HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TETOUAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marrakech la rouge
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 114
Age : 66
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: TETOUAN   Jeu 28 Juil 2011 - 23:27

Tetouan


Signifiant en berbère "Ouvre les yeux" selon les uns, ou "les sources" selon d'autres, Tin'ta Ouin, qui devient Tamuda pour les Romains et Tétouan dès le XIVe siècle, portera le nom de "Jérusalem la petite" dans la conscience juive-marocaine. Adossée aux montagnes du Rif, Tétouan est un centre culturel hispano-mauresque important, situé non loin du littoral méditerranéen, et près de la vallée de l'oued Martil. Peuplée d'environ 500 000 habitants, cette ville est au centre d'une zone touristique et agro-industrielle.



Fondée par les Phéniciens, Tin'ta Ouin était une cité berbère dès le IIIe siècle avant J.-C. Elle est détruite au Ier siècle av. J.-C., par les Romains qui érigent un fort. Ce sont les Mérinides, en 1307, qui construisent la ville afin de contrôler l'activité des tribus berbères des montagnes. Devenue un repaire de corsaires, la ville est anéantie en 1399 par le roi Henri III de Castille. Rebâtie à la fin du XVe siècle par l'Andalou al-Mandari, la nouvelle ville accueille les Maures et les Juifs expulsés d'Espagne .
La communauté juive se développe à partir de 1511, les relations avec leurs compatriotes musulmans exilés demeurent excellentes. Voulant se venger des Espagnols, les expulsés rassemblent une flotte de pirates, contre laquelle Philippe II sévira en 1565; l'Armada espagnole ayant bloqué le port, la ville déclinera durant la deuxième moitié du XVIe siècle.
Elle passe alors aux mains des Portugais et des Espagnols, puis des Marocains. Au XVIIe siècle, Moulay Ismaïl favorise le développement de la ville, en soutenant les relations commerciales avec les Européens qui y installeront leurs consulats alors que de nouveaux réfugiés andalous y trouvent asile.
La communauté juive, prospère à cette époque, doit payer des taxes exorbitantes et s'appauvrit. Lorsque des rebelles attaquent la ville en 1665, ils détruiront, entre autres, la superbe synagogue Bibas. Au XVIIIe siècle, la ville perd son rang de capitale diplomatique et si la communauté juive retrouve peu à peu sa prospérité (on y trouve sept synagogues en 1727).

Comme ailleurs, 1790 sera une année terrible, marquée par les exactions commises sous le règne de Moulay Yazid. Par la suite, le commerce d'exportation d'huile, la fabrication du fil d'or et la broderie attirent les Juifs d'autres communautés marocaines. Des Juifs portugais y trouvent refuge, tandis que d'autres partent pour Tanger qui remplace Tétouan dans son rôle de ville consulaire.
Au début du XIXe siècle,Moulay Slimane décide d'installer les Juifs dans de nouveaux quartiers dans le but d'assurer leur protection; d'où la création d'une juderia. La guerre hispano-marocaine et la conquête subséquente de la ville en 1860 par les Espagnols s'accompagnera de l'attaque de la juderia et sa mise à sac auxquelles le général espagnol Prim mettra fin ("Pourim de Prim"). On assiste alors à la rehispanisation de la communauté, qui durera le temps du Protectorat, ainsi qu'à une série de réformes communautaires. En 1862 est crée la première école de l'AIU à Tétouan, qui compte déjà de nombreuses yechivot. Cependant, la communauté confrontée à des grandes difficultés économiques, à des épidémies et à une sécheresse majeure, émigre vers l'Amérique du Sud (Argentine et Venezuela), l'Algérie, Melilla, Gibraltar et la Palestine (Haïfa).
Au XXe siècle, la Convention de Madrid de 1912 accordant à l'Espagne le contrôle du Rif, Tétouan devient la capitale du Protectorat espagnol, ce qui entraîne un regain économique, un boom immobilier et une baisse de l'émigration. Protégée par Franco lors de la Seconde Guerre Mondiale, la population juive, après l'indépendance du Maroc émigre vers Ceuta et Melilla. La communauté passe de 4 000 âmes en 1951 à 350 en 1986.
Parmi les figures qui ont marqué l'histoire de la communauté juive de Tétouan, on peut citer : Le rabbin Menahem Attias, Jacob Benaroch, les rabbin Abraham Bibas, Samuel Barchilon, Haïm Bibas, Isaac Benoualid, Abraham Cohen, Isaac Coriat, Judah Halfon, Messod Hatchouel, Samuel et Vidal Israël; ainsi que les familles Aboudaraham, Almosnino, Bendelac, Bibas, Cazes, Coriat, Crudo, Falcon, Hadida, Hassan, Nahon et Taurel.
Villes du Nord ou Sebta Ceuta Cette ville, fondée selon la légende par Chem, le fils de Noé, a occupé une position commerciale importante durant le Moyen Âge Grâce à son port, elle entretenait des relations avec les villes de Marseille, Gênes et d'autres villes portuaires.
À partir de l'occupation espagnole en 1580, la communauté juive disparut de cette ville pour ne commencer à se réorganiser qu'en 1869, lorsque une petite communauté s'y réinstalla et obtint une reconnaissance officielle des autorités. Aujourd'hui, dans cette enclave espagnole, environ 400 Juifs y vivent. Melilla Non loin de Nador, cette enclave espagnole n'a développé sa communauté organisée qu'au 19ème siècle, au moment où des Juifs de Tétouan s'y installèrent. Aujourd'hui autour de 800 membres y habitent. Asilah Située à 40 kilomètres au sud de Tanger, Asilah constituait un port international important. Les Juifs y occupaient une place importante et, après la conquête de la ville par les Portugais en 1471, servirent d'intermédiaires entre les occupants et les autochtones. Chassés en 1541 par les Portugais, ils revinrent s'installer à Asilah après la conquête espagnole en 1546. Ils demeurèrent jusqu'en 1956 avant de s'installer petit à petit à Tanger. Larache Port important, Larache incluait une communauté juive peu organisée qui, jusqu'au 19ème siècle, occupait un quartier séparé dans la ville. Connue pour son vin cacher distribué dans tout le Maroc, la vie juive à Larache commença à décliner lorsque la majorité de ses membres émigrèrent en Amérique Latine. Alcasar El Kebir Située non loin de Larache, la ville sert de refuge aux exilés de castille, dont le rabbin Yéhoudah Aboab, petit-fils du Rabbin Aboab, et fondateur de la Yéchivah de cette ville. La communauté juive composée d'artisans et de commerçants immigra au cours du 20e siècle à Tétouan et à Tanger.
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: TETOUAN   Lun 19 Nov 2012 - 12:01



Arenes de Tetouan.
Plaza de toros de Tetuan


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: TETOUAN   Lun 19 Nov 2012 - 12:19



Femmes de la montagne dans la medina de Tetouan


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: TETOUAN   Lun 19 Nov 2012 - 12:25





Gare de Tetouan


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TETOUAN   Aujourd'hui à 17:18

Revenir en haut Aller en bas
 
TETOUAN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lettre au président CMSS des agents ONE de TETOUAN
» un autre espion est tombé à tétouan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: MAROC :: LE MAROC-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit