HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LE CIRQUE AMAR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mercedes Barcessat
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 72
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: LE CIRQUE AMAR   Mar 16 Juin 2009 - 12:53

Le cirque Amar est un cirque fondé par Ahmed Ben Amar el Gaid, né à Bordj Bou Arreridj, en 1860.




Affiche du Cirque Amar

Historique

C'est à Sétif (Algerie) qu'Ahmed dressa pour la première foisson chapiteau rouge et vert. Il avait auparavant rôdé son spectacle de danseuses et animaux dans plusieurs localités situées en Kabylie. Ami des bêtes et grand expert en chevaux, il sortit pour la première fois d'Algérie pour aller vendre des purs-sang en Angleterre. À la suite de ce voyage, il mit au point un spectacle coloré, avec des danseuses du ventre, les Ouled Nails, qu'il intitula « la grotte algérienne », et partit à la conquête de la France métropolitaine. Le succès fut si complet qu'Ahmed se mit à rêver à un immense chapiteau itinérant où évolueraient fauves, danseuses et saltimbanques.
Parcourant les foires à la recherche d'animaux, il rencontra un jour le directeur de la « Ménagerie Lozérienne », Monsieur Bonnefoux, qui venait de capturer un loup. Ahmed décida d'acquérir la bête sauvage pour la dresser et en faire une des vedettes de son spectacle. Grâce à cette rencontre, Ahmed fit connaissance de Marie, la sœur du directeur.
De l’union de Ahmed et Marie naquirent six garçons, dont plusieurs perpétuèrent la tradition familiale.
Quelques années plus tard, Ahmed conçut un spectacle inédit avec trois de ses fils, sans danseuses, mais avec une fosse aux lions où il fit descendre ses trois fils, Ahmed, Abdelah et Mustapha «le plus jeune dompteur du monde»... Il s'agissait en fait d'une petite ménagerie, mais qui permit au nom Amar de commencer à se faire connaître, notamment lors de ses prestations dans diverses foires, comme la Foire aux Pains d'Epices àParis1909.
Peu à peu, « Les plus jeunes dompteurs du monde », comme le proclamait la réclame du spectacle, eurent de plus en plus de succès et attirèrent un public toujours plus nombreux.
Après la mort d'Ahmed en 1913, Marie reprit les rênes de l'entreprise et après une interruption due à la Première Guerre mondiale, la notoriété du cirque s'étendit à nouveau. L'établissement grandit. Dès 1926,
« Le Grand Cirque Ménagerie Amar Frères » devint célèbre au-delà des
frontières. Forts de leur popularité grandissante, les frères Amar prirent quelques années après la route vers l'Algérie, la Tunisie et le Maroc. Partout l’accueil fut exceptionnel. La troupe continua sa tournée en Égypte, Grèce, Turquie, Bulgarie, Hongrie, Autriche, Italie avant de rejoindre Paris couverte de gloire.
Le fils aîné, prénommé comme son père Ahmed et qui vécut très longtemps avec la comédienne Florelle, fut pendant de longues années dresseur d'éléphants. Omniprésent sous le chapiteau et d'une autorité reconnue de tous, il fut chargé de la direction du cirque en tournée. Perfectionniste et
exigeant avec la troupe mais d’abord avec lui-même, il contribua à la
réputation du cirque familial.
C'est le cadet, Mustapha, surnommé « le Colonel », qui donna au cirque sa popularité internationale. Avant de diriger toute la troupe, de son bureau des Champs Élysées, il s'était illustré sur la piste en dompteur intrépide. Un soir, en représentation à Bruxelles, sa tête, prise en tenaille par les mâchoires d'un tigre imposant, en garda pour toujours les cicatrices. Cette frayeur passée, Mustapha prit en main l’administration du cirque familial et ne parut plus sur la piste. C'est lui qui en 1929 décida de lui faire franchir la Méditerranée. Cent vingt véhicules furent nécessaires pour l'acheminement du matériel, de la ménagerie et de la troupe.
Ali, le troisième frère, après avoir connu la gloire comme dresseur d'ours blancs, s’occupa des finances. Chérif, le plus jeune, qui avait succédé à
Mustapha auprès des fauves, devint par la suite l’administrateur de la
troupe.
Baptisé « Cirque Géant » avec sa double piste dès 1929, le cirque Amar ne cessa ensuite d'évoluer pour faire face au succès et il fallut créer une deuxième troupe, le « Cirque des Cirques » ; non sans avoir auparavant créé un spectacle à Paris en s'installant à l'Empire, Avenue Wagram, à deux pas de l’Arc de Triomphe.
Sous l'impulsion de Mustapha, ils montèrent dans cette salle des spectacles éblouissants, invitant les attractions les plus étonnantes, mais aussi des exhibitions sportives animées par Gilbert Richard, (remarqué par Mustapha Amar, il fit ses débuts en 1947 sur la piste de son cirque en tant que « Monsieur Loyal »), « le plus jeune Monsieur Loyal du monde » (moins de 18 ans), se plaisait à plaisanter, en parlant de lui, du célèbre Mustapha, surnommé « Phapha », et des présentations d'artistes de music-hall, tel Fernand Raynaud.
Avec l'arrêt des voyages, pendant la Seconde Guerre mondiale, trois cirques se dressèrent autour de Paris : « Le Grand Cirque » de Mustapha, le « Cirque international » d'Ali et le « Nouveau cirque de Paris » dirigé par Ahmed et Chérif. La paix revenue, les tournées reprirent avec des spectacles toujours plus étonnants. En pleine Guerre froide, Moscou et New York offrirent un « pont d'or » pour recevoir le cirque Amar. Le gouvernement japonais invita Mustapha à Tokyo pour choisir les meilleures attractions d'Asie à présenter en Europe.
En 1960, l'héritier et le grand patron d'un des plus importants cirques d'Europe tînt à fêter le centenaire de l'entreprise familiale par une
prestigieuse tournée en Algérie. Un train spécial de 54 wagons quitta Paris.
Une centaine d'artistes présentèrent 23 numéros, sous un chapiteau géant à 8 mâts. Ce fut le dernier grand épisode de la saga Amar, la mort successive des frères Amar y mettant fin.
En avril 1964, lors du passage du cirque à Béziers, trois éléphants, vraisemblablement énervés par les bruits d'un boulodrome tout proche, rompirent leurs chaînes et s'échappèrent dans la rue, semant la panique et tuant un enfant de quatre ans. Ces trois animaux, alors jugés trop dangereux, furent transférés au parc zoologique de la Tête d'Or à Lyon.
En 1968, Mustapha Amar se résigna à abandonner la direction du cirque. L'enseigne du cirque fut reprise par la famille Bouglione.
Revenir en haut Aller en bas
kenza
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 62
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE CIRQUE AMAR   Mar 16 Juin 2009 - 23:31

Au cirque Ammar , moi , j eme rappelle du monsieur qui tournait en rond sur une moto ,il s'appelait Ali ben El houcine dans une cage en forme de tonneau très grand et il tournait sur sa moto mains libres

et le boa , grand serpent ,
après le cirque Ammar qu'on avu grâce à l'école et notre insti années 60

y avait un autre sur le bd d'anfa au niveau du quartier Racine en face des Arênes, et s'appelait Martin Circus

Kenza est partout avec les Zamis
Revenir en haut Aller en bas
Moris Dadon
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 1780
Age : 71
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: LE CIRQUE AMAR   Mer 17 Juin 2009 - 9:17

Image Hosting Provided By ImageFreeHost.com


*** Yah Hassera ******
Et C'etait assez effrayant.......
Revenir en haut Aller en bas
MAYTE
Medaille d'Or


Nombre de messages : 1719
Age : 71
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Re: LE CIRQUE AMAR   Mer 17 Juin 2009 - 18:27

OUI, OUI c'était cela et je m'en souviens aussi très bien

MERCI MORIS
Revenir en haut Aller en bas
Mercedes Barcessat
J'ecris peu mais je lis tout
J'ecris peu mais je lis tout
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 72
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: LE CIRQUE AMAR   Mer 17 Juin 2009 - 19:07

Merci Kenza, Moris Dadon pour les photos du "Mur de la Mort" quel spectacle, je ne l'oublierai jamais, effrayant mais leur courage de faisant envie. Aujourd'hui je ne serai pas capable de voir un spectacle pareil, me donne le vertige.jajaja.

a bon entendeur salut
:la famille:

Mercedes
Revenir en haut Aller en bas
kenza
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 62
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE CIRQUE AMAR   Dim 21 Juin 2009 - 15:14

http://blog_trotter.typepad.com/photos/cirqueamar07/index.html

Voilà un lien du Fameux Grand Cirque des frères Amar , il suffit de cliquer dessus

Pour Mercedes et tous les autres amis

Kenza
Revenir en haut Aller en bas
kenza
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 62
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE CIRQUE AMAR   Dim 21 Juin 2009 - 15:23

Décès à Casablanca du pionnier des sports extrêmes marocains Ali Bel Houcine
Ecrit par MAP 30-07-08
Le pionnier des sports extrêmes marocains Ali Bel Houcine est décédé lundi soir à son domicile à Casablanca, à l'âge de 84 ans, apprend-on auprès de sa famille.
Ali Bel Houcine, premier marocain à introduire ce sport périlleux au Royaume, n'avait que 12 ans quand il fut initié à ce qui allait devenir désormais la passion de sa vie. Passion qui lui permettra de s'attaquer à d'autres types et formes de sports extrêmes, à la recherche de nouveaux périls et de nouveaux frissons, en mettant au point "la sphère de la mort'', une grande boule d'acier ajourée, qu'il parcourait sur sa moto en formant une boucle.. à la verticale.
Plus renommé que la sphère, "le mur de la mort'' permettait aux spectateurs d'admirer le courage de ce cascadeur qui, déjouant la loi de la gravité, circulait sur sa moto à l'intérieur d'un grand cylindre en bois qu'il longeait en spirale souvent les bras ouverts et les yeux bandés.

La célébrité du défunt a dépassé les frontières puisqu'il s'est produit dans plusieurs pays maghrébins (Tunisie, Algérie...), européens (France, Espagne...) et asiatiques (Inde...).

Ses voyages à l'étranger étaient pour lui une occasion de parfaire et d'affiner son talent après la mort de son mentor espagnol qui lui avait appris le métier.

Même si sa prestation fut passionnante et à couper le souffle, le défunt accordait peu d'intérêt au côté matériel du spectacle. Il offrait ses exhibitions à son public contre des prix n'excédant pas un dirham le ticket
Revenir en haut Aller en bas
Moris Dadon
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 1780
Age : 71
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: LE CIRQUE AMAR   Dim 21 Juin 2009 - 15:59

salut kenza

merci pour l'info meme si triste.
Ali Bel Houcine paix a son ame.....alla yirhamou
on a tous grandis et on oubliera pas cette nostalgie du cirque amar.

maurice
Revenir en haut Aller en bas
kenza
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 62
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE CIRQUE AMAR   Lun 22 Juin 2009 - 0:59

Tout à fait mon cher Maurice;
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE CIRQUE AMAR   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE CIRQUE AMAR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Extrascolaire > le cirque de Pandy
» Le cirque du Triomphe - Morestel, La Tour du Pin ...
» musique et cirque
» Le grand cirque de la vie
» 22/09 > Spectacle de cirque au profit de l'association Soleil de clown

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: MAROC :: VOYAGE A TRAVERS LES RUES DE CASABLANCA-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit