HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JE SUIS NEE A UNE EPOQUE OU LES JUIFS ETAIENT PRESQUE TOUS PARTIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
soleil du desert



Nombre de messages : 10
Age : 47
Date d'inscription : 23/09/2010

MessageSujet: JE SUIS NEE A UNE EPOQUE OU LES JUIFS ETAIENT PRESQUE TOUS PARTIS   Dim 26 Sep 2010 - 9:03

JE SUIS NEE A UNE EPOQUE OU LES JUIFS ETAIENT PRESQUE TOUS PARTIS.

Nee a une epoque ou les juifs etaient presque tous partis, c'est a travers vos histoires que je peux restituer le puzzle, d'un Maroc avec beaucoup de juifs, et beaucoup de chretiens et pas comme aujourd'hui.
Sans internet, les seules histoires sur les juifs et les chretiens seraient celles de mes 2 grand-meres, et de ma bonne qui etait la bonne d'une famille juive riche en 1967.
Revenir en haut Aller en bas
safran

avatar

Nombre de messages : 17
Age : 67
Date d'inscription : 20/03/2007

MessageSujet: Re: JE SUIS NEE A UNE EPOQUE OU LES JUIFS ETAIENT PRESQUE TOUS PARTIS   Dim 26 Sep 2010 - 9:32

Bonjour Soleil du desert, j'ai eu la chance de vivre, d'etudier et de partager mon casse-croute avec des amis juifs et chretiens au Maroc, cette epoque restera gravee a jamais dans ma memoire, le Maroc etait plus petit au point de vue population, et on dirait qu'on se connaissait tous.
Dommage qu'on a pas des livres d'histoires et de Geographie ou on raconte l'epoque ou les juifs ou les europpeens sont arrives au Maroc, je sais que les juifs sont arrives pour la premiere fois il y a plus de 2500 ans et se sont installes au sud du Maroc.
Revenir en haut Aller en bas
Moris Dadon
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 1780
Age : 71
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: JE SUIS NEE A UNE EPOQUE OU LES JUIFS ETAIENT PRESQUE TOUS PARTIS   Dim 26 Sep 2010 - 10:47

BONJOUR ET BONNE SEMAINE A TLM...

SUITE A VOTRE NOSTALGIE VOICI UN ARTICLE RECENT
A LIRE ET PENSER POSITIF....

Etre juif au Maroc aujourd’hui

Le judaïsme marocain est bien vivant. Les juifs marocains le font revivre dans leur mémoire. Des associations ont été créées: on cite celle des Juifs de Safi, de Casablanca et d'autres villes.

====================================================

ET ENCORE DE QUOI ETRE FIER COMME LE FAIT
NOTRE TRES CHER ENRICO MACIAS:

Enrico Macias a enchanté le public au concert du 26 janvier au Megarama à Casablanca. Pendant deux heures, accompagné de ses sept musiciens, il a chanté ses tubes de toujours et ses derniers succès.

Le triomphe de Macias



Enrico Macias à Casablanca. Une sincérité touchante.



Alger l’a refusé. Casablanca l’a accueilli. Et, elle ne l’a pas regretté. Enrico Macias a enchanté le public marocain venus nombreux l’applaudir le 26 janvier 2005 au Megarama.
En quarante ans de carrière, le plus célèbre des chanteurs «pieds-noirs» s’est produit pour la première fois au Maroc au bonheur de ses fans. Jeunes et moins jeunes ont payé le prix fort pour le voir sur scène. Les places étaient à 900 DH, 600 DH et 300 DH.
La salle est comble. Le spectacle est prévu à 21 heures. Avec trente minutes de retard, Enrico Macias surgit de la pénombre. Avec son élégance et sa sobriété habituels, il chante «les Oranges amères», le tube de son dernier album du même titre réalisé avec son fils Jean-Claude Ghrenassia.
Le ton est donné. La soirée est prometteuse. À soixante-cinq ans, Enrico Macias n’a rien perdu de sa jeunesse. Sa joie de vivre et son enthousiasme sont contagieux. Personne ne résiste à son appel. Les applaudissements fusent et les déclarations d’amour aussi. «Je t’aime Enrico», répétaient des voix féminines. «Que de l’émotion», aurait dit Nikos Aliagas, présentateur de l’émission Star Academy.
La relation qu’entretient Enrico Macias avec son public est particulière. Il le considère comme un confident et il lui parle de ses joies, de ses malheurs, de ses déceptions, de ses regrets et de ses rêves. En somme, il lui raconte sa vie à travers ses titres. «Adieu mon pays» marque son exil de l’Algérie, sa terre natale. «Paris, tu m’as pris dans tes bras», hommage à son pays d’accueil, la France. À son père Sylvain, décédé récemment, à sa femme Suzy, à sa ville natale Constantine, aux filles de son pays, Enrico Macias dédie des chansons. Sa sincérité est touchante.
Nostalgique, il chante aussi l’Andalousie. Cette terre qu’il chérit tant et regrette parce qu’elle a vu juifs, chrétiens et musulmans vivre en paix. Mais, ce soir-là, au Megrarma, il la retrouve.
Juif, chrétien, musulman répétaient en chœur ses chansons. Déterminé à remonter la machine du temps et en hommage au maître de ses débuts et son beau-père, cheick Raymond, il chante quelques titres de maalouf, musique arabo-andalouse spécifique à Constantine. Un moment d’euphorie. Le public ne résiste pas et se lève comme un seul homme. Les youyous retentissent et les femmes se déhanchent aux rythmes de la célèbre chanson «Ya rayeh win m’ssafer» ou encore « sidi hbibi fine houa».
En artiste généreux, Enrico Macias a beaucoup donné sur scène. Pendant deux heures, accompagné de ses sept musiciens, il a chanté ses tubes de toujours et ses derniers succès.
Rappelé sur scène par le public, il est revenu pour lancer un appel à la paix et l’amour en chantant sans instrument le refrain de «Enfants de tous pays».
Quand les lumières se sont rallumées, sur les visages de l’auditoire, on lisait le regret de voir une si belle soirée prendre fin et la joie d’avoir partagé un moment inoubliable.
Enrico Macias a fait voyager son public dans un autre monde où Amour et Paix font la loi.




S.M le Roi Mohammed VI recevant les juifs marocains des États-Unis.



À l’occasion de la commémoration de la Shoah, Michel Serfati, rabbin de Ris Orangis, dans la région parisienne, a déclaré que “le monde musulman ne peut en aucune manière être associé à la responsabilité de la Shoah, même si certains responsables musulmans de l'époque ont applaudi l'extermination”. Il a ajouté que “le roi Mohammed V du Maroc s'était opposé à l'enregistrement des juifs qu'exigeait le gouvernement de Vichy”.
Le 26 janvier 2005, Serge Berdugo, secrétaire général du conseil des communautés israélites du Maroc évoquait devant l’agence Associated press “l’éternelle reconnaissance” des juifs envers le sultan Mohammed V, qui avait protégé la communauté juive marocaine des vexations du régime de Vichy, pendant la Seconde Guerre mondiale. “Il n'y a pas de juifs au Maroc, il y a seulement des sujets marocains”, avait répondu le roi au représentant de Vichy, lui demandant de “prévoir 150 étoiles jaunes supplémentaires pour les membres de la famille royale”. Mohammed V avait par ailleurs “invité tous les rabbins du Maroc à la fête du trône en 1941”, rappelle Serge Berdugo.
Simon Lévy, militant communiste de la première heure et dirigeant dynamique de la Communauté juive de Casablanca, confirme: “Mohammed V, jouissait d'une grande autorité morale, il a laissé un souvenir impérissable chez les juifs marocains”.
Voilà pourquoi le Maroc ne disparaîtra jamais de la mémoire des juifs jusqu’à la énième génération. Un concert de musique «andaloussia» avait frappé les esprits dans une réunion de 40 000 juifs marocains à Eilath, en Israël, en 2000.
Ce ne fut pas toujours idyllique, pour les juifs marocains, mais les faits sont là, le judaïsme marocain a survécu à toutes les vicissitudes. Et il a connu la tranquillité durant de nombreux siècles, du temps où il était de culture amazighe et rurale. La fusion partielle avec l’arrivée d’une élite citadine chassée d’Espagne en même temps que les musulmans créera l’identité juive marocaine arabo-berbère.
Le milieu du XX° siècle a été rude pour la coexistence millénaire entre juifs et musulmans, mais c’est en Europe que la population mondiale juive a failli disparaître. Les Palestiniens n’y étaient pour rien. Nous avons à commémorer le souvenir des juifs engloutis par les nazis, pour que de nouveaux génocides ne se perpètrent pas. L’Europe a majoritairement demandé pardon, elle devait le faire.
Les juifs marocains sont moins de 3000, aujourd’hui, et c’est à Bruxelles que les arts juifs marocains sont à l’honneur depuis le début du mois de février. Dans la capitale européenne, un patrimoine culturel et historique multimillénaire est mis en valeur. Et pour les Bruxellois, la découverte de cette culture insoupçonnée a constitué un choc. Parce que derrière cette culture se profile le peuple qui l’a inventée, un peuple autochtone du Maroc, qui professe une foi autre que celle qui est la plus connue dans ce pays. Et c’est avec ce peuple que les Belges vont aller à la découverte d’un Maroc inconnu. La tolérance et la paix entre populations juives et musulmanes y toujours existé, il suffit de gratter le vernis pour qu’elle réapparaisse. Le discours des représentants de la communauté juive marocaine est aussi une exclusivité, ils militent activement contre les méthodes israéliennes et sont devenus de véritables voyageurs de la paix. Et c’est leur expérience qui parle. À Casablanca. La ville d’affaires la plus “occidentale” du Maroc. Le centre ville est industrieux, et populaire à la fois, c’est ici que vivent les derniers juifs de Casablanca. Enfin les plus modestes. La synagogue a été plastiquée, mais les vieux juifs, tout en noir, arpentent toujours les rues du centre ville. Ce sont les grands-parents de Gad El Maleh mais aussi ceux d’Enrico Macias, juif algérien, qui vient de quitter le Maroc après un concert explosif, joyeux et nostalgique, en français et en arabe. Le judaïsme peut vivre en terre d’Islam. Il peut même prospérer et connaître une renaissance, des exemples de vie partagée existent en Israël même.
Avec ses quatre mille ans d’histoire, la culture juive marocaine est la plus vivace en dehors d’Israël, l’une des plus authentiques, et surtout, elle est encore vivante, même ultra-réduite au Maroc, contrairement aux communautés juives du reste du monde arabe. Il y a un peu moins de 3000 juifs au Maroc. Ils étaient 300.000 personnes en 1948. Est-ce pour autant à une culture sinistrée que nous avons affaire? Certainement non, car le judaïsme marocain a conquis les capitales qui comptent. La culture marocaine se promène allègrement à Montréal, à Rio, à Tel Aviv et New York.
Le judaïsme marocain est bien vivant. Les juifs marocains le font revivre dans leur mémoire. Des associations ont été créées: on cite celle des Juifs de Safi, de Casablanca et d'autres villes.
Mais le cordon ombilical n’est jamais coupé. De plus en plus, la tolérance générale, encore sensible dans le pays, malgré les funestes événements du 16 mai 2003, a permis à tous les juifs marocains de venir en pèlerinage sacré, pour se rendre auprès du marabout Rebbi Amram Ben Diwan ou Rebbi Haïm Pinto. La Chaouïa et toute la façade atlantique du Maroc comptent des saints juifs. Il y a même des saints revendiqués, honorés et partagés par les deux communautés.
Mais il y a des pèlerinages plus profanes, dans toutes les petites villes de l’Atlas. On rencontre, principalement au printemps, des touristes bardés d’appareils photos, qui passeraient facilement pour des Américains si l’on ne distinguait pas, au milieu des murmures, des phrases en arabe populaire venu tout droit de Benahmed. Parce que les communautés juives campagnardes étaient célèbres aussi.
C’est dans cette histoire « globalement» tranquille qu’ont éclaté les attentats de Casablanca le 16 mai 2003. Quelque chose a irrémédiablement changé dans l’esprit des Marocains, musulmans et juifs confondus, rien ne sera plus comme avant, car la crise a besoin de temps pour être dépassée. Après une période de vigilance de la police, les Casablancais sont plus rassurés. Mais ils ne dormiront plus jamais sur leur deux oreilles, tant que la bête n’est pas éradiquée. Les juifs du Maroc ont le Maroc au cœur, ils l’ont prouvé quand il avait besoin d’un lobby politique fidèle à la mémoire de ses ancêtres.
Mais nous avons toujours la nostalgie de l’âge d’or andalous, et nous espérons secrètement que les juifs marocains reviendront un jour s’installer dans leur pays.


DRAPEAU amitie salamalikoum
Revenir en haut Aller en bas
Michelle Anidjar
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 2519
Age : 61
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: JE SUIS NEE A UNE EPOQUE OU LES JUIFS ETAIENT PRESQUE TOUS PARTIS   Dim 3 Oct 2010 - 15:10

soleil du desert, tu as aujourd'hui la chance de trouver des centaines de livres qui parlent des juifs du Maroc a toutes les epoques, ainsi que les travaux de plusieurs photographes ayant séjourné au Maroc, par exemple Marcelin Flandrin.
Revenir en haut Aller en bas
http://cuisinemichelle.exprimetoi.net/index.forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JE SUIS NEE A UNE EPOQUE OU LES JUIFS ETAIENT PRESQUE TOUS PARTIS   

Revenir en haut Aller en bas
 
JE SUIS NEE A UNE EPOQUE OU LES JUIFS ETAIENT PRESQUE TOUS PARTIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» voilà, j'suis là aussi
» doumeni : Je suis nouvelle...
» Bonjour je suis nouvelle
» Ma collec (finalement je suis raisonnable lol)
» Bonjour je suis une addicte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: GENEALOGIE, A LA RECHERCHE DE NOS ORIGINES :: VIE JUIVE AU MAROC-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit