HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 16:52

http://9084.lapetition.be/
Le tribunal administratif de Casablanca vient de rendre un verdict autorisant la démolition de l’immeuble Piot-Templier situé Angle Bd Mohamed V et rue Chaouia (Casablanca - Maroc) alors que cet édifice a été retenu pour inscription par le ministère de la culture à la liste des Monuments Historiques et que la procédure est en cours.
De nombreux bâtiments sont tombés à cause d’une spéculation immobilière à la vue courte. Le paysage architectural casablancais est en train d'être ruiné et la richesse architecturale de la ville se réduit de plus en plus rapidement. On a détruit des écoles (le collège Ibn Tofail), des villas (la villa Cadet), des usines (usine Hamelle) et des immeubles du centre ville. De nombreuses menaces pèsent sur d'autre bâtiments (lycée Chawki, Ibn Habous, les entrepôts Légal et frères à Mers Sultan, les hôtels particuliers du boulevard Ziraoui, la villa Varsano de Sidi Maarouf, certains immeubles du centre ville., etc...).
Au moment où les plus hautes autorités du pays témoignent d’un intérêt particulier pour la préservation du patrimoine casablancais à travers le projet de réhabilitation de l’ancienne médina ; Au moment où le dossier de l’immeuble Bessoneau (hôtel Lincoln) est en train de trouver une issue heureuse depuis sa prise en main par l’agence urbaine ; Au moment où les travaux du tramway vont permettre l’amélioration indéniable de la qualité urbaine de cette avenue historique ; Au moment où le dossier technique de demande d’inscription de Casablanca sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO est en cours de finalisation ; Quelques mois après avoir subi la perte de la villa Cadet et l’émoi que ceci a suscité auprès de l’opinion publique, Casamemoire exprime sa vive inquiétude face à cette décision qui réduit à néant des années de luttes pour la préservation du patrimoine et appelle vivement :
- A la non exécution de ce verdict dans l’intérêt de la ville et de son patrimoine.
- A l’intégration dans les documents d’urbanisme locaux d’une réglementation efficace de protection du patrimoine sur de larges zones.
- Au gel de l’attribution des permis de démolir tant qu’une réglementation claire n’est pas appliquée
- A la révision de la loi 22-80 régissant le patrimoine pour la rendre plus efficace et l’adapter à l’évolution de la société.

www.casamemoire.org
L’histoire de Casablanca remonte à loin, probablement à la préhistoire. Au fil des siècles, elle a subi de nombreuses influences : romaines, phéniciennes, arabes et berbères puis européennes voire américaines.
Casablanca a été, tour à tour, construite, puis détruite, puis assiégée, puis reconstruite. Elle a connu la décadence et est tombée dans l’oubli pendant des siècles. Cependant, elle a également attiré, grâce à sa richesse, à son port et à son activité commerciale, de nombreux étrangers et marocains d’autres régions. Le Casablanca d’aujourd’hui, moderne, ouvert, vivant, bruyant et coloré a commencé à s’étendre dès l’aube du XXème siècle. Résultat: une ville attirante où se mêlent, depuis toujours, des populations différentes, logeant dans des habitations variées aux styles architecturaux hétéroclites, avant-gardistes et où la réflexion sur l’urbanisme a toujours présent.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 16:57

Casablanca - Patrimoine architectural en péril


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:03

Créée en 1995, Casamémoire est une association marocaine à but non lucratif de sauvegarde du patrimoine architectural du XXe siècle au Maroc. Elle a vu le jour suite à la démolition de la villa Mokri de l’architecte Marius Boyer. Elle regroupe des membres réunis autour de valeurs communes : préservation de la spécificité de Casablanca, valorisation du patrimoine architectural, du tourisme culturel et de la mémoire collective.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:04

Les principaux objectifs de l’association sont de sensibiliser l’opinion publique, les acteurs sociaux et politiques concernant le patrimoine du XXe siècle, de valoriser les actions de restauration ou de réhabilitation et de participer à des travaux de recherches avec des laboratoires nationaux et internationaux (Maroc, Europe, Maghreb).

Casamémoire propose une (re)découverte de l’architecture et de l’urbanisme du XXe siècle constituant le patrimoine récent marocain. Ceci au moyen d’actions de compréhension comme: les visites, la journée du patrimoine récent, le conseil, la réalisation de support de diffusion, ...

Ses actions :
- Visites architecturales de Casablanca (centre ville, périphérie, thématique).
- Journée du patrimoine.
- Réalisation et participation à des colloques, séminaires, conférences.
- Réalisation de documents de diffusion (carte-guide, guide).
- Partenaire du projet Mutual Heritage www.mutualheritage.net
- Réalisation d’un documentaire et d’une signalétique urbaine de Hay Mohamedi dans le cadre de deux projets s’inscrivant dans la réparation collective des années de plombs au Maroc.
- Partenariat à des évènements valorisant la ville (Matango, festival de Tango à Casablanca, Les abattoirs fabrique culturelle de Casablanca ).
- Participation à la reconversion des anciens abattoirs en fabrique culturelle de Casablanca.

Ses partenaires :
La ville de Casablanca.
Le Conseil Régional du Tourisme.
La direction régionale du Ministère de la Culture
Les associations locales et nationales: Casa Del Arte, la Source du Lion, DOCOMOMO Maroc.
les associations internationales : Patrimoines partagés, CICOP (centro international para la conservation del patrimonio).
l’Ecole Nationale d’Architecture, l’Ecole d’Architecture de Casablanca et diverses écoles et universités.
Des laboratoires de recherches (A2M architectures modernes en méditerranée).
Les instituts étrangers (allemand, français).
Les consulats (italien, français, allemand, belge).



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:06



1. Henri Prost


A partir de 1912, avec la signature du traité du protectorat, les premières constructions importantes apparaissent en dehors de l'enceinte de l'ancienne médina. La spéculation sur les terrains est féroce et l'urgence d'une réglementation s'impose. Après les premiers plans d'aménagement de géomètres, dont Tardif qui dessine l'emprise de la nouvelle ville circonscrite par le boulevard circulaire (boulevard de la Résistance et boulevard Zerktouni), le premier Résident général au Maroc, le Maréchal Lyautey, fait nommer l'urbaniste Henri Prost, "Directeur du service spécial d'architecture et des plans des villes", en février 1914.
Henri Prost, qui reste 8 ans au Maroc, présente son premier plan d'aménagement pour Casablanca en 1915. Il va inscrire définitivement Casablanca dans l'histoire des villes modernes, en mettant en œuvre pour celle-ci, voulue "capitale économique" dotée d'un grand port par le Général Lyautey, une réglementation originale et innovante en matière d'urbanisme (nouvelle science).
Henri Prost s'inspire des expériences allemandes et américaines : zonage, occupations des sols, gabarits, alignements, remembrements. La mise en pratique de ces nouvelles règles ne pourra se faire, en France, qu'après la première guerre mondiale, faisant de Casablanca une référence.

2. Michel Ecochard

Casablanca, médiatisée en même temps qu'elle se construit, devient alors le rendez-vous de la modernité pour ses habitants, immigrés de l'intérieur du pays ou de l'étranger, comme pour ceux qui la visitent.
La réglementation des plans de Henri Prost reste en vigueur jusqu'à la fin des années 40. Bien qu'en 1943, Alexandre Courtois soit chargé de leur remaniement, ce n'est qu'avec l'arrivée de Michel Ecochard en 1947 qu'un nouveau plan d'aménagement sera mis en place.

Michel Ecochard, second grand urbaniste de Casablanca, inspiré des principes de la charte d'Athènes1 (rédigée par Le Corbusier à l'issue du Congrès international d'architecture moderne, tenu à Athènes en 1933), propose, en 1951, dans le rapport préliminaire sur l'aménagement et l'extension de Casablanca, un plan d'extension linéaire le long de la côte qui reliera les deux pôles portuaires de Casablanca et de Mohammedia, bordé par la création de l'autoroute Casablanca-Rabat. Il réalise la percée de l'avenue des F.A.R., relançant le projet de quartier des affaires proche du port, où se construisent "en peigne" de nouveaux bâtiments comme l'hôtel Marhaba d'Emile Duhon en 1956, longtemps repère dans le paysage de la ville.

De 1946 à 1952, il mènera la bataille du logement social face aux intérêts du grand capital. Ses plans de zoning sont approuvés en 1952. Il est démis de ses fonctions en décembre 1952 par le Général Guillaume. Il exercera une grande influence sur la nouvelle génération d'architectes qui entrent en scène à l'indépendance et décrira son expérience dans un livre " Casablanca, le roman d'une ville".

Les règlements de 1952 seront appliqués jusqu'en 1984, où est publié le nouveau schéma directeur élaboré par le cabinet de Michel Pinseau.


Quelques dates :
Henri Prost (1874-1959) dirige les services des plans des villes au Maroc de 1914 à 1922.
Alexandre Courtois (1904-1974) exerce au Maroc de 1942 à 1965.
Michel Ecochard (1905-1985) est directeur de l’urbanisme du Protectorat de 1946 à 1952.

Les chiffres donnent la mesure de l’expansion de la ville :
1900 : 20 000 habitants
1913 : 78 000 habitants (dont 31 000 européens)
1920 : 100 000 habitants (dont 40 000 européens)
1932 : 165 000 habitants (dont 50 000 européens)
1936 : 257 000 habitants (dont 80 000 européens)
1947 : 550 000 habitants (dont 100 000 européens)
1950 : 658 000 habitants (dont 158 000 européens)
2000 : 4 800 000 habitants.

On voit ainsi sans la première moitié du siècle la population se multiplier par 30 et par 7 dans la deuxième.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:08

Néoclassique
Langage architectural du XIXe siècle européen pour quelques immeubles du centre ville où l’on peut observer colonnes, balcons, loggias, ornés de décorations florales, de guirlandes, de médaillons sculptés.

Néo-mauresque
Sont concernés principalement les premiers bâtiments importants construits en dehors de l'ancienne médina, plutôt inspirés des réalisations d'Afrique du Nord au XIXe siècle (Algérie, Tunisie), comme l'hôtel Excelsior, caractérisés par l'emploi des arcs brisés, des azulejos (carreaux de faïence) sur les façades, des pergolas, des tuiles vertes sur les toits et les auvents.

Les bâtiments publics
Ils reprennent les éléments décoratifs de l'architecture traditionnelle : arcades, frises et panneaux recouvert de zelliges, tuiles vertes, plafond en bois, pierre sculptée. Cependant ils se détachent nettement du style néo-mauresque par la simplicité de leurs volumes et leur conception rationnelle. Ce style sera recommandé par les autorités du Protectorat, en particulier, par le Général Lyautey très attaché à "la sobriété extérieure" des constructions locales.

Style Art Déco : exposition des Arts Décoratifs de 1925
Les formes et le décor deviennent géométriques, stylisés, débarrassés des ordonnances classiques et des ornementations réalistes. Les zelliges seront utilisés à la place des carreaux de céramique qui recouvrent les bâtiments de la même époque en Europe.

Style fonctionnaliste
Le mouvement moderne issu du cubisme connu à travers le constructivisme en URSS, puis le BAUHAUS en Allemagne, est présent à Casablanca dès les années 20. Ces bâtiments aux façades dépouillées façonneront l'image moderne de la ville.



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:09

Les services municipaux et de l’urbanisme

Ils seront toujours confrontés à « la fièvre de la construction » malgré la mise en place par Henri Prost d’une administration rigoureuse chargée de faire respecter les dispositions de ses plans d’aménagement. Mais l’affrontement et la négociation engendreront des solutions inédites qui feront de Casablanca une « ville pragmatique » (J.-L. Cohen). Cet équilibre précaire entre intérêts publics et privés s’observe jusqu’à nos jours.

Les promoteurs

Publics : par l’architecture et l’implantation, ils marquent la ville de bâtiments imposants qui structurent l’espace : place Mohamed V, hôpitaux, etc.
Privés : industriels, grandes sociétés telles que les banque, les assurances, …
Ils sont européens de toutes origines, marocains issus de la grande bourgeoisie commerçante de Fès, israélites certains viennent d’Essaouira dont l’expansion du port de Casablanca a accéléré le déclin. Tous attirés par la croissance prodigieuse de la ville. Leurs commandes, tant pour les immeubles de rapport que pour les habitations privées, montrent leur goût pour les constructions modernes, et leur confiance dans l’essor d’une ville qui, dans les années 20, n’existe pas encore.
Parmi ces promoteurs, on trouve de nombreux architectes et entrepreneurs.

Les architectes

Ils viennent d’Europe (France) ou d’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie). Encouragés par l’atmosphère innovante qui règne à Casablanca, ils vont pouvoir réaliser des édifices d’envergure. Libres dans leurs orientations, ils sauront, indifféremment, concevoir leurs œuvres dans les styles relevés à Casablanca.



Ils trouveront dans l’architecture traditionnelle marocaine la correspondance avec le mouvement cubiste (toit terrasse, volumes dépouillés) et dans l’artisanat local (zelliges, fers forgés) les éléments de décoration propres à l’architecture « art déco ». En étudiant l’habitat marocain et l’organisation des villes, ils sauront aussi construire les nouveaux quartiers, exemple des Habous. Plus tard, après la 2nd guerre mondiale, des jeunes architectes expérimenteront de nouveaux modes d’habitat. La réputation de modernité de Casablanca se transforme définitivement en tradition.



Principaux architectes ayant exercé à Casablanca



•Albert LAPRADE (1883-1962). À Casablanca de 1915 à 1917.
•Hyppolite Joseph DELAPORTE (1875-1962). À Casablanca de 1913 à 1955.
•Auguste PERRET (1874-1954) associé à l'entreprise PERRET FRES. à Casablanca de 1913 à 1920.
•Marius BOYER (1885-1947). À Casablanca de 1919 à 1947.
•Pierre JABIN (1894-1967). À Casablanca 1915 à 1955.
•Auguste CADET (1881-1956). À Casablanca de 1918 à 1956.
•Edmond BRION (1885-1973). À Casablanca de 1918 à 1973.
•Joseph et Elias SURAQUI (1893-1975) (1893-1977) à Casablanca de 1923 à 1975
•Marcel DESMET (1892-1973). À Casablanca de 1932 à 1962.
•Erwin HINNEN (1894-1986). À Casablanca de 1931 à 1974.
•Albert PLANQUE (1910-1972). À Casablanca 1943 à 1970.
•Alexandre COURTOIS (1904-1974). À Casablanca 1942 à 1965.
•Émile DUHON (1911-1983). À Casablanca de 1946 à 1975.
•Jean François ZEVACO, né en 1916 à Casablanca, exerce depuis 1947.
•Élie AZAGURY, né en 1918 à Casablanca, exerce depuis 1950.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:10

Les entrepreneurs

Souvent d’origine italienne, ils sauront transmettre leur savoir-faire en matière de finitions : ornementation et revêtements (sols en granito poli). La main-d’œuvre est de toutes origines (européenne et marocaine). Les entrepreneurs seront secondés par les mâalems et artisans marocains dans la mise en œuvre des matériaux traditionnels : zelliges, bois sculptés, tuiles vernissées, plâtres ciselés.
Ils utilisent très vite les nouvelles techniques de béton armé à la suite des pionniers en la matière : les frères Perret.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:12

L’étude et la protection de l’architecture du XXe siècle est un phénomène récent, porté par des réseaux internationaux de chercheurs, relayés par des organismes institutionnels ou des associations comme Docomomo, reconnu au travers des processus d’inscription au patrimoine mondial (Unesco). L’étude de l’architecture coloniale participe à l’évaluation de l’architecture du XIXe et du XXe siècle.

Casablanca est une ville où l’on trouve une concentration importante de bâtiments art déco, fonctionnalistes et modernistes d’avant-garde.

Casablanca était au XXe siècle un terrain d’expérimentation pour l’architecture et l’urbanisme qui a bénéficié du savoir-faire des arts traditionnels (zelliges, boiseries, stucs), des courants internationaux (exposition des arts décoratifs,1925, Congrès International de l’Architecture Moderne, de 1928 à 1956, Team 10, 1959) et des technologies innovantes (tel le béton armé). Les premières voûtes minces en béton armé ont été construites à Casablanca par exemple, par les frères Perret en 1917. Par ailleurs, les immeubles bénéficient d’un confort, à l’époque encore rare en Europe : salle de bain, WC, vide-ordure, ascenseurs, parking souterrain. Enfin le plan et le règlement d’urbanisme de Casablanca ont servi de modèle pour l’aménagement de nombreuses cités européennes durant cinquante ans.

Casablanca dispose donc d’une richesse architecturale et urbaine, la mettant au même rang des grandes métropoles du XXe siècle : Brasilia (Brésil), Chandigarh (Inde), par exemple. On y trouve tous les courants architecturaux d’avant-garde qui ont été testés entre 1920 et 1975 : art nouveau, néo-classicisme, art déco, fonctionnalisme, hygiénisme, immeuble à redans, brutalisme, et, pour l’urbanisme : le zoning, les grands boulevards, le permis de construire, l’aménagement urbain, les grands ensembles.

Casablanca est donc une école à ciel ouvert, fréquemment visitée par des architectes et des urbanistes du monde entier pour son patrimoine et son histoire.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:14

Casamémoire : Liste des bâtiments inscritsCasablanca :

1. Inscription des façades de l'immeuble Bessonneau : arrêté n° 411-00 du 14 mars 2000 – Bulletin Officiel n°4795 du 15 mai 2000.
2. Inscription de l’Aquarium : arrêté n°1.299.03 du 27/06/2003 – Bulletin Officiel n°5134 du 14/08/2003.
3. Inscription du Jardin Merdoukh (Murdoch) : arrêté n°1.300.03 du 27/06/2003 – Bulletin Officiel n°5134 du 14/08/2003.
4. Inscription des Abattoirs Municipaux : arrêté n°1.301.03 du 27/06/2003 – Bulletin Officiel n°5134 du 14/08/2003.
5. Inscription du Palais de la foire : arrêté n°1.302.03 du 27/06/2003 – Bulletin Officiel n°5134 du 14/08/2003.
6. Inscription de la Villa Violetta : arrêté n°1.303.03 du 27/06/2003 – Bulletin Officiel n°5134 du 14/08/2003.
7. Inscription de la Villa les Tourelles : arrêté n°1.303.03 du 27/06/2003 – Bulletin Officiel n°5134 du 14/08/2003.
8. Inscription de la Villa Suissa : arrêté n°1.303.03 du 27/06/2003 – Bulletin Officiel n°5134 du 14/08/2003.
9. Inscription de la Villa dite Rouge : arrêté n°1.302.03 du 27/06/2003 – Bulletin Officiel n°5134 du 14/08/2003.
10. Inscription de la Villa dite Ronde : arrêté n°1.299.03 du 27/06/2003 – Bulletin Officiel n°5134 du 14/08/2003.
11. Inscription de l’Eglise « Sacré Cœur » : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
12. Inscription du Bâtiment de la Poste : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
13. Inscription du Bâtiment de la Trésorerie Régionale : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
14. Inscription du Siège de la Wilaya : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
15. Inscription du Palais de Justice place Mohamed V : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
16. Inscription du Siège de la Banque Commerciale du Maroc Bd Driss Lahrizi : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
17. Inscription du Siège de la Banque du Maroc : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
18. Inscription du Bâtiment de la Préfecture du Mechouar : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
19. Inscription du Marché Central : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
20. Inscription de l’Immeuble Maret : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
21. Inscription de l’Immeuble El Glaoui : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
22. Inscription de l’Immeuble Maroc Soir : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
23. Inscription de l’Immeuble Assayag : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
24. Inscription de l’Hôtel Volubilis : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
25. Inscription de l’Hôtel Excelsior : arrêté n°2.010.03 du 10/07/2003 – Bulletin Officiel n°5166 du 04/12/2003.
26. Inscription de l’Hôpital 20 Août : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
27. Inscription du Siège Régie des Tabacs : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
28. Inscription du Bâtiment du Comptoir Métallurgique : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
29. Inscription de la Poste des Habous : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
30. Inscription de l’Arrondissement Militaire : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
31. Inscription du Quartier Bousbir : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
32. Inscription de Lycée Khnata Bent Bekkar : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
33. Inscription de Lycée Khawarizmi : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
34. Inscription du Lycée Ibn Toumart : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
35. Inscription du Collège El Castallani : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
36. Inscription de l’Ecole Internationale : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
37. Inscription de l’Ecole Al Azhar : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
38. Inscription de l’Immeuble Tazi : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
39. Inscription de l’Immeuble “les Studios”: arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
40. Inscription de l’Hôtel Transatlantique : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
41. Inscription du Lycée Mohamed V : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
42. Inscription de l’Immeuble Shell : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
43. Inscription de l’Immeuble Ben Dahane : arrêté n°540.04 du 17/03/2004 – Bulletin Officiel n°5209 du 03/05/2004.
44. Inscription de l’Immeuble Sony : Arrêté n°1386/05 du 07/7/2005 – Bulletin Officiel n° 5345 du22/8/2005
45. Inscription de l’Immeuble sis au 48, Rue Taher Sebti : Arrêté n°1386/05 du 07/7/2005 – Bulletin Officiel n° 5345 du22/8/2005
46. Inscription de l’Immeuble Neptune : Arrêté n°1386/05 du 07/7/2005 – Bulletin Officiel n° 5345 du22/8/2005
47. Inscription de l’Immeuble La Princière : Arrêté n°1386/05 du 07/7/2005 – Bulletin Officiel n° 5345 du22/8/2005
48. Inscription de l’Hôtel Majestic : Arrêté n°68.06 du 30/12/2005 – Bulletin Officiel n° 5392 du02/02/2006
49. Inscription de la Pharmacie Centrale : Arrêté n°68.06 du 30/12/2005 – Bulletin Officiel n° 5392 du02/02/2006

Rabat Salé :

1. Inscription du Jardin d'essais : Arrêté n°503-91 du 06/03/1992 – Bulletin Officiel n°4144 du 01/04/1992.
2. Classement du Cinéma Royal : Décret n° 2-00-453 du 08/06/2000 – Bulletin Officiel n°4807 du 26/06/2000.
3. Classement des Jardins Exotiques : Décret n°2.03.397 du 30/06/2003 – Bulletin Officiel n°5136 du 21/08/2003.
4. Classement de la l’Ecole Guessous : Décret n°2.04.966 du 10/12/2004 – Bulletin Officiel n°5276 du 23/12/2004.

Tanger :

1. Enquête pour classement de l’Ecole El Amana : Arrêté n°44.04 du 19/12/2003 – Bulletin Officiel n°5189 du 23/02/2004.
2. Enquête pour classement de La Villa Welcome : Arrêté n°45.04 du 19/12/2003 – Bulletin Officiel n°5189 du 23/02/2004.
3. Enquête pour classement de l’immeuble Telefsa : Arrêté n°46.04 du 19/12/2003 – Bulletin Officiel n°5189 du 23/02/2004.
4. Classement de la Villa de France : Décret n°2.04.771 du 12/10/2004 – Bulletin Officiel n°5260 du 28/10/2004.

Kenitra :

1. Classement de l’Horloge Murale : Décret n°2.04.17 du 21/01/2004 – Bulletin Officiel n°5187 du 16/02/2004.

Azrou :

1. Classement de l’Ecole Amir el Atlas : Décret n° 2-00-140 du 08/06/2000 – Bulletin Officiel n°4807 du 26/06/2000.

Fes :

1. Classement du pont élevé sur l'oued N'ja, à environ 18 kilomètres de Fès, sur lequel passe la route de Meknès - Bulletin Officiel n°622 du 23/09/1924.
Moteur de recherche


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:15

Malheureusement ces bâtiments et cette cohérence urbaine sont menacés par les nombreuses démolitions, n’apparaissant pas encore comme un atout ni pour le développement du tourisme culturel, ni pour la mémoire collective des habitants.

Pourtant, un public marocain et étranger, de plus en plus nombreux, commence à s’intéresser à l’histoire de cette ville nouvelle du XXe siècle, à la qualité des bâtiments, ainsi qu’à leur devenir.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:17


Le tribunal administratif de Casablanca autorise la démolition d’un immeuble retenu sur la liste du patrimoine par le ministère de la culture


Le tribunal administratif de Casablanca vient de rendre un verdict autorisant la démolition de l’immeuble Piot-Templier situé Angle Bd Mohamed V et rue Chaouia alors que cet édifice a été retenu pour inscription par le ministère de la culture à la liste des Monuments Historiques et que la procédure est en cours.




Cet édifice, construit par l’architecte Pierre Ancelle en 1925, a pendant longtemps abrité à son rez-de-chaussée le célèbre magasin Templier où l’on venait de partout acheter de la vaisselle de luxe et de l’orfèvrerie et à l’étage le restaurant « l’étoile de Marrakech ». Il est d’un style néo-mauresque qui n’est pas sans rappeler son célèbre voisin l’hôtel Lincoln. De plus, l’immeuble Piot-Templier fait partie intégrante d’un alignement urbain d’une qualité architecturale exceptionnelle avec d’un coté l’hôtel Lincoln (Hubert Bride, 1917) et le petit Bessoneau (Edmond Brion, 1930), et de l’autre l’immeuble de la bourse (Pierre Bousquet, 1918) et l’immeuble de la vigie marocaine (Marius Boyer, 1924). Tout ceci, sans parler de sa situation en face du Marché Central (Pierre Bousquet, 1917) et au milieu du Boulevard Mohamed V, véritable musée d’architecture à ciel ouvert et épine dorsale du centre ville patrimonial de Casablanca.


Au moment où les plus hautes autorités du pays témoignent d’un intérêt particulier pour la préservation du patrimoine casablancais à travers le projet de réhabilitation de l’ancienne médina ; Au moment où le dossier de l’immeuble Bessoneau (hôtel Lincoln) est en train de trouver une issue heureuse depuis sa prise en main par l’agence urbaine ; Au moment où les travaux du tramway vont permettre l’amélioration indéniable de la qualité urbaine de cette avenue historique ; Au moment où le dossier technique de demande d’inscription de Casablanca sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO est en cours de finalisation ; Quelques mois après avoir subi la perte de la villa Cadet et l’émoi que ceci a suscité auprès de l’opinion publique, Casamemoire exprime sa vive inquiétude face à cette décision qui réduit à néant des années de luttes pour la préservation du patrimoine et appelle vivement à la non exécution de ce verdict dans l’intérêt de la ville et de son patrimoine.



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:19

Fès – Casablanca : les deux premières villes du Maroc incarnent deux visages opposés du pays ; et c’est dans cette dualité que se trouve aujourd’hui la vraie identité du royaume. Fès, la traditionnelle, vient de fêter son 1200ème anniversaire. Quant à la ville nouvelle de Casablanca, elle n’a pas tout à fait un siècle.


Laïla Skali, la trentaine, née à Fès, est architecte ; son combat : l’avenir de la plus ancienne médina du Maroc – et l’une des plus anciennes cités du bassin méditerranéen – qui connait aujourd’hui un début de renaissance, après des décennies de repli sur soi. Laïla a ainsi développé ici le concept du « logement chez l’habitant », une première dans tout le pays. Trente familles ouvrent leurs magnifiques maisons aux voyageurs de passage à Fès, ce qui pour Laïla a de multiples avantages : faire connaitre le très riche patrimoine de Fès et ses grandes et très belles maisons – alors que la médina, ses rues très étroites et ses hauts murs, dissimule la plupart de ses trésors ; mais aussi offrir aux familles accueillantes une source de revenus qui leur permettra d’entretenir ces chefs-d’œuvre d’architecture. Au-delà de cette expérience, Laïla a beaucoup d’autres idées pour la médina. Entre autres, elle souhaite mettre en lumière l’artisanat d’excellence. Tissage, travail du bois ou du cuir : Fès recèle des ateliers de qualité exceptionnelle, mais qui sont là encore, cachés dans les innombrables ruelles de la médina.


En comparaison, Casablanca parait de prime abord moins authentique que la médina de Fès … Une ville moderne en plein développement qui pourrait ressembler à toutes les grandes métropoles du monde arabe … si ce n’était son histoire fascinante et la richesse surprenante de son architecture - pour qui s’intéresse au patrimoine du XXème siècle. Monique Eleb, professeur d’architecture à Paris, est née à Casablanca, et c’est peut-être pour cette raison qu’elle s’est penchée sur le passé de la ville.


Le Casablanca « XXème siècle », quasi abandonné à l’indépendance, en 1956, suscite à nouveau un large intérêt. Monique nous fait découvrir ce patrimoine : le quartier dit « art déco », où les européens marièrent l’architecture moderne aux arts marocains ; le quartier dit des « Habbous », où les français réalisèrent la réplique d’une médina traditionnelle pour accueillir les marocains qui s’installaient dans la ville ; ou encore le quartier d’Anfa, réservé jusqu’à l’indépendance aux seuls européens, où se trouvaient les plus belles villas de Casablanca.


Ecrit et réalisé par: Frédéric Wilner
une production: Eclectic Productio
Publié le : 4 octobre 2010


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:20

Casablanca fut la ville de la modernité. Et aujourd’hui qu’en est-il ? Comment retrouver ou perpétuer cette modernité partie intégrante de l’identité de cette ville et de ses citoyens. C’est avec l’aide du regard d’un collectif néerlandais que nous allons nous interroger sur nos valeurs fondatrices de notre identité casablancaise.

Le collectif de designers hollandais et Casamemoire organise une table ronde le mercredi 06 octobre 2010, intitulée « Casa, vue d’ici et d’ailleurs », dans le cadre de l’exposition « Casa ville inventive, un regard hollandais » et des actions de sensibilisation et d’appropriation du patrimoine commun à l’attention des habitants, des jeunes et des professionnels.

Cette table ronde verra la participation des 6 designers néerlandais (Sophie Krier, Bas van Beek, Erik Wong, Dawn Hourigan, Sjoerd Jonkers et David ven der Veldt), de casamemoire, association de sauvegarde du patrimoine du XXè siècle (Laure Augereau et Abderrahim Kassou), pour animer le débat sur les questions d’identité à travers notamment les systèmes (in)formels sociaux et économiques qui donnent forme à la ville de Casablanca, quelles qualités donnent son caractère unique et comment les valoriser dans le cadre de la modernisation actuelle.
Cette table ronde verra la présence d’invités institutionnels marocains et néerlandais pour enrichir le débat sur le sujet.


Casamémoire profitera de l'occasion pour informer sur un certain nombre d'activités qu'elle mène dans le cadre du projet « Mutual Heritage, de l’intégration historique à la participation contemporaine active », financé par l'Union Européenne dans la cadre du programme Euromed Heritage IV.


La table ronde a lieu dans le cadre du projet de résidence artistique intitulé ICI, qui est exposé à l'ancienne église du sacré-coeur du 5 au 17 octobre. Le project a lieu dans le cadre de la célébration en 2010 des 400 ans de relations économiques entre les Pays-Bas et le Maroc, et a été initié par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas à Rabat. ICI fait équipe avec Casamémoire, La fabrique culturelle, et KHK extramuros.


Pour plus d’informations, merci de contacter :
Sophie KRIER- Ici & Laure AUGEREAU- Casamémoire
T : 06 00 42 50 66 – 06 76 64 60 48
E: info@sophiekrier.comlaure@casamemoire.org
Url: facebook.com/casa-ville-inventive
www.casamemoire.org / www.mutualheritage.net


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:21

Le patrimoine récent est à la une des informations en cette période, la ville de Casablanca vit des expériences fondamentales et contrastantes entre démolition de bâtiments significatifs – Cf. la villa « Cadet » - et une forte attention à un héritage jusqu’à maintenant sous évalué – Cf. le programme pour la médina intra-muros -.
Ces pratiques ont des traits qui peuvent se retrouver ailleurs au Maroc et dans le bassin méditerranéen.

Le projet Mutual Heritage organise une table ronde le samedi 25 septembre sur le sujet de « l’état du patrimoine récent en méditerranée et au Maroc en particulier », pour faire le point sur une action qui jusqu'à présent a accompli 4 formations, 1 publication, des conférences, 2 cartes-guides et 2 expositions, le tout présenté sur un site internet www.mutualheritage.net, en touchant des professionnels du patrimoine (architectes et historiens), des étudiants et les autorités de chaque lieu d’intervention (Casablanca, Rabat, Ramallah et Tunis).

Cette table ronde verra la participation de Roméo Carabelli, géographe et chercheur du laboratoire Citeres (CNRS et Université François Rabelais, Tours, France) Faika Béjaoui, architecte-urbaniste, directeur adjoint de l’Association Sauvegarde de la Medina de Tunis (Tunisie), Valentina Ridolfi, représentante de l’association Heriscape (Italie) , Mouna M’Hammedi, architecte et docteur en architecture à l’Ecole Nationale de Rabat et Abderrahim Kassou, président de Casamemoire pour parler de leur patrimoine et de la problématique de sauvegarde qu’ils rencontrent respectivement.

Cette table ronde verra la présence d’invités institutionnels et de DOCOMOMO pour enrichir le débat sur le sujet de l'action et sur les débats en cours actuellement au Maroc et dans le bassin méditerranéen.


Mutual Heritage est un projet sur le patrimoine architectural et urbain récent dans le monde méditerranéen. Il vise à identifier, documenter et promouvoir le patrimoine récent des 19ème et 20ème siècles, afin d'encourager l'intégration du patrimoine culturel dans la vie économique et sociale actuelle. Mutual Heritage est mis en oeuvre par un Consortium coordonné par Citeres (CNRS et Université François Rabelais, Tours, France) et composé de Casamémoire (Casablanca) et l'Ecole Nationale d'Architecture (Rabat) au Maroc; l'Association de Sauvegarde de la Médina (Tunis, Tunisie) et l'agence Riwaq (Ramallah, Palestine). Neuf formations, des publications (guides patrimoniaux, manuels, cartes patrimoniales de Fès, Tunis, Tetouan, Ramallah...), un dossier patrimonial sur Casablanca, ainsi que cinq expositions sont prévues. Le projet Mutual Heritage est financé par l'Union européenne dans le cadre du programme Euromed Heritage 4, qui a pour but d'aider les populations à s'approprier leur héritage culturel, national et régional, en facilitant l'accès à l'éducation et à la connaissance du patrimoine culturel (www.euromedheritage.net).

C’est donc aux anciens abattoirs de Casablanca que, autour d’une table ronde, vous pourrez découvrir les premiers résultats du projet : cartes-guides, formations, séminaires, travaux de recherches (inventaire), publications qui ont été d’ores et déjà développés par chacun des partenaires pour valoriser et échanger sur leur patrimoine récent respectif.

Nous vous donnons rendez-vous samedi prochain, 25 septembre 2010 :
à partir de 16h pour une présentation publique des travaux et à 17h pour discuter ensemble de l’état du patrimoine récent en méditerranée et au Maroc en particulier.


Pour plus d’informations, merci de contacter :
Abderrahim KASSOU & Laure AUGEREAU- Casamémoire
T : 06 61 46 57 21 - 05 26 51 58 29
E: abderrahim@casamemoire.orglaure@casamemoire.org
Url: www.mutualheritage.net


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:23

Bibliographie

Meffre Gislhaine, Architecture marocaine du XXe siècle-Edmond Brion et Auguste Cadet, Italie, Senso unico editions, 2009
Casamemoire, Dans le désert de la modernité-contribution de Casablanca à la modernité européenne, Casablanca, 2009
Giacomelli Milva, Godoli Ezio, Kassou Abderrahim (sous la direction de), Gli architetti italiani in Marocco dall’inizio del protettorato francese ad oggi – les architectes italiens au Maroc du début du protectorat français à aujourd’hui, Italie, Edizioni Polistampa, 2009
Vacher, Hélene, Villes coloniales au XIXe-XXe siecles, d'un sujet d'action a un objet d'histoire (Algérie, Maroc, Libye et Iran) - Essais et guide bibliographique, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005.
Bravo Nieto, Antonio (dir.), Arquitectura espanola en el norte de Marruecos. La cuadricula de Nador, Melilla, 2005
Minnaert, Jean-Baptiste, Histoires d'architectures en méditerranée XIXe et XXe siecle, Paris, Les éditions de la Villette, 2005.
Godoli, Ezio (dir.), Da Gorizia All'impero Ottomano : Antonio Lasciac Architetto, Fotografie Dalle, Florence, Collezioni Alinari 2007
Solé, Robert, Telmissany, May et Volait, Mercedes, Mémoires héliopolitaines, conçu et réalisé par le Centre français de culture et de coopération, Le Caire, Al-Ahram Establishment, 2005
Godoli, Ezio et Giacomelli, Milva (dir.), Architetti e ingegneri italiani dal Levante al Magreb 1848-1945, Florence, Maschietto Editore, 2005
David Peyceré, Mercedes Volait (dir.), Patrimoines partagés ; architectes français au sud et a l'est de la Méditerranée , Guide de recherche dans les archives déposées a l'institut français d'architecture, Colonnes n°21, 2003, Paris
Cohen, Jean-Louis et Eleb, Monique, Les mille et une villes de Casablanca, Paris, ACR, 2003
Colonas, Vassilis, Greek architects in the ottman empire (19th-20th centuries), Athenes, Olkos, 2005
Volait, Mercedes, Architectes et architectures de l'Egypte moderne (1830-1950) : Genese et essor d'une expertise locale, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005
Awad, Mohamed (dir.), Patrimoines partagés en Méditerranée, éléments clés de la réhabilitation, Alexandrie, Alphagrah, 2005
Casablanca, je me souviens, revue mensuelle au Maroc n°0, 2000
AM Architecture du Maroc, revue bimestrielle, n°7, 2002
Les villes qui poussent, brochure, Casablanca, Maroc, 1922
L'architecture marocaine, revue bimestrielle de l'ordre des architectes du Maroc, n°2, 1952
L'architecture d'aujourd'hui, revue bimestrielle, n° 195
Miege, Jean-Louis, Maroc, Artaud, 1952
Maurice, Culot, et Jean-Marie, Thiveaud (dir.), Architectures françaises outre-mer, Liege, Mardaga, 1995
Pierre, Jean-Luc, Casablanca et la France, mémoires croisées XIXe-XXe siecles, Croisée des chemins, 2004
Terrier, Auguste, Le Maroc, Larousse, 1931
Cohen, Jean-Louis et Eleb, Monique, Casablanca, mythes et figures d'une aventure urbaine, Hazan-Belvisi, 1998.
Abry, Alexandre, et Carabelli, Romeo (dir), Reconnaître et protéger l'architecture récente en Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose, 2005
Aiche Akrout, Sémia, et Mouhli, Zoubeir, Mc Guiness, Justin, Tunis 1800-1950. Portrait architectural et urbain, Tunis, Association de sauvegarde de la médina de Tunis, 2004
Bravo Nieto, Antonio (dir) , Arquitecturas y ciudades hispánicas de los siglos XIX y XX en torno al Mediterráneo occidental, Melilla, Papel de Aguas, 2005
Romeo Carabelli, Héritage architectural récent en Méditerranée. Temporalités et Territoires, français-anglais, Paris, Publibook, 2005
Loret, Stéphane et Volait, Mercedes, Héliopolis : un ensemble urbain modern en Égypte (1905-2005), Tours, Citeres Emam, 2005
N. Amin, M. L. Crosnier Leconte et G. el Ghitani, Port-Said : Architectures XIXe-XXe siecles, Guide architectural, Le Caire, Editions de l'IFAO, 2006
Bruyas, Frédérique et Troin, Florence, Port-Said : Patrimoine & Architecture, Tours, Citeres Emam & Alliance française, 2005
Nouveaux outils d'aide a la décision : laboratoire SIG, Cd-rom interactif, Ferrara, Universita degli studi di Ferrara, dipartimento di architettura, 2005
Revue universitaire, Opus Incertum, n°2 l'archittectura italiana dei cinema, Revista del Dipartimento di Storia dell'Archittetura e Della Citta, Universita degli Stidu di Firenze Edition Polistampa, Florence 2007
Revue DO-CO-MO-MO, Modern architecture in the middle east, n°35, septembre 2006, publication du Secretariat International de DOCOMOMO Cité de l'Architecture et du Patrimoine
Meffre Gislhaine, Architecture marocaine du XXe siècle-Edmond Brion et Auguste Cadet, Italie, Senso unico editions, 2009
Casamemoire, Dans le désert de la modernité-contribution de Casablanca à la modernité européenne, Casablanca, 2009
Giacomelli Milva, Godoli Ezio, Kassou Abderrahim (sous la direction de), Gli architetti italiani in Marocco dall’inizio del protettorato francese ad oggi – les architectes italiens au Maroc du début du protectorat français à aujourd’hui, Italie, Edizioni Polistampa, 2009
Vacher, Hélene, Villes coloniales au XIXe-XXe siecles, d'un sujet d'action a un objet d'histoire (Algérie, Maroc, Libye et Iran) - Essais et guide bibliographique, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005.
Bravo Nieto, Antonio (dir.), Arquitectura espanola en el norte de Marruecos. La cuadricula de Nador, Melilla, 2005
Minnaert, Jean-Baptiste, Histoires d'architectures en méditerranée XIXe et XXe siecle, Paris, Les éditions de la Villette, 2005.
Godoli, Ezio (dir.), Da Gorizia All'impero Ottomano : Antonio Lasciac Architetto, Fotografie Dalle, Florence, Collezioni Alinari 2007
Solé, Robert, Telmissany, May et Volait, Mercedes, Mémoires héliopolitaines, conçu et réalisé par le Centre français de culture et de coopération, Le Caire, Al-Ahram Establishment, 2005
Godoli, Ezio et Giacomelli, Milva (dir.), Architetti e ingegneri italiani dal Levante al Magreb 1848-1945, Florence, Maschietto Editore, 2005
David Peyceré, Mercedes Volait (dir.), Patrimoines partagés ; architectes français au sud et a l'est de la Méditerranée , Guide de recherche dans les archives déposées a l'institut français d'architecture, Colonnes n°21, 2003, Paris
Cohen, Jean-Louis et Eleb, Monique, Les mille et une villes de Casablanca, Paris, ACR, 2003
Colonas, Vassilis, Greek architects in the ottman empire (19th-20th centuries), Athenes, Olkos, 2005
Volait, Mercedes, Architectes et architectures de l'Egypte moderne (1830-1950) : Genese et essor d'une expertise locale, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005
Awad, Mohamed (dir.), Patrimoines partagés en Méditerranée, éléments clés de la réhabilitation, Alexandrie, Alphagrah, 2005
Casablanca, je me souviens, revue mensuelle au Maroc n°0, 2000
AM Architecture du Maroc, revue bimestrielle, n°7, 2002
Les villes qui poussent, brochure, Casablanca, Maroc, 1922
L'architecture marocaine, revue bimestrielle de l'ordre des architectes du Maroc, n°2, 1952
L'architecture d'aujourd'hui, revue bimestrielle, n° 195
Miege, Jean-Louis, Maroc, Artaud, 1952
Maurice, Culot, et Jean-Marie, Thiveaud (dir.), Architectures françaises outre-mer, Liege, Mardaga, 1995
Pierre, Jean-Luc, Casablanca et la France, mémoires croisées XIXe-XXe siecles, Croisée des chemins, 2004
Terrier, Auguste, Le Maroc, Larousse, 1931
Cohen, Jean-Louis et Eleb, Monique, Casablanca, mythes et figures d'une aventure urbaine, Hazan-Belvisi, 1998.
Abry, Alexandre, et Carabelli, Romeo (dir), Reconnaître et protéger l'architecture récente en Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose, 2005
Aiche Akrout, Sémia, et Mouhli, Zoubeir, Mc Guiness, Justin, Tunis 1800-1950. Portrait architectural et urbain, Tunis, Association de sauvegarde de la médina de Tunis, 2004
Bravo Nieto, Antonio (dir) , Arquitecturas y ciudades hispánicas de los siglos XIX y XX en torno al Mediterráneo occidental, Melilla, Papel de Aguas, 2005
Romeo Carabelli, Héritage architectural récent en Méditerranée. Temporalités et Territoires, français-anglais, Paris, Publibook, 2005
Loret, Stéphane et Volait, Mercedes, Héliopolis : un ensemble urbain modern en Égypte (1905-2005), Tours, Citeres Emam, 2005
N. Amin, M. L. Crosnier Leconte et G. el Ghitani, Port-Said : Architectures XIXe-XXe siecles, Guide architectural, Le Caire, Editions de l'IFAO, 2006
Bruyas, Frédérique et Troin, Florence, Port-Said : Patrimoine & Architecture, Tours, Citeres Emam & Alliance française, 2005
Nouveaux outils d'aide a la décision : laboratoire SIG, Cd-rom interactif, Ferrara, Universita degli studi di Ferrara, dipartimento di architettura, 2005
Revue universitaire, Opus Incertum, n°2 l'archittectura italiana dei cinema, Revista del Dipartimento di Storia dell'Archittetura e Della Citta, Universita degli Stidu di Firenze Edition Polistampa, Florence 2007
Revue DO-CO-MO-MO, Modern architecture in the middle east, n°35, septembre 2006, publication du Secretariat International de DOCOMOMO Cité de l'Architecture et du Patrimoine


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:25



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:27




La poste 1918
adrien Laforgue,


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:29








La poste a l'interieur1918
adrien Laforgue,


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:30





La poste 1918
adrien Laforgue


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:34




Banque El Magreb Edmond Brian 1937


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:37









Wilaya (ex hotel de ville ) 1937 Marius Boyer


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:38





Le patio de la Wilaya (ex hotel de ville ) 1937 Marius Boyer


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:40





Le patio de la Wilaya (ex hotel de ville ) 1937 Marius Boyer


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:52

Immeuble de la Compagnie générale Transatlantique- boulevard de la Gare 1930
















Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:55

immeuble du grand socco_1929-1932_auguste cadet et edmond brion










Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 17:57

Immeuble Villas Paquet- Jacques Gouyon-1952











Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:00

Immeuble Assayag- Marius Boyer-1932











Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:02

Immeuble Bendahan- Edmond Brion-1935
















Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:03

Immeuble de la Nationale- Xavier Rendu, R. Ponsard-1930-1931










Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:06

Immeuble IMCAMA- Albert Greslin-1928













Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:08

Immeuble la Résidence du Parc- Alexandre Courtois-1956















Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:11








Immeuble les Studios-Marius Boyer-1935


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:13





Immeuble Tazi- Aldo Manassi -1931


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:17






Immeuble des assurances générales incendies-Pierre Coldefy-1953


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:21







Immeuble Gallinari dit Atlanta- Gaston Jaubert-1953


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:24










Immeuble Liberté- Léonard Morandi-1950


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:25

1- Résumé des procédures
a - Procédures de protection
Le droit de la protection du patrimoine culturel immobilier est le résultat de près de soixante dix ans de réflexion sur les moyens légaux pour garantir la conservation d’un patrimoine culturel immobilier aussi riche que varié. Une vision d’ensemble de la préservation du patrimoine a remplacé progressivement la conception ponctuelle de la conservation des édifices anciens conformément à l’évolution de la législation. Celle-ci a défini progressivement des aires de protection de plus en plus larges. A l’origine seul le monument lui-même était conservé. La possibilité de préserver ses abords est ensuite introduite. Puis, les sites naturels, les architectures régionales ainsi que les villes anciennes (médinas) vont bénéficier d’une protection légale. La législation sur la conservation du patrimoine culturel et naturel est aujourd’hui constituée essentiellement par la loi 22.80. relative, à la conservation des monuments historiques, des inscriptions, des objets d’art et d’antiquité, promulguée par le dahir n°1-80.341 du 17 safar 1401 (25 décembre 1980). Cette loi est suivie de peu du décret n° 2-81.25 du 23 al hijja 1401 (22 octobre 1981). Deux mesures de protection sont prévues : le classement et l’inscription.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:28

Casamémoire : Propositions de l’association

La mise en place d’un plan patrimoine

La dégradation, la disparition du patrimoine architectural et urbain moderne de Casablanca, reconnu et référencé scientifiquement, sont ressenties comme une agression par les Casablancais d’une part (démolitions : Théâtre Municipal, Arènes, cinéma Vox, villas Mokri, Benazeraf, etc., altérations des quartiers et ensembles Gautier, Racine, boulevards d’Anfa, Moulay Youssef, Massira Khadra), et comme un gaspillage de richesses par les visiteurs étrangers d’autre part.


Il est nécessaire de mettre en place, en urgence, une politique de protection efficace et ambitieuse.

La vision du développement futur de la ville ne peut faire l’économie d’un vrai plan patrimoine considéré comme un des grands travaux prioritaires à mettre en œuvre.

Ce plan se divise en quatre volets principaux.

I. TECHNIQUE
Dans l’immédiat et dans l’attente de l’application des lois de protection :


  • indiquer sur les fiches de renseignement délivrées par l’Agence Urbaine les réserves concernant le patrimoine ;
  • instaurer une sorte de moratoire sur les nouvelles autorisations de construire dans le centre ville ;
  • surveiller les autorisations de démolir. La législation actuelle de protection type « monument historique » n’est pas adaptée au patrimoine casablancais : les propositions de classement de bâtiments isolés ne peuvent répondre à la préservation de ceux-ci. Au contraire, le classement est perçu comme une pénalisation par les investisseurs qui, faute d’accompagnement, n’ont pas d’autre alternative que de laisser se dégrader leur propriété jusqu’à disparition.
  • Création de zones protégées : permettant des aménagements plus souples, voire « ZPPAUP » : zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager ( législation française).
  • Montage du dossier d’obtention de classement de la ville au patrimoine mondial du XXe siècle auprès de l’UNESCO. Casablanca, selon les experts internationaux, réunit tous les critères exigés.
  • Mesures fiscales : encourageant et aidant les initiatives d’entretien et de restauration.
  • Dérogations et facilités accordées : transferts de C.O.S.
  • Identification, inventaire, enquêtes.
  • Etablissement de cahiers des charges : assistance à des réhabilitations cohérentes et obligatoires.
  • Etudes du prochain schéma directeur en cours : intégrer comme priorité le thème de la protection du patrimoine, revenir sur le « rapport justificatif » de celui élaboré par le cabinet Pinseau en 1986 qui insiste sur la qualité de l’urbanisme du centre ville : recommandation sans suite ces vingt dernières années.
  • Classer, réorganiser les archives de la ville concernant les dossiers de permis de construire depuis 1915, et les mettre à la disposition des historiens, des chercheurs, des étudiants,… Pour l’étude et l’exécution de ce volet, l’agence urbaine est l’outil existant le mieux adapté. Sa compétence peut être renforcée par des formations spécifiques de son personnel.


II. MISE EN VALEUR
L’application des mesures de protection est inefficace si elle n’est pas accompagnée de la mise en valeur du patrimoine et de son environnement, en premier lieu la requalification de l’espace public.


  • Résolution des problèmes de circulation automobile, source de pollution et d’encombrements.
  • Transports publics : l’option « tramway » qui semble se concrétiser est la plus adaptée.
  • Création de rues piétonnes.
  • Création et entretien d’espaces verts, parcs, squares, arbres d’alignement, protection des jardins privés.
  • Eclairage public : entretien, choix cohérent et vérifié, mise en lumière de bâtiments et d’ensembles.
  • Assainissement, nettoyage, ramassage des ordures.
  • Régulation des enseignes et des espaces publicitaires.
  • Signalisation cohérente et complète.


III. SENSIBILISATION
Généraliser l’initiation au patrimoine de leur ville auprès des écoliers, des étudiants et des habitants :


  • Conférences, expositions, publications, visites guidées et films documentaires.
  • Donner à la ville une image attirante pour le tourisme culturel, déjà existant : ville classée au patrimoine du XXe siècle.
  • Créer des labels encourageant les initiatives privées.


IV. COMMUNICATION
Mener et exposer une politique dynamique auprès des acteurs privés et publics expliquant l’intérêt à long terme de l’investissement dans la réhabilitation et la mise en valeur du patrimoine.


  • PUBLICS : impliquer toutes les institutions, inciter les divers ministères à répertorier, entretenir, faire connaître leur patrimoine immobilier (éducation nationale, transports, armée, santé, etc.).
  • PRIVES : démontrer l’adéquation entre la vision futuriste représentée par le patrimoine du XXe siècle et les projets actuels de développement. Mettre en lumière l’implication des grands groupes internationaux dans l’environnement, la culture et ses retombées à long terme en termes d’image.
  • Donner l’exemple : investir des bâtiments appartenant à la ville en attente d’affectation (église du Sacré Cœur, abattoirs, aquarium, …).
  • Ouvrir au public : journées portes ouvertes, visites guidées.


Tous les volets esquissés d’un tel plan patrimoine sont indissociables les uns des autres. Pour la réussite de ce projet, il est nécessaire d’assurer une parfaite coordination des interventions, et éventuellement de créer un organisme centralisateur des études et des décisions, relayé au niveau communal, piloté par la Municipalité et la Wilaya, dans lequel on devra trouver comme acteurs principaux : l’Agence Urbaine, le ministère de la Culture, le ministère du Tourisme et la société civile représentée par des associations. Son rôle doit être légitimé et effectif. Il doit être considéré comme un des outils principaux participant au développement futur de la ville, sans limites de territoire ou d’activités.

Bibliographie :
Casablanca – Mythes et figures d’une aventure urbaine, J.-L. Cohen et M. Eleb, éd. Hazan, 1998.
Architecture et patrimoine du XXe siècle en France, B. Toulier, éd. Du patrimoine, 1999.



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41234
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   Mer 12 Jan 2011 - 18:30

14-18 Avenue Hassan Seghir 20000 Casablanca
casamemoire@casamemoire.org
Tél. : +212 5 26 51 58 29
Fax : +212 5 22 47 49 99


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION   

Revenir en haut Aller en bas
 
SAUVONS CASABLANCA DE LA DESTRUCTION
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Service d'Enlèvement & Destruction d'Engins Explosifs: SEDEE
» 1944 - Bombardements, Destruction sémaphore, Phares, Digue Sud, Tunnel Jenner, Chaos ...
» Destruction d'explosifs
» Destruction d'Oostende pendant la WWII
» Grève du lait.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: MAROC :: VOYAGE A TRAVERS LES RUES DE CASABLANCA-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com | Air du temps et Société | Peuples et communautés