HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR

HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC-CASABLANCA-RABAT-MAZAGAN-MOGADOR-AGADIR-FES-MEKNES-MARRAKECH-LARACHE-ALCAZARQUIVIR-KENITRA-TETOUAN-TANGER-ARCILA-IFRANE-OUARZAZAT-BENI MELLAL-OUEZANE
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RABBI MOISE BEN MAIMON "LE RAMBAM"

Aller en bas 
AuteurMessage
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41235
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: RABBI MOISE BEN MAIMON "LE RAMBAM"   Ven 22 Juin 2007 - 9:21

Les musulmans le connaissent sous le nom de Mussa bin Maimun ibn Abdallah al-Kurtubi al-Israili.

Le rabbin Moïse Maïmonide, ou Rabbi Moshe ben [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (רבי משה בן מיימון), dit le Rambam, né le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et mort le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], est un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Nagid (chef de la communauté) des juifs d’[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à la cour de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. C’est une figure majeure du [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
Son épitaphe en dit long sur l'importance du personnage, et l'estime dans laquelle il était tenu :

Fils de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Issu d'une longue et illustre lignée de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], que certains n'hésitent pas à faire remonter jusqu'à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (lui-même réputé de lignée davidique), il naquit à Cordoue. Le fait que sa date de naissance soit connue au jour près (encore qu'un doute subsiste sur l'année), ainsi que celle de son décès est indicateur de la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] qu'il avait acquise de son vivant. Il perdit sa mère en jeune âge.
Vers l'âge de 13 ans, il fut contraint à l'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] lors de la prise de Cordoue par les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Ceux-ci contraignaient effectivement à la conversion ou l'exil. La famille Maïmon émigra vers le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], où le jeune Moïse s'instruisit en sciences juives et profanes. Il lut [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien],[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et bien d'autres et prit connaissance des écrits d'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à la fin de sa vie. La [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] veut qu'il se soit brouillé avec son père, désespéré par son désintérêt affiché pour les études religieuses, avant de reparaitre, voilé par son [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], faisant un magistral sermon lors du [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] avant de se réconcilier avec son père, vaincu par l'émotion et la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] dont faisait preuve son fils. S'il s'agit bien d'une légende, inspirée de la biographie de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] rapportée dans le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], il est probable que son intérêt pour les sciences philosophiques en soit à l'origine. Cependant, le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] lui-même ne rapporte-t-il pas : "La croyance des nations (idolâtres), ne la crois pas, la sagesse des nations, crois-la"?

Cependant, le Maroc devint rapidement lui aussi le théâtre de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] sur fond d'intolérance religieuse, et la famille Maïmon dut émigrer en [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. C'est là que mourut le Rav Maïmon en 1170, après avoir encouragé sa famille à descendre en [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], où Maïmonide fut prié par toutes les communautés de devenir leur rabbin. Il n'avait que quarante-deux ans, mais le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] dominait en Égypte, et seul un homme de sa [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] serait capable d'y faire face.
A la mort dans un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de son frère David, dont le commerce de perles assurait leur subsistance, il refusa de "se faire une couronne de la Tora", et exerça la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour subvenir à ses besoins. Son cabinet était ouvert à tous, juif, chrétien, musulman, riche ou [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Il parvenait encore à donner de magistrales leçons de philosophies, suivies de tous, et des cours d'études sacrées. Il devint rapidement médecin attitré du [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], ce qui lui valut autant d'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] des médecins égyptiens, que de membres de la communauté juive qui le soupçonnaient de vivre comme un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
Cette assertion, aussi fausse que ridicule, provient de ses rivaux, mais aussi de son disciple préféré,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (auquel Maïmonide destina le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]). Joseph avait transitoirement feint d'embrasser l'Islam, avant de fuir, et de se rendre en Égypte, où il trouverait refuge auprès d'un érudit réputé nommé Moussa bin Maimun. Bien qu'il n'y ait pas eu de mauvaise intention de sa part, il est fort probable qu'il porta une grande [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à cette hypothèse, y donnant par là même beaucoup plus de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
Par ailleurs, dans son Epitre aux Juifs du
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Maïmonide écrit effectivement qu'il n'y a ni honte ni disgrâce à se convertir sous la contrainte, et que mieux vaut un Juif converti mais vivant, pour autant qu'il continue à pratiquer sa [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] en secret, qu'un Juif mort.
Quant à Maïmonide lui-même, sa personnalité était trop forte, et son prestige trop grand pour qu'il dût y recourir : le Roi Richard lui-même souhaita l'attacher à sa cour, offre que Maïmonide déclina.

Il mourut à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], mais fut enterré à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], aux côtés de son père.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Maimonid
Invité



MessageSujet: Re: RABBI MOISE BEN MAIMON "LE RAMBAM"   Lun 10 Mar 2008 - 17:32

Maïmonide est la plus grande figure intellectuelle du judaïsme méditerranéen médiéval.

De Cordoue au Caire, il a connu l’errance et une double vie de médecin juif, de chef de communauté et d’intellectuel "arabe".

"Que la Lumière des Sages Brille et Nous Guide"

Rabbi Moshé ben Maimon, connu sous l'acronyme de Rambam, les Chrétiens occidentaux le connaissent sous le pseudonyme de Moïse Maïmonide et les Musulmans sous le nom de Mussa bin Maimun ibn Abdallah al-Kurtubi al-Israili, est né le 30 mars 1135, à Cordoue, sur les rives du Guadalquivir, en Espagne islamisée, il est issu de la dynastie des Maïmonides, une longue lignée de rabbins et de hauts dignitaires juifs. Le fait que la date précise de sa naissance soit connue, témoigne de la renommée du personnage.

Son père, rabbi Maïmon ben Yossef, le dayan (juge rabbinique), sage et érudit, dirige la communauté juive de Cordoue sous le règne des tolérants Almoravides. Il l'instruit en théologie, mathématiques et astronomie. Quelques enseignants arabes et juifs complètent sa formation en philosophie et médecine. Le jeune Maimonide alliait à son talent naturel, une soif d'apprendre, une volonté de fer et une grande pureté de mœurs. C'était l'époque de l'âge d'or judéo-musulman.

Il était enfant, alors que sa mère Rebecca s'affaiblissait de plus en plus, malgré les soins prodigués par Abbas, le Mufti de Cordoue. C'est Moshé qui apportait à Rebecca les plantes médicinales préparées par Abbas pour la soulager, mais elle finira par décéder de maladie laissant deux fils et une fille. Cet événement, déterminera Moshé à devenir médecin, et l'engagera à se poser la question du devenir de l'âme et à approfondir sa quête mystique. Orphelin de mère très jeune, aîné de deux garçons, il était destiné à succéder à son père, le dayan.

En 1148, l'intolérance et les persécutions religieuses contre les chrétiens et les juifs d'Espagne, des nouveaux princes Almohades, musulmans fanatiques au pouvoir en Espagne, imposent la conversion, la mort violente par décapitation, ou la fuite.

La tolérance
Maïmonide avait 13 ans quand il eut le choix entre la conversion à l’Islam et la mort. La question de sa conversion forcée à l’islam est un fait discuté par ses biographes : impensable selon les uns, "hautement probable" selon les autres. La controverse symbolise la situation de nombreuses communautés juives à cette période de l'Histoire. La réponse du philosophe emprunte deux voies différentes. Le théologien insiste sur le monothéisme de la religion musulmane, semblable à l'essence du judaïsme, - (il serait resté musulman jusqu’à l’âge de 29 ans), - le sage préconise, afin de préserver sa vie, la fuite vers des régions plus tolérantes.

La fuite
Finalement le groupe familial est contraint à fuir Cordoue. C'est ainsi qu'il erra pendant dix ans dans différentes villes au sud de l'Espagne (Grenade, Séville, Almeria), avant de gagner la ville de Fès au Maroc. Au cours de son séjour à Fès qui dura de cinq à six ans (de 1159 à 1165), Maïmonide eu le loisir d’approfondir ses connaissances médicales au contact des livres d’Hippocrate et de Gallien.

Maroc
Le Maroc devint lui aussi le théâtre de massacres sur fond d'intolérance religieuse (exécution publique du maître en Talmud de Maimonide, rabbi Judah Ha-Cohen ben Soussan), et la famille Maïmon dut émigrer en Palestine (Eretz Israel pour les Juifs, Terre Sainte pour les Chrétiens, Terre Sacrée pour les musulmans) vers 1165. D'abord à Akko (Saint Jean D’Acre), puis à Jérusalem, qui était alors aux mains des croisés et où les juifs n'avaient pas droit de séjour. Sa visite au tombeau d’Abraham et des Patriarches à Hébron est un moment de grande émotion, la famille Maimon avait pu s'y rendre grâce à un laisser passer, délivré par le très chrétien Richard Cœur de Lion (1157-1199) que Maimonide avait soigné.

Egypte
Ne pouvant rester en Palestine, la famille Maimon se rendit en Egypte où la communauté juive était importante et vivait dans une paix relative et transita par Alexandrie avant de s'installer à Fostat dans la banlieue du Caire.

David, le fils cadet, faisait le commerce des pierres précieuses, alliant son goût pour les voyages et l'aventure à son goût pour les affaires et permettant ainsi à son père et à son frère aîné Moshé de poursuivre leurs études.

Moshé lisait les textes bibliques, les philosophes grecs en particulier Aristote, les auteurs médicaux : Galien, Hippocrate et Avicenne, il étudiait la médecine sous la direction de maîtres juifs et musulmans, il faisait ses propres expériences, il confrontait ses idées avec les penseurs de son époque, principalement Averroès et surtout il écrivait. Les juifs en Egypte d’alors étaient pour beaucoup des karaïtes, le karaïsme faisant à l’époque figure de judaïsme libéral; c’est une des explications de l’installation de Maimonide en Egypte, afin de ramener ses coreligionnaires à un judaïsme plus traditionnel.

C'est là que mourut le rabbi Maïmon (le père) vers 1170, après avoir encouragé sa famille à s'établir sous la protection du Vizir Saladin. Puis David, son frère, périt en mer au cours d'un voyage en 1178. Moshé se retrouva démuni. Il devait entretenir la veuve de son frère et ses deux enfants.

Maïmonide commença à gagner sa vie en se livrant quelque temps au commerce des pierres précieuses et ouvrit des cours publics de philosophie, de théologie et de médecine et en prodiguant des soins, grâce à ce qu'il avait appris de son père, de ses maîtres et de la Torah. Bien vite médecin émérite, médecin des pauvres et des riches, médecin des juifs et des arabes, Maïmonide fut un des plus célèbres herboristes et phytothérapeutes, et reste une référence jusqu'à nos jours. Sa réputation comme philosophe talmudiste et comme médecin sera telle qu'il devint le médecin de la cour des Fatimides (chiites, descendants du prophète par Fatima Zahra), du vizir Al-Fadhil et de son entourage puis du sultan Saladin (Salah-Al-Din), sunnite, quand celui rentra de Jérusalem, où il luttait contre les croisés. On venait aussi le consulter depuis la Syrie, la Palestine, et encore de plus loin. On dit même qu'au cours de la troisième croisade, Richard Cœur de Lion s'efforça, en vain, de l'attirer auprès de lui à Ashkelon en Palestine.

Il préside le Collège Rabbinique et s'occupe ardemment de la communauté juive d'Egypte dont il est bientôt nommé chef, "Naguid" et son représentant auprès du souverain et à ce titre responsable de l'organisation intérieure et des règlements judiciaires. Il eut de ce fait de nombreuses correspondances avec les représentants de différentes communautés y compris en dehors de l'Egypte ("Lettre aux érudits de Marseille").

L'œuvre de Maimonide presque entièrement rédigée en judéo-arabe se définit selon trois perspectives : le théologien (codification exhaustive de la tradition écrite et orale juive), le philosophe (analyse minutieuse des textes bibliques) et le médecin (ses écrits médicaux sont basés en partie sur les écrits des médecins grecs); il écrit suivant une ligne directrice basée sur la concordance entre la raison et la foi.
Revenir en haut Aller en bas
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41235
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: RABBI MOISE BEN MAIMON "LE RAMBAM"   Sam 12 Nov 2011 - 19:33

JOURNEE DEDIEE AU RAMBAM A ASHDOD LE 5 DECEMBRE

(RABBI MOSHE BEN MAIMON) LE MAIMONIDE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41235
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: RABBI MOISE BEN MAIMON "LE RAMBAM"   Dim 21 Oct 2012 - 6:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41235
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: RABBI MOISE BEN MAIMON "LE RAMBAM"   Dim 21 Oct 2012 - 6:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Soly Anidjar
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 41235
Age : 66
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: RABBI MOISE BEN MAIMON "LE RAMBAM"   Dim 21 Oct 2012 - 6:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://solyanidjar.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RABBI MOISE BEN MAIMON "LE RAMBAM"   

Revenir en haut Aller en bas
 
RABBI MOISE BEN MAIMON "LE RAMBAM"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE PORTE-AVIONS "GRAF ZEPPELIN"
» "Dixie Days". Le Havre (76).
» "LE DEMOCRATE" journal indépendant
» Saisies des patronymes disparus (ou les communes par "déviation")
» "Pasqua Siciliano "à Hammam-Lif (Tunisie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HISTOIRE DES JUIFS DU MAROC PAR SOLY ANIDJAR :: GENEALOGIE, A LA RECHERCHE DE NOS ORIGINES :: SUR LES TOMBEAUX DES SAINTS JUIFS EN ISRAEL-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit