HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 9:08

LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA
Depuis le cinémas muet dans les années 20,
en passant par l'age d'or du cinémas dans les années 40,
ensuite les annees 50 de nos parents.
nos annees 60-70 (yahasra qui peut oublier ses artistes on a grandi avec leur photos regardez)
ses dames qui ont marquée l'histoire ducinéma, celles qui continuent a le marquer, et celles qui sont bien parties..

BRIGITTE BARDOT:


Elle naît à Paris le 28 septembre 1934 au 5 place Violet dans le 15éme arrondissement, d'un père industriel, propriétaire de deux usines, membre d'une riche famille bourgeoise, où elle est élevée normalement avec sa sœur, Marie-Jeanne. Très jeune, elle se passionne pour la danse classique et entre au Conservatoire de Paris. Pour les grandes vacances, elle se rend à Saint-Tropez où ses parents possèdent une maison. Son père était passionné de cinéma et adorait filmer. Sa mère aimait particulièrement la mode et la danse. Sa famille fait partie de la haute société. Ses parents fréquentèrent le tout-Paris. Ses parents avaient en autre comme amis, tous les directeurs de la presse et sa mère avait des amis dans le monde de la mode.

En 1949, à l'âge de 14 ans, elle est engagée par la directrice de Elle : Hélène Lazareff qui était une grande amie de sa mère ainsi que la directrice du Jardin des Modes grâce à sa mère, et devient mannequin. (Elle ne s'est bien-sûr pas fait remarquer dans un train en marche ou dans la rue par Hélène Lazaref: pure légende). Elle est promue « mascotte » du magazine Elle dont elle fait la couverture. Le réalisateur Roger Vadim qui était assistant de Marc Allegret, faisait aussi partie de la haute-société et ils se connaissaient. L'anecdote selon laquelle il l'aurait remarquée sur un Elle est une légende. Le coup de foudre est réciproque.

En 1950, les amoureux, lui âgé de plus de 20 ans et elle de 16 ans, se rejoignent pendant les vacances d'été à Cap Myrtes près de Saint-Tropez sans accord parental. Ils devront attendre la majorité de Brigitte pour se marier. Elle découvre l’amour et ne passera pas son bac.

En 1952, à 18 ans, Jean Boyer lui offre un petit rôle, son premier, dans Le Trou normand avec Bourvil, rôle qu'elle accepte pour l'amour de Vadim, sans savoir qu'elle entrait dans un monde qu'elle détesterait plus tard et dont elle aura du mal à sortir. Elle enchaîne avec Willy Rozier qui lui donne son premier grand rôle dans Manina la fille sans voiles. Elle se marie le 19 décembre.

En 1953, à 19 ans, elle joue dans le film Un acte d'amour. Au festival de Cannes, la simple starlette qu'elle est éclipse déjà les stars de l'époque. Son sex-appeal ébranle la croisette dont l'acteur Kirk Douglas qui a tenté de l'emmener aux États-Unis.

En 1956, à 22 ans, elle entre dans la légende du cinéma mondial, devient un mythe vivant, un modèle social et un sex-symbol international grâce au film de Roger Vadim, Et Dieu… créa la femme. Elle y joue le rôle de Juliette Hardy face à Curd Jürgens, Christian Marquand et Jean-Louis Trintignant. À sa sortie en France, le film eut un succès modéré ! La même année sortit La mariée est trop belle, film tourné avant mais sorti en fin d'année avec Louis Jourdan et Micheline Presle. En 1957, Et Dieu créa...la femme sortit aux États-Unis et là, le film fit sensation et déchaîna passion et attaques (notamment par la censure). Le film fut interdit dans certains Etats. Il eut un grand succès, c'est par le biais de ce succès américain que le film ressortit en France et y connut un franc succès.

Le mythe B.B. se créa : cheveux blonds clairs très longs en cascade de boucles et de crans ; maquillage : yeux fardés d'un eye-liner noir en s'étirant, bouche rouge ou rose vif entourée d'un tracé de crayon assorti; habillage : sexy, vêtements moulants, tailleurs, jupes princes-de-galle, taille entourée d'une grosse ceinture marquant sa taille, les robes vichy rose et blanc, jupes amples vichy noir et blanc, ballerines, jean's, tee-shirts etc...

Elle achète la Madrague sur la route des Canebiers à Saint-Tropez en 1958 et contribue à faire de ce village déjà connu dans les années 20 et 30 par des artistes et écrivains tels que Colette, un endroit de légende par sa seule présence et par les folles nuits de fêtes tropéziennes qu’elle anime. On lui prête une vie dissolue.

Elle enchaîne les films à succès avec les plus grand acteurs et les plus grands réalisateurs se l’arrachent. En 1957, elle tourna une comédie dans Une Parisienne avec Henri Vidal. Elle refusera les propositions fabuleuses d'Hollywood pour rester une valeur française. Dès lors, ses moindres faits et gestes seront épiés, déformés. Les papparazzi ne la lâcheront plus. Elle sera adulée et détestée comme aucune peu d'actrices de son vivant. Des millions de journaux feront de sa photo leur couverture à travers le monde, elle fera l'objet d'un nombre incalculable d'articles la mettant en vedette ou la dénigrant parfois violemment.

En 1959, elle joue dans Babette s'en va-t-en guerre de Christian-Jaque avec Francis Blanche et un acteur qu'elle impose, Jacques Charrier, qu'elle épouse en juin. Le 11 janvier 1960, elle accouche d'un garçon, Nicolas-Jacques Charrier, dont la naissance est un événement médiatique mondial. L'éprouvant tournage du film La Vérité. C'est un grand film et un grand classique avec Charles Vanel et Sami Frey ! Son incapacité à s'occuper de son enfant, son ménage mis à mal par les pressions de toutes parts, la trahison d'un proche, la pression inouïe des journalistes et les agressions perpétuelles des « fans » la poussent à bout. Brigitte fait une tentative de suicide le jour de son anniversaire, le 28 septembre 1960. Plongée dans le coma, elle s'en sortira par miracle.

Elle se sépare alors de Jacques Charrier et vit avec Sami Frey.

En 1963, à 27 ans, elle tourne dans le chef-d'œuvre cinématographique Le Mépris de Jean-Luc Godard avec Michel Piccoli et Jack Palance à Capri dans la célèbre Villa Malaparte conçue par l'architecte Adalberto Libera.

En 1962, elle entame son combat pour la cause des animaux en militant pour le pistolet d'abattage indolore dans les abattoirs.

En 1966, le milliardaire allemand Günter Sachs envoie une pluie de pétales de roses sur la Madrague depuis son hélicoptère pour lui déclarer son amour et la demander en mariage. Elle l'épouse en troisième noce. L'union durera quelques mois.

En 1967, elle participe au Sacha Show où elle chante avec Sacha Distel puis au Show Bardot qui connaît un succès télévisuel mondial, notamment aux États-Unis.

Serge Gainsbourg l'admire ! Il lui a écrit, entre 1962 et 1967, une dizaine de chansons parmi lesquelles ses plus grands succès : Harley Davidson, Bonnie & Clyde, Contact, Comic Strip (duo dont une version existe également en anglais), Bubble Gum, Je t'aime… moi non plus, L'Appareil à sous, Je me donne à qui me plaît...[1] Il lui dédie une chanson-hommage : Initials BB !

En 1970, Charles de Gaulle lui propose d’être le modèle du buste de Marianne exposé dans toutes les mairies de France. La plus belle des Mariannes ! Suivie par Mireille Mathieu, Catherine Deneuve, Sophie Marceau et Laetitia Casta.

En 1973, elle a 20 ans de carrière, soit près de 50 films et 80 chansons. Anticipant sa retraite artistique et médiatique, elle se retire à la Madrague à Saint-Tropez. Elle se consacre désormais à son autre passion : la défense des animaux.

En 1985, elle est faite Chevalier de la Légion d'honneur par le président François Mitterrand. L'année d'après, elle crée la Fondation Brigitte Bardot, organisme voué à la protection des animaux qu'elle finance par une vente aux enchères d'objets, bijoux et effets personnels afin d'obtenir les 3 millions de francs nécessaires, et auquel elle lègue la Madrague pour assurer sa pérennité. En 1992, la fondation est déclarée d'utilité publique par le Conseil d'Etat.

En 1992, elle épouse en quatrième noces Bernard d'Ormale, un industriel et politique du Front National avec qui elle vit retirée à Saint-Tropez.

En 2003, elle publie ses mémoires : Initiales BB (vendu à 500 000 exemplaires).





Dernière édition par le Lun 13 Aoû 2007 - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 9:23

Elizabeth Taylor (de son nom complet Elizabeth Rosemond Taylor), est une actrice américaine née avec la nationalité britannique, le 27 février 1932 à Hampstead (banlieue de Londres de parents tous deux Américains et originaires d'Arkansas City (Kansas).

Elizabeth prit ses premières leçons de danse à l'âge de trois ans. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, ses parents, installés de longue date en Angleterre, retournèrent vivre aux États-Unis. Sa mère, Sara, fut la première à partir, avec les enfants, tandis que son père restait à Londres pour régler quelques affaires en suspens. Ils s'installèrent à Los Angeles, où vivait la famille de Sara.

Elizabeth obtint son premier rôle au cinéma en 1941, dans un film pour les studios Universal. Ses parents signèrent ensuite un contrat avec la Metro-Goldwyn-Mayer, qui lui fit tourner Fidèle Lassie (Lassie Come Home), sorti en 1943, qui reçut un accueil favorable. Après deux autres films, le second pour la Twentieth Century Fox, elle obtint son premier rôle de « vedette », aux côtés de Mickey Rooney, dans National Velvet en 1944, interprétant une jeune fille qui entraîne un cheval en vue de remporter le Grand National, célèbre compétition hippique. Le film ayant apporté des recettes de plus de 4 millions de dollars, Elizabeth Taylor fut engagée avec un contrat de longue durée.

Tout en poursuivant sa carrière cinématographique, elle continua ses études jusqu'à l'obtention de son diplôme d'études secondaires le 26 janvier 1950.

Plusieurs fois « nominée » aux Oscars pour ses rôles, elle remporta deux fois l'Oscar de la meilleur actrice, en 1960 pour Vénus au vison (Butterfield 8) et à nouveau en 1966 pour Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who's Afraid of Virginia Woolf?).

En 1963, elle est devenue l'actrice la mieux payée du cinéma, ayant obtenu un cachet d'un million de dollars pour jouer le « rôle-titre » dans Cléopâtre pour la 20th Century Fox, sous la direction de Rouben Mamoulian puis de Joseph Leo Mankiewicz. C'est durant ce tournage qu'elle travailla pour la première fois avec son futur mari, Richard Burton, avec lequel commença aussitôt une liaison « orageuse ».

Une anecdote relative à ce tournage : harcelés par des journalistes voulant savoir si la liaison d'Elizabeth Taylor et de Burton n'aurait pas en réalité masqué une intrigue entre l'actrice et le metteur en scène, celui-ci rétorqua un jour avec humour, en présence et avec l'assentiment de Burton, que c'était un écran de fumée pour dissimuler une liaison qui aurait existé entre les deux hommes.
Liée à l'acteur Montgomery Clift par une longue « amitié amoureuse » sans espoir (en raison des préférences de l'acteur), Elizabeth Taylor fut mariée huit fois avec sept hommes différents :

du 6 mai 1950 au 29 juin 1951, avec Conrad Hilton Jr. (1926-1969) dit Nicky Hilton, héritier de la chaîne des hôtels Hilton et directeur de la TWA ;
du 21 février 1952 au 26 janvier 1957, avec l'acteur Michael Wilding (1912-1979) ;
du 2 février 1957 au 22 mars 1958, avec le producteur Michael Todd (1909-1958) dit Mike Todd, seule de ses unions à ne pas s'être conclue par un divorce ;
du 12 mai 1959 au 6 mars 1964, avec le chanteur Eddie Fisher, mariage durant lequel débuta la liaison avec Richard Burton ;
du 15 mars 1964 au 26 juin 1974, avec Richard Burton (premier mariage) ;
du 10 octobre 1975 au 29 juillet 1976, avec Richard Burton (second mariage) ;
du 4 décembre 1976 au 7 novembre 1982, avec le sénateur John Warner (né en 1927) ;
du 6 octobre 1991 au 31 octobre 1996, avec l'industriel Larry Fortensky.
De ses différentes unions, Elizabeth Taylor a eu plusieurs enfants :

avec Michael Wilding : Michael Howard Wilding (né le 6 janvier 1953), Christopher Edward Wilding (né le 27 février 1955) ;
avec Michael Todd : Elizabeth Frances Todd, surnommée Liza (née le 6 août 1957) ;
En outre, durant son mariage avec Eddie Fisher, en 1964, elle entama avec celui-ci des démarches visant à l'adoption d'une petite fille, qui fut en fin de compte adoptée par Taylor et Burton : Maria Burton (née le 1er août 1961).

Elizabeth Taylor a consacré beaucoup de temps et d'énergie à la collecte de fonds pour la lutte contre le SIDA. Elle a également aidé au lancement de l'American Foundation for AIDS Research (amfAR), après la mort de son ami et partenaire (au cinéma) Rock Hudson. On estime qu'en 1999, elle avait contribué à la collecte d'au moins 50 millions de dollars pour financer la recherche contre la maladie. Elle a été honorée de plusieurs récompenses pour ses activités caritatives.

Par ailleurs, en 1999, elle a été titrée commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique par la reine Élisabeth II, ce qui lui donne droit à l'appellation protocolaire Dame Elizabeth Taylor.

Depuis le début des années 1980, elle vit à Bel Air (Californie).

Ses empreintes de main et de pied ont été « immortalisées » dans la cour d'honneur du Grauman's Chinese Theater, tandis que, à Hollywood, sur la « promenade des célébrités » (Hollywood Walk of Fame), une des 2 000 étoiles porte son nom, à hauteur du 6336 Hollywood Boulevard.


Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 18:25

Claudia Cardinale, née Claude Joséphine Rose Cardinale, est une actrice italienne, née à Tunis (Tunisie) le 15 avril 1938.

Claudia Cardinale est la fille d'un ingénieur italien installé à Tunis. Le français est sa langue maternelle, et bien qu'ayant toujours eu la nationalité italienne, elle n'a vraiment maîtrisé l'italien qu'à l'âge adulte. Ses premiers contacts avec le cinéma ont lieu en 1955 à Venise, durant la Biennale, au cours d'un voyage qui lui a été offert après qu'elle a gagné, à dix-sept ans, l'élection de « la plus belle italienne de Tunis ». Cependant, désirant être institutrice, elle décline toutes les propositions qui lui sont faites et ne fait qu'une brève apparition dans un court métrage, Anneaux d'or de René Vautier.

Ses véritables débuts dans un long métrage se feront en 1958 dans Goha de Jacques Baratier et surtout Le Pigeon de Mario Monicelli, sous l'égide du producteur Franco Cristaldi qu'elle épousera en 1966.

Dans les années 1960, on la retrouve à l'affiche de nombreux succès critiques et publics. De célèbres réalisateurs vont se « disputer » sa présence devant leurs caméras. Ce sont Mauro Bolognini, Abel Gance, Luchino Visconti, Henri Verneuil, Philippe de Broca, Luigi Comencini, Federico Fellini, Blake Edwards, Henry Hathaway, ou Sergio Leone.

Sa présence aux côtés d'Alain Delon dans Rocco et ses frères et dans Le Guépard de Visconti, et aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans Cartouche la font connaître du public français, alors que le succès aux États-Unis et une renommée internationale lui viennent en 1963 de Huit et demi de Federico Fellini et La Panthère rose de Blake Edwards puis, en 1964, du film Le Plus grand cirque du monde d'Henry Hathaway, confirmés en 1968 par Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone.

Les années 1970 et 1980 la voient alterner avec bonheur les rôles :

Réalisations italiennes avec Marco Ferreri, Luigi Comencini, Franco Zeffirelli, Marco Bellocchio, Luchino Visconti (avec qui elle a joué quatre fois) et surtout son mari, le producteur Pasquale Squitieri.
Réalisations françaises avec Christian-Jaque, José Giovanni, Michel Lang, Nadine Trintignant, Diane Kurys ou Robert Enrico.
Réalisations internationales avec Jerzy Skolimowski, Mikhaïl Kalatozov, George P. Cosmatos, Alan Bridges, Werner Herzog ou Blake Edwards (pour Le Fils de la panthère rose, 30 ans après le premier rôle).
A partir de la fin des années 1990, elle tourne moins, se consacrant davantage au théâtre ou à l'écriture.

En 1993, elle est membre du jury pour la sélection officielle des longs métrages au Festival de Cannes.

Dans les années 2000, elle monte sur scène à Paris, interprétant, en 2000, La Vénitienne (anonyme du XVIe siècle) et Doux oiseaux de jeunesse de Tennessee Williams en 2005.

Claudia Cardinale doit son succès à une alchimie mariant sa beauté, sa voix chaude et légèrement rauque et voilée, et d'indéniables talents d'actrice. Entre 1958 et 1976, il ne s'est pas passé une année sans qu'elle ne fasse la couverture d'un magazine.

Elle a toujours adopté des positions politiques marquées par des idées libérales. De gauche, elle s'est souvent battue pour des causes concernant les droits des femmes et des homosexuels. Elle a apporté sa contribution à nombre de causes humanitaires. Elle vit à Paris qu'elle considère comme sa véritable patrie.
Selon Franz Olivier Giesbert dans son livre la tragédie du Président, p. 273, elle aurait eu une liaison avec Jacques Chirac. En 1999, l'UNESCO l'a désignée Ambassadrice de bonne volonté.

« J’ai été une star, très jeune. Je n'ai pas de mérite, le destin en a décidé ainsi. Une étoile a toujours veillé sur moi ». Cette phrase est extraite de son livre autobiographique, paru le 20 janvier 2005, Mes étoiles, aux éditions Michel Lafon.


Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 18:38

Sophia Loren, de son vrai nom Sofia Villani Scicolone, est une actrice italienne née le 20 septembre 1934 à Rome.

Elle est la veuve du producteur de cinéma Carlo Ponti (1912-2007). Il y aura deux mariages, l'un en septembre 1957 qui sera annulé pour non-enregistrement du divorce de Carlo Ponti et de sa précédente épouse, l'autre le 9 avril 1966.

Elle est la tante d'Alessandra Mussolini, femme politique italienne : la mère de celle-ci, Anna Maria, sœur de Sophia, a épousé Romano Mussolini, un fils du dictateur Benito Mussolini.

Fille illégitime de l'ingénieur Riccardo Scicolone, Sofia est emmenée par sa mère Romilda Villani, enseignante de piano, qui déménage de Rome à Pouzzoles avec Sofia.

Sofia Scicolone passe une enfance et une jeunesse difficiles à Pouzzoles, ville portuaire d'environ 80 000 habitants à une quinzaine de km de Naples, (région de Campanie). Fortement encouragée par sa mère, elle « monte » à Rome dès l'âge de seize ans (1950) pour chercher fortune dans le cinéma. Elle réussit à se tailler une certaine réputation en apparaissant dans des romans-photos sous le pseudonyme de Sofia Lazzaro et obtient des petits rôles dans des films, ou elle est parfois apparue seins nus, comme Si Si, Era lui... ! ou Deux nuits avec Cleopâtre en 1951, alors qu'elle n'avait que 16 ou 17 ans.

La photo de Sophia Loren seins nus a d'ailleurs été reprise quelques années plus tard dans Playboy, quand le statut de star de l'actrice était devenu réalité. Elle ne s'est jamais remontrée explicitement nue depuis, arguant du fait qu'elle ne sentait pas à l'aise dans ces conditions et que « Sophia Loren nue, ça représente beaucoup de nudité ».

C'est sur le tournage, en 1952, du film Sous les mers d'Afrique de Giovanni Roccardi que naît Sophia Loren, ainsi « re-baptisée » par le producteur Goffredo Lombardo et qu'un autre producteur Carlo Ponti, qu'elle épousera plus tard malgré qu'il soit de 22 ans son aîné, lui fait signer un contrat de sept ans. Elle va alors entamer sa longue et prestigieuse carrière, avec des rôles de femmes « populaires » dans Le Carrousel fantastique (Carosello napoletano) d'Ettore Giannini en 1953, puis L'Or de Naples (L'Oro di Napoli) de Vittorio de Sica et Dommage que tu sois une canaille (Peccato che sia una canaglia) d'Alessandro Blasetti en 1954, ainsi que Par dessus les moulins (La Bella mugnaia) de Mario Camerini en 1955.

Rapidement, Sophia Loren va acquérir une renommée internationale grâce à sa provocante et explosive beauté qui, cependant, n'a jamais entamé l'aspect artistique et l'indubitable grâce qu'elle exprima en tant qu'actrice dramatique pendant toute sa carrière.
En 1955, elle fait la couverture de Life magazine alors que Carlo Ponti envisage pour elle une carrière internationale.

La période de 1957 à 1961 sera sa période Hollywood et jouera sous la houlette de Jean Negulesco, Stanley Kramer, Henry Hathaway, Delbert Mann, Carol Reed, George Cukor, Melville Shavelson, Sidney Lumet, Michael Curtiz, mais c'est surtout Martin Ritt qui lui apportera sa première consécration avec le film L'Orchidée noire (The Black Orchid) où son rôle de Rose Bianco lui fera obtenir la Coupe Volpi de la meilleure actrice à la Mostra de Venise en 1958. Elle aura de plus, eu l'occasion de côtoyer les « monstres sacrés » du cinéma hollywoodien que sont Cary Grant, Frank Sinatra, John Wayne, Anthony Perkins, William Holden, Trevor Howard, Anthony Quinn, George Sanders, Peter Sellers, Clark Gable, John Gavin, Charlton Heston et Raf Vallone.

Entre temps, en 1960, paraît le film de Vittorio de Sica, La Paysanne aux pieds nus (La Ciociara) où elle tient le rôle de Cesira aux côtés de Jean-Paul Belmondo. Ce sera une avalanche de récompenses pour Sophia Loren : Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes, David di Donatello de la meilleur actrice, Ruban d'argent de la meilleure actrice principale, NYFCC Award de la meilleure actrice et Oscar de la meilleure actrice.

C'est sans doute le succès de La Ciociara qui la fait revenir devant les caméras italiennes et plus précisément celle de Vittorio de Sica. On la verra successivement dans Boccace 70 (Boccaccio '70) et Les Séquestrés d'Altona (I Sequestrati di Altona)' en 1962, Hier, aujourd'hui et demain (Ieri, oggi, domani) en 1963, Mariage à l'italienne (Matrimonio all'italiana) en 1964. Un peu plus tard, ce sera Les Fleurs du soleil (I Girasoli) en 1970 et Le Voyage (Il Viaggio) en 1974. En tout, ce seront huit films qu'il réalisera avec Sophia Loren en tant qu'actrice et lui-même, en sa qualité d'acteur, se retrouvera six fois à côte d'elle.

Un autre fidèle de Sophia Loren aura été Marcello Mastroianni. Leurs « parcours » se croiseront pas moins de douze fois.

En 1977, le film d'Ettore Scola, Une journée particulière (Una Giornata particolare) sera, en quelque sorte, le « chant du cygne » ou, à tout le moins, le dernier « haut fait » de la carrière d'actrice de Sophia Loren. Elle essayera de revenir en 1984 dans Aurora (Qualcosa di biondo) de Maurizio Ponzi avec son fils Edoardo Ponti qui loa dirigera en 2002 dans Cœurs inconnus (Between strangers, Cuori estranei) qui sera projeté à la Mostra de Venise.
Cependant, les temps changent et les goûts également. Le public n'est plus aussi friand d'actrices de la beauté et de la grâce de Sophia Loren qui finit par passer de mode.

À partir de 1984, les récompenses qu'elle se verra offrir (à part le NBR Award de groupe pour Prêt-à-porter) seront des prix à l'honneur de sa carrière, Oscar d'honneur, David di Donatello spécial, et autres Golden Globe de remerciement... En 1991, elle sera décorée de la Légion d'honneur.

En juillet 2006, elle pose pour la 33e édition du calendrier Pirelli et devient ainsi, à 71 ans, le modèle le plus âgé ayant posé pour le célèbre calendrier du manufacturier italien.

http://www.sophialoren.com/about/photos/black/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 18:58

Gina Lollobrigida, de son vrai nom Luigina Lollobrigida, naît le 4 juillet 1927 à Subiaco en Italie.

Elle arrive à Rome en 1945 pour poursuivre des études dans un lycée préparatoire aux carrières artistiques. Elle prend des leçons de chant et débute comme beaucoup de vedettes italiennes des années 1950, par le roman-photo en vogue.

Gina, qui alors se faisait appeler Diana Loris, a la chance d'être remarquée par la presse d'une part. Un journaliste italien écrit : "C'est une nymphe issue en droite ligne d'un récit d'Homère et qui a le don de transformer tout mâle en satyre".

Le cinéma ensuite. Riccardo Freda lui confie un tout petit rôle dans "L'Aigle Noir" (1946). A la même époque, Gina participe au concours de Miss Italie et prend la troisième place derrière Lucia Bosé et Gianna Maria Canale !


En 1949, elle se marie avec Milko Skofic avec qui elle aura son seul enfant : Miko Skofic Jr. Ils divorceront en 1971.

En 1950, le producteur Howard Hugues l'appelle à Hollywood et veut lui faire signer un contrat de 7 ans avec la RKO mais Gina préfère rentrer en Italie.Les années passent, peu à peu des cinéastes tels Lattuad, Costa, Zampa. Lizzani, Camerini, Blasetti, Germi lui offrent des rôles qui confirment son talent et sa fulgurante beauté.

Finalement le français Christian-Jaque l'impose en faisant d'elle la partenaire de Gérard Philipe dans "Fanfan La Tulipe". René Clair l'engage d'emblée pour être l'une de ses "Belles De Nuit". La même année, Soldati fait d'elle "La Provinciale Marchande D'Amour". Comencini avec "Pain Amour Et Fantaisie" consacre définitivement Gina Lollobrigida au rang des vedettes.


En 1954, Gina Lollobrigida retrouve Comencini et De Sica dans "Pain, Amour Et Jalousie". La même année, elle est l'héroïne du remake du "Grand Jeu". Enfin après "La Belle Romaine", elle tourne aux côtés de Bogart dans "Plus Fort Que La Diable" de John Huston.

En 1956, elle campe une inoubliable Esmeralda dans "Notre-Dame De Paris". Dès lors les portes des studios américains s'ouvrent toutes grandes devant elle. Elle est désormais une vedette internationale qui va pouvoir rivaliser avec les actrices US. King Vidor l'ait d'elle une superbe reine de Saba. Robert Mulligan avec "Rendez-Vous De Septembre" lui permet de faire une excellente composition.


Hélas, alors qu'elle connaît un succès indiscutable, Gina Lollobrigida accepte de tourner toute une série de films qui n'ajouteront pas grand-chose à sa gloire.

Il faudra attendre 1971 et "Les Aventures De Pinocchion" pour la retrouver dans un rôle digne d'elle celui de la fée Turquoise.

Elle est aussi surnommée Le Mona Lisa du vingtième siècle.

Une de ces citations :

"La popularité a un côté lumineux, elle ouvre beaucoup de portes. Mais la vérité est que je ne l'aime pas beaucoup parce qu'elle change la vie privée en chose très petite"


Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 19:16

Ursula Andress est une actrice suisse, née le 19 mars 1936 à Ostermundigen, canton de Berne. Elle est mariée et a un fils.


Elle débute en 1954 dans Les Aventures de Casanova de Steno. Elle fut l'un des principaux sexe-symboles des années 1960. L'une des scènes les plus célèbres est sa sortie de l'eau en bikini dans le premier film de James Bond, James Bond 007 contre Dr. No.

Elle était la petite amie de James Dean à la mort de celui-ci en 1955.

En 1965, elle a posé nue pour le magazine Playboy.

Elle a épousé John Derek en 1957. Ils ont divorcé en 1966.



Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 19:26

Raquel Welch est une actrice américaine née le 5 septembre 1940 à Chicago, Illinois (États-Unis).
Née d'un père bolivien, elle a fait son lycée à La Jolla, Californie jusqu'en 1957 : la dernière année elle gagne le concours Miss Fairest of the Fair à San Diego; avant ses vingt ans, elle avait décroché les titres de "Miss Photogenic", "Miss Contour" et "Miss Maid of California". Tout au long de sa carrière, elle a été célèbre pour sa beauté. Elle commence comme serveuse dans les coktails, mais obtient assez vite des rôles de jloie fille dans le cinéma.

Son contrat pour Cannery Row (1982) ayant été dénoncé, et alors qu'elle avait été remplacée par Debra Winger, elle fit un procès qu'elle gagna contre la MGM qui lui reversa 10 millions de dollars.

Elle a une résidence dans l'île de Moustique

Mariée à :

James Welch (8 mai 1959 - 1964), deux enfants (Damon Welch et Tahnee Welch), mais divorcée
Patrick Curtis (14 février 1967 - 1972), mais divorcée
André Weinfeld (5 juillet 1980 - 1990), mais divorcée
Richard Palmer (17 juillet 1999), un restaurateur, mais ils sont séparés.


Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 19:35

Grace Patricia Kelly (12 novembre 1929 - 14 septembre 1982), devenue Princesse Grace de Monaco, était une actrice monégasque d'origine américaine. Elle épousa le prince Rainier III de Monaco et fut la seconde princesse d'origine américaine de la principauté monégasque.

Née à Philadelphie en Pennsylvanie, États-Unis, elle est la fille des « rois de la brique » de Philadelphie, émigrants irlandais et catholiques. Son grand-père a construit la fortune familiale, réalisant ainsi le « rêve américain ». Son père, John B. Kelly, Sr., avait remporté une médaille d'or olympique en 1920. Sa mère était d'origine prussienne.

Le frère de Grace, John junior, devint maire de Philadelphie.

Éduquée au couvent des dames de l'Assomption de Philadelphie, elle souhaite devenir comédienne à 17 ans, malgré l'opposition de sa famille. Elle pose pour Coca-Cola et Colgate afin de payer ses cours d'art dramatique à New York. Grace Kelly devint mannequin de mode et apparut dans son premier film en 1951, Fourteen Hours à 22 ans. L'année suivante, elle obtient le premier rôle dans Le train sifflera trois fois, un western avec Gary Cooper.

En 1953, elle joue dans Mogambo, un drame amoureux dont l'action se déroule dans la jungle kenyane. Donnant la réplique à Clark Gable et Ava Gardner, elle est mise en nomination pour l'Oscar du meilleur second rôle féminin. Elle joue ensuite dans trois films d'Alfred Hitchcock : Le crime était presque parfait, Fenêtre sur cour et La Main au collet.

En 1955, elle remporte l'Oscar de la meilleure actrice pour The Country Girl. Pendant le tournage de ce film, elle aurait eu une relation amoureuse avec Bing Crosby.

Elle souhaite épouser le comte Oleg Cassini, le couturier de Jackie Kennedy, mais celui-ci étant plus vieux qu'elle et plusieurs fois divorcé, les parents de Grace s'opposent à cette union.

Le prince Rainier de Monaco rend visite en voisin au tournage de la Main au collet d'Hitchcock qui se déroule à Cannes. Sur l'instigation de Paris Match, ils se rencontrent pour une séance de photos au palais princier. Par le biais du père Tucker, un irlandais de Philadelphie, confesseur du prince, Rainier est invité pour les fêtes de fin d'année dans la famille Kelly. C'est durant ce séjour que Grace et Rainier s'éprennent l'un de l'autre et annoncent leurs fiançailles. Elle accepte de renoncer à sa carrière cinématographique après la comédie musicale High Society (1956), comédie chantée avec Bing Crosby et Frank Sinatra, qui deviendra l'ami de la famille Grimaldi et sera le parrain de Stéphanie de Monaco.

La relation entre Grace et Rainier provoque de nombreuses rumeurs. La presse à sensation prétend que non seulement le prince aime les belles actrices (comme la Française Gisèle Pascal avant Grace), mais qu'il s'assure en plus de leur fertilité pour assurer un héritier à la principauté.

Après un mariage princier le 19 avril 1956, retransmis dans le monde entier, ils ont eu trois enfants :

Caroline Louise Marguerite, née le 23 janvier 1957.
Albert Alexandre Louis Pierre, « prince héréditaire » et marquis des Baux, né le 14 mars 1958, devenu prince de Monaco le 6 avril 2005.
Stéphanie Marie Élisabeth, née le 1er février 1965.
Supportrice de l'AS Monaco, elle imagine le maillot de l'ASM en 1960, ce qui leur porte chance, puisque l'équipe remporte le championnat la même année, malgré les banderoles des supporters adverses proclamant : « Monaco a fini de "régner" » et « Pas de "grâce" pour Monaco ».

Peut-être victime d'un accident vasculaire cérébral, elle perdit le contrôle de sa Rover P6 à moteur V8, alors qu'elle quittait la résidence de Roc-Agel, propriété de la famille princière sur les hauteurs de Monaco. Sa voiture quitta la route (CD 37) dans un lacet à Cap d'Ail et dévala une pente à-pic pour s'immobiliser sur le parking d'un villa 50 mètres en contre-bas. Elle décéda des suites des blessures de cet accident le 14 septembre 1982. La princesse Stéphanie qui l'accompagnait fut sérieusement blessée.

La princesse Grace est enterrée dans l'abside de la cathédrale de Monaco, à Monaco-Ville.

La princesse était, en plus de sa générosité à l'égard des déshérités et des artistes comme elle (elle a aidé Joséphine Baker et lui a offert sa sépulture à Monaco), une dame d'une rare distinction et d'une très grande élégance. Son décès a profondément marqué ses contemporains.

http://lemurmuredesfantomes.site.voila.fr/91_monaco_accueil.html

Revenir en haut Aller en bas
MAYTE
Medaille d'Or


Nombre de messages : 1719
Age : 71
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 19:37

Bonjour ANITA,

C'est vrai qu'elle étaient belles ces stars que l'on a connues. Pendant les années 60, on aimait essayer de ressembler à l'une d'elles, tu vois, à mon avis, certaines avaient un look qui correspond à celui d'aujourd'hui, coiffure ou maquillage, tu ne trouves pas ?

Bisou
amitie
Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 19:41

Née le 1er juin 1926 à 9h30 du matin au Los Angeles Général Hospital. Sur le certificat de naissance on peut lire Norma Jeane Mortensen mais elle fut parfois appelée Norma Jeane Baker. On ignore qui est vraiment son père, le nom de Mortensen est celui du second mari de sa mère mais celui-ci l'aurait quittée avant la naissance de Norma Jeane. D'autre part, la mère de Norma Jeane avait une liaison avec un de ses collègues de travail pendant l'absence de son mari et cela durant plusieurs mois. L'enfance de Norma Jeane est assez chaotique. Sa mère la place en famille d'adoption alors que le bébé n'est âgé que de quelques jours. Sa mère ne vient la voir que le week-end et parfois reste longtemps sans voir sa fille car elle fait de fréquents séjours en hôpitaux psychiatriques. Il semble que cela soit un trait particulier à la famille maternelle de Norma Jeane. Les sept premières années de la petite fille sont assez stables. Ayant mis assez d'argent de côté pour s'offrir un bungalow la mère de Norma Jeane récupère sa fille. Cette situation ne dure pas longtemps car sa mère est de nouveau internée en clinique psychiatrique. Norma Jeane est confiée à diverses familles d'adoption et orphelinats sous la tutelle de sa "tante" Grace une amie de sa mère. Mais lorsque Grace décide de se marier elle délaisse quelque peu Norma Jeane, celle-ci n'ayant pas une enfance très gaie en est très éprouvée. Grace obtient la tutelle officielle de l'enfant et celle-ci vient donc vivre avec Grace, son mari et occasionnellement les enfants de celui-ci.

A 16 ans Norma Jeane épouse Jim Dougherty un voisin de 5 ans son aîné. Mariage quelque peu "arrangé" par "tante Grace". La cérémonie à lieu le 19 juin 1942 à 20h30. Norma Jeane entame une vie de femme au foyer, mais la guerre incite son mari à s'engager dans la marine. Malgré la fréquentation assidue du cinéma de son quartier Norma Jeane s'ennuie ferme. Elle trouve du travail comme vérificatrice de parachutes à la R. Plane Co.

C'est un photographe de l'armée ayant pour consigne de photographier des femmes au travail pour relever le moral des troupes qui la remarque. Elle fait la couverture du magazine "Fank" du 26 juin 1945. Pleine d'assurance et nourrie de rêves de gloire depuis son enfance, elle se présente à l'agence de mannequins d'Emmeline Snively "Blue Book". C'est Miss Snively qui l'incite à se décolorer en blonde pour plus de "piquant". Elle commence alors à se dire que la carrière de mannequin est incompatible avec celle d'épouse et malgré les réticences de Jim obtient le divorce qui sera prononcé le 2 octobre 1946.

Dès 1946 elle fait la couverture de tous les magazines, Miss Snively lui arrange une entrevue avec Ben Lyon le recruteur de talents de la 20th Century Fox qui lui permit de faire un bout d'essai. Le verdict est sans appel : elle est pourvue d'une qualité déterminante, le "sex-appeal". Daryl Zanuck donna l'ordre à Lyon de lui faire signer un contrat. Mais Lyon a une initiative de génie c'est de donner un nouveau nom à cette nouvelle femme. Il propose Marilyn en hommage à l'actrice Marilyn Miller et c'est Norma Jeane qui propose Monroe le nom de famille de sa grand-mère maternelle. Elle n'accepta néanmoins d'en faire son nom légal que 7 ans avant sa mort.

Elle tourne deux petits rôles pour la Fox mais son contrat n'est pas renouvelé. Elle signe alors un contrat d'essai de 6 mois avec la Columbia où elle joue quelques rôles secondaires dans des films de série B. Pendant ce temps elle prend des cours d'art dramatique et de diction. La Columbia ne renouvelle pas son contrat. Marilyn se trouve au chômage. Elle accepte alors de poser pour de nombreux reportages photographiques notamment avec Tom Kelley qui réalisa le fameux calendrier scandale ou elle pose nue.

En 1950 Groucho Marx l'engage pour le film "La pêche au trésor" car selon ses dires "elle a le plus beau cul de la profession !" Depuis quelques mois elle vit avec Johnny Hyde un agent important et fortuné qui veut l'épouser et en faire son héritière mais elle ne veut pas en entendre parler. Il arrive quand même avant sa mort à faire engager Marilyn pour le film de John Huston "Asphalt Jungle". A la sortie du film c'est un gros succès personnel pour Marilyn. La M.G.M. est submergée de courrier à son sujet mais lui refuse un contrat. La Fox l'engage. Sa carrière est lancée. C'est alors qu'éclate le scandale du calendrier (en 1952). La Fox affolé demande à sa vedette de nier qu'il s'agit d'elle. Marilyn refuse et s'explique publiquement. "J'avais besoin d'argent" dira-t-elle.

Au sujet du scandale de ce calendrier, la poste estima qu'il avait un caractère pornographique et en interdit la diffusion dans certains états. Une version retouchée est alors apparue avec des vêtements dessinés sur la photo originale.

Début 1952, elle rencontre Joe DiMaggio, idole du base-ball. Ils se marient le 24 janvier 1954, mais Joe ne supporte pas le succès de Marilyn, le regard des hommes sur elle, ses décolletés et ses jupes moulantes, le divorce est prononcé le 27 octobre 1954.

Marilyn est avide de respectabilité selon ses dires, elle rêve d'un foyer, d'enfants, d'une vie normale en parallèle à sa carrière. Cela semble bien sûr assez difficile à concilier. Celle qui reçoit ± 250 demandes en mariage par semaine entreprend de soigner son image de marque et part à New York suivre les cours de l'"Actors Studio" dirigé par Lee Strasberg. Elle y recueille beaucoup de satisfactions et de gratifications tant elle se montre bonne élève.

À l'époque on la voit beaucoup au bras de Marlon Brando. C'est aussi à cette période que s'amorce sa relation avec Arthur Miller.

Auteur dramatique, marié et père de 2 enfants, celui-ci obtient le divorce d'avec sa femme le 11 juin 1956 et épouse Marilyn le 29 juin 1956 (mariage civil). Le 1er juillet eu lieu une cérémonie juive traditionnelle, Marilyn s'étant convertie au Judaïsme. Toujours en recherche d'une "vraie" famille, elle s'intègre totalement à la cellule familiale de Miller, ses 2 enfants et ses parents. L'été 1956 passé à Amagansett fut l'époque la plus heureuse de la vie de Marilyn. En Juillet elle se découvre avec joie enceinte mais c'est un bonheur de courte durée car il s'agit d'une grossesse extra-utérine qu'il faut interrompre au grand désespoir de Marilyn qui sombre dans la dépression. A deux reprises on la sauve d'overdoses de barbituriques. Le métier d'écrivain de Miller l'oblige à une certaine solitude qui au début, semble convenir à Marilyn, mais à la longue, l'isolement lui pèse et Miller insiste pour qu'elle accepte le tournage de "Certains l'aiment chaud". Sur les plateaux de cinéma elle agace tout le monde par ses caprices et aussi ses nombreux retards. Fin décembre, elle fait une fausse couche et même le triomphe de "certains l'aiment chaud" ne la sort pas de sa déprime. Son couple se détériore. Pendant le tournage du film "Le milliardaire" le bruit court d'une idylle entre Marilyn et Yves Montand. Il est plus probable que Marilyn ait eu un béguin pour lui mais qu'il n'ait pas voulu de cette aventure. Pendant le tournage du film "Les désaxés" spécialement réécrit par Miller pour Marilyn, les relations du couple vont de mal en pis. Ils se séparent en novembre 1960. Le divorce sera prononcé le 20 janvier 1961. Suit alors une longue période de dépression. Séjours en clinique, abus d'alcool et de médicaments.

Début 1962 Marilyn à (probablement) une liaison avec Robert Kennedy. Cela semble lui remonter le moral, elle entame le tournage d'un autre film.

En mai 1962, elle est conviée à chanter "Happy Birthday" au Madison Square Garden pour l'anniversaire du Président Kennedy. Mais elle l'interprète à sa manière en chantant, susurrant, haletant... Ce à quoi le Président répondit : "Après d'aussi douces paroles, je peux prendre ma retraite". Le tournage de "Quelque chose doit craquer" est interrompu en juin 1962, Marilyn étant trop épuisée physiquement ne peut continuer. Elle sera contrainte ainsi que Dean Martin son partenaire (qui prend sa défense) à payer des dommages et intérêts à la Fox pour rupture de contrat.

Le matin du 5 août 1962 on découvre Marilyn morte à son domicile. Officiellement l'enquête conclut à un suicide, mais saura-t-on jamais ce qui s'est réellement passé?

Plus de 40 ans ont passés et le mythe Marilyn est toujours bien vivant.

Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 19:47

Bonjour Mayte, ces bombes ont fait rever, tout le monde dans une epoque ou il n'y avait que le grand ecran "le cinema", on etait fou de cinema, et en plus c'etait permanent.
Ala maison Soly achetait cine tele-revue, et on pouvait decouper les photos de nos stars, pour les coller sur des cahiers.
Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 19:52

Sarah Montiel
Maria Antonia Abad Fernandez mieux connue sous le nom de Sara (quelquefois Sarita, petite Sara) Montiel née à Campo de Criptana, Ciudad Real, Espagne, le 10 mars 1928, est une actrice de cinéma et une chanteuse espagnole.

Elle commence sa carrière d'actrice de cinéma en 1944 avec le pseudonyme de María Alejandra, mais son nouvel agent Enrique Herreros lui suggère d'opter pour celui de Sara Montiel.

En 1956 Sara Montiel se marie avec Anthony Mann, avec qui elle divorcera 1963.

En 1964, elle connaît un nouvel amour et se marie avec l'ingénieur Vicente Ramírez Olalla à Rome, mariage qui sera annulé en en 1978.

En 1979 elle recontacte un nouveau mariage avec Pepe Tous, le patron du journal de Mallorque Última hora, et adopte ses enfants Thais et Zeus et avec qui elle reste jusque sa mort en août 1992.

En octobre 2002, Sara Montiel se remarie à Madrid, avec Antonio Hernández qui elle divorcera 2004.

Autres affairs important avec Juan Plaza 1951-1953, Maurice Ronet 1959 Giancarlo Viola 1965-1970, 1993-2002, 2004-2007.

Tres tres grande actrice espagnole, elle a joue dans des dizaines de films a grands succes.

Revenir en haut Aller en bas
Anita Anidjar Ponte
Medaille d'Argent
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 61
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   Lun 13 Aoû 2007 - 20:03

MARISOL LA PETITE FILLE DE NOTRE ENFANCE

Nee le 4 fevrier 1948 a Málaga, España.
De son vrai nom Pepa Flores.



Revenir en haut Aller en bas
tanjaoui
Medaille d'Or
avatar

Nombre de messages : 1148
Age : 48
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: les belles dames qui ont marqué le cinéma   Mar 28 Aoû 2007 - 16:07

Bravo à lalla Anita,
Tu as fait du joli travail 10/10 555
allez maintenant je vais voir ta rubrique de stars masculins.
ciao
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES BELLES DAMES QUI ONT MARQUEES L'HISTOIRE DU CINEMA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous voulez lire une petite (longue) histoire de ma vie?
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: YAHASRA :: YAHASRA NOS PHOTOS, MOTS ET SOUVENIRS DU MAROC-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit