MAROC PAYS QUI M'A VU NAITRE PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TOUS LES FILMS QU'ON A VU AU MAROC

Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41446
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: TOUS LES FILMS QU'ON A VU AU MAROC    Jeu 7 Juil 2011 - 14:41

A bout de souffle



Date de sortie cinéma : 16 mars 1960
Date de reprise cinéma : 23 juin 2010
Film déjà disponible en DVD depuis le : 7 mai 2007
Film déjà disponible en Blu-ray depuis le : 16 février 2010



Réalisé par Jean-Luc Godard
Avec Jean-Paul Belmondo, Jean Seberg, Daniel Boulanger, plus



Interdit aux moins de 12 ans
Long-métrage français . Genre : Policier
Durée : 01h29min Année de production : 1959
Distributeur : Carlotta Films


Synopsis : L'itinéraire d'un jeune délinquant qui, après avoir volé une voiture et tué un policier, est traqué par la police...


A BOUT DE SOUFFLE

Secrets de tournage
Le premier film de Godard
Après une carrière de critique entamée aux Cahiers du Cinéma et cinq courts métrages réalisés lors des années 1950, Jean-Luc Godard signe ici son premier long. Le film est couronné par le Prix Jean Vigo, ainsi que celui de la Mise en scène lors du Festival de Berlin en 1960. Collègues de Godard aux Cahiers, François Truffaut et Claude Chabrol.
Nouvelle Vague
A la fin des années 50, cinq jeunes cinéastes s'érigent contre un certain académisme dans le cinéma français. Le contre-courant devient rapidement un mouvement à part entière : celui de la Nouvelle Vague. Les initiateurs en sont : Claude Chabrol, Jean-Luc Godard, Jacques Rivette, Eric Rohmer et François Truffaut.



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41446
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: TOUS LES FILMS QU'ON A VU AU MAROC    Jeu 7 Juil 2011 - 15:23

1960 : film Spartacus, inspiré du roman de Howard Fast, scénarisé par Dalton Trumbo commencé par Anthony Mann et terminé par Stanley Kubrick, avec Kirk Douglas dans le rôle principal.
73 av. J.-C. Spartacus est un esclave thrace que l'on fait travailler dans les mines de Libye. Il est remarqué et acheté par Lentulus Batiatus, propriétaire d'une école de gladiateurs à Capoue, où il est pris en charge par l'entraîneur Marcellus qui l'initie au métier de gladiateur. Il fait connaissance avec les autres esclaves, dont Draba le Noir et Crixus. Il est aussi intéressé par Varinia, une des esclaves que Marcellus donne parfois en récompense pour une nuit aux gladiateurs qui l'ont bien mérité.

Crassus arrive bientôt à l'école de gladiateurs avec trois autres compagnons (qui étaient deux femmes et un homme) et demande à Batiatus de faire combattre deux paires de gladiateurs jusqu'à la mort. Spartacus est sélectionné pour se battre contre Draba dans l'arène. Il est vaincu mais Draba refuse de le tuer et lance son trident vers la loge des spectateurs où il s'élance. Crassus le tue d'un coup de dague avant qu'il ne réussisse à monter sur l'estrade.

Écœurés de la mort de Draba, les gladiateurs égorgent Marcellus et se révoltent. Voyant qu'il ne viendra pas à bout de la rébellion, Batiatus se sauve en emportant Varinia avec lui.

Au Sénat de Rome, le plébéien Sempronius Gracchus, adversaire déclaré de Crassus, fait voter une motion donnant à Marcus Glabrus, chef de la garnison de Rome et protégé de Crassus, le commandement d'une armée chargée de mater la révolte des esclaves qui se sont réfugiés au Vésuve. En attendant, César, allié de Gracchus, prend le commandement de la garnison de la ville. Au moment du départ de l'armée de Glabrus, Antoninus, un esclave poète de Crassus, s'évade et part rejoindre les révoltés.

Ceux-ci taillent en pièces l'armée de Glabrus. Le but de Spartacus est de faire traverser l'Italie jusqu'à la mer à ses hommes où il paiera les pirates ciliciens pour les faire embarquer sur leurs bateaux et les transporter le plus loin possible de Rome. Au début du voyage, il est rejoint par Varinia, qui a réussi sans trop de mal, à se sortir des griffes de Batiatus. Ils deviennent amants et Varinia tombe bientôt enceinte de lui.

Quand les esclaves arrivent à la côte, le chef cilicien leur apprend qu'il ne pourra pas les embarquer car Crassus a payé leur flotte pour qu'elle appareille. Il offre seulement d'embarquer Spartacus, Varinia et quelques autres de ses officiers sur son bateau personnel mais Spartacus refuse et le fait jeter dehors du camp. Il s'apprête alors à affronter les armées romaines. À Rome, Crassus a promis d'écraser la rébellion à condition qu'il soit nommé dictateur, et le Sénat a agréé malgré les protestations de Gracchus. Les esclaves voient bientôt la menace se préciser. L'armée de Crassus arrive de Rome et elle est épaulée par celle de Pompée, qui arrive de Calabre, et celle de Lucullus, qui vient d'accoster à Brundisium.

L'armée esclave subit une défaite complète et Crixus est tué dans la bataille. Spartacus et Antoninus sont faits prisonniers. Sur le champ de bataille, Crassus trouve Varinia, qui vient d'accoucher, et la fait ramener à Rome. Il la convoitait depuis qu'il l'avait entrevue dans la maison de Batiatus à Capoue. Crassus promet aux captifs qu'ils ne seront pas punis s'ils leur livrent Spartacus. À sa grande surprise, tous déclarent : « Je suis Spartacus ! ». Le vainqueur les condamne à être crucifiés tout le long de la Voie Appienne jusqu'aux portes de Rome. Il ordonne qu'Antoninus et Spartacus, enchainés l'un à l'autre, soient les derniers à être mis en croix.

Batiatus, ruiné par la révolte de ses gladiateurs, veut prendre sa revanche sur Crassus, qu'il accuse d'être la cause de son malheur. Il retourne à Rome et s'allie à Gracchus, maintenant disgracié. Celui-ci lui donne de l'argent pour enlever Varinia et l'emmener en Gaule où elle trouvera la liberté. Après leur départ, Gracchus se suicide.

Pendant ce temps, Crassus à qui s'est rallié César, est aux portes de Rome et ordonne à Spartacus et à Antoninus de se battre en duel jusqu'à la mort. Le vainqueur sera ensuite mis en croix. Spartacus remporte le combat et c'est lui qui est crucifié à proximité des murs de Rome. Le lendemain matin, Batiatus et Varinia sortent de la ville en empruntant la voie Appienne et aperçoivent Spartacus, encore mourant sur sa croix. Varinia lui montre son fils avant de s'éloigner dans le chariot avec son ancien maitre.

Spartacus (1960) est l'histoire d'une revanche : celle de Kirk Douglas. Vexé à l'époque de ne pas avoir décroché le rôle titre de Ben Hur, l'acteur star, devenu depuis peu producteur, décide de monter son propre péplum. Le récit de la révolte des esclaves menée par Spartacus dans la Rome antique lui paraît tout indiqué.

Il s'entoure d'une distribution prestigieuse (Tony Curtis, Peter Ustinov, Jean Simmons, John Gavin, Laurence Olivier) et fait appel au réalisateur Anthony Mann... qu'il remercie au bout de deux semaines pour d'obscures raisons ! Douglas engage alors Stanley Kubrick, auréolé du succès des Sentiers de la Gloire. Le cinéaste se retrouve aux manettes d'un projet sur lequel il n'avait aucun contrôle. Mais il a beau être rabroué par les comédiens vedettes, n'avoir aucun droit de regard sur le « final cut » et trouver le scénario trop moraliste, Kubrick mène le film à son terme.

Grâce à son savoir-faire, il permet à ce péplum de sortir du lot. Imposant son perfectionnisme dans la mise en scène et la photographie, Kubrick lui donne une dimension flamboyante. Il règle chaque scène d'action et combat de gladiateurs au millimètre.

La violence implacable qui se dégage de ces séquences est d'une esthétique à couper le souffle, comme lors de la mise à mort du Numide Draba. Stanley Kubrick parvient finalement extirper ce péplum du carcan hollywoodien dans lequel Kirk Douglas l'avait engoncé pour en faire un chef-d'œuvre du genre.




Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41446
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: TOUS LES FILMS QU'ON A VU AU MAROC    Jeu 7 Juil 2011 - 16:21



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Armand Bendavid
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout


Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: TOUS LES FILMS QU'ON A VU AU MAROC    Lun 26 Sep 2011 - 23:15

J'habitais en face du rialto
Revenir en haut Aller en bas
kenza
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 63
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: TOUS LES FILMS QU'ON A VU AU MAROC    Lun 30 Jan 2012 - 17:32



Armand , donc soit au dessus du cinèma Ritz , soit au dessus de la Brasserie Sphynx
Revenir en haut Aller en bas
Jean44

avatar

Nombre de messages : 4
Age : 73
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: TOUS LES FILMS QU'ON A VU AU MAROC    Ven 26 Juil 2013 - 10:06

Les cinémas de Tanger je les ai sans doute fait presque tous. Le Goya, le Mauritania, le Rex , le Roxy, le Cervantes, le Paris, l'Alhambra.

Il y en a peu être que j'oublie.

Dans certains cinémas, je pense au Mauritania, il y avait aussi des représentations sur scène. Vu que j'étais un élève du cours de dans de Noëlle Christian j'ai eu l'occasion d'y faire quelques ronds de jambe. Je me souviens que la pianiste se nommait Éva.

Je n'ai jamais eu le plaisir de retourner au Maroc, j'en suis parti en 1956 alors que j'avais 12 ans. Mes parents y sont allés et j’espère le faire à mon tour.



Revenir en haut Aller en bas
http://apleincoeur.forumactif.org/
OCAÑA

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 77
Date d'inscription : 05/08/2009

MessageSujet: Re: TOUS LES FILMS QU'ON A VU AU MAROC    Ven 26 Juil 2013 - 14:45

Spartacus avec Kirk Douglas  un grand film un grand acteur  torero 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TOUS LES FILMS QU'ON A VU AU MAROC    

Revenir en haut Aller en bas
 
TOUS LES FILMS QU'ON A VU AU MAROC
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boujou a toutes et a tous,
» Félicitation à tous les agents ONE
» bonjour a tous les gars du DUFOUR M903
» Bien le bonjour à tous
» Bonne rentrée à tous et bienvenue !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAROC PAYS QUI M'A VU NAITRE PAR SOLY ANIDJAR :: YAHASRA :: JEUX ET CHANSONS DE NOTRE ENFANCE AU MAROC-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit