HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LES ANCIENS DE FEZ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: LES ANCIENS DE FEZ   Mer 19 Juil 2006 - 15:22

Musée dar batha :
Ce palais hispano-mauresque de la fin du XIXe siècle abrite d'admirables collections d'art traditionnel de Fès.
Bois sculptés, zelliges, fers forgés ou plâtres sculptés, les matériaux décoratifs appartiennent au domaine de l'art. Broderies, tapis, bijoux et monnaies rivalisent d'intérêt.
Mais le clou du musée se trouve dans la salle des poteries. Les plus belles céramiques marocaines sont dues à l'art fassi. Spécialisés dans cette technique depuis le Xe siècle, ses artisans ont inventé le célèbre " bleu de Fès " obtenu à partir du cobalt. Sur fond d'émail blanc ou réhaussé de couleurs, les motifs floraux stylisés y dessinent des entrelacs aussi savants qu'harmonieux.
A voir absolument : les astrolabes, ces instruments d'astronomie perfectionnés par les savants arabes, aussi mystérieux que des fétiches et aussi beaux que des bijoux .

Musée du borj nord :


Cet ancien fort du XVIe siècle situé près des remparts demeure fidèle à sa tradition militaire puisqu'il a été transformé en Musée des Armes

Constituées principalement de dons royaux, les collections comptent des pièces rarissimes. Les amateurs d'armes apprécieront l'évolution des techniques, les amateurs d'art la splendeur des objets. Vivez l'épopée des armes : toutes figurent ici, depuis la hache préhistorique jusqu'au fusil moderne.
Et toutes les civilisations sont représentées : indienne, européenne ou asiatique. La palme revient au Maroc : poignards incrustés de pierreries ou fusils à crosse damasquinée.
Pièce maîtresse, déjà par sa taille et son poids, un canon de 5 mètres de long et de12 tonnes, utilisé pendant la bataille des Trois Rois.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Dim 13 Aoû 2006 - 10:04

Perle du monde arabe, Fès est la capitale spirituelle, intellectuelle et culturelle du Maroc

Doyenne des villes impériales, Fès fut fondée en 789 après JC par Idriss Ier, un descendant du prophète. Son fils, le sultan Idriss II, décide en 809 d'y établir le siège de la dynastie. Dès 818, le sultan accueille dans sa cité 8 000 familles de musulmans andalous
Dès lors, malgré les guerres dynastiques et les périodes où elle ne fut pas la capitale officielle du pays, la cité impériale n'a jamais cessé de s'agrandir et d'e
De nos jours, Fès est sans doute la ville la plus authentique d'Afrique du Nord Le rayonnement intellectuel de son université coranique, sa célèbre mosquée Karaouiyne, ses trésors de l'art arabo- andalou, sa médina médiévale de Fès el-Bali et ses artisans de grand talent en font la gardienne des traditions de l'islam.

Trouver les monuments n'est pas chose facile. Essayez d'entrer par la Bab Oujloud, jolie porte bleue et verte. La Médersa Bou Inania peut se visiter et plus loin, la Mosquée Karaouine est le cœur de la Médina. Avant la construction de la Mosquée Hassan II, cette mosquée était la plus grande du Maroc. Entre temps, vous serez probablement passé sur la jolie place En Nejjarine et devant la Zaouïa de Moulay Idriss, lieu saint où repose le fondateur de la ville, le Moulay Idriss II.


La fontaine de la place En Nejjarine est la plus belle de Fès avec son décor de zelliges et son auvent de bois de cèdre.

La Médersa El Attarine est aussi une jolie représentation de l'architecture hispano-mauresque mais elle est moins bien entretenue que la Médersa Ben Youssef que nous avons vue à Marrakech.
Le quartier des Andalous peut aussi faire partie de la visite mais il est moins intéressant que le quartier des Kairouanais et allonge encore le parcours qui est déjà important .
Les souks sont sûrement le grand intérêt de Fès. La visite du quartier des Tanneurs est le plus impressionnant. Les Tanneurs se trouvent pieds nus dans des cuves de teinture le plus souvent naturelles. Les peaux ont été au préalable débarrassées de leurs poils dans des bains de chaux pendant des semaines. Le formidable spectacle de ce travail peut être aperçu au sommet des commerces des tanneurs. Acceptez les feuilles de menthe à l'entrée proposées par le commerçant, afin de supporter les odeurs nauséabondes que vous affronterez au-dessus des cuves ! Attention en achetant des babouches, un sac ou un pouf en cuir, sachez que le cuir fassien ne perd pas facilement son odeur... Souk des teinturiers, du henné, des bijoux, de la forge, de la menuiserie, tout est fabriqué dans cette ville. Entrez pour le plaisir des yeux et marchandez si l'envie vous prend d'emmener quelques souvenirs !


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Dim 13 Aoû 2006 - 10:04

Fès est une ville-musée incontournable. Grouillante et colorée, elle propose d'étonnants décors, comme la médina de Fès el-Bali, l'une des plus grandes cités de type médiéval du monde.
La ville de Fès se divise en trois parties: Fès el-Jedid (la demi-vieille) et Fès el-Bali (la vieille) qui forment la médina, et Fès la jeune (ville nouvelle) construite par les français au temps Fès est une ville-musée incontournable. Grouillante et colorée, elle propose d'étonnants décors, comme la médina de Fès el-Bali, l'une des plus grandes cités de type médiéval du monde. La ville de Fès se divise en trois parties: Fès el-Jedid (la demi-vieille) et Fès el-Bali (la vieille) qui forment la médina, et Fès la jeune (ville nouvelle) construite par les français au temps


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Dim 13 Aoû 2006 - 10:05

Les tresors bleus du Dar-Batha :

Près de l'admirable médersa Bou Inania, le musée du Dar-Catha regorge de trésors. Admirez la collection des céramiques, les plus belles du Maroc sont dues à la technique et à l'art fassis. Le célèbre "bleu de Fès" sert généralement de fond au décor, où s'enchevêtrent des motifs géométriques ou stylisés variés à l'infini.

Les temps des cerises :

A la ville de Sefrou, au mois de juin, les habitants fêtent le retour des cerises. Une procession se rend au tombeau du prophète Daniel. Une savoureuse occasion de découvrir le folklore vivant du Moyen-Atlas : Joyeux tumulte de la fantasia suivi par des chants et des danses paysannes.
L'eau de moulay Yacoub :

Ici, il est recommandé de se mettre dans le bain! Les eaux chaudes et bienfaisantes de Moulay Yacoub soulagent rhumatismes, affections du nez et de la gorge, maladies de la peau et problèmes gynécologiques. Soyez parmi les premiers à profiter de la douillette, luxueuse, ultramoderne et toute récente station thermale de Moulay Yacoub et de ses équipes médicales réputées.



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Dim 13 Aoû 2006 - 10:07

Fès el-Jedid :

Edifiée au XIIIème siècle par les Mérinides, Fès el-Jedid est une cité administrative et royale où le Roi aime à se rendre pour marquer la solennité d'un évènement ou l'importance d'une décision

Le "Dar el-Makhzen
On accède au Palais Royal par la place des Alaouites. Un portail monumental, restauré à neuf, marque l'entrée officielle de ce domaine comprenant plusieurs palais
aux décorations d'une grande finesse d'exécution, des places d'armes, une ménagerie, une koubba, une mosquée, une médersa et les jardins clos de Lalla Mina.

Bab es-Seba
A l'extrémité nord de la Grande Rue se trouve Bab es-Seba ou "porte des Sept", ainsi appelée en l'honneur des sept frères de Moulay Abdallah qui se sont succédés sur le trône au XVIIIème siècle. C'est à cet emplacement, en 1443, que le cadavre de l'infant Ferdinand du Portugal fut pendu nu pendant quatre jours. Son cercueil y resta exposé durant vingt neuf ans.

Le Mellah
Au centre et à droite de la place des Alaouites, la Grande Rue des Mérinides traverse le mellah de Fès considéré comme le plus ancien quartier juif du Maroc On peut encore y admirer les très beaux balcons en bois ouvragés et les fenêtres ornées de ferronnerie de certaines demeures

La Makina
A l'ouest du Vieux Méchouar, la Makina abrite une manufacture de tapis marocains traditionnels ouverte au public

Les Jardins de Boujeloud
Ce jardin aux arbres de belles essences longe l'ancienne Rue des Français. A quelques pas de là, sur la place de l'Istiqlal, le Dar el-Batha, un ancien palais de style hispano-mauresque abrite le Musée des Arts Marocains où l'on découvrira de merveilleuses productions des arts traditionnels

Le Vieux Méchouar
Bab es-Seba s'ouvre sur le Vieux Méchouar, une ancienne place d'armes où paradaient jadis les troupes royales. Les habitants de Fès el-Jedid s'y retrouvent le soir autour de conteurs, de bateleurs et de charmeurs de serpents


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Dim 13 Aoû 2006 - 10:09

Fès el-Bali:
Bâtie sous Idriss II en 809, Fès el-Bali renferme quelques-uns des plus beaux édifices du Maroc. Cependant, devant l'ampleur des dégâts occasionnés
par la surpopulation, l'UNESCO a décidé en 1976 de classer la médina au patrimoine mondial et d'entamer un programme de sauvetage.

Bab Bou Jeloud
Située à l'ouest de Dar el-Batha, cette porte d'enceinte s'ouvre sur Fès el-Bali. Construite au XIIe siècle, puis restaurée vers 1913, elle est en émail bleu (couleur de Fès) à l'extérieur et vert (couleur de l'Islam) sur la face intérieure

Le Grand Talâa
La "Grande Montée" est un des deux axes principaux de la médina. Il est conseillé de ne pas trop s'en éloigner car il est aisé de se perdre dans le gigantesque dédale de ces ruelles !

La place en-Nejjarine
La place doit son nom au souk des Menuisiers situé dans une ruelle en contrebas. Sa fontaine, avec son revêtement en mosaïque de faïence émaillée, est splendide et peu commune. Au fond de la place, le "fondouk" (maison des hôtes), récemment transformé en mosquée, s'ouvre sur une façade à la décoration d'une extrême richesse. Il date vraisemblablement du XVIIIème et a été entièrement restauré grâce à l'UNESCO

La médersa Bou Inania
Edifiée entre 1350 et 1357 par le sultan Abou Inan, cette médersa fut la dernière construite par les Mérinides. Vaste, elle offre au regard de multiples témoignages de l'architecture mérinide (décor en bronze, marbre et onyx, boiseries de cèdre, fenêtres surmontées de stalactites...). Cette médersa est actuellement le seul bâtiment religieux du Maroc ouvert aux non-musulmans

La zaouïa de Moulay Idriss II
Premier lieu saint de Fès. Son accès est interdit aux non-musulmans. Mais en faisant le tour par la gauche depuis la porte des femmes, on peut apercevoir par l'une des ouvertures la cour de la mosquée, puis la salle abritant le tombeau du saint patron et fondateur de la ville, Idriss II

La Mosquée Karaouiyne
Fondée en 857 dans le quartier des réfugiés kairouanais, puis agrandie au XIIème par le souverain almoravide Ali Ben Youssef, la mosquée Karaouine accueillait jadis jusqu'à vingt mille fidèles. Elle devint, de ce fait, l'une des plus grandes mosquées du Maghreb Université de renom, elle est aussi le plus ancien centre d'enseignement religieux. De la porte d'entrée, les touristes non-musulmans peuvent apercevoir la grande cour intérieure et ses deux kiosques à colonnes de marbre rappelant ceux de la cour des Lions du palais de l'Alhambra à Grenade

Les souks
Véritables cavernes d'Ali Baba, paradis des marchands, peut-être y trouverez-vous des trésors cachés...
La médersa el Atarin

Cette médersa de petite taille est considérée comme l'une des plus belles de Fès. Construite en 1325 par le sultan Abou Saïd, elle renferme des trésors de l'art mérinide.
Le toit de la médersa offre un intéressant point de vue sur la cour intérieure de la mosquée Karaouiyne voisine, et permet d'observer la vie sur les terrasses de la ville

La mosquée du quartier des Andalous
On accède à ce quartier par les tanneries de Chouara ou par Bab Ftouh.
Fondée au IXe s., la mosquée des Andalous fut, à l'origine, un simple oratoire. Elle est célèbre pour sa grande porte nord, ornée de zelliges et d'un auvent de bois sculpté.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Dim 13 Aoû 2006 - 10:10

SOUVENIRS ET MAGASINS:

Médina (Fès el-Jedid)
Grande Ruedes Mérinides Mellah : Orfèvrerie

Médina (Fès el-Bali)
Grand Talâa
Artisanat local : plateaux en bronze, poufs, vêtements de cuir...
Souk Aïn Allou
Objets en cuir brodé, estampé ou doré,fabricants de babouche
Souk el Attarîn
Marché des épices
Souk du Henné
Vente de divers colorants naturels (khôl, ghassoul)
Souk en Nejjarîn
Quartier des ébénistes Ateliers de menuiserie (tables, petits meubles bas...)

Nouvelle ville :
Centre Artisanal Av. Allal-ben-Abdallah
Artisanat local (prix fixes)
Berradal 40, bd. Mohammed V
Argenterie de luxe. Fournisseur attitré des rois Hassan II et Fahd d'Arabie Saoudite.

Sortie de Fès

Quartier des potiers Route de Taza
Grand choix de poteries bleu et blanches (spécialité de Fès)


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 12 Sep 2006 - 16:47

Fès ou Fez ([fās], en arabe, Fes en anglais) est la troisième grande ville du Maroc, après Casablanca et Rabat, avec une population de 940 000 habitants (les Fassis). C'est l'une des quatre « villes impériales » (avec Marrakech, Meknès et Rabat). Elle est souvent considérée comme le centre spirituel du Maroc.

La vieille ville, un exemple modèle d'une ville orientale, est placée sous la protection de l'UNESCO. Le bleu profond de ses céramiques est un des symboles caractéristiques de Fès.

Selon une légende, le nom de la ville viendrait de la découverte d'une pioche (arabe : فاس [fās], pioche) à l'emplacement des premières fondations.

Histoire
Fondation
La ville « Medinat Fas » a été fondée par Idrîs Ier en 789 à la place de l'actuel quartier des Andalous. En 809, Idris II fonde « al-Aliya » sur l'autre rive de l'oued de Fès. Al Aliya se développe très vite et devient une véritable ville avec mosquée, palais et kisariya (halle, marché).

Les sources d'eau vitales aux alentours de Fès, qui avant même sa fondation étaient connues et louées en chanson, ont sans aucun doute été un critère important lors du choix de l'emplacement pour la future métropole.

Les évolutions suivantes sont dues à deux vagues successives d'émigration : à partir de 817-818 s'installent dans la ville fondée par Idrîs Ier près de 800 familles andalouses expulsées par les Omeyyades de la ville espagnole de Cordoue. Peu de temps après environ 2000 familles bannies de Kairouan s'installent sur l'autre berge. La mosquée universitaire « al-Qarawiyine » fondée au IXe siècle devient l'un des centres spirituels et culturels les plus importants de l'Islam. Son influence se fait ressentir jusque dans les écoles de l'Espagne islamique et au-delà vers l'Europe.

Les nouveaux arrivants apportent avec eux aussi bien un savoir-faire technique et artisanal qu'une longue expérience de la vie citadine. Sous leur impulsion, Fès devient un centre culturel important et après la fondation de la mosquée universitaire Qairawin le cœur religieux du Maroc.

Fès se trouve à un emplacement particulièrement avantageux, au croisement de routes commerciales importantes, au cœur d'une région naturellement généreuse avec des matières premières précieuses pour l'artisanat (pierre, bois, argile). Ceci lui permet de se développer très rapidement. Fès se trouve notamment sur la route des caravanes allant de la Méditerranée à l'Afrique noire en passant par la grande ville commerciale Sidjilmassa (disparue au XVIIe siècle) dans la région de Tafilalt (ce qui correpond de nos jours à la région de Rissani/Erfoud).


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 12 Sep 2006 - 16:48

Moyen Âge
Les deux parties de la ville s'unissent au Moyen Âge, détruisant le mur qui les séparait. Fès perd son rôle de capitale avec la fondation almohade de Marrakech au XIe siècle mais le reprend en 1250 grâce à la dynastie mérinide. Sous leur règne, la nouvelle ville El Medinet El-Beida (la ville blanche) est fondée en 1276, elle est équipée de remparts, de palais et de jardins. Elle est rapidement connue sous le nom de Fès Djedid (la nouvelles Fès) en opposition à Fès el Bali (la vieille ville). La population juive qui se trouvait aux alentours du palais est forcée de partir et le mellah (ghetto dans lequel vivaient les Juifs sous la protection du sultan) se forme dans l'ancien quartier de la garnison des archers syriens. Au début du XIVe siècle (apogée de l'art hispano-mauresque), la ville connaît une forte croissance. L'université de Fès est alors connue mondialement. Grâce aux caravanes allant jusqu'au port de Badis dans le Rif, Fès est en permanence liée à l'Espagne islamique et à l'Europe. En 1471, la ville tombe aux mains de la dynastie Beni Wattas.

XVI-XVIIIe siècles
En 1522, Fès souffre d'un tremblement de terre qui détruit la ville en partie. Dans les années qui suivent, de nombreux bâtiments sont reconstruits, restaurés ou remplacés par des nouveaux. La dynastie des Saadi prend la ville en 1554 mais choisit Marrakech comme capitale. À la fin du XVIIe siècle, avec les débuts de la dynastie alaouite, Moulay Ismail choisit Meknès comme nouvelle capitale. Il installe à Fès une partie du clan des Udaia qui l'avaient aidé à gagner le pouvoir. Après sa mort (1727), les Udaia se révoltent, ils ne seront chassés de la ville qu'en 1833 par Abd er Rahman. Moulay Abdallah, le successeur de Moulay Ismail, fait de Fès son lieu de résidence et fait rénover ou nouvellement construire mosquées, écoles (madrasas), ponts et rues, les rues de Fès Djedid sont pavées.

XIXe siècle
Au XIXe siècle, les deux anciennes parties de la ville sont reliées à de nouvelles constructions comme le palais Boujloud. Jusqu'au début du protectorat en 1912, Fès est la capitale du Maroc.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 12 Sep 2006 - 16:49

Le protectorat français et l'indépendance
Rabat est déclarée officiellement capitale du Maroc, Fès reste cependant un lieu de résidence royal important et un centre culturel, artisanal et commercial. Sous la direction de Lyautey et d'après les plans de l'architecte Henri Prost, une nouvelle ville se développe dans les environs de Dar Debibagh au sud de Fès Djedid. Si elle fut dans un premier temps le quartier résidentiel des européens, la « ville nouvelle » a continué à se développer comme ville arabe moderne avec de nouveaux quartiers de villas. Les autorités, institutions et entreprises de services s'y sont installées.

Aujourd'hui
La ville compte actuellement environ 1 400000 habitants. Aujourd’hui la ville de fes compte deux parties : Fès médine considérée comme patrimoine mondial de l'UNESCO Et Fès ville nouvelle (Dar Dbibegh) qui reflète la modernisation et le développement économique du pays. Ainsi, c'est dans cette partie de Fès que se rencontrent modernité (centres commerciaux, buildings, hôtels 5 étoiles...) et culture. Ces dernières décennies, le tourisme n'a cessé de se développer (1 million de visiteur par an) et est devenu un important facteur économique. Ceci est devenu d'autant plus important grâce à des manifestations culurelles telle que celle au courant de juin de chaque année<< le Festival des musiques sacrées du monde>>.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Benizri



Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 3 Oct 2006 - 18:39

Aux natifs de Fes, manifestez vous!!!

Nous trouvons ici des originaires de presque toutes les villes du Maroc, il est grand temps que les Fassis evoquent leurs souvenirs de cette merveilleuse ville.
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 3 Oct 2006 - 19:09

Mon cher Benizri bienvenu, je suis tres emue de te lire, je te promet des photos de Fez, lis tous les forums et toutes rubriques, et si tu as des histoires de Fez je me ferais un plaisir de les lire, mille bisous Soly


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 3 Oct 2006 - 19:29



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 3 Oct 2006 - 19:30



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Benizri



Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 3 Oct 2006 - 20:46

Tu vois chere Soly, avec un peu de volonte, j'ai reussi a m'integrer.

Fes est ma ville natale et celle de mes ancetres. J'aurai beaucoup a rapporter de cette ville. Pour cela, il faudrait que quelq'un "me chatouille".

Voici en ton honneur et a titre de reconnaissance, un chant (Qsida) sur Lala Solika Hatchouil de Tanger tuee a la suite de son refus de se convertir a l'Islam et enteree a Fes.
Le chant est ecrit en arabe dialectal marocain.
Nous allons mettre en epreuve les "connaisseurs" de la langue.
Je prie ceux qui peuvent traduire de le faire.
J'apporte ici la premiere partie.


לאלא סוליקא חתוויל הצדיקה
די עטאת רוחהא עלא קדוש השם

אביאד לי חדר פי מות סבייא אלי סכאת בעמררהא
עלא רבבנא למוזוד
כאנת מעא ומהא פדדאר מרבייא
ודיאר מכלטין מסלמין וויהוד

ראאווהא למסלמין סבייא נקיא
גאלו האדי כסארא תבקא ענד ליהוד


La suite viendra....

[right]
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 3 Oct 2006 - 21:01

super Benizri, moi je connaissais 2 chansons de Sol a Tsadikka en judeo-espagnol, en judeo-arabe, c'est la premiere fois, que j'entends, j'attends la suite merci beaucoup............................


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Benizri



Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mer 4 Oct 2006 - 23:00

Chere Soly,

Ce chant lyrique est ecrit en un arabe dialectal assez difficile. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai presente la premiere partie seulement.
Je voulais me rassurer que les adherents de ce site y partcipent a la traduction. Cela me permettrait de considerer leur interet a la lecture d'autres "Ksidott".
Je reponds ici a ta question au sujet de mes etudes.
Toutes mes etudes ont ete faites a Fes, puisque je n'ai pas reussi a acceder a l'ecole normale hebraique de Casa.
Et a propos Casablanca: Sais-tu que cette ville s'appellait autrefois Anfa?
Je te souhaite de tres bonnes fetes.

Note importante: J'ai quelques problemes avec mon ordinateur.
Il devient fou parfois. Donc ne t'etonnes pas si je disparais pour un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 10:24

Ala demande de mon cher ami Benizri cette semaine sera dediee a sa ville natale Fez et si D. veut chaque semaine sera dediee a une ville car je recois plusieurs messages de Marocains me disant que le Maroc ce n'est pas que Casa, alors pour vous les fassi ccette semaine sera la votre BSAHTKOUM
coeur DRAPEAU coeur


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 10:43

BONJOUR LES FASSIS RACONTEZ NOUS UNE HISTOIRE, DONNEZ NOUS UNE RECETTE


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 10:43



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 10:44



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 10:45



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 10:45



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 10:46



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 10:47



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 10:56



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 10:59



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:01



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:02



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:03



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:04



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:04



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:05



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:10

Fès, cité millénaire, est la première ville orientale au Maroc.Idris Ier, immigré d'Orient, fonda en 172H/789 J.-C., sur la rive droite de l'oued Fas


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:16

Fès ou Fez (فـاس [fās], en arabe, פאס en hébreu, Fes en anglais) est la quatrième plus grande ville du Maroc, après Casablanca, Rabat et Marrakech avec une population de 1,4 millions d'habitants. C'est l'une des quatre « villes impériales » (avec Marrakech, Meknès et Rabat). La vieille ville, un exemple modèle d'une ville orientale, est placée sous la protection de l'UNESCO. Le bleu profond de ses céramiques est un des symboles caractéristiques de Fès. Elle possède la plus grande médina (vieille ville) du monde. Son rayonnement international passé en fait l'une des capitales de la civilisation arabo-musulmane aux côtés de Damas, Bagdad, Cordoue, Grenade, Al Qods...

Selon une légende, le nom de la ville viendrait de la découverte d'une pioche (arabe : فاس [fās], pioche) à l'emplacement des premières fondations.

Fès ne se livre pas facilement. Pour y accéder, il faut rentrer par la grande porte, à la fois visible et voilée, du sacré. Car Fès est un sanctuaire. C'est ainsi d'ailleurs que les Soufis, ces initiés de l'Islam, l'ont toujours appelée: la Zaouïa. Le voyageur qui venait de loin savait qu'en arrivant aux portes de la ville, c'est à son fondateur et à son saint patron lui-même qu'il demandait l'hospitalité. Pour lui, Fès est la ville de Moulay Idriss.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:19

Fès, qui fut pendant plusieurs siècles une capitale politique et intellectuelle du Maroc, était devenue un centre de rencontres et d'échanges. On rapporte que Sylvestre II (Gerbert d'Aurillac), Pape de 999 à 1003, y séjourna dans sa jeunesse pour y faire des études à la suite desquelles il introduisit les chiffres arabes en Europe. Maïmonide, médecin et philosophe juif, y vécut également quelques années durant lesquelles il enseigna à la Qaraouine. L'œuvre de ce philosophe est une merveilleuse illustration de cette symbiose de la culture judéo-islamique qui avait prévalu en Andalousie, et trouvé un écho similaire à Fès.


Les grandes familles de Fès, même installées aujourd'hui à Casablanca, sont considérées comme étant les authentiques fassis, ses anciennes familles ont une histoire particulière, qui les détâchent des autres habitants de Fès d'aujourd'hui, que l'exode rural a récemment amené dans la ville. Les nobles de l'Islam et du monde arabe sont un mélange de différentes origines : les Chorfas (descendants du Prophète), les beldyin (descendants des juifs convertis à l'islam sous la dynatie almohade) et les andalous (notamment ceux chassés d'Espagne par la Reconquista). Ce mélange a donné naissance à des familles à la notoriété nationale si ce n'est internationale, pour ses riches commerçants, ses savants, ses artistes et ses Chorfas. La plupart sinon la quasi-totalité des grandes familles de Fès ont depuis plusieurs décennies émigré vers d'autres villes du Maroc, Casablanca principalement. Mais que ce soit à Casablanca ou ailleurs, les familles fassis sont héritières d'une civilisation et conservent une culture et un art de vivre commun spécifique qui les différencient des autres marocains. Parmi les familles fassis on cite les Lahlou, Kandri, Benjelloun, Benchekroun, Skalli, Lamrani, Chraibi, Oudghiri, Tazi, Slawi, Toledano, Benchetrit, Abitbol, Bensimon, Peres, Bennani, Berrada ...


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:22

A la fin du mois du mai et début juin de chaque année, Fès vit à l'heure du festival des musiques sacrées du monde, un festival dont le rayonnement a dépassé les frontières du Maroc. Durant toute une semaine, un bouquet de champs et de musiques spirituelles est proposé ; des films, conférences et expositions s'ajoutent au programme culturel co-organisé par l'association Fès Saïs et Fès M.S.M.

En dehors des spectacles officiels au Musée de Batha, à Bab Maquina, ou au site romain de Volubilis, c'est toute la ville impériale qui devient spectacle : son et lumière, artisanat et gastronomie, ajouteront leur animation à celle déjà légendaire de la cité Idrisside.
Le Festival des Musiques Sacrées du Monde se veut être porteur de l'esprit de Fès. L'effet en retour sur la ville de Fès est considérable à la fois en terme d'image et en impact de tourisme culturel et donc économique. La ville historique, théâtre de ce festival, est valorisée d'une façon exceptionnelle. Au delà de Fès, c'est une image positive qui est donnée, à travers cet événement, du génie de notre pays capable, grâce à ses richesses et traditions culturelles millénaires, de s'insérer dans un enjeu culturel mondial de grande envergure qu'il gère d'une façon particulièrement éloquente. Ce sont toutes ces traditions qui se trouvent valorisées et qui peuvent aussi devenir un point d'attrait, de plus en plus fort, pour un public international.

Fès a été longtemps la capitale culturelle et spirituelle du Maroc avec l'une des premières universités au monde (les Quaraouines). Aujourd'hui la médina est le principal pôle d'attraction. Les centres de cultures contemporaines y manquent cruellement. Toutefois, quelques centres culturels et galeries voient le jour : le Centre culturel municipal Agdal (près de la place Florence) compte une salle de spectacles et une galerie d'expositions, la Galerie Mohammed Kacimi.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:27

LES NOMS DES FAMILLES JUIVES ET MUSULMANES FASSIES
sachez que le 50% des musulmans Fassis sont d'origine juive




  • Les Lahlou : Famille d'origine andalouse, plus précisement de la ville de Cordoba.
  • Les Tazi :
  • Les Berrada : D'origine andalouse. Grande Famille commercante de l'ancienne medina de Fès.
  • Les Benchekroun. D’origine juive (Chakroun),(Chocron) ils se sont convertis à l’islam, sur incitation des Almohades. Ont toujours été une famille de lettrés et de ouléma.
  • Les Bennani : (Bounane)convertis a l'Islam
  • Les Rizzolo : famille d'origine andalouse, de confession juive.
  • Les Esmili : famille peu nombreuse et de ce fait peu connue en dehors de la communauté Fassie. Ils y sont tout fois connus pour leur honnêteté et leur noblesse. Leur premier ancêtre marocain est Taieb Esmili El Cherki El Fassi. Ils ont donné un nombre important d'intellectuels, de commerçants, de savants et de résistants au Maroc.
  • Les Benjelloun : d’origine arabe, ils ont été cooptés par le Makhzen après que Talib Benjelloun (mort en 1842), initialement chef de la caravane de Fès, ait servi de conseiller intime et ministre des Finances.
  • Les Bennis : d’origine arabe, ils ont la double casquette de commerçants et de famille makhzénienne. En 1873, un certain El Madani, ministre des Finances a provoqué une grève de tanneurs après avoir voulu imposer le marché des peaux.
  • Les Abitbol : Famille de confession juive, Abitbol est celui qui a un tambour en arabe. Ce nom designe le nom du joueur de cet instrument.
  • Les El Fassi : d’origine arabe, ils constituent une grande famille de doctes lettrés qui ont même une confrérie. Leur travail aux services du Sultan commence sous Moulay Ismaïl, qui nomme deux frères et un cousin à des postes clé de la hiérarchie administrative.
  • Les Slaoui : famille andalouse Les El Kohen : famille d’origine juive qui a accédé à la demande des Almohades de se convertir, mais a eu le courage de ne pas changer de nom.
  • les idrissi
  • Les Kabbaj : une des grandes familles de Fès. Les kabbaj sont originaire d'andalousie, plus specifiquement de la ville d'Alcobaca (prononcé alcobbasha) sur la Costa Prata, non loin de la ville universitaire de Coimbras. Aujourd'hui sous la tutelle de l'Unesco, car la ville a toute une histoire mytologique. Cette cité est célébre grace à l'histoire de sa princesse Donna Castro et à son courtisan Don Pedro. L'histoire n'est pas encore toute dite puisque le nom de la Ville est bien forme de deux rivieres qui la traverse : la riviere Alco est la riviere Baca (prononcé Basha). L'emmigration de la famille Alcabbasha au maroc au XVIIe siècle reste une grand enigme, mais beaucoup d'historiens s'accordent à dire que se depart précipité fais suite à la reconquista. Les derniers siècles modifièrent la phonetique du nom Alcabbasha, puisque au maroc cette même famille d'origine juive (aujourd'hui convertis à l'islam) se nomme desormais ElKabbaj, Elkabbach, Elkabetz ou encore Kabbaj.
  • Les Guessous : d’origine arabe, ils sont surtout des lettrés. Le cas du alem Abdeslam exécuté par Moulay Ismaïl pour avoir soutenu la population qui refusait l’annexion de l’armée des esclaves les a rendus célèbres.
  • Les Sebti. D’origine arabe, installés à Sebta et à Fès, ils n’ont construit leur fortune que durant la 2e Guerre Mondiale. Ils ont alors écoulé sur le marché à des prix exorbitants des produits alimentaires et des tissus qu’ils avaient en réserve.
  • Mansano : Originaire de salamanque (andalousie), Ce nom signifie "petite pomme" en espagnol. Grande lignée de rabbins de Fès
  • Les Mikou : Famille venue d'andalousie suite à la guerre des "Taouef".
  • Les Benamour : (Benamor)Famille Juive d'origine andalouse.
  • Les Benchetrit : Famille juive d'origine andalouse.
  • Les Rahmouni : Famille d'origine andalouse.
  • Les Toledano : Famille de confession juive originaire de Tolede (andalousie), installée a Fès apres la reconquista chretienne.

Tolede non qui veut dire plus jamais je vivrais a Tolede c'est pour cela que la Famille chassee de Tolede a pris le nom de Toledano
Les Lahbabi : Famille de lettré andalouse, arrivé à Fès suite à la reconquista.
Les Attias : (qui veut dire cadeau)Famille appartenant à la bourgeoisie juive et travaillant pour la famille royale. Le grand-père etait le tailleur de Mohammed V, l'oncle vendait des produits de luxe au Palais.

  • Les Benizri
  • les Maman
  • COMPLETEZ LA LISTE






Dernière édition par le Lun 23 Oct 2006 - 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:32

Familles de Chorfas housaïniyyines :

  • Les Iraqi : famille de Chorfas houssaïniyyines originaire d'Irak. Ils descendent d'Al-Hussein ben Ali par Musa Al Kazim qui est le septième Imam (le chef et guide spirituel suprême) chez les chiites duodécimains. L'ancêtre de la famille Iraqi, Mohamed Al Hadi Ibn Abi Al Qasim Ibn Nafis, est arrivé d'Irak à Fès à l'époque du Sultan Mérinide Abi Saïd Ibn Abi Youssef, après avoir vécu quelques années en Égypte.


  • Les Sqalli : descendants de Houssein, ils ont gouverné en Sicile au temps du pouvoir musulman chiite. Quittant l’Andalousie, certains vont s’installer à Sebta et d’autres à Fès. Plusieurs de leur lignage furent des fqihs. Ils ont été les favoris des Almohades.


  • Les Tahiri Sqalli : branche de la famille Sqalli.


  • Les Mseffer :


  • Les El Ghazi : famille peu nombreuse et pour cette raison peu connue.

Ces 4 familles (ou 5 en comptant les Tahiri Sqalli) sont les seules familles de chorfas housaïniyyines à Fes et dans tout le Maroc. Toutes les autres familles de chorfas sont des hassaniyyines.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 11:34

Familles de Chorfas hassaniyyinnes :

  • Les Alami : famille Idrisside (descendants directs du petit-fils du Prophète, Al Hassan),viennent de jabal al Alam ou se trouve le mausolée d'un des plus grands saint du maroc Abdeslam Ben Mchich. Il fut un des plus grands précurseurs du taçawwouf, son nom se trouve définitivement lié a la Quaraouiyine.


  • Les Kadiri : descendants de Hassan. Une fois Bagdad envahie par les Tatars en 1258, Abdelkader Ben Jilani émigre à Médine, puis à Grenade. Deux siècles plus tard, un de ses descendants, Abou Abdellah Mohamed, arrive à Fès.


  • Les Alaoui : appartenant à une plus grande branche dite des Mohamediyyin, ils descendent de Hassan. Contrairement aux autres grandes familles, ils habitaient Fès Jdid, construit par les Mérinides près de la Cour royale.


  • Les Amrani Joutey : descendants du wali nommé Ahmed Al Shabih et connus par le patronyme de Shabihiyyin, ils ont été depuis 1730, les principaux naqibs du sanctuaire de Moulay Idriss.


  • Les Kandri : Famille de chorfas (descendants de Mahomet) originaires du moyen-orient.


  • Les kettani :


  • Les Ouazzani :
~


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 13:33

http://www.memopnha.com/colon_fez.html


La colonne de Fez en 1911
Que se passe-t-il au Maroc en ce début de XXe siècle ? D'abord les caisses du Trésor marocain sont vides.
Le Maroc ne se remet pas de sa défaite contre l'Espagne en 1860 et de la lourde indemnité (100 millions de pesetas) qu'il lui a fallu payer.

Depuis la mort en 1894 du grand sultan Moulay Hassan Ier, les sultans Moulay Abd el Aziz et Moulay Hafid (que les Marocains appellent « les rois mabouls ») sont dans l'incapacité de gouverner le pays.
Les exactions des tribus marocaines sur notre frontière algérienne sont quasi quotidiennes, amenant le général Lyautey, en poste à Aïn Sefra dès 1903, à intervenir militairement en occupant Béchar, Berguent... Depuis la conférence de Madrid en 1880, l'affaire marocaine s'est internationalisée. Mais le commerce fonctionne, les navires se pressent en rade foraine de Casablanca. Les nations européennes se surveillent de près pour ne pas laisser l'une d'entre elles prendre plus ou trop
d'emprise sur ce commerce. Chacune de ces puissances, comme on dit alors, essaie de se tailler une tranche de ce malheureux pays.
[/url]


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 13:35

L'Allemagne qui, jusque-là, se désintéressait du Maroc et de l'Afrique du Nord (laissez le coq gaulois gratter le sable du Sahara ! sous-entendu, comme ça, il pensera moins à l'Alsace et à la Lorraine), prétend avoir de gros intérêts dans le Sous (la région d'Agadir) où elle a 4... ressortissants! Le Kaiser débarque en visite officielle et inopinée à Tanger le 31 mars 1905 et se porte garant de l'intégrité territoriale de l'Empire chérifien. C'est un véritable acte d'hostilité qui nous impose la Conférence d'Algésiras en 1906.

L'Angleterre n'a d'yeux que pour Tanger et/ou Ceuta, qu'elle craint de voir concurrencer son Gibraltar et contrôler le détroit. Mais elle a aussi des agents actifs (le pseudo-caïd Mac Lean par exemple) qui lui assurent une place importante au point de vue politique.
L'Espagne considère, depuis la Reconquista, le Maroc comme sa chasse gardée. Elle y entretient des « présides » Ceuta, Melilla, etc... Elle a refusé, en 1902, un accord (secret), délimitant une zone espagnole au nord du Sebou, par crainte des réactions de l'Angleterre.Quant à la France qui a imposé son protectorat à la Tunisie, elle a des vues assez nettes sur le Maroc, ne serait-ce que pour avoir la paix sur ses frontières algériennes.
Il faudra bien pourtant que tout ce monde-là se mette d'accord ! C'est ce que commence à faire Delcassé, ministre des Affaires étrangères, en concluant avec l'Angleterre la fameuse « Entente Cordiale » (devenue vitale devant l'essor du pangermanisme).


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 13:40

La France laisse les mains libres à l'Angleterre en Egypte, renonce à certains droits de pêche à Terre-Neuve (1) en échange de sa liberté d'action au Maroc. La Conférence d'Algésiras semble, en 1906, promettre quelques réformes dans le sens d'une modernisation du pays et d'un pas vers le calme. Une police est réorganisée par les Français, les Espagnols et les... Suisses. L'armée est à l'instruction avec des officiers anglais et français.Pour arranger les choses, en 1903 un Rogui(2), Bout Amara (l'homme à l'ânesse) se lève dans le Rif qui met Fez en péril depuis son fief de Taza.
Arrive pour le Maroc, la funeste année 1907. Le 19 mars, le docteur Mauchamp, qui tient un dispensaire installé par le ministère français des Affaires étrangères à Marrakech, est assassiné. En représailles, les troupes françaises, sous le commandement du général Lyautey, occupent Oujda.

.En août de la même année, des tribus excitées par des fanatiques, massacrent des ouvriers qui travaillent à la construction du port de Casablanca et la menace qui pèse sur la petite communauté européenne amène la France (et avec une très faible participation l'Espagne) à entreprendre une nouvelle opération, bombardant copieusement Casablanca, débarquant des troupes et l'occupant ainsi que les environs (2) pour protéger les populations.
Durant les années 1908 à 1910, l'anarchie continue de régner en dehors de la zone occupée par la France. Le sultan Moulay Abd el Hafid, au nom de la guerre sainte contre les « Infidèles » (entendez par-là les Français qui occupent depuis 1907 Oujda et Casablanca), a déboulonné son frère Moulay Abd el Aziz (qui, entre parenthèses, n'était pas un mauvais bougre et que la France a eu la lâcheté de laisser tomber). Par ailleurs, il lui est reproché, n'ayant pas renvoyé tous les roumis du Maroc, d'être un mauvais musulman. Au point de vue politique, l'anarchie est partout. Les mehallas chérifiennes qui sont l'armée marocaine, ne sont, malgré la présence d'instructeurs de la Mission militaire française, qu'une foule hétéroclite, souvent en guenilles, mal encadrée, peu ou pas payée.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 13:46

1909 voit la capture du Rogui qui, transporté dans une cage de fer, est mis à mort à Fez, dans des conditions particulièrement barbares. Tous les consuls protestent... L'anarchie est toujours là et... les Européens aussi. Le sultan est pris dans une spirale infernale : il lui faut de l'argent pour payer et réorganiser son armée, mais les Etats européens se font tirer l'oreille (la France entre autres) pour lui consentir des prêts. Alors il lève de nouveaux impôts, y compris dans les tribus « guich » (3) qui, jusque-là, en étaient dispensées.
Début 1911, les tribus, en particulier les Arabes guich des Cherarda, au nord-ouest de Fez, qui sont littéralement pillées par le ministre de la Guerre de l'époque, le Glaoui, commencent à s'énerver: elles refusent l'impôt et entrent en rébellion ouverte.
Une harka est envoyée pour les mater. Les Cherarda réussissent à entraîner dans leur rébellion d'autres tribus berbères des environs de Fez : Saïs, Aït Youssi Béni M'Tir, Guerouane, etc... C'est la guerre civile au Maroc. Fin mars, on parle d'évacuer les Européens de Fez, mais il est déjà trop tard, la piste de Tanger n'est plus sûre. La situation devient grave et le gouvernement français commence à s'en préoccuper. M. Cruppi, président du Conseil, informe les puissances européennes de la situation et de son intention d'intervenir au Maroc. Il ne rencontre pas beaucoup d'échos favorables et n'insiste pas, ne voulant pas donner à l'intervention - comme pour l'opération chinoise - un caractère international, considérant sans doute le Maroc comme devant lui revenir (!).

À Fez, la situation s'aggrave, les troupes n'ont presque plus de munitions et les assauts des tribus deviennent de plus en plus mordants. Le consul de France à Fez, M. Gaillard, fait savoir que si le sultan est vaincu par les tribus, la vie de tous les Européens ne serait plus garantie car le mouvement berbère est essentiellement xénophobe. Le sultan, d'ailleurs, craignant pour sa vie, demande l'intervention de la France.
Le 17 avril, le gouvernement français, prenant acte de cet appel au secours, se décide à faire envoyer du ravitaillement et des munitions à partir de Casablanca, par une colonne volante mixte, c'est-à-dire soldats français et troupes marocaines prélevées en Chaouïa... Le tout constituant une « colonne légère ».


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Michelle Anidjar
Medaille d'Or


Nombre de messages : 2519
Age : 60
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 14:54

YALAH CHERS AMIS FASSIS OU ETES-VOUS?

Revenir en haut Aller en bas
http://cuisinemichelle.exprimetoi.net/index.forum
Michelle Anidjar
Medaille d'Or


Nombre de messages : 2519
Age : 60
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Lun 23 Oct 2006 - 14:58

CHERS AMIS CLIQUEZ SUR LA CARTE SUR UNE VILLE ET VOUS AUREZ LE PETITS VILLAGES QUI SE TROUVENT PRES DE CETTE VILLE ESSAYEZ
Revenir en haut Aller en bas
http://cuisinemichelle.exprimetoi.net/index.forum
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 24 Oct 2006 - 11:47

Fès, la plus imperiale des Villes du Maroc


a plus d'un attait, si on veut trouver les trésors d'une civilisation ancienne ou l'énepuisable richesse de la vie de tous le jours, ou encore la douceur de la nature, ou les multiples couleurs, on est sûr de trouver a Fès ce que l'on aime.




Dernière édition par le Mar 24 Oct 2006 - 12:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 24 Oct 2006 - 11:59

Fès est reputee pour ses commercants, ses artistes et ses artisants de talent qui sont encore nombreux a perpetuer leurs metiers. Plusieurs quartiers, specialises selon les corporations, permettent a l'artisanat d'etre l'activite motrice de la cite. Entre autres specialites, on trouve a Fès boissellerie, bijouterie, dinandreie, soierie, poterie, moroquinerie, reliure, etc. Musiques andalouses, chants et dances berberes y sont egalement apprecies.

La Medina abrite quantite de maisons bourgeoises et de palais somptueux que rien de l'exterieur ne laisse deviner. Visiter Fès dans ses labyrinthes, c'est deambuler dans son passe et etre le temoin de ses richesses et de ses brassages socio-culturels. Combien de civilisations originaires d'Arabie, de Palestine, de Berberie, d'Andalousie, d'Europe, du Sahara, etc. ont laisse ici leurs empreintes? Ce foisonnement indescriptible de vie et d'histoire ou le passe et le present sont subtilement imbriques jusque dans les moindres recoins de la medina, peut a la fois deconcerter et fasciner.
En explorant Fès, les visiteurs peuvent vivre une experience qui les plonge, au dela des prejuges et des a prioris, dans la memoire vivante d'une civilisation proche de celle que conut l'Europe medievale. Dans le telecopage des epoques et des cultures, ils connaitront peut etre l'etrange sentiment de remonter le temps. En sejournant a Fès, on se doit, d'autre part, de gouter a la gastronomie fassie, l'une des plus raffinees du pays et du monde.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 24 Oct 2006 - 12:09

http://www.fesfestival.com/


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER


Nombre de messages : 40872
Age : 64
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Mar 24 Oct 2006 - 12:10

http://www.adafes.com/welcome/index.php


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES ANCIENS DE FEZ   Aujourd'hui à 13:05

Revenir en haut Aller en bas
 
LES ANCIENS DE FEZ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: MAROC :: LE MAROC-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit