HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LES BLANCS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40903
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: LES BLANCS   Dim 11 Sep 2011 - 21:26

Le terme Blanc (ou également caucasien) est employé, dans le langage courant, pour désigner des êtres humains caractérisés par une couleur de peau claire. Le terme est souvent employé pour désigner les individus présentant des caractéristiques physiques de type européen1, mais des peuples comme les Érythréens, Berbères, les Perses ou les Arabes ont été également classés parmi les populations « blanches »2. La définition d'un "individu blanc" diffère d'après les contextes historiques, légaux, culturels et géographiques, ainsi qu'en fonction de l'ensemble des constructivismes sociaux.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40903
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES BLANCS   Dim 11 Sep 2011 - 21:26

Dans la littérature du Proche-Orient ancien et de l'Antiquité classique, les descriptions de l'aspect physique de diverses nations en termes de couleur est commun. Les Sumériens se considéraient comme ùĝ saĝ gíg-ga, signifiant "peuple à la tête noire"


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40903
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES BLANCS   Dim 11 Sep 2011 - 21:27

Cette expression générique désigne l'ensemble des groupes ethniques humains composés d'individus dont la peau (lorsqu'elle n'est pas bronzée) est de couleur plus ou moins claire, pouvant aller du rose pâle au cuivré. Ces populations sont principalement originaires d'Europe avec des minorités provenant du Proche-orient, du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. L'expression « populations de type européen » ou « type caucasien » ou « caucasoïde » ou « europoïde » est parfois employée, bien que la définition inclut, dans son sens le plus large, des personnes extra-européennes.
L'expression leucoderme, du grec leukos « blanc » et derma « peau », a pu être employée, dans le cadre de discours à vocation scientifique, mais aussi d'argumentations racistes4.
Il est parfois question de « race blanche » à propos de cette population. La pertinence de la classification de l'humanité en races différentes est aujourd'hui invalidée d'un point de vue scientifique, notamment du fait du séquençage du génome humain. D’après le Dr. Craig Venter, directeur d’une société de recherche en génomique et associé à des chercheurs du NIH dans le séquençage du génome humain, les caractéristiques utilisées pour distinguer les races (comme la couleur de la peau ou l’épaisseur du nez) sont déterminées par un nombre réduit de gènes, ce qui a permis à l’Homme de les adapter rapidement à son environnement au fur et à mesure de son expansion en dépit d’une population, et donc d’une variabilité génétique, demeurée longtemps faible5. Ainsi, à l’issue de la période glaciaire, la colonisation de l’Europe par l’Homme moderne, qui date de seulement 40000 ans s’est alors traduite par des évolutions très rapides du phénotype (éclaircissement de la peau, des yeux et de la chevelure) tandis que le génotype ne variait que peu, l’ordre de grandeur de la différence entre deux génomes d’humains (pris de n’importe quelle origine) étant du centième de pour cent


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40903
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES BLANCS   Dim 11 Sep 2011 - 21:28

La notion de "blanc" ou "race blanche" en tant que population majeure en contraste aux origines non-blanches ou "de couleur" remonte au xviie siècle. La description Pragmatique des populations en tant que "blanches" en référence à leur couleur de peau avance cette notion et elle est trouvée dans l'ethnographie gréco-romaine et autres sources antiques.

On attribue au philosophe, médecin et voyageur français François Bernier (philosophe) la première classification de l'humanité en races, au travers d'un article paru en 1684 dans La Revue des Savants et intitulé « Nouvelle Division de la Terre par les différentes Espèces ou races d’homme qui l’habitent, envoyé par un fameux Voyageur à M. l’abbé de la *** à peu près en termes ». Bernier y divisait l'humanité en quatre voire cinq races par ensemble géographique6:
Le premier est réparti sur une zone qui va de l’Europe jusqu’au Nil, en passant par l’Asie, la Perse et les Maldives.
Le second comprend l'ensemble du continent Africain, à l'exception de sa partie septentrionale.
Le troisième comprend Sumatra, des Philippines, de la Chine, du Gange, de la Moscovie et du Turkestan.
Le quatrième ensemble concerne exclusivement les lapons dont Bernier, qui ne les connait que selon les récits d'autres voyageurs, se demande s'ils sont réellement humains
Et enfin un cinquième ensemble, celui des américains que le philosophe estime plutôt comme un sous ensemble du premier groupe
Bernier établit juste après cette classification une hiérarchie de la beauté des femmes en se basant sur leur prix de vente dans les marchés aux esclaves orientaux. Bernier, qui confesse un attrait voire une préférence personnelle pour la beauté de certaines femmes noires, conclut néanmoins en une supériorité de femmes de type caucasien (celles de son premier ensemble racial) du fait que ce sont celles « que tous les Grands Seigneurs ont auprès d’eux » ou que « de l’aveu de tous les Levantins et de tous les Voyageurs » sont « les plus belles femmes du monde »6. Il parle au passage des femmes du Cachemire en disant d'elles qu'«elles sont blanches comme en Europe»6. Bernier pressent par ailleurs, à contre courant des croyances d'alors, que les différences morphologiques humaines ne sont pas toutes dues à l'environnement mais également à des causes intrinsèques aux individus (autrement dit à des caractères héréditaires), ce qu'il généralisera à ses groupes raciaux en parlant de « la semence qui sera particulière à certaines races ou espèces »6.
C'est quelques années plus tard, au début du xviiie siècle et avec l'avènement du commerce triangulaire (situé vers 1674) que se généralisent les premières constatations connues des effets de l'hérédité. Ainsi, un voyageur à bord d'un navire négrier constate en 1719 que les enfants des africaines sont noirs même en déportation. Ignorant bien sûr de toute notion génétique, les hommes d'alors parlent de "tempérament" pour désigner les caractères héréditaires, abolissant les frontières entre la personnalité et les caractéristiques physiques de l'individu:
« A quoi attribuer ce changement, ou au climat et à l’air du pays, ou au sang et au tempérament de ces hommes. Je vous en laisse le juge, très cher lecteur, et sans vouloir en aucune façon faire passer mon sentiment pour décisif, je dis que ce changement doit plutôt être attribué au tempérament des nègres qu’au climat, et à l’air ; parce qu’en quelqu’autre pays que les nègres engendrent avec des négresses, leurs enfants deviennent également noirs dans la suite, quoi qu’ils naissent blancs ; et les blancs qui engendrent avec des blanches dans les pays des nègres produisent des enfants qui naissent non seulement blancs, mais qui conservent leur même blancheur pendant toute leur vie. »6
On le constate, ce voyageur anonyme utilise le terme « blanc » pour différencier des personnes similaires à lui d'autres personnes à la peau noires, et Bernier avant lui en faisait de même de façon plus explicite encore étant donné sa proposition de classification. Ainsi, ce serait la prise de conscience de la différence d'autres peuples qui a fait naître l'idée d'une race blanche.
usque vers la fin du XIXe, les anthropologues divisaient les humains essentiellement en trois « races » : blanche, jaune et noire. Les populations de « race blanche » ou « européennes » étaient considérées comme un magma dont les éléments étaient difficilement analysables. Au début du xxe siècle sont apparues avec Joseph Deniker et l'américain William Z. Ripley, les première tentatives de classification de ces peuples « européens ». Les principales divisaient celle-ci en « race nordique (ou européenne) », « race alpine » et « race méditerranéenne », cette dernière s'étendant au delà des frontières politiques de l'Europe, et regroupant en plus des populations du sud de l'Europe, les populations du sud et de l'est de la méditerranée.
En 1944 Henri Vallois écrit que les races blanches « n'habitent pas uniquement l'Europe; elles couvrent tout l'Afrique du Nord et l'Asie sud-occidentale [...] le territoire des races blanches est orienté autour du bassin méditerranéen prolongé par la Caspienne » 7.
Selon Marc Sauter, « pour l'anthropologiste, les frontières que tracent le géographe et l'historien ne signifient pas grand-chose ... En fait, sur le plan anthropologique, l'Europe déborde largement les mers méridionales, la chaîne du Caucase et les steppes russes pour englober toute une humanité. Racialement, l'Europe est partout où la peau de l'homme est blanche »8.
Pour Gilles Boëtsch « nous aurions tort de croire que la pensée classique des anthropologues, si bien illustrée par [Marc] Sauter, fut seulement une pensée raciologique. Elle n'illustre pas l'idée de suprématie des Européens car elle étend le substratum biologique des populations européennes au-delà des frontières politiques de l'Europe; elle établit d'abord la présence d'une commune humanité. Finalement, elle ne décrit pas une conjonction entre identité politique, identité culturelle et identité biologique »



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40903
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES BLANCS   Dim 11 Sep 2011 - 21:30

Les critères qui permettent d'estimer si une personne est plus ou moins blanche varient suivant qu'il s'agisse d'un contexte parlé informel, ou d'un contexte légal propre à un pays et une époque. En particulier, depuis le milieu du XX° siècle, nombre de pays n'ont plus de critère discriminant légaux et officiels.Selon les critères courants, les individus d'ethnie blanche auraient la peau claire (allant du blanc au rose), des cheveux pouvant être bruns, blonds, châtains, noirs ou roux, le nez long, les yeux à doubles paupières pouvant être bruns, bleus, noirs, gris, ou verts. « Les gènes donnant des phénotypes pâles sont principalement récessifs » Le Tour de la France par deux enfants, livre de lecture scolaire et instrument de propagande patriotique, paru en 1877 et utilisé dans les écoles de France jusqu'aux années 1950, idéalisait les caractéristiques de la « race » blanche ainsi : lèvres fines, bouche peu fendue, tête ovale Les Blancs étaient et sont encore parfois désignés par les populations autochtones non blanches sous forme de nombreux sobriquets, péjoratifs ou non, issus généralement de l'apparence ou de la provenance de ces étrangers. Ainsi, en Indonésie, ils sont encore appelés dans les campagnes reculées, Londos, déformation de Belanda (Hollande), pays d'origine du dernier colonisateur blanc. En argot hindi, les étrangers à la peau claire, sont désignés sous le nom de Ghora.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES BLANCS   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES BLANCS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: CONSEILS POUR UNE VIE MEILLEURE :: CONSEILS POUR UNE VIE MEILLEURE-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit