HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LE FILM CASABLANCA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: LE FILM CASABLANCA   Sam 1 Nov 2008 - 17:26





Dernière édition par Soly Anidjar le Dim 2 Nov 2008 - 6:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Sam 1 Nov 2008 - 17:30

Casablanca est un film américain de Michael Curtiz, sorti en 1942. L'action se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale dans la ville de Casablanca alors contrôlée par le gouvernement de Vichy. Humphrey Bogart joue le rôle de Rick Blaine et Ingrid Bergman celui d'Ilsa Lund. Le sujet principal du film est le conflit de Rick entre l'amour et la vertu: Rick doit choisir entre son amour pour Ilsa et son besoin de faire ce qui est juste pour aider le mari de celle-ci. Le héros de la Résistance Victor Laszlo s'échappe de Casablanca et continue son combat contre les Nazis. Le film a connu un succès immédiat qui ne s'est pas démenti depuis. Les critiques ont vanté les performances charismatiques de Bogart et Bergman, l'alchimie entre ces deux vedettes, la profondeur des personnages de fiction, la finesse du scénario et l'impact émotionnel du film dans sa globalité.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Sam 1 Nov 2008 - 17:34

DEPUIS MON TRES JEUNE AGE J'AI VU CES PHOTOS.
Aujourd'hui j'ai un pincement au coeur lorsque je vois ces images d'un lointain passe, ou je n'existait pas encore, parce que je suis nee bien plus tard, ayma le classique reste immortel.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Sam 1 Nov 2008 - 17:39



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Sam 1 Nov 2008 - 17:42



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Sam 1 Nov 2008 - 17:47

Nommé huit fois aux Oscars en 1944, le film remportera finalement 3 statuettes :

Meilleur film
Meilleur scénario
Meilleur réalisateur

Limité au niveau budget, l'avion que l'on voit dans la scène finale est en réalité en carton, avec comme équipage des nains pour donner l'illusion d'un appareil de taille réelle.
En Allemagne, le film n'a pas pu sortir pendant la guerre, car il était considéré par les autorités comme une œuvre de propagande anti-nazie. Après la guerre, le film fut projeté mais avec vingt minutes de coupes; toutes les références au nazisme et le personnage du Major Strasser ayant été supprimées.
Ce sont notamment des exilés allemands ou juifs qui incarnent les rôles de nazis et qui ne pouvaient que se sentir concernés par le sujet du film.
En 1987, une copie spéciale a été projetée au Festival du film de Rio avec une fin alternative. Ingrid Bergman n'y prenait pas l'avion et retournait dans les bras d'Humphrey Bogart. Un épisode de la série Les Simpson propose également une fin alternative au film.
Une suite avait été envisagée, elle devait s'appeler "Brazzaville". Mais Ingrid Bergman s'étant désistée, le projet tomba finalement à l'eau. Cependant, une suite littéraire a été donnée en 1990 par Michael Walsh avec son roman "As time goes by".
Il est classé neuvième dans le classement des meilleurs films de tous les temps sur le site de référence IMDB avec une note de 8,8/10.
Les références au film dans la culture populaire sont nombreuses et illustrent la popularité du film. Woody Allen réalisa un film dont le titre s'inspire du film, tandis qu'une des dernières scènes du Tailleur de Panama reprend la réplique finale de Casablanca.
scénario : les frères Epstein
avec : Humphrey Bogart (Rick) , Ingrid Bergman (Ilsa), Peter Lorre (Ugarte), Claude Rains (Renault), Paul Henreid (Lazslo), Conrad Veidt (Strasser), Dooley Wilson (Sam)


Tourné en plein cœur de la Seconde Guerre Mondiale (1942), Casablanca est un film mythique sur lequel le temps n'a pas de prise. C'est aussi vraisemblablement le film américain le plus aimé des Américains eux-mêmes. Dans le dictionnaire Maltin, il est désigné comme " notre candidat au titre de meilleur film hollywoodien de tous les temps ". A la fois film-culte et chef-d'œuvre, Casablanca a fait entrer dans la légende le couple inoubliable Bogart / Bergman.

1941, Casablanca est, au terme d'un itinéraire Paris-Marseille-Oran, l'étape obligée de tous ceux qui, fuyant l'Europe occupée par les nazis, veulent rejoindre Lisbonne afin de s'embarquer pour les Etats-Unis. Dans cette ville sous administration française, beaucoup doivent attendre longtemps l'heure de leur départ selon qu'ils sont ou non riches ou influents. Chaque soir, une foule cosmopolite se presse dans le cabaret-casino américain de Rick, ancien opposant aux fascistes en Ethiopie et en Espagne. Un soir, chez " Rick ", le capitaine Renault, représentant du gouvernement de Vichy, fait arrêter Ugarte, un aventurier qui a assassiné deux courriers allemands et leur a dérobés leurs lettres de transit. Rick, qui depuis son arrivée à Casablanca, affecte la neutralité, a néanmoins caché les documents que Ungarte lui avait confiés . Ce même soir, Victor Laszlo, un important Chef de la Résistance, débarque chez Rick en compagnie de sa femme Ilsa. Rick, qui fut amoureux d'Ilsa à Paris, au moment de l'arrivée des troupes allemandes, est bouleversé par l'arrivée de celle qu'il a le plus aimé au monde et qui l'a trahi. La police française, aux ordres de la Gestapo, est aux trousses de Laszlo qui cherche donc à obtenir les lettres de transit que Rick possède. Reste à savoir si celui-ci aidera le mari de la femme qu'il aime à fuir avec elle...
Durant la Deuxième Guerre Mondiale, tous les studios américains exploitaient le marché très porteur des "films de propagande", qui réunissaient dans un scénario moralisateur des personnages stéréotypés. Casablanca devait faire partie de cette catégorie… Heureusement, en 1942, la MGM, craignant que la guerre ne se termine avant la sortie fit débuter le tournage alors que le scénario n'était pas achevé, et demanda à Michael Curtiz de finir aussi vite que possible. Les acteurs recevaient leurs répliques au jour le jour et jusqu'au dernier moment du tournage Ingrid Bergman ne savait pas si elle partirait avec Humphrey Bogart ou Paul Henreid. Quand elle interrogeait Curtiz, il répondait " on ne sait pas encore, essaie de nous jouer ça … entre deux ". C'est de cet inachèvement permanent que naît le caractère exceptionnel de Casablanca dans la grande production hollywoodienne : il a été - involontairement - conçu, écrit et tourné comme un feuilleton, aucun de ses créateurs ne connaissant la destination de l'histoire, laquelle resta jusqu'au bout " à suivre ". Malgré cela, le film fut nominé huit fois aux Oscars et obtint les Oscars du meilleur film, de la meilleure mise en scène et du meilleur scénario !
Tout le film repose sur une base solide de trois personnages fascinants joués par des acteurs exceptionnels : Humphrey Bogart change radicalement son répertoire en interprétant un homme blessé qui cache sa fragilité et son idéalisme derrière un cynisme poussé à l'extrême : le romantisme rassurant qui émane du personnage de Rick cimente le mythe de Bogart. Ingrid Bergman, plus belle que jamais, illumine la pellicule d'un inoubliable sourire teinté de sentiment de culpabilité, Paul Henreid, plus classique, représente la volonté et la force d'une résistance courageuse traquée par delà les pays européens. Mais le film est aussi construit autour de nombreux personnages secondaires tout aussi fascinants. C'est cette variété et cette richesse de l'interprétation jusque dans les petits rôles qui font de Casablanca un film magique. Citons Claude Rains qui interprète un commissaire français à l'idéologie ambiguë, Conrad Veidt, le major Strasser, un officier important du IIIème Reich, Peter Lorre en petit malfrat profiteur de guerre, et bien sûr Sam (Dooley Wilson) le pianiste jouant "As time goes by", l'air qui, selon certains, a fait entrer Casablanca dans la légende. Notons également qu'avec Dooley Wilson, c'est la première fois qu'un acteur noir a un rôle de premier plan.
Ainsi le film de Curtiz a pour première particularité de présenter un raccourci du conflit mondial dont les différentes forces en présence sont personnifiées par les clients divers et variés du cabaret " Chez Rick ". A travers une relation triangulaire complexe, Casablanca visite le thème de l'idéalisme, représenté par le monolithique personnage de Laszlo et sublimé au cours de la scène mythique de la Marseillaise. Idéalisme perdu puis retrouvé par Rick, idéalisme pour lequel Ilsa sacrifie ses sentiments.
Il faut aussi noter l'humour souvent cinglant des dialogues (cf la réplique de Conrad Veidt à Claude Rains : " Vous répétez cette expression du IIIème Reich comme si vous souhaitiez qu'il y en ait d'autres - je prendrai ce qui vient ", répond Claude Rains. Un peu plus loin, Bogart est interrogé sur sa nationalité. " Je suis un ivrogne " répond-il et Claude Rains d'ajouter " ce qui fait de lui un véritable citoyen du monde ").
Un autre charme de Casablanca, c'est le mélange des genres qui le caractérise. Film de propagande, donc, mais aussi film d'action (l'arrestation de Ugarte), de suspense (la finale remarquable et totalement imprévisible), psychologique (l'attitude complexe de Renault), humoristique (les rapports de comédie entre Rick et son barman, le pickpocket qui prévient ses futures victimes de prendre garde aux pickpockets, Renault qui balance une bouteille de Vichy à la corbeille), musical (la très belle interprétation par Dooley Wilson de " As Time Goes By ") et romantique (l'amour-reconnaissance d'Ilsa pour Laszlo, l'irrépressible amour qui unit Rick et Ilsa). Le plus étonnant c'est que ces genres se combinent, s'interpénètrent le plus harmonieusement du monde. Curtiz prouve sa maîtrise en ne perdant jamais le fil de ce complexe écheveau.

Qui de vous a vu ce film?


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
rigallor
Medaille de Diamants
avatar

Nombre de messages : 2172
Age : 63
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Sam 1 Nov 2008 - 20:19

Une petite curiosité....pas tout le monde sait que le film a eté tourné a Tanger, pas a Casablanca.
Revenir en haut Aller en bas
http://siempretanger.niceboard.com
Moris Dadon
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 1780
Age : 71
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Sam 1 Nov 2008 - 21:13

[img]

Revenir en haut Aller en bas
rigallor
Medaille de Diamants
avatar

Nombre de messages : 2172
Age : 63
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Dim 2 Nov 2008 - 0:20

Una ciudad conocida por su entorno reposado y sus abundantes maravillas, es lo que rodea a Tánger. Se cuentan presuntas historias sobre mafias lo que pueden darle una impresión negativa, especialmente a los turistas que van por primera vez. Aunque se considera menos segura que otras ciudades de Marruecos, esta parte indispensable de la gran África rural todavía presume de impresionantes hoteles en Tánger atracciones como las que se pueden ver en otros pueblos. Tambien tiene sus magníficas playas, una animada vida urbana, seductoras sorpresas y hoteles para turistas que tratan de revivir la gloria del clásico de las películas americanas, "Casablanca". Si, ¡ha oído bien!, esta película uso a Tanger como escenario para algunas de las escenas más románticas de todos los tiempos, interpretadas por las leyendas de Hollywood, Ingrid Bergman y Humphrey Bogart.
(Lukor.com)

El Rick's Cafe Americain era un cabaret imaginario, pero, en la actualidad, el Rick's Café de Casablanca, Marruecos, existe y está decorado como el de la película).
(Wiqipedia)

Otro sitio muy típico es el mercado de Fondouk, cerca de la Rue de la Liberté, donde en cada puerta te encontrarás algo distinto y novedoso. Un espectáculo de luz y colores. Los alimentos naturales llenos de un viveza envidiable te harán disfrutar de exquisitos manjares: Y llegados a este lugar, por supuesto la visita al hotel Hotel El Minzah, para tomar algo o simplemente para dejarse caer por el restaurante y comer especialmente comida marroquí.

La tarde comienza a caer y nos llegamos hasta el Café de París, en la Place de France, con la curiosidad de que normalmente los clientes son hombres, para degustar un té con limón y sientes un ambiente especial puesto que según cuentan en este café se dieron cita los espías más conocidos durante la segunda guerra mundial. También llama la atención en estos bares y restaurantes la cantidad de fotos que hay del actor Humphrey Bogart junto a las del rey, no en vano fue el escenario de muchas escenas de la película Casablanca.
(Ciao.es)

El famoso Café Ritz sólo existió en la fantasía de Michael Curtiz, pero una réplica de aquel mítico establecimiento, con este título, se encuentra en uno de los principales hoteles de Casablanca.
(Gelannoticias.com)

Moris, sans paroles...
Revenir en haut Aller en bas
http://siempretanger.niceboard.com
Moris Dadon
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 1780
Age : 71
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Dim 2 Nov 2008 - 8:01

TRADUCTION...COURTOISIE DE:
WWW.ALTAVISTA.COM

Une ville connue par son environnement reposé et ses merveilles abondantes, l'est ce qui entoure à Tanger. On compte des histoires présumées sur les maffias ce qui peuvent spécialement donner une impression négative, aux touristes qui vont pour la première fois. Bien qu'il soit considéré moins sûre que d'autres villes du Maroc, cette partie indispensable de la grande Afrique rurale présume encore d'hôtels impressionnants à Tanger des attractions comme celles qui peuvent être vues dans d'autres peuples. A aussi ses plages magnifiques, une vie urbaine encouragée, séducteurs surprises et hôtels pour des touristes qui essayent de revivir la gloire de de ce qui est classique des films américains, " ; Casablanca" ;. Si, a bien entendu ! , ce film utilisation à Tanger comme scène pour certaines des scènes les plus romantiques de tous les temps, interprétées par les légendes de Hollywood, Ingrid Bergman et Humphrey Bogart. (Lukor.com) Le Rick' ; s Café Americain était un cabaret imaginaire, mais, actuellement, le Rick' ; s Café de Casablanca, le Maroc, existe et est décoré comme celui du film). (Wiqipedia) Un autre emplacement très typique est le marché de Fondouk, près de la Rue de la Liberté, où dans chaque porte tu trouveras quelque chose différent et nouveau. Un spectacle lumière et couleurs. Les aliments naturels pleins d'un viveza enviable te feront jouir de manjares exquis : ET arrivés à ce lieu, évidemment la visite à l'hôtel Hôtel le Minzah, pour prendre quelque chose ou pour laisser simplement tomber par le restaurant et manger spécialement mangée Marocain. L'après-midi commence à tomber et nous nous arrivons jusqu'au Café de Paris, dans il Elle satisfait de France, avec la curiosité dont normalement les clients sont des hommes, pour degustar un thé avec citron et conviens une atmosphère spécial puisque comme ils comptent dans ce café on a donné rendez-vous les espions les plus connus pendant la seconde guerre mondiale. Il attire aussi l'attention dans ces barres et restaurants la quantité de photos qu'il y a de l'acteur Humphrey Bogart avec celles du roi, non en vain a été la scène de beaucoup de scènes du film Casablanca. (Ciao.es) Le Café célèbre Ritz a seulement existé dans la fantaisie de Michael Curtiz, mais une reproduction de cet établissement mythique, avec ce titre, se trouve dans un des principaux hôtels de Casablanca. (Gelannoticias.com)
Revenir en haut Aller en bas
MAYTE
Medaille d'Or


Nombre de messages : 1719
Age : 71
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Dim 2 Nov 2008 - 13:19

Rigallor,

Très intéressant cette rubrique sur le film mais tu as raison de le spécifier , je ne savais as que ce film avait été tourné à TANGER.

Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Jeu 8 Jan 2009 - 13:43



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Jeu 8 Jan 2009 - 13:44



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Jeu 8 Jan 2009 - 13:45



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Jeu 8 Jan 2009 - 13:45



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Jeu 8 Jan 2009 - 13:46



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Jeu 8 Jan 2009 - 13:46



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:38

Casablanca est un film américain de Michael Curtiz, sorti en 1942. L'action se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale dans la ville de Casablanca alors contrôlée par le gouvernement de Vichy. Humphrey Bogart joue le rôle de Rick Blaine et Ingrid Bergman celui d'Ilsa Lund. Le sujet principal du film est le conflit de Rick entre l'amour et la vertu: Rick doit choisir entre son amour pour Ilsa et son besoin de faire ce qui est juste pour aider le mari de celle-ci. Le héros de la Résistance Victor Laszlo s'échappe de Casablanca et continue son combat contre les Nazis. Le film a connu un succès immédiat qui ne s'est pas démenti depuis. Les critiques ont vanté les performances charismatiques de Bogart et Bergman, l'alchimie entre ces deux vedettes, la profondeur des personnages de fiction, la finesse du scénario et l'impact émotionnel du film dans sa globalité.

« Cinq jours après Pearl Harbour, j'ai trouvé sur mon bureau un scenario qui était destiné à devenir ma tâche la plus dure, mon film le plus célèbre et une légende qui se maintient jusqu'à aujourd'hui »[réf. nécessaire], déclarait le producteur Hal B. Wallis.

Le hasard veut pourtant qu'aucun de ceux qui assurent la réussite du film ne furent prévus au départ. Hal B. Wallis souhaita ainsi que William Wyler réalise le film. Ce dernier ayant refusé, il envisagea William Killey et Vincent Sherman. De même, l'interprétation devait initialement réunir Dennis Morgan, Ann Sheridan et Ronald Reagan. Faute d'Ann Sheridan, la Warner qui produisait le film pensa à Heddy Lamar, Michele Morgan, Tamara Toumanova et enfin à Ingrid Bergman. Quant à Humphrey Bogart, il ne fut choisi qu'après un refus de George Raft.

Les scénaristes se succédèrent également et, fait très inhabituel pour un film de cette importance, le tournage commença sans un scénario totalement écrit. Ingrid Bergman ne sachant même pas si son personnage partait à la fin avec Victor Laszlo ou avec Rick Blaine.

Le film sera pour la Warner et pour l'Amérique l'un des témoignages les plus évidents de l'engagement des États-Unis dans la seconde Guerre mondiale.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:39

Paris, 1940, Rick un américain ancien volontaire de la guerre d'espagne rencontre Ilsa. Ils tombent amoureux l'un de l'autre mais sont bientot rattrapés par la guerre alors que les troupes allemandes se rapprochent de Paris. Il décident alors de partir pour Marseille, mais au moment de partir par le dernier train Rick se retrouve seul avec une lettre d'Ilsa lui expliquant qu'elle ne peut le suivre... En décembre 1941, dans le chaos de la Seconde Guerre mondiale, Ilsa débarque à Casablanca avec son époux, un héros de la résistance. Rick, devenu patron de night-club, cynique et détaché de tout, est le seul à pouvoir aider le couple à s'échapper, mais, amer, il refuse de le faire...


Comme Phèdre (de Racine) est le paradigme de l’amour tragique, Rick, dans ce film, est d'une certaine manière le paradigme de l’amour romantique dans le renoncement pour l’être aimé, plutôt que dans son accaparement pour soi. En effet, Rick favorise le départ d’Ilsa avec son époux, aux dépens de son amour - réciproque - pour elle.

Leurs dernière paroles, en se quittant sur l'aérodrome, expriment cet amour romantique :

- «What about us?» (Et nous ?)

- «We’ll always have Paris» (Il nous restera toujours Paris).

(Ils se sont rencontrés et aimés à Paris, au moment de l’arrivée des troupes nazies dans la capitale)


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:40

Titre original : Casablanca
Titre original du script : Everybody Comes to Rick's
Réalisation : Michael Curtiz
Scénario : Julius J. Epstein, Philip G. Epstein, Howard Koch, Casey Robinson (non crédité), d'après une pièce de Murray Burnett et Joan Alison.
Production : Hal B. Wallis et Jack L. Warner
Société de production : Warner Bros. Pictures
Musique : Max Steiner
Photographie : Arthur Edeson
Montage : Owen Marks
Direction artistique : Carl Jules Weyl
Costumes : Orry-Kelly
Pays d'origine : États-Unis
Format : Noir et blanc - 1,37:1 - son mono - 35 mm
Genre : drame, romance
Durée : 102 minutes
Budget : 1 million de $
Box-office US : 4 millions de $
Dates de sortie :
États-Unis : 26 novembre 1942 (première à New York)


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:41

La distribution est remarquable par son internationalisme : seulement trois des acteurs crédités sont nés aux USA.

Acteurs crédités au générique :

Humphrey Bogart : Rick Blaine. Avec Casablanca, Bogart devint une star. Auparavant il n'avait joué que des rôles de gangster, interprétant des personnages nommés Rocks, Turkey, Whip, Chips, Gloves (et deux fois Dukes). En 1941, Le Faucon maltais lui offre son premier grand rôle, et High Sierra lui avait offert une certaine chaleur humaine mais Rick était le premier qui soit vraiment romantique.
Ingrid Bergman : Ilsa Lund Laszlo. Le site internet officiel de Bergman qualifie ce rôle comme son plus célèbre. Après un début prometteur à Hollywood dans Intermezzo, ses autres films n'avaient pas été de grands succès jusqu'à Casablanca. Ebert la qualifie de "lumineuse" et commente ainsi l'alchimie entre elle et Bogart: "elle peint le visage de Bogart avec ses propres yeux".
Paul Henreid : Victor Laszlo (Tchécoslovaquie). Henreid était un acteur autrichien d'origine aristocratique qui avait fui l'Allemagne nazie en 1935. Il était semble-t-il peu disposé à accepter ce rôle peu gratifiant (cela vous catalogue à jamais comme quelqu'un de raide selon Pauline Kael) jusqu'à ce qu'il soit assuré par Bogart et Bergman d'être bien rémunéré.
Claude Rains : Capitaine Louis Renault. Rains était un acteur britannique né à Londres.
Conrad Veidt : Major Heinrich Strasser de la SS. Acteur allemand, il avait incarné le fameux rôle de Cesare dans Le Cabinet du docteur Caligari en 1920. Marié à une actrice juive, il avait dû quitter l'Allemagne nazie et termina sa carrière en jouant des Allemands ou des nazis dans des films américains.
Sydney Greenstreet : Signor Ferrari. Un autre Britannique. Greenstreet avait débuté au cinéma avec Lorre et Bogart dans Le Faucon maltais.
Peter Lorre : Guillermo Ugarte. Lorre était un acteur austro-hongrois d'origine juive qui avait dû fuir l'Allemagne en 1933. Il avait incarné le fameux rôle du tueur dans M le maudit.
S.Z. Sakall : Carl (crédité S.K. Sakall). S.Z. Sakall était un acteur hongrois d'origine juive qui avait fui l'Allemagne en 1933 puis la Hongrie en 1940, pour les États-Unis.
Madeleine LeBeau : Yvonne. Française, femme de Marcel Dalio jusqu'à leur divorce en 1942.
Dooley Wilson : Sam. Arthur "Dooley" Wilson (1894-1953) était à la tête d'un orchestre très populaire dans les années 1920. Il est le seul acteur qui soit allé à Casablanca (lors d'une tournée en Europe et en Afrique du Nord). Mais il ne savait pas jouer du piano...[1]
Joy Page : Annina Brandel, la réfugiée bulgare. Joy Page était la belle-fille du directeur du studio Jack Warner.
John Qualen : Berger. John Qualen est né au Canada, mais a grandi aux États-Unis. Il apparaît dans de nombreux films de John Ford.
Leonid Kinskey : Sascha. Leonid Kinskey était né en Russie.
Curt Bois : le pickpocket. Curt Bois était un acteur juif allemand réfugié. Il peut prétendre au titre d'acteur à la plus longue carrière puisqu'il a fait sa première apparition au cinéma en 1907 et la dernière en 1987.
Acteurs non crédités au générique :

Marcel Dalio (Émile, le croupier). Star du cinéma français (La Grande Illusion et La Règle du jeu de Jean Renoir), il a fui l'invasion nazie et était réduit à des rôles mineurs à Hollywood. Il a été aussi un personnage clef dans un autre film avec Bogart, To Have and Have Not.
Helmut Dantine (Jan Brandel). Helmut Dantine, autrichien, avait été interné dans un camp de concentration après l'Anschluss.
Ludwig Stossel (Mr Leuchtag) : juif autrichien réfugié.
Monte Blue (un américain) : originaire des États-Unis.
Une partie de l'impact émotionnel du film est attribuée à la proportion importante d'exilés européens et de réfugiés parmi les rôles mineurs et les figurants. Ebert cite un témoin du tournage de la scène duel des chants : « la moitié des figurants avaient les larmes aux yeux... la plupart chantaient leur propre expérience de réfugiés de l'Allemagne nazie. » C'est Corinna Mura (Wall, USA) - non créditée - qui chante la Marseillaise.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:43

Le scénario original est inspiré d'un voyage en Europe de Murray Burnett, pendant lequel il a visité Vienne et le littoral du sud de la France, où coexistaient alors, peu facilement, des Nazis et des réfugiés. Dans cette pièce originale, le personnage d'Ilsa est américain ; elle ne rencontre pas Laszlo avant que sa relation avec Rick à Paris soit terminée; Rick est un avocat.

Les deux principaux contributeurs au scénario pour la Warner ont été les jumeaux Epstein (Julius et Philip) qui ajoutèrent plus d'éléments de comédie. D'autres contributeurs crédités, dont Howard Koch, les ont rejoints plus tard. Plusieurs scènes importantes ont été ensuite ajoutées par Casey Robinson (non crédité), en particulier les rencontres entre Rick et Ilsa dans le café. Malgré ces origines multiples, le scénario reste, selon le critique Ebert, "magnifiquement homogène et consistant".

Le metteur en scène Michael Curtiz était un émigré hongrois, arrivé aux États-Unis dans les années 1920 mais dont certains membres de la famille avaient fui l'Allemagne nazie.

Certaines scènes, comme celles qui montrent l'invasion de la France, ont été mises en scène par Don Siegel. Le tournage s'est déroulé du 25 mai au 3 août 1942. La première a eu lieu le 26 novembre suivant au Hollywood Theatre à New York.

La réalisation du film était très délicate, le scénario étant écrit au jour le jour. Michael Curtiz tourna chaque scène avec un soin immense, en ne sachant souvent pas là où il allait. Résultat, le film, un chef-d'œuvre absolu, est d'une perfection inégalée.

La musique du film a été écrite par Max Steiner qui était déjà connu pour avoir écrit la musique de Autant en emporte le vent. La chanson As Time Goes By d'Herman Hupfeld faisait partie du scénario original ; Steiner voulait la remplacer par une de ses compositions mais a dû y renoncer car Bergman s'étant coupé les cheveux pour son prochain rôle, les scènes qui mentionnaient la chanson ne pouvaient être refilmées. A la place, Steiner a basé sa partition sur cette chanson et sur La Marseillaise en les transformant pour exprimer l'atmosphère changeante du film. Remarquable est le « duel des chansons », dans lequel La Marseillaise est jouée par un ensemble orchestral (plutôt que par le petit orchestre présent dans le club de Rick) et qui s'oppose aux Allemands chantant Die Wacht am Rhein au piano. Les autres chansons principales sont It Had to Be You de 1924 avec des arrangements de Gus Kahn et une musique de Isham Jones, et Knock on Wood (musique de M.K. Jerome, arrangements de Jack Scholl).

Casablanca est le deuxième plus grand film américain de l'histoire du septième art.
Nommé huit fois aux Oscars en 1944, le film remportera finalement 3 statuettes :

Meilleur film
Meilleur scénario
Meilleur réalisateur


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:44

Limité au niveau budget, l'avion que l'on voit dans la scène finale est en réalité en carton, avec comme équipage des nains pour donner l'illusion d'un appareil de taille réelle.
En Allemagne, le film n'a pas pu sortir pendant la guerre, car il était considéré par les autorités comme une œuvre de propagande anti-nazie. Après la guerre, le film fut projeté mais avec vingt minutes de coupes; toutes les références au nazisme et le personnage du Major Strasser ayant été supprimées.
Ce sont notamment des exilés allemands ou juifs qui incarnent les rôles de nazis et qui ne pouvaient que se sentir concernés par le sujet du film.
En 1987, une copie spéciale a été projetée au Festival du film de Rio avec une fin alternative. Ingrid Bergman n'y prenait pas l'avion et retournait dans les bras d'Humphrey Bogart. Un épisode de la série Les Simpson propose également une fin alternative au film.
Une suite avait été envisagée, elle devait s'appeler "Brazzaville". Mais Ingrid Bergman s'étant désistée, le projet tomba finalement à l'eau. Cependant, une suite littéraire a été donnée en 1990 par Michael Walsh avec son roman "As time goes by".
Il est classé onzième dans le classement des meilleurs films de tous les temps sur le site de référence IMDB avec une note de 8,8/10.
Les références au film dans la culture populaire sont nombreuses et illustrent la popularité du film. Woody Allen réalisa un film dont le titre s'inspire du film, tandis qu'une des dernières scènes du Tailleur de Panama reprend la réplique finale de Casablanca.


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:45

http://fr.wikipedia.org/wiki/Casablanca_(film)


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:45



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:46



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:46



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:47



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:47



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:48



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:48



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:48



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:49

http://www.gonemovie.biz/WWW/Drama/Drama/EnglischCasablanca.asp


Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:50



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 40818
Age : 65
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   Mer 13 Mai 2009 - 18:51



Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE FILM CASABLANCA   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE FILM CASABLANCA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CAEN, le film
» Yo tambien ! (le film)
» Le Havre - Film "DISCO"
» film "Elle s'appelle Sabine"
» Paris (le film)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: MAROC :: VOYAGE A TRAVERS LES RUES DE CASABLANCA-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit