Linder (Max et sa belle, 1910), qui sera le modèle de Charlie Chaplin, sort de leur école.

En Amérique, Thomas Edison, qui veut imposer son matériel et ses standards techniques, s'oppose aux tentatives de production indépendante, provoquant une véritable « guerre des brevets » qui entravera la production, mais favorisera également la création de compagnies indépendantes (par exemple : IMP de Carl Laemmle) d'où sortiront certaines des futures « majors » de Hollywood (la Universal de Laemmle).

Ainsi, dès 1908, se développent la Vitagraph, qui lance Florence Turner, et la Biograph, où débutent David Griffith (Les aventures de Dolly, 1908) et Mack Sennett.

Des firmes commencent à s'installer à Hollywood : elles se développeront très vite pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918) au détriment du cinéma européen.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 21:59

Dès 1908, le cinéma cesse d'être une activité strictement commerciale pour se revendiquer comme un art. Grâce aux tentatives géniales de personnes telles que Georges Méliès pour imposer cette tendance, le passage du documentaire à la fiction est assez rapide.

L'Assassinat du duc de Guise, produit en 1908 en France, va donner à Griffith l'envie d'ennoblir le mélodrame (le Remords de l'alcoolique, 1909) et de faire du cinéma le témoin moral de l'histoire (Naissance d'une nation, 1914, dont le triomphe marque le début des films longue durée.). Le langage cinématographique se dessine. Les films policiers à épisodes se multiplient, comme Fantômas (1913) de Louis Feuillade, virtuose du feuilleton populaire, ou Le Docteur Mabuse (1922) de Fritz Lang.

Evgueny Bauer étant l'un des cinéastes russes les plus importants d'avant la révolution d'octobre. Ses plus belles réalisations sont des mélodrames morbides filmés dans des décors maniaques raffinés. Il utilisait déjà des plans-séquences relativement longs et des déplacements de caméra virtuoses. Il faut aussi noter Paul Timan, Piotr Tchardynine ou encore Vassili Gontcharov qui sort le premier long-métrage en 1911.

Le Danemark produira des films teintés d'un art dramatique local, comme ceux d'Urban Gad (l'Abîme, 1910).

Les Italiens s'inspirent de leur tradition spectaculaire pour mettre en scène des divas telles que Lyda Borelli ou Francesca Bertini, et réalisent des tableaux antiques (Les Derniers Jours de Pompéi, de Luigi Maggi (1908), et le prestigieux Cabiria de Giovanni Pastrone (1914) qui seront vite imités par les Américains.

Max Linder est alors considéré comme étant une des personnalités les plus rémunérées du cinématographe sur l'échelle mondiale. Ce n'est qu'en 1914 que Charlie Chaplin débutera chez Mack Sennett. Max a alors plus de dix années de carrière. On comprend ainsi l'influence que cet artiste français a eu sur les premiers pas de Charlie au cinéma. Il suffit pour cela de relire la célèbre dédicace de Chaplin à Max qui n'hésite pas à le considérer comme son maître[réf. nécessaire] . N'oublions pas qu'en 1914, le premier film de Chaplin, Making a living (Pour gagner sa vie en français), ne nous dévoile pas encore le personnage de Charlot, puisque ce dernier ne sera défini qu'au cours de l'année. Chaplin est dans ce film coiffé d'un haut-de-forme et vêtu d'une redingote. Cela nous rappelle bien sûr ce « dandy » à la française surnommé « l'homme au chapeau de soie » : Max Linder.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:00

Après une période faste due à la guerre, entre 1914 et 1918, pendant laquelle le cinéma découvre de nouveaux domaines et affirme ses moyens d'expression comme dans Intolérance de D.W. Griffith ou Lest we forget du Français Léonce Perret et les premiers longs métrages de Chaplin, on entre dès 1919 dans une période d'épanouissement.

En Allemagne, le courant expressionniste lancé par le Cabinet du docteur Caligari, de Robert Wiene (1920) ou par De l'aube à minuit, de K.H. Martin (1920), aura une grande influence à l'étranger, mais il s'oppose aux tendances réalistes de la production nationale.

En France, Abel Gance marque un tournant avec son Napoléon et les films s'intellectualisent, influencés par Louis Delluc, en privilégiant dans leur esthétique la plastique de l'image et le rythme, et en approfondissant la psychologie des personnages, surtout chez Germaine Dulac et Jean Epstein (l'Auberge rouge, 1923). Ce courant sera nommé impressionniste, pour l'opposer à l'expressionnisme allemand. Aussi Kœnigsmark réalisé par Léonce Perret en 1923 restera un film marquant de cette époque.

En Union soviétique, les réalisateurs, en majorité favorables à l'idéologie des bolcheviks, souhaitent promouvoir un cinéma révolutionnaire, qui, à travers leurs recherches sur le montage, place l'individu comme élément moteur d'une grande histoire collective, Le Cuirassé Potemkine, de S.M. Eisenstein (1925). Cette « révolution » du montage est précurseur de la « révolution » surréaliste qui gagnera l'Europe avec des films comme Un chien andalou de Luis Buñuel (1928) ou Zéro de conduite de Jean Vigo, (1932). Les surréalistes veulent abolir les limites de la narration.

Aux États-Unis, Hollywood devient la capitale du cinéma, et attire les acteurs et réalisateurs les plus grands, comme Stroheim et Sternberg d'Autriche, Lubitsch d'Allemagne, ou Mauritz Stiller de Suède. Les grands réalisateurs américains sont D.W. Griffith, Cecil B. DeMille, et King Vidor, qui réalisera la Grande Parade en 1925 et la Foule en 1928.


Charlie ChaplinLe système hollywoodien, fondé sur les hiérarchies budgétaires, le cloisonnement en genre et surtout le culte de la star, le star-system, qui est tout puissant dès 1918, assurera son triomphe grâce à Mack Sennett, auteur du cinéma burlesque, avec des acteurs tels que Charlie Chaplin, Buster Keaton ou Harold Lloyd.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:01

Après une période faste due à la guerre, entre 1914 et 1918, pendant laquelle le cinéma découvre de nouveaux domaines et affirme ses moyens d'expression comme dans Intolérance de D.W. Griffith ou Lest we forget du Français Léonce Perret et les premiers longs métrages de Chaplin, on entre dès 1919 dans une période d'épanouissement.

En Allemagne, le courant expressionniste lancé par le Cabinet du docteur Caligari, de Robert Wiene (1920) ou par De l'aube à minuit, de K.H. Martin (1920), aura une grande influence à l'étranger, mais il s'oppose aux tendances réalistes de la production nationale.

En France, Abel Gance marque un tournant avec son Napoléon et les films s'intellectualisent, influencés par Louis Delluc, en privilégiant dans leur esthétique la plastique de l'image et le rythme, et en approfondissant la psychologie des personnages, surtout chez Germaine Dulac et Jean Epstein (l'Auberge rouge, 1923). Ce courant sera nommé impressionniste, pour l'opposer à l'expressionnisme allemand. Aussi Kœnigsmark réalisé par Léonce Perret en 1923 restera un film marquant de cette époque.

En Union soviétique, les réalisateurs, en majorité favorables à l'idéologie des bolcheviks, souhaitent promouvoir un cinéma révolutionnaire, qui, à travers leurs recherches sur le montage, place l'individu comme élément moteur d'une grande histoire collective, Le Cuirassé Potemkine, de S.M. Eisenstein (1925). Cette « révolution » du montage est précurseur de la « révolution » surréaliste qui gagnera l'Europe avec des films comme Un chien andalou de Luis Buñuel (1928) ou Zéro de conduite de Jean Vigo, (1932). Les surréalistes veulent abolir les limites de la narration.

Aux États-Unis, Hollywood devient la capitale du cinéma, et attire les acteurs et réalisateurs les plus grands, comme Stroheim et Sternberg d'Autriche, Lubitsch d'Allemagne, ou Mauritz Stiller de Suède. Les grands réalisateurs américains sont D.W. Griffith, Cecil B. DeMille, et King Vidor, qui réalisera la Grande Parade en 1925 et la Foule en 1928.


Charlie ChaplinLe système hollywoodien, fondé sur les hiérarchies budgétaires, le cloisonnement en genre et surtout le culte de la star, le star-system, qui est tout puissant dès 1918, assurera son triomphe grâce à Mack Sennett, auteur du cinéma burlesque, avec des acteurs tels que Charlie Chaplin, Buster Keaton ou Harold Lloyd.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:03

Les principaux comédiens du cinéma muet

Roscoe « Fatty » Arbuckle
Wallace Beery
John Barrymore
Lionel Barrymore
Charles Bowers
Louise Brooks
Lon Chaney
Charlie Chaplin
Joan Crawford
Maxime Desjardin
Douglas Fairbanks
Claude France
Greta Garbo
John Gilbert
Lillian Gish
Joe Hamman
Laurel et Hardy
Emil Jannings
Buster Keaton
Max Linder
Harold Lloyd
Jean Murat
Gaston Modot
Alla Nazimova
Pola Negri
Ramón Novarro
Gina Palerme
Mary Pickford
Max Schreck
Gloria Swanson
Rudolph Valentino
Suzanne Grandais


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:04

Les principaux réalisateurs du cinéma muet


Yevgeni Bauer
Clarence Brown
Tod Browning
Charlie Chaplin
Cecil Blount DeMille
Germaine Dulac
Serguei Eisenstein
John Ford
Louis Feuillade
Abel Gance
H.C Grantham-Hayes
David Wark Griffith
Alice Guy
Buster Keaton
Jean Kemm
Fritz Lang
Paul Leni
Fred Leroy-Granville
Ernst Lubitsch
Leo McCarey
Georges Mélies
Friedrich Wilhelm Murnau
Fred Niblo
Léonce Perret
Gaston Ravel
Alexandre Ryder
Mack Sennett
Victor Sjöström
Erich von Stroheim
King Vidor
Robert Wiene


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:07

Les principaux films du cinéma muet[modifier]Aelita de Yakov Protazanov (1924)
André Cornélis de Jean Kemm ( 1928) avec Malcolm Tod et Claude France
L'Argent de Marcel L'Herbier (1928)
L'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat des frères Lumière (1896), considéré, par erreur, comme étant le premier film de l'histoire
L'Assassinat du duc de Guise de Calmettes et Le Bargy (1908)
À travers l'orage (Way Down East) de David Wark Griffith (1920)
L’Aurore (Sunrise : A Song of Two Humans) de Friedrich Wilhelm Murnau (1927)
Ben Hur (Ben-Hur : A Tale of the Christ) de Fred Niblo (1925)
Le Bonheur du jour- de Gaston Ravel (1927) avec Henry Krauss et Elmire Vautier
Le Bossu - de Jean Kemm (1925) avec Gaston Jacquet et Claude France
Cabiria de Giovanni Pastrone (1914)
Le Cabinet du docteur Caligari (Das Cabinet des Dr. Caligari) de Robert Wiene (1920)
La Chair et le Diable (Flesh and the Devil) de Clarence Brown (1926)
La Charrette fantôme (Körkarlen) de Victor Sjöström (1921)
Le Cheik (The Sheik) de George Melford (1921)
La Chute de la maison Usher de Jean Epstein (1928)
Le Cirque (The Circus) de Charles Chaplin (1928)
La Croisière du Navigator (The Navigator) de Buster Keaton (1924)
Le Cuirassé Potemkine (Bronenosets Potyomkin) de Serguei Eisenstein (1925)
Le Dernier des hommes (Der Letzte Mann) de F.W. Murnau (1924)
Les Dix commandements (The Ten Commandments) de Cecil B. DeMille (1923), première version
Docteur Mabuse le joueur (Dr. Mabuse, der Spieler) de Fritz Lang (1922)
Entr'acte de René Clair (1924)
L'Étroit mousquetaire (The Three Must-Get-There) de Max Linder (1922)
Fantasmagorie d'Émile Cohl (1908), le premier dessin animé, le premier répertorié du moins
Fantômas de Louis Feuillade (1913)
Faust, une légende allemande (Faust - Eine deutsche Volkssage) de F.W. Murnau (1926)
Folies de femmes (Foolish Wives) d'Erich von Stroheim (1922)
Forfaiture de Cecil B. DeMille (1915)
La Foule (The Crowd') de King Vidor (1928)
La Grande épreuve (1927) d'Alexandre Ryder avec Jean Murat, Michèle Verly
La Grande parade (The Big Parade) de King Vidor (1925)
L'Heure suprême (Seventh Heaven) de Frank Borzage (1927)
Histoire d'un crime de Ferdinand Zecca (1901)
L'Homme à la caméra (Chelovek s kino-apparatom) de Dziga Vertov (1929)
L'Inconnu (The Unknown) de Tod Browning (1927)
Intolérance (Intolerance : Love's Struggle Throughout the Ages) de D.W. Griffith (1916)
L'Inhumaine de Marcel L'Herbier (1924)
La Jeune Fille au Carton à Chapeau de Boris Barnet (1927)
The Kid de Charles Chaplin (1921)
Kœnigsmark de Léonce Perret (1923)
La Légende de Gösta Berling de Mauritz Stiller (1924)
La Lettre écarlate (The Scarlet Letter) de Victor Sjöström (1926)

Loulou (Die Büchse der Pandora) de Georg Wilhelm Pabst (1929)
Le Mécano de la « General » (The General) de Buster Keaton (1927)


Architecture futuriste et effets visuels tirés du film Metropolis de Fritz Lang, production de l'Allemagne de Weimar en 1927 ; le film est anticipateur de l'avènement des mégapoles : au fond, dans la brume se dessinent les contours de la Tour de Babel.Metropolis de Fritz Lang (1927)


Monte là-dessus ! (Safety Last !) de Fred C. Newmeyer et Sam Taylor (1923)
Naissance d'une nation (Birth of a Nation) de D.W. Griffith (1915)
Nanouk l'Esquimau (Nanook of the North) de Robert Joseph Flaherty (1922)
Napoléon d'Abel Gance (1927)
Nosferatu le vampire (Nosferatu, eine Symphonie des Grauens) de F.W. Murnau (1922)
La Passion de Jeanne d'Arc de Carl Theodor Dreyer (1927)
The Penalty de Wallace Worsley (1920)
Queen Kelly d'Erich von Stroheim (1929)
Les Rapaces (Greed) d'Erich von Stroheim (1924)
La Ruée vers l'or (The Gold Rush) de Charles Chaplin (1925), film originellement muet
Son Premier Film de Jean Kemm (1926). avec GROCK
La Sorcellerie à travers les âges (Häxan) de Benjamin Christensen (1922)
Sous le ciel d'orient de Fred Leroy-Granville et H.C .Grantham-Hayes ( 1927) avec Gaston Modot, Joe Hamman
La Terre (Zemlya) d'Alexandre Dovjenko (1930)
Le Trésor d'Arne (Herr Arnes pengar) de Mauritz Stiller (1919)
Un chien andalou de Luis Buñuel (1929)
Les Vampires de Louis Feuillade (1915)
Le Vent (The Wind) de Victor Sjöström (1928)
Le Vol du grand rapide (The Great Train Robbery) d'Edwin S. Porter (1903), considéré comme le premier western au cinéma
Le Voleur de Bagdad (The Thief of Bagdad) de Raoul Walsh (1924)
Le Voyage dans la lune de Georges Méliès (1902)


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:10



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:12



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:14

Charlie Chaplin a tous les ages





Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:15



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:16



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   Lun 24 Oct 2011 - 22:19



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HISTOIRE DU CINEMA MUET   

Revenir en haut Aller en bas
 
HISTOIRE DU CINEMA MUET
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: CONSEILS POUR UNE VIE MEILLEURE :: CONSEILS POUR UNE VIE MEILLEURE-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit